AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 26 Fév - 18:01

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Le jour s’était couché et le Soleil avait fait place à la Lune. Le voyage avait été long, tumultueux, et je ne désirais qu’une chose : me détendre et ne penser qu’aux plaisirs que la nuit peut m’apporter. Les engagements et autres contraintes politiques attendront. Aussi bien eux que moi, j’avais d’autres chats à fouetter. À peine avais-je mis les deux pieds sur cette île que j’avais réussi à connaître les coins susceptibles de me faire passer une agréable soirée. J’étais parfois difficile, que voulez-vous ? On ne se lève pas toujours du bon pied.
Après une bonne douche et un séchage rapide de mes cheveux, qui devenaient vraiment longs, j’enfilais un boxer, un pantalon noir tombant sur mes hanches de manière indécente et un débardeur blanc où l’on pouvait apercevoir les côtés de mon torse. Je mis quelques colliers à corde fine en cuir et des bracelets de la même manière pour compléter le tout. Bottes aux pieds, je jetai un dernier regard au miroir de la salle de bain de ma chambre d’hôtel. Ma barbe avait vraiment poussé, mais ça ne faisait pas si mal que ça. Nous verrions bien le résultat ce soir.

Je me rendis au Heaven, marchant tranquillement dans les rues d’Haïma. J’observais les passants que je croisais, essayant de reconnaître des visages ou de savoir s’ils étaient des simples humains ou des vampires. Jeu qui me lassa bien vite lorsque j’arrivais devant le club. Il y avait même la queue devant ! C’était relativement bon signe, mais le fait de devoir attendre dehors que ça doit potentiellement mon tour n’était vraiment pas une idée qui m’enchantait. Je continuais à déambuler tranquillement devant lorsque je vis le videur ouvrir la porte pour laisser entrer un couple. Avant même que la porte n’entame son mouvement pour se refermer, je me glissais à l’intérieur.

L’endroit me plaisait. Énormément. Un mélange de décadence et de modernité. Cette boîte allait être mon repère préféré sur l’île. Sans m’en rendre compte, un fin sourire étira ma bouche, heureux de ce début de soirée. Mes yeux allaient et venaient sur les strip-teaseuses et strip-teaseurs, provoquant désir et luxure. Cependant, ils réussirent à décrocher de ses corps pour scanner la foule, tout se faisant un chemin vers le bar.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Jeu 1 Mar - 3:13

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


Boum, boum, boum.
Les basses claquent contre les murs du Heaven, font écho à ce qui pourrait te servir de palpitant, douloureusement enserré dans ta poitrine. Tu perds le nord, te mets à rouler des hanches sans faire cas de qui se presse contre ton côté, le souffle chaud te fait naitre des frissons par centaines dans ton échine sensible. T'aime à l'imaginer, lui , qui se presserait contre toi pour te faire sien. Tu le voudrais - tu le veux depuis si longtemps que tes fantasmes te paraissent trop réel, et te font oublier la vérité. Celle où Araël fuit après avoir écrasé sa bouche contre la tienne - t'as le gout de son baiser encore sur ta bouche vorace. Et t'exige l'oublier autant que jamais un souvenir a été encré en toi si profondément. Tu perds le nord, pour pas te retrouver à devenir fou - tu danse, tu danse depuis des heures, ce paradis artificiel devenu le tiens.
Ton Heaven où tu règnes en maitre - en maitre des lieux. Delilah t'a rendu les rennes à présent que t'es de retour en ville pour de bon. T'es pas sûre de pouvoir souffrir le paysage d'Haima si Araël continue de te fuir cependant. Il peut pas échapper à ta présence, comme tu es aujourd'hui à son service, et toujours l'ambassadeur des Lightwood. Mais il te regarde pas - il fuit ton regard ou la moindre proximité. Tu hurle, de rage et de frustration, te mettant à bouger avec plus de frénésie encore.

Et quand t'ouvre les yeux ca t'fait mal - de voir un blond outrageusement séduisant te faire de l'oeil, s'approcher pour te séduire, et ne trouvait rien de mieux à faire que l'écarter pour faire ton chemin jusqu'au bar. T'es foutu. T'as envie d'un verre, ou dix. T'as envie d'oublier, de disparaitre, de plus être toi si tu dois devenir ce genre de types - tu sais même pas quel genre, juste que t'aime pas ce que t'es depuis trois jours. Tu fais ton passage, flamboyant dans ton pantalon de cuir bleu électrique, ta chemise blanche sans manche ouverte sur ton torse halé où pendent des colliers des pays que t'as traversé. T'as rien de plus - quelques accessoires qui prouvent que t'es devenu aussi vigilant aux détails qu'amoureux de la mode. Tes cheveux en piques, quelques mèches bleus, et un maquillage qui fait ressortir ton regard vert et doré. Sans compter tes paillettes - que tu pose toujours en poudre pour briller de milles feux. Tu scintille, en preuve les regards des danseurs quand tu passe.
T'y fais pas attention, elle est concentrée sur un autre. Un que tu crois rêver un temps - ca t'étonnerait pas, il est sans doute le seul homme qui t'a fait tourner la tête pour faire de toi ce que t'es aujourd'hui. Si t'es flamboyant, Zero est brûlant et vif comme la plus pure des flammes. Alors tu le vois, qui brûle au milieu de ton paradis pour l'enflammer. T'approche, te mettant à ses côtés dans un geste fluide et avisant son regard gourmand sur ta belle barmaid.
« Touche pas, Zero, t'sais pas combien c'est dur de trouver une barmaid qui soit efficace ici. » dis-tu avec un rire dans la voix, avant de te tourner vers lui - un ravissement qui illumine ton visage trop terne depuis des jours. Revoir ton ancien amant - et un de tes plus proches amis surtout - te fait naitre une chaleur que tu pensais avoir perdu. « Mais je doute pas que tu trouveras d'autres âmes à dépraver ici. » Rajoute-tu avant de lâcher un rire, et de trouver ton chemin contre lui - le prenant dans tes bras avec force, ne pensant pas ta chance de le voir soudainement à Haima. Au Heaven. Contre toi.

« Tu as enfin quitter l'Italie ? Tu aurais pu prévenir de ton arrivée, je me serais mis sur mon trente-et-un…. » Termine-tu, avant d'aviser ta tenue - et la sienne qui le fait sembler encore plus beau que dans ton souvenir. « Pas que je le sois pas constamment, en réalité. J'suis content de te voir ! Que fais-tu donc ici, Zero ? » 

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Sam 3 Mar - 16:31

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Avant de faire un tour sur la piste de danse, il fallait bien un petit rafraîchissement. Quoi de mieux qu’un petit verre de sang pour vous requinquer ? Beaucoup d’autres choses à dire vrai, mais c’était la seule chose dont je désirais pour le moment… jusqu’à ce que je vois cette ravissante barmaid. Elle était belle, désirable, un côté sombre sûrement accentué par ses vêtements noirs et son maquillage de la même couleur. Nos regards se croisèrent, mais avant que je ne prononce le moindre mot, une voix balaya mes projets pour cette jeune femme appétissante. Malaki. Mon corps se tourna vers lui, mes yeux le détaillant. Toujours aussi beau, séduisant, légèrement provoquant et extraverti, mais cela faisait partie de son charme incroyable. Un large sourire étira mes lèvres, mes yeux pétillants à la vue de cet ami et ex-amant. Une tête connue, un ami très proche et que j’appréciais encore énormément. Peut-être trop ? Je ne m’arrêtais pas sur ce genre de réflexion, je me torturerais l’esprit un autre jour. C’était ce que je me disais depuis des années, voire des siècles.

« Malaki, susurrai-je en lui rendant son étreinte. »

Je ne pouvais m’empêcher de respirer son parfum, passer une main sur sa nuque pour caresser ses cheveux et aussi discrètement que possible sa peau douce. Si cet homme m’avait brisé le cœur et que j’avais tout de même gardé contact avec lui, considérant le fait qu’être ami était mieux que rien, il n’empêchait pas le fait que je ne dirais pas non à une invitation dans son lit.

« Peut-être que je peux encore te dépraver un peu plus, lui répondis-je en lui embrassant le cou, juste en dessous de la mâchoire, non loin de l’oreille. Je suis sûr que l'élève n'a pas encore dépassé le maître. »

Une main sur sa nuque, l’autre descendit le long de son dos, s’arrêtant gentiment sur ses lombaires, un peu en dessous du milieu de son dos, profitant de cette étreinte avant qu’il ne me relâche. Mes mains glissèrent, laissant son mouvement caresser chastement le haut de sa hanche et son épaule.

« Mais cette tenue te va parfaitement bien, Malaki, lui dis-je en souriant en coin. Tu sais bien que peu importe la tenue, tu restes incroyablement resplendissant. Même si j'ai une préférence pour une tenue relativement simple et... transparente. »

Je savais très bien qu’il ne parlait pas de ça, mais je ne pouvais m’en empêcher, c’était plus fort que moi. Il fallait que je le titille, que je joue avec lui, que je fasse comme si nous étions dans un jeu de séduction. J’aimais m’y prendre tout comme j’aimais le faire prendre au jeu.

« À vrai dire, ce n’était pas vraiment prévu. J’ai été mis sous la tutelle d’un petit prince… quelque chose de plus ennuyant que de te retrouver. Ca me fait vraiment plaisir de te voir… Pour fêter ça, je t’offre un verre ! »

Je lui fis un clin d’œil charmeur et tournais ma tête vers la barmaid pour lui faire signe que je voulais commander. Elle ne m’intéressait plus du tout et plus aucune personne de cette boîte en vérité. Malaki les battait tous à plate couture, et ce, sur n’importe quel domaine. J’espérais pour lui qu’il n’avait pas à faire, car je n’allais pas le lâcher de la nuit...

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Dim 4 Mar - 17:16

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


L'innocence t'a été arraché, par les lèvres délicieuse de Zero, par ses bras, ses caresses, ses chaines qui t'entaillaient la peau. Il a fait naitre en toi un feu qui te consume depuis à te rendre fou - un feu d'vie passionnée. Avant lui tu vivais de silencieux aveux, te préférant dans l'ombre que dans la lumière, sachant pas qui tu étais, ou qui tu devais être. Tu savais pas qui devenir, te préférant noble d'Elysium et rien de plus. Un parfait sujet à la solde des Lightwood - t'as été facilement malléable sous leurs ordres, te considérant comme leur allié le plus fidèle. T'as fait l'tour du monde pour eux et y a rien que tu pourrais leur refuser. Puis il y a eut Zero -
« Malaki » Son souffle t'fait naitre des papillons dans le ventre, et un temps t'arrive plus à penser. Il est contre toi, tes bras l'entourant pour le tenir contre toi, son parfum t'envahissant pour te faire revenir il y a quelques années en arrière. Tu l'as quitté il y a pas un mois, et pourtant il t'a manqué. T'es pas habitué à être tant attaché à quelque, mais ce lien entre toi et l'beau vampire, c'est une chose que tu veux jamais voir disparaitre. Zero - il a tué l'innocence en toi pour t'permettre de te découvrir vraiment. Il a fait de toi celui que tu es, t'as dépravé par les moyens les plus délicieux qui soit.
« Peut-être que je peux encore te dépraver un peu plus » Tu lâches un rire, alors que tu sens ses mains se faire baladeuses, les tiennes préférant s'faire un chemin vers sa nuque, où tu caresses sa peau et t'perds dans ses cheveux plus longs que dans ton souvenir.
« Je suis sûr que l'élève n'a pas encore dépassé le maître. »
« Et j'doute de pouvoir un jour y parvenir, Zero. Tu aurais encore bien des choses à m'apprendre. »  Susurre-tu à son oreille, avant qu'il n'embrasse ta peau te faisant frissonner encore contre lui. Tu souris - tu peux pas l'combattre, ce sentiment de satisfaction de te savoir ainsi désiré. Pas avec le silence d'Araël. T'peux pas t'empêcher aussi de te dire que tu voudrais qu'ce soit lui à la place de Zero, qui t'tienne de la sorte. Un sentiment amoureux qui a brisé le coeur du vampire contre toi. Tu l'sais - pourtant il t'sert quand même contre lui ce soir.

Il t'lâche pas, t'gardant contre lui pour venir s'glisser sur le haut de tes hanches, et t'réponds instinctivement en les collant plus encore contre lui. T'veux pas te restreindre - t'as l'esprit délirant ce soir. T'as l'esprit triste, et mélancolique - Zero a toujours su t'mettre en feu cela dit. T'mettre à feu et à sang, pour qu'ta vie soit plus colorée.
« Mais cette tenue te va parfaitement bien, Malaki. Tu sais bien que peu importe la tenue, tu restes incroyablement resplendissant. Même si j'ai une préférence pour une tenue relativement simple et... transparente.  »
« Je m'en souviens en effet. Mais je pourrais difficilement me promener ici à ma convenance à moitié nu - tu sais comme il est dur de me résister. »  Dis-tu avec un air plus mutin, la langue entre tes lèvres qui reste plus longtemps pour les caresser. Et t'lâche un rire, avant d'te reculer, savourant la vue de Zero dans ton paradis - il y flamboie comme l'démon prêt à tout mettre en cendres. Et t'sais qu'il en serait capable. « Tout comme personne pourrait te résister à toi. Pas même ma barmaid. » Dis-tu en te tournant vers la jeune femme retournée travaillée.

Tu joue avec le feu - tu l'sais - tu sais aussi que t'es sentiment n'ont pas d'valeur comme Araël est empereur. Un empereur qui t'a embrassé, t'foutant l'esprit à l'envers, et t'accordant un espoir que t'aurais préféré ne jamais gouter. Mais il est là - et t'veux essayer de l'oublier ce soir. Alors tu te concentre sur ton ami, ton cher et tendre Zero, préférant le questionner sur sa présence, au moment exacte où il est ce dont tu as besoin.
« À vrai dire, ce n’était pas vraiment prévu. J’ai été mis sous la tutelle d’un petit prince… quelque chose de plus ennuyant que de te retrouver. Ca me fait vraiment plaisir de te voir… Pour fêter ça, je t’offre un verre !  » Tu le reconnais bien là - à préférer te lancer des regards enflammés que de parler affaire. Tu vas pas pousser plus loin l'interrogatoire, s'il préfère plutôt t'rendre ivre. Ce que t'avais prévu d'être de toute façon. Alors il commande, et tu l'laisse faire, prenant ton verre pour l'cogner contre le sien.
« A cette délicieuse surprise alors. »  Dis-tu avec un sourire sur les lèvres, buvant à grandes gorgées ta boisson pour laisser l'alcool t'rendre brûlant. « Alors tu vas t'trouver au Palais à présent - j'serais ravie d'y trouver une si parfaite compagnie. Tu m'as manqué, Zero. » Admets-tu finalement en glissant contre lui, perdant tes lèvres contre sa joue, et embrassant la peau sensible sous son oreille.
« Vas-tu m'inviter à danser c'soir ? Où j'devrais peut être te laisser trouver quelqu'un de nouveau pour t'plaire. » Dis-tu, l'sous-entendu - quelqu'un de libre - sifflant dans ton esprit, coupable de lui avait fait croire à plus encore vous, mais incapable de reculer quand tu t'trouve à ses côtés.


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mar 6 Mar - 15:19

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Le contact de ses lèvres sur ma peau, surtout au niveau de mon cou, me donnait des frissons incroyables. Je tentais de ne pas le montrer, mais si nous étions seuls, il était certain que je me serais jeté sur lui en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. Il me faisait encore tourner la tête comme personne. Il était mon démon de luxure qui pouvait probablement faire ce qu’il désirait. Cependant, mes doigts se crispèrent légèrement à ce contact au niveau de sa nuque et de son dos. Je restais sage, mais je ne savais pas encore pour combien de temps.

« Intéressé par une petite leçon mon cher Malaki ? lui répondis-je au creux de l’oreille. »

Sans bouger, je le laissais aller contre moi, collant ses hanches aux miennes. Si je tentais de calmer ma libido, je ne pouvais contrôler son désir grandissant en l’ayant si proche de moi. Je resserrais légèrement mon étreinte, profitant de ce moment que je savais éphémère, respirant son parfum au niveau de son épaule, récoltant même quelques paillettes dans mes cheveux certainement. Je me redresse légèrement pour le regarder de nouveau, riant à sa remarque avant d’ajouter quelques mots.

« En effet, mais celui qui te résiste n’a ni goût ni âme. »

Je souris largement en l’entendant, profitant pour le détailler un peu plus. Si Malaki changeait, c’était pour s’embellir, il n’y avait pas à dire. Il avait la classe et l’élégance. Et peut-être une petite assurance naissante qui accentuait son charme indéniable. Merde. Cet homme me faisait encore tourner la tête plus que je ne l’imaginais. Cependant, si ça me permettait de passer de bons moments, je me jetai dans le feu sans aucune hésitation.

« Crois-moi, la barmaid n’a pas un centième de mon attention. »

Je commandais nos verres et en quelques minutes, incroyable record pour un bar, on nous servait nos boissons. Je tendis le verre à Malaki et nous claquâmes nos cocktails, acquiesçant à ses paroles avant de boire une bonne moitié de mon verre. L’alcool, je connaissais et j’arrivais à tenir suffisamment pour ne pas me préoccuper du nombre de verres que j’ingurgitais.
Mon cœur loupa un battement à son aveu et si j’étais très joueur, certaines choses m’interpellaient. Nous étions devenus amis après être devenu amant, mais ça ne me dérangeait absolument pas, même s’il m’avait brisé le coeur. Je m’étais employé à être un ami loyal et fidèle, c’était bien le seul domaine où j’étais fidèle d’ailleurs. Pourtant, Malaki n’avait jamais été aussi direct dans ce jeu de séduction. Je m’en mordrais sûrement les doigts, mais peu importait. S’il me retombait dans les bras, même pour une nuit, je n’allais pas laisser ma chance. Peut-être même que j’effacerai cette personne torturant mon cher Malaki ?
Posant un peu trop violemment le verre sur le comptoir, je pris l’une des mains de mon démon d’ex, ne le laissant aucun choix. Tu voulais danser mon cher ? Pas de problème. Je fendis la foule, trouvant un petit trou pour pouvoir se déhancher, attirais Malaki contre moi. Nos hanches se rencontrèrent, mon nez frôlait le sien et mon regard sondait le sien. L’une de mes mains était sur l’une de ses hanches tandis que l’autre se posa au milieu de son dos. Suivant tout de même le rythme électrique de la musique et des basses, je commençais à bouger en rythme, faisant suivre mon cavalier. Je n’avais d’yeux que pour lui, mais si quelqu’un osait tenter quelque chose envers Malaki, je montrerai les crocs.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mer 7 Mar - 22:00

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


Il t'a aimé, Zero, t'es pas sans l'ignorer. Tu l'as su, sans doute avant lui. Quand un être qui jouit de tant de liberté, se trouve incapable de pas ôter son regard du tiens, tu le sais - tu le sais que c'est pas juste un jeu. Que ca l'est plus. Tu te demande parfois si ca l'a été un jour pour lui. Tu le pensais - te disant que de voir arrivé un vampire si vieux, pourtant si prude à la cour d'Italie, était un jeu assez attrayant pour qu'il réfléchisse pas à deux fois avant de t'approcher. Tu te souviens avoir été timide, autant que pris au dépourvu, par ses grands yeux, et ses sourires séducteurs - par ses sous-entendus qui ne cachaient rien de sa perversion, et par ses caresses déjà impudiques alors que tu croisais les bras pour tenter de te protéger. Il t'as appris à jouer avec le feu, qu'importe si tu dois brûler - t'sais que lui il se laisser incendier pour le plaisir d'être vivant - qu'il le sent quand c'est trop, mais s'engouffre dans son flot d'émotions au lieu de partir à reculons.
T'as appris énormément de Zero - mais pas à aimer. Tu savais aimer avant lui, tu l'sais encore après - mais à l'aimer lui t'as jamais été capable. Pas comme il le voulait, pas comme il l'entendait. Il brûlait d'amour pour toi, tu brûlais d'passion pour lui - mais la passion t'as détruit, elle a éradiquer toute forme d'innocence chez toi, pour ne laisser que le reste. Le séducteur, le joueur, l'vampire - t'es extravagant, confiant, sarcastique. T'as pas perdu de ta loyauté, ou de ta générosité, mais t'es plus souvent capable de l'ouvrir quand t'as le coeur plein d'mots à gueuler.
« Intéressé par une petite leçon mon cher Malaki ? » Il t'as appris à jouer avec le feu - à écouter tes sentiments aussi, et à t'laisser envahir plutôt qu'à les combattre. Sauf que t'es plein d'émotions qui se contredisent ce soir, et t'es trop fatigué pour vouloir les vaincre. T'sais pas à quoi tu dois te laisser aller, alors tu t'laisse aller contre Zero à la place.
« Elle porterait sur quoi ce soir ? »  Tu demande sans perdre de ta douceur, ou de tes caresses sur la peau d'sa nuque, ou d'son dos - tout comme il t'colle à lui, et t'inspire son parfum. T'inspire - le retrouve ce parfum familier, qui t'a fait tourner la tête. Il t'a montré des choses innommables, et rien que d'y penser t'aurais les joues rougies. T'arrive pas à tant à réaliser qu'il se trouve là - même si tu fait comme si c'était une chose attendu et normale, riant avec lui comme deux mois auparavant. Tu l'as pas quitté y a longtemps - c'est lui qui t'as poussé à revenir quand t'as appris la mort d'Elysium.

Il savait que t'avais besoin d'être là. Il sait combien t'es attaché à Haima - il s'doute sans doute, que si ton coeur tu lui as pas offert, c'est que tu l'as laissé ici. S'il sait pas entre les doigts de qui, encore, tu sais que ca durera pas l'mystère. T'es pas capable de lui cacher quoi que ce soit, et de toute façon il te lie comme un livre ouvert.
« En effet, mais celui qui te résiste n’a ni goût ni âme. » Tu lâche un rire, levant les yeux au ciel. Pourtant - pourtant y en a un qui t'résiste et ca t'énerve autant que ca te blesse. T'sais pourtant qu'il manque pas de gout, ou d'âme - il est même l'être incroyable que tu connaisse.
« J'voudrais que ce soit vrai. » Murmure-tu avant de lui rendre ton attention, et d'prendre ton verre pour l'boire à grandes gorgées - mais peut être que tu devrais pas jouer. Tu veux pas vraiment souffrir Zero plus que nécessaire après tout.
« Crois-moi, la barmaid n’a pas un centième de mon attention. »
« C'est triste, c'est une bonne barmaid. » Dis-tu avec un peu plus d'joie - t'essaie. T'essaie, et tu voudrais oublier. Alors quand Zero il te prend la main pour te faire aller sur la piste de danse tu te fais pas prier. C'est une chose que tu sais faire mieux qu'personne - danser. Tu bouge en rythme, contre ton ancien amant, fixant tes hanches aux siennes, et glissant contre son corps - t'aime ca. T'aime le boum boum des basses, d'ton palpitant, du sien - t'sais plus. Tu fermes les yeux plutôt, te laissant aller à danser contre lui, avec lui, guider par les pas de Zero. Ca t'fait un bien fou - tu passe tes bras autour de son corps, prenant ses mains pour les monter au-dessus de vos têtes, et tu l'caresses, un sourire sur tes lèvres, l'corps de plus en plus chaud.
Tu te rends compte comme c'est rassurant de retrouver son corps si familier - ca t'fout en feu, autant d'plaisir que de joie pure - vraiment. T'es plus heureux que tu saurais le dire de le retrouver.
« J'aime que tu sois capable d'plus me faire penser. »  Dis-tu soudainement, en relevant les yeux, et tu vois comme vous êtes proches, cependant t'fais pas un geste pour aller plus loin - tu l'veux pas. Tu veux pas lui donner d'quoi penser que tu pourrais être ce qu'il veut de toi. Tu peux pas - tu peux pas être ce qu'il veut. Tu peux pas l'aimer. Tu l'as jamais pu.
« On pourrait danser l'reste de la nuit tu crois ? »


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 12 Mar - 13:35

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Si Malaki avait eu une attitude de jeune lapin, d’un petit bambi perdu au milieu de cette plaine royale, de cette politique vampirique romaine, il ne l’avait plus aujourd’hui. Ses yeux étaient le seul endroit où il restait un brin d’innocence, un brin de naturel charmeur, un brin de quelque chose qui me fascinait. Je savais que j’avais agrippé ce bel homme et nous avions plongé dans un océan de plaisir, de dépravation et de luxure, nageant comme des poissons dans l’eau. Au vu de la relation que nous entretenions à présent, je pouvais affirmer sans l’ombre d’un doute que Malaki ne regrettait rien et aussi parce que notre histoire était du passé. Faisait-elle vraiment partie du passé pour moi ? Joker.
Mon visage s’approchait du sien, nos nez se touchant dans un début de baiser esquimau, mon souffle chaud caressant ses lèvres légèrement entrouvertes.

« Celle du plaisir, mon cher Malaki, répondis-je d’une voix presque suave. Il y a toujours de nouveaux chapitres sur le sujet. »

Ce soir, je ne désirais plus que cela : que Malaki prenne du plaisir, qu’il passe une excellente soirée dans mes bras. Je m’en foutais royalement de ma personne. Mon beau vampire était ma priorité et si je réussissais à lui faire oublier pendant quelques heures ses tracas, son plaisir sera mien. Je n’en demandais pas plus. Il était l’une des rares personnes pour qui je ferais n’importe quoi. C’était certainement mon ami le plus proche et sous tous les angles d’ailleurs. Cela avait quelque chose d’étrange, de particulier, mais ça ne le gênait ni lui, ni moi, donc ça ne dérangeait personne.
Je ne pris même pas la peine de lui répondre, lui souriant doucement en plongeant de nouveau mon regard dans le sien. La barmaid était peut-être douée dans son job, mais la question n’était pas là. Et la réponse n’importait clairement peu.

À peine arrivé sur la piste de danse, Malaki commença à danser et à ce moment-là, le monde pouvait bien s'effondrer, rien ne me ferait quitter cette piste. Je le laissais totalement faire : prendre mes mains, les caresser, nos corps si proches, devenant de plus en plus chauds, bougeant en rythme sur la musique. Nos yeux se rencontrèrent pour la énième fois de la soirée et doucement, presque timidement, j’approchais mon visage du sien. Nos fronts se touchèrent, nos lèvres se frôlèrent et mon cœur accéléra.

« Tout ce qui te plaira sweet heart, soufflai-je. »

Je n’étais pas adepte des petits surnoms, mais celui-là m’avait totalement échappé. Son regard brillant me fit un peu plus chavirer et, chastement, sans rompre le contact visuel, mes lèvres se posèrent sur les siens. Cela ne dura que quelques secondes à peine, peut-être dix grand maximum, avant que j’attrape l’une de ses mains et que je le fasse tourner. Je lui fis faire un tour sur lui-même avant de le ramener contre moi, torse contre torse. Si la musique me parvenait aux oreilles, tout comme le son de sa voix, plus rien d’autre ne comptait. Mes mains se baladèrent sur son corps, descendant ses bras, passant par ses épaules pour ensuite venir sur ses côtes et ses hanches. Bordel. Je savais me tenir, surtout lorsque j’étais bien conscient que l’espoir était une chose totalement vaine, mais son corps était à damner. Je glissais ma tête dans son cou, soufflant doucement tout en déposant quelques légers baisers sur cette peau chaude. Il me rendait fou. Je commençai à avoir de plus en plus chaud malgré ma tenue. Aussi, dans un mouvement habile, je m’éloignais de quelques centimètres de Malaki, croisais mes bras sur mon torse, attrapant les pans de mon haut et le soulevais, me mettant torse nu. Je passais mon haut dans une des attaches de mon pantalon, utilisées pour maintenir normalement une ceinture, le laissant pendouiller à moitié sur l’une de mes fesses, à moitié sur le côté de ma jambe. Je m’en fichais des autres et de leurs regards, car je savais que j’avais attiré plusieurs paires d’yeux dans notre direction, mais le seul qui comptait était Malaki. Je me replaçais comme avant, dans la position où je me trouvais quelques minutes auparavant.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mer 14 Mar - 22:29

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


« Celle du plaisir, mon cher Malaki, » Ca sonne autant comme une promesse qu'un menace - t'sais pas réagir autrement qu'en te laissant aller contre Zero cela dit. T'as jamais été capable de réagir autrement face à ce vampire. C'est rare qu'il se trouve des personnes pour lire en toi de la sorte - mais t'as jamais été capable de lui cacher quoi que ce soit. Il t'as sondé d'un coup d'oeil, quand t'es arrivé à la cour en Italie. Ignorant ce qu'on pouvait te murmure à son sujet, pour t'abandonner à son regard. Et le laisser s'infiltrer en toi pour pourrir de sa perversité tout ce que tu avais de pudeur et d'innocence - il t'en reste sans doute, parce que c'est ce que tu es avant tout. T'es toujours capable de donner ta confiance trop vite, ou de laisser ton coeur s'envoler sous le délicieux baiser de l'espoir - t'es capable d'oublier d'être prudent pour croire en des choses impossibles. Pourtant Zero t'a appris à ne te fier qu'à une chose - le plaisir. Car tu ne peux pas être déçu du plaisir comme il n'est que cela et rien d'autre. Que cela - et rien ne se trouve plus délicieux. « Il y a toujours de nouveaux chapitres sur le sujet. » T'souris contre lui - l'alcool oublié, remplacé par une autre brûlure que laisse ses doigts sur ta peau. T'aurais presque le sentiment de ne tenir aucun vêtement, tant son étroite est enflammée - il est un feu ardent, Zero. Et tu sais que tu pourrais te brûler facilement.
Sauf que tu es son bourreau, autant qu'il est ta perdition. Et que tu l'adore pour autre chose que cette électrique attraction qu'il a sur le monde. T'aime le voir si vibrant, le voir qui fait du monde son tableau de jeu. T'aime jouer avec lui, parfois, flirter et voir céder sous tes charmes d'autres regards. Mais t'es fidèle à ton ami, avant tout, et c'est entre ses bras que tu perds ta soirée à refaire le monde, ou à parler à coeur ouvert. A coeur ouvert - sans jamais le lui offrir. Tu ne peux l'oublier, le rappelant encore et encore, et comme il serait cruel de risquer à le voir souffrir encore par ta faute. Souffrir de te savoir à un autre. Un autre qui explique ta présence ce soir dans les bras de Zero, si désireux de trouver le moyen d'oublier.

Alors tu danse. Tu danse contre lui, sentant les mains de Zero se faire plus baladeuse, son souffle qui se mêle au tiens. Tu veux oublier, tu veux danser, car c'est une chose dont tu raffoles. Tu dansais dans les bals des sangs purs, avec pudeur et retenu. Puis dans les soirée de nobles plus pervers - et dans les soirées que Zero t'a montré, dans les sous-sols où on se nourrit d'humains. A peine légale, mais cela n'avait pas d'importance. Rien n'a jamais eut d'importance quand tu étais avec cet homme, et les règles moins que le reste. Alors t'as appris que danser et faire l'amour était presque pareil - quelques vêtements en plus seulement.
« Tout ce qui te plaira sweet heart. » Il s'penche vers toi, et tu l'arrête pas quand il pose ses lèvre sur les tiennes. C'pas passionnel - c'est pas un aveux, tu sais que c'est sa manière d'être là pour toi. Tu le sais, sentant qu'il se trouve aucune promesse dans ce baiser, et qu'il est ce qu'il se trouve de plus chaste pour Zero. Alors tu te laisse réchauffer, souriant contre ses lèvres.
« J'ai le droit au sweet heart - tu te fais tendre, Zero. Je dois vraiment avoir un air à faire peur. »  Qu'tu admets finalement, en laissant ton front tomber dans le creux de son gout, son parfum qui t'envahit, avant qu'il ne fasse un mouvement pour ôter son t-shirt. Et tu peux pas t'empêcher de l'admirer - pas plus que tu peux t'empêcher de rire.
Au moins il sait trouver le moyen de te divertir, t'arrachant un sourire quand t'es au plus profond de tes angoisses.
« Essayerais-tu de me séduire Zero ? » Demandas-tu en jouant l'ingénu, arquant un sourcil, avant de prendre deux pas de recul, roulant des hanches en suivant le rythme de la musique. « Offre moi un verre, ou dix plutôt - et peut être trouverons-nous un jeu à faire ? J'ai besoin de me changer les idées - et t'es la meilleure personne pour ca hein ? SI jamais j'bois jusqu'à oublier mon nom tu me laisseras pas faire n'importe quoi ? »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Sam 17 Mar - 11:29

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
La musique de nos jours n’était pas ce que je préférais. C’était ça aussi être un vampire : avoir tellement vu de siècles, d’arts différents, d’âges différents, de goûts différents, que nos goûts restaient ancrés plusieurs années, plusieurs siècles, en arrière. C’était d’ailleurs la seule chose qui avait un lien avec le passé : mes goûts. Tout le reste, je l’avais abandonné comme on laissait tomber un poids trop lourd. Je n’allais pas m’encombrer de choses inutiles. Quoiqu’il en soit, j’étais un amoureux de l’ancienne musique. Je considérais même cela comme mon péché mignon. J’adorais la musique classique, Mozart, Bethoveen, pour ne citer qu’eux, des sonates aux ballets en passant par les requiems, opéras et symphonies. Les diverses vibrations d'instruments à cordes et d'instruments à vent résonnaient en moi. Cependant, j’avais appris à apprécier les choses inévitables : le changement d’époque. Aussi, je pris goût aux nouvelles musiques, aux nouveaux sons, aux nouveaux genres et même si la musique actuelle pouvait être assourdissante pour un vampire, être dans les bras de Malaki avait un effet assourdissant de ce qu’il pouvait se passer.
Ce petit démon était ma faiblesse, encore et toujours, malgré les années. Si les humains mettaient plusieurs années avant de passer à autre chose, combien de temps allais-je mettre, moi, un vampire, avant de passer à autre chose réellement ? Avais-je vraiment envie de passer à autre chose ? Certes, mon cœur était brisé parce qu’il ne voulait pas de moi, mais je faisais partie de ses plus proches amis. La douleur était pansée par un plaisir incommensurable.

Et ainsi, je déposai un baiser sur ses lèvres, cette bouche tentatrice qui me faisait de l’œil depuis que je l’avais vu. C’était chaste, le plus chaste que je puisse faire, mais je ne voulais pas non plus me faire repousser et je savais que Malaki n’avait pas besoin de mes états d’âme. Je sentais qu’il voulait de la douceur, du plaisir, de l’affection et s’il me laissait lui donner tout cela, je le ferais en usant de toute ma jauge de sagesse. Je ne serais plus capable d’être ainsi jusqu’au prochain siècle, mais on n’en avait rien à foutre, pas vrai ?

« Tu es magnifique, Malaki, lui répondis-je, n’en doute jamais. Je ne suis tendre qu’avec toi… parce que je sens que tu en as besoin… ai-je tord ? Préfères-tu que je te glisse des pensées dépravées pour que tu plonges la tête la première derrière les limites de la loi ? »

Oui, j’avais très envie d’enfreindre les règles. J’adorais même. Cela faisait aussi partie de mes péchés mignons, mais si on devait les compter, il faudrait certainement plusieurs feuilles - la liste était longue, soyons honnêtes. C’était aussi pour cette raison que je faisais ce que la Couronne vampirique me disait, pour pouvoir avoir une certaine discrétion sur mes passe-temps personnels. Par exemple, ma tête dans le cou de Malaki me donnait une envie d’y apposer la marque de mes dents. Sans m’en rendre compte, je montrais mes dents, inspirant son odeur qui m’excitait comme au premier jour, mon nez lui caressant la peau. Animé par un certain désir, ma langue goûta son cou, laissant une fine trace sur son passage qui ne tardera pas à disparaître. Je n’allais pas le recouvrir de salive, ça perdrait son charme.
À mon plus grand déplaisir, il s’éloigna de quelques pas, se déhanchant sous mes yeux gourmands et mon sourire malicieux.

« Est-ce que ça marche ? rétorquai-je au tac au tac. »

J’étais toujours dans la séduction avec Malaki, c’était plus fort que moi, même si je n’attendais rien de lui qu’à rester lui-même. Je n’étais pas un lapin nouveau-né : il y avait très peu de chances pour qu’on forme de nouveau un couple - en avons-nous déjà été un ? Mais je ne le rejetterai pas s’il le désirait, je n’étais pas fou !

« D’accord, jouons à un jeu mon cher… Je t’offre un verre et ensuite, nous buvons un verre à ma façon. Qu’en penses-tu ? Donnant-donnant, non ? »

Je m’approchais de lui, déposais un rapide baiser sur l’une de ses joues, l’air joueur et me faufilais jusqu’au bar pour commander deux verres.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Sam 17 Mar - 19:22

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


Tu danse, ignorant les regards et les autres corps qui vous entourent. Trouvant qu'il y a quelque chose d'électrisant à être de la sorte envelopper de chaleur, sans compter les bras de Zero qui te laissent pas t'enfuir, te tenant contre lui comme s'il craignait que tu t'effondre - et qu'il était le seul être à pouvoir t'en empêcher. Tu doute pas - tu doute pas qu'il t'empêcherait de t'effondrer, qu'il te garderait à la surface bien que tu sois dans un constant torrent d'émotions. Tu sais plus où donner de la tête, préférant te perdre chaque fois dans les bras de la nuit, près des corps d'inconnus qui viennent chercher un Eden de possibilités dans ton Paradis artificiel. Ton paradis a toi est perdu - tu l'as laissé sur les lèvres d'Araël Lightwood, te sentant perdre pied depuis qu'il a fuit votre moment à deux.
« Tu es magnifique, Malaki, » T'ouvre tes yeux pour croiser ceux d'ton ancien amant - d'ton ami le plus proche sans doute hors Gabriel. Sans doute que Zero t'a vu plus vulnérable cependant, comme il t'a tenu nu, sondant ton âme au plus profond pour te faire te révéler - brisant tes barrières pour que t'assume celui que tu voulais être. Pour t'mettre à te maquiller, te changeant en oiseau de nuit pour un oiseau rare - à présent tu brille sous les projecteurs, et t'ose embrasser la nuit avec ton sourire enjoliveur. T'as pas perdu ta naïveté, mais assurément t'as abandonné ta timidité.
« N’en doute jamais. Je ne suis tendre qu’avec toi… parce que je sens que tu en as besoin… ai-je tord ? Préfères-tu que je te glisse des pensées dépravées pour que tu plonges la tête la première derrière les limites de la loi ? » Tu frissonnes - tu sais que tu pourrais tout faire auprès de Zero il ne serait pas celui qui vendrait tes manquements à l'appel. Il t'a couvert pour Rosalina, il t'a laissé faire quand Aria Lightwood est revenue enceinte te demandant de l'aide, il sait comme t'aime à penser vouloir briser la chaire d'un sang pur de tes crocs. Il connait tes perversions, celles que t'as dans la tête qui te lâchent jamais l'esprit. Il te connait par coeur - et il voit combien t'es perdu ce soir. Combien tu veux l'sentir proche pour être sûre de pas être seul.
« Je sais que si je devais oublier la loi, tu m'accompagnerais, gardant dans l'ombre mes pêchers pour m'assurer de n'pas en mourir. » Glisse-tu avant que ta main trouve sa joue et qu'tu lui offre un peu de tendresse aussi. « Tu m'lis comme un livre ouvert, je devrais pas être étonné. Mais ca me surprend toujours d'être si transparent pour toi. » Ronronne tu finalement avec un sourire qui se forme sur tes lèvres, avant d'vous perdre dans la danse.

Tu te perds - tu te perds dans les basses qui frappent dans ton crane, les paroles perverses qui ne t'atteignent pas, le corps de Zero qui se découvre, et tes mains qui viennent caresser son torse que tu connais. Son baiser chaste, ton sourire qui s'fait plus grand, et ton envie de boire - tu veux boire pour oublier, en plus penser, être juste dans le moment. Ne pas avoir l'écho de ton souvenir avec Araël comme un constamment souvenir. Celui qui t'étrique le coeur - autant que le trou béant du manque d'Elysium qui manque de t'envahir depuis ton retour. Tu veux pas y penser - tu veux te raccrocher à Zero et ses paroles qui battent dans tes tempes.
« Est-ce que ça marche ? »
« On en reparlera demain. »  Offre-tu avec un clin d'oeil, avant d'plutôt demander encore un verre - t'en as jamais trop, et il te faut de lourdes doses d'alcool pour être certains de t'oublier dans la soirée. T'es ravi de voir qu'il te le refuse pas, t'offrant plutôt un air conspirateur que tu sais être mauvais.
« D’accord, jouons à un jeu mon cher… Je t’offre un verre et ensuite, nous buvons un verre à ma façon. Qu’en penses-tu ? Donnant-donnant, non ? »  
« Jamais rien d'gratuit, je te connais bien. Buvons puis explique moi ton jeu. » Qu'tu dis pour le suivre, quand il va commander vos verres. Après quoi tu lui prends la main pour le guider dans un coin au-dessus de la foule, reculé, un carré VIP où tu as tes habitudes. C'est pourquoi la table au centre est libre, avec un canapé de cuir où tu t'laisse tomber. Prenant ton verre pour  le vider de moitié d'un coup. « Vas y, c'est quoi les règles du jeu ? » 



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 19 Mar - 14:15

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Ces yeux… Ses yeux même… Ce regard était vraiment incroyable. Il pouvait être comme le chocolat, chaud et pétillant, mais également aussi sombre que la nuit et pourtant si lumineux. Ce regard me faisait l’effet d’un coup de langue le long de mon cou, me donnant des frissons le long de mes bras. Sent-il à quel point il me fait toujours autant d’effet ? Sent-il qu’il peut tout me demander et que j’exécuterai ? Sent-il que je suis encore plus attiré par lui que l’attraction que l’on peut avoir sur un être humain ?
Mon cœur fondit une nouvelle fois lorsqu’il posa l’une de ses mains sur ma joue, me donnant un peu de tendresse. C’était étrange, aussi bien dans l’acte que dans la sensation. Je ne demandais pas de tendresse, ni même en éprouver le besoin, peut-être à cause de mon passé. J’obtenais tout ce que je désirais, mon cœur muré dans un silence… sauf avec Malaki. Alors je profitais de ce moment, de cette sensation, oubliant même de me déhancher au son des basses.

« A jamais muet, murmurai-je. »

Oui, je garderai à jamais ses secrets, même sous la torture. Plutôt mourir sous un soleil d’août plutôt que de trahir Malaki. Et pour la première fois, je me tus et me lançais de nouveau dans une danse endiablée. Je comprenais pourquoi mon démon aimait ça. C’était enivrant, ça nous donnait une énergie incroyable tout en nous épuisant sans qu’on s’en rende réellement compte. C’était l’image même de la vie. La musique était la vie.

Je retirai mon haut sous le regard gourmand de Malaki, l’embrassai le plus doucement possible, plaçant ses mains sur mon torse. Profite mon cher démon et profite, idiot de Zero. Cela pourrait te faire ressasser de merveilleux moments.
Je riais doucement à son clin d’œil, piégé à mon propre jeu. Cela n’arrivait pas souvent, mais avec lui, cela ne me dérangeait pas. Au contraire, c’était aussi plaisant que de gagner une bataille.
Alors que je me dirigeai vers le bar, Malaki me suivit et je commandai nos verres. À peine avait-il attrapé son verre dans ma main, qu’il me l’attrapait et me conduisit dans une pièce au-dessus de la foule. Un carré VIP ? Je ne me souvenais pas qu’il avait un accès spécial. Je fronçai malgré moi les sourcils en le regardant s’installer tranquillement sur le canapé en cuir, avant que mon regard ne fasse le tour de la pièce.

« Tu peux me rappeler à qui est ce bar ? demandai-je en portant mon verre à mes lèvres, buvant une grosse gorgée avant de poser mon verre sur la petite table. »

Mon regard fut de nouveau capté par Malaki et ma langue pourlècha mes lèvres. Cet homme transpirait la luxure sans s’en rendre compte. Doucement, je m’approchai de lui, comme un prédateur, je pris délicatement son verre, sans quitter mes yeux des siens, le posai sur la table et m’agenouillais devant lui, entre ses jambes, mes cuisses touchant le canapé, une main de chaque côté de son corps.

« Les règles sont simples, dis-je d’une voix calme, me retenant de lui sauter dessus. Il faut tout faire pour que je ne te fasse pas prendre du plaisir avec mon corps et tu sais bien que je peux utiliser vraiment tout mon corps pour cette tâche… »

Je déglutis en dépit du fait que je sentais ma bouche terriblement sèche. Était-ce danser collé serré contre lui qui m’avait excité ainsi ? Heureusement, je contrôlais suffisamment mon anatomie pour que rien ne se voie… mais ce n’était pas garanti que ça le reste si la soirée continuait sur ce chemin. Non pas que cela me déplairait, bien au contraire même, mais je doutais que Malaki le veuille et il était hors de question que je le force à faire quoique ce soit. Ce n’était pas arrivé jusqu’à aujourd’hui et cela n’arriverait jamais ou ça serait le trahir et rien que cette idée me donnait des envies de me donner une raclée.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Jeu 22 Mar - 22:02

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


Dans un monde parfait, sans doute serais-tu tombé amoureux d'Zero. Il était tout c'que l'on pouvait désirer. Outre son corps à se damner, il avait cette affection pour le plaisir et la passion qui le rendait bien souvent irrésistible. Pêcher, assurément dévastateur, il savait prendre ce qu'il voulait, donnant gout à l'excès pour compensation. Il était destructeur - il avait brisé ce qu'il te restait d'innocence, te poussant à être qui tu désirais, plutôt que la personne qu'on attendait de toi. T'avais appris à être un vampire selon les conventions et les convenances - forgé par la bienséance et ta place de noble auprès de la famille royale - ignorant qui tu étais outre cela. Sortie du regard des Lightwood, tu avais disparut. Zero t'avait sans doute vu, brisant ta carapace et tes évidences pour te faire perdre pied. Tu t'étais perdu avec lui, pour t'construire plus honnêtement - à présent tu n'pouvais être que fier de la personne que tu étais - assumant tes pêchers avec le reste.
« A jamais muet » T'souris contre lui - jouant de son jeu de séduction comme tu le faisais toujours, bien que sans doute il ne le faudrait pas. T'sais qu'il en souffrira plus que toi de cette situation, mais t'sais pas faire autrement. Sur le rythme de la musique tu roule des hanches serré contre lui, son corps offert à tes doigts joueurs - et ton sourire qui fend ton visage pour t'faire oublier ton trouble. L'trouble qui t'a poussé à t'rendre là ce soir - ou tu pensais pas trouver d'si belle compagnie.

Tu le laisse te guider vers le bar, désireux de t'oublier dans l'alcool à défaut de pouvoir - vraiment - t'abandonner dans ses bras. Tu l'pourrais, mais t'es pas sûr de le vouloir. T'voudrais, au contraire, passer une soirée à l'laisser t'rappeler que t'es un type qui s'fait séduisant sans trop d'effort. T'veux le voir qui brûle pour toi - t'rassurant, plutôt que de continuer à te demander si t'es vraiment si atroce pour qu'Araël t'foute à la porte de sa vie après un moment si intime. T'sais plus quoi penser - alors autant boire jusqu'à ne plus être capable de penser. Et tu retrouve ton lieux préféré pour cela.
« Tu peux me rappeler à qui est ce bar ? » T'arque un sourcil - oubliant l'fait qu'il ne savait pas justement, qu'le Heaven était à toi. Il semble vraiment surpris en te posant la question, et pour réponse tu fais un geste pour montrer l'endroit avec grâce.
« Qu'est-ce que tu en penses ? » demandas-tu avec un air espiègle - t'pense pas qu'il mette longtemps à le deviner, et t'es plutôt fier que ce soit une surprise pour lui - ca te donne l'occasion de lui prouver que ses années à te débaucher ont payé.

Mais finalement c'est son jeu qui t'fait sourire - t'sais comme ceux de Zero sont toujours divertissant. Cette fois, cependant, quand il prend ton verre t'évite pas une moue boudeuse, même si quelques secondes plus tard il est contre toi, entre tes jambes, et qu'tu vois qu'il en perd le souffle.
« Les règles sont simples. »
« Ca ne m'étonne pas. » T'réponds une fois encore, avec un sourire qui cherche plus d'naïveté. Cherchant à ne pas te faire troubler par le bellâtre devant toi.
« Il faut tout faire pour que je ne te fasse pas prendre du plaisir avec mon corps et tu sais bien que je peux utiliser vraiment tout mon corps pour cette tâche… » T'sais pas quoi attendre. Tu l'sais pas - mais quand tu le vois qui perds le souffle tu t'dis que peut être c'pas tant une belle idée de lui faire cela. Tu sais pas - une vague d'coupables sentiments qui t'assaillent soudainement, t'font poser ta main sur sa joue une fois encore.
« J'veux pas t'torturer une fois encore, Zero. » T'réponds, bien que tu sache qu'il est assez borné pour vouloir jouer en risquant des sentiments et des réactions qu'tu lui fais avoir sans le vouloir. T'veux pas être la cause d'un mal chez cet homme que t'adore. Vraiment tu l'veux pas. « J'crains juste que tu craques avant moi - t'es pas doué pour me résister on l'sais tous les deux. » T'dis plutôt, avec un sourire qui s'veut plus joueur - perdant de ton sérieux pour t'abandonner au jeu plutôt. « Ou peut être un jeu défis ? Si tu l'relève pas, j'bois. Si tu l'relève, je bois. Si j'relève pas, je bois. Et si j'relève, je bois. Ca m'semble plus parfait comme idée. »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mer 28 Mar - 14:01

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
L’un des talents cachés de Malaki était qu’il arrivait toujours à me surprendre à un moment ou à un autre. Je n’étais pas quelqu’un qui était facilement surpris, mais je ne savais pas. Peut-être, je n’étais pas objectif, ce qui était probable lorsqu’il s’agissait de mon démon. Néanmoins, il avait ce petit don qui me faisait relativement craqué malgré moi. Je ne pus m’empêcher de sourire largement, détaillant la pièce un peu plus en détail. J’adorais, c’était à la fois chaleureux et dans les teintes qui donnaient facilement des envies peu catholiques.

« Petit cachottier, susurrai-je en plongeant mon regard de nouveau dans le sien. »

Si j’admirais énormément Malaki sur quelque chose, c’était bien sa capacité à faire tourner une boîte, mais aussi de trouver un bon filon. Je n’étais pas doué avec l’argent, ça n’avait de secret pour personne, même si mon hôtel à Rome était prospère. Mon compte en banque était proche des centimes. Je n’arrivais pas à économiser, à investir ou tout simplement à garder suffisamment d’argent tout en vivant correctement. Je me faisais plaisir jusqu’à ce que je ne puisse plus, trouvant divers stratagèmes pour me dépanner lorsque j’étais réellement en galère. Je savais que je n’étais pas moche et mes talents de séducteur n’étaient pas à prouver. L’avantage indéniable était également le fait que j’étais un vampire et qu’influencer les êtres humains était chose aisée. Je ne le faisais pas tout le temps et je ne mettais personne en danger et puis, de toute façon, ma conscience était aux abonnées absents.
M’avançant vers lui, je restais cependant légèrement en retrait, ne voulant pas le brusquer, ni même le forcer à quoique ce soit. Ses mots résonnèrent dans ma tête. Malgré ton envie Malaki, ta présence pouvait aussi bien être un délice qu’une torture. Pourtant, il était hors de question qu’il le voit, je me le refusais et c’était pour cette raison que mon sourire ne bougea pas, déformant ma bouche dans un sourire en coin charmeur.
Alors qu’il mit en avant une évidence, je ne pus m’empêcher d’acquiescer et d’en rajouter une couche, passant sous silence sa précédente phrase, comme pour l’oublier.

« Ca, c’est certain. »

Inutile de le nier. A chaque fois, même si je fixais les règles, même si je jouais, même si nous jouions, j’étais toujours le premier à céder. Je n’arrivais pas à tenir et pourtant, jouer était ma spécialité. Cependant, Malaki me faisait bien trop tourner la tête pour que je sois gagnant. Je n’étais pas totalement perdant non plus à vrai dire…

« Tu bois beaucoup dans ces règles, remarquai-je en plissant les yeux. Je n’aime pas trop ça à dire vrai… mais si tu veux qu’on se fasse une cuite… »

C’était tout sauf une bonne idée en fait. J’allais être plus entreprenant si je buvais trop ou trop de souvenirs me reviendront en mémoire. Ou peut-être les deux. Ce n’était clairement pas une bonne idée en fait. Je ne voulais pas que Malaki me retombe dans les bras parce qu’il était malheureux, ni même parce qu’il était bourré. Voulais-je vraiment qu’on se remette ensemble d’ailleurs ? Je l’avais encore un peu dans la peau, mais peut-être pas à ce point-là.
Je n'étais pas quelqu'un qui refusait un verre, je tenais bien l'alcool, mais que cela vienne de ce démon où j'étais toujours entre ses jambes, c'était assez surprenant. Une fois de plus.

« En fait, j’avais très envie de boire au poignet d’un humain, avouai-je finalement, tout en te regardant boire à l’autre poignet. »

Danser, me coller contre Malaki, la musique, les sensations, les basses, tout cela avait été un cocktail électrifiant pour moi. J’avais encore de l’énergie et ma soif ne se manifestait pas encore, mais c’était une envie que j’avais envie de réaliser. Mais je pouvais très bien m’en passer aussi… C’était pour cela que j’enchaînais.

« Mais relever des défis, ça me convient aussi. Par contre, changement de règles : si quelqu’un réussit le défi, l’autre boit. Si la personne échoue, elle boit et doit refaire un défi. Marché conclu ? »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Dim 1 Avr - 2:17

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


T'es pas doué pour garder des secrets - en tout cas pas pour les garder de Zero. Peut être parce qu'il te connait par coeur, ou que depuis votre première rencontre il a été aisé de lui parler. La seule chose que tu gardes de lui c'est le nom de l'homme qui t'a pris l'coeur - et brisé le sien par la même occasion. Sans doute parce que admettre tes sentiments pour Araël à haute voix n'ferait que les renforcer ou les rendre plus réels. Et plus tortueux. T'veux pas le dire - tu l'as jamais fait. Avec Elysium t'as jamais prononcé les mots, et à présent il s'trouve personne pour savoir ce qui se trame entre l'Empereur et toi. Rien - sans doute - parce que c'est tout ce qui résume cet élan sentimental. Rien. Tu l'cache alors en espérant que ca te le fasse oublier. Mais tout l'reste, tu l'offre à Zero sur un plateau. « Petit cachottier » T'souris, arquant un sourcil suggestif. En réalité, tu fais pas d'un secret de ton rôle de patron au Heaven. T'aime ce lieux et ce qu'il est devenu.
« T'aime la surprise ? » Qu'tu demande avec un ravissement que tu tente pas de cacher. Pas plus que tu caches tes sentiments quand tu découvres son jeu. T'veux pas être responsable d'son coeur étreint d'douleurs, et tu préfères le garder à tes côtés malgré tout. Tu l'veux pour la nuit - tu l'veux qui t'fasse oublier le tumulte de tes pensés.

Ou s'il est pas suffisant, t'veux boire. Boire. Boire. T'sais qu'il t'en faut beaucoup de l'alcool pour commencer à t'sentir disparaitre dans le méandre de l'ivresse.
« Tu bois beaucoup dans ces règles » « Il faut bien ca. » « Je n’aime pas trop ça à dire vrai… mais si tu veux qu’on se fasse une cuite…  » t'inspire profondément - l'entendre s'inquiéter pour toi t'fais toujours grandir une chaleur dans l'ventre. Comme pour t'rappeler que t'es pas seul. Que maintenant que Zero a prit sa place dans ton éternité, tu le seras sans doute jamais plus. T'sais pas si votre amitié est saine, ou si elle a d'belles bases - sans doute pas. Mais elle t'est indispensable à présent.
« J'demande rien d'mieux qu'oublier, Zero. » L'gémissement est ridicule - sans doute même pathétique - mais t'sais qu'il comprendra. Ou n'posera pas de question. Ou peut être que si - et tu répondras avec autant d'sincérité que tu peux. mais tu sais aussi qu'il te fera boire alors. Il demandera pas mieux que d'être là pour t'faire oublier.
« En fait, j’avais très envie de boire au poignet d’un humain » Tu redresse la tête pour l'fixer dans les yeux. Il est toujours entre tes jambes, et t'veux pas qu'il parte plus loin. T'es pas mal à l'aise, même s'il est proche. T'as jamais été mal à l'aise avec sa proximité.
« Tout en te regardant boire à l’autre poignet. » « On devrait peut être faire ca alors. Il s'trouve un paquet d'humain ici, il suffirait d'choisir un, et d'trouver un coin parfaitement calme. J'ai même un bureau à l'étage... » T'proposes, avant de passer près d'Zero pour récupérer ton verre, restant par la suite à moitié collé contre son torse pour l'vider d'une traite. « Pas d'mort, c'est la seule règle. » T'souffle comme pour promettre ca - pas d'mort. Pas d'mort, mais vous avez assez d'capacité pour vous maitriser, ou pour faire oublier à votre possible victime ce qu'il lui arrive.
T'sais que c'est contre la loi.
T'sais aussi que ca serait pas la première fois qu'vous vous abandonnez à c'genre d'activité avec ton ami.

« Mais relever des défis, ça me convient aussi. Par contre, changement de règles : si quelqu’un réussit le défi, l’autre boit. Si la personne échoue, elle boit et doit refaire un défi. Marché conclu ? » « Ca m'semble acceptable. Conclu. » T'marque ca avec un baiser rapidement sur ses lèvres, avant d'prendre son verre pour l'porter à tes lèvres. « J'débute alors ? J'te défis d'trouver une belle compagnie - humaine - pour profiter d'la nuit à trois. »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 2 Avr - 18:59

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
« Si j’aime la surprise ? Il n’y a pas de mot pour te dire à quel point j’adore ! »

Le vocabulaire me manquait. Je savais que Malaki avait bon goût, outre ses conquêtes, il s’habillait toujours avec classe, élégance, sachant clairement se mettre en valeur ou mettre les vêtements appropriés pour une occasion. Ce n’était pas le cas de tout le monde. Personnellement, j’aimais m’habiller comme bon me plaisait avant toute chose. Pour le reste, je n’en avais cure.

Néanmoins, la détresse de Malaki m’était palpable. Malgré le fait que ses pieds aient piétiné mon cœur, je ne pouvais pas rester insensible à ses états d’âme. J’étais encore accro quelque part, mais je le serais toujours… sauf si quelqu’un arrivait à colmater les dégâts et à me faire dévier mon regard de ce démon de la luxure et du plaisir. Oui, je lui souhaitais bon courage à cette personne et je lui serais éternellement fidèle s’il arrivait à une telle prouesse. Ce n’était pas pour demain !
Sa voix m’attriste et ma main droite se posa tendrement sur sa joue gauche, caressant de mon pouce cette peau douce. J’avais envie de l’embrasser sauvagement, désespérément, juste pour lui faire oublier ses tourments. Je n’étais pas forcément doué avec les mots, mais je savais que mes actes étaient au-dessus et dans ses moments, j’agissais au lieu de palabrer.

« Et pourquoi pas ici ? demandai-je. Cette salle a l’air très tranquille. »

Malaki se pencha et je ne bougeais pas, appréciant le rapprochement de nos corps. Grâce à mon ouïe, je savais qu’il avait pris son verre de sang, mais j’étais tout bonnement incapable de bouger. J’inspirais calmement pour garder en mémoire son odeur, le bout de mon nez touchant son cou pour le caresser légèrement, remontant vers son oreille. Ma tête se recula légèrement pour que mes lèvres puissent glisser sur quelques centimètres au niveau de sa mâchoire. Mon démon… Tu me rendais complètement fou… Le mot « mort » me sortit de ma transe et je compris que l’on ne devait pas tuer. C’était moins amusant, mais c’étaient les lois locales, je devais m’y plier.

« Aucun problème, susurrai-je au creux de son oreille. »

Le marché conclu, mon ex-amant déposa un rapide baiser sur mes lèvres. Les yeux grands ouverts, je le regardais faire, savourant comme je pus ses rapides secondes. Mon regard devait en dire long malgré moi, mais j’assumais. Je souris alors qu’il me lançait son premier défi, passant ma langue sur mes dents supérieures, la bouche entrouverte. Le jeu allait commencer et j’avais hâte, hâte de continuer cette soirée, hâte de chasser les mauvaises pensées de Malaki, hâte de continuer à rester dans cette bulle.

« Compagnie de type masculin ou féminin ? »

Je me redressai, m’étirais un peu, faisant ressortir le V qui encadrait mes abdominaux sur mes hanches. Un large sourire aux lèvres, je me dirigeais vers la sortie de la salle VIP avant de me tourner vers Malaki.

« Veux-tu que je remonte une autre boisson de type alcoolisé tant que j’y suis ? »

Autant faire d’une pierre deux coups.
Je sortis de la salle et me dirigeais de nouveau vers la piste de danse. La chasse était ouverte et plus tôt, j’avais une proie, plus vite, je remonterais pour ne pas laisser Malaki seul trop longtemps.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 2 Avr - 22:55

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


« Si j’aime la surprise ? Il n’y a pas de mot pour te dire à quel point j’adore ! » Et comme tu sais que les mots c'pas le fort de Zero tu t'en vexe pas. T'sais au contraire que ses actes parlent pour lui, qu'ils laissent ses pensés et ses opinions s'traduire par ses actes, ses sourires, ses regards. Tu sais reconnaitre son enthousiasme, son plaisir, son regard qui scintille d'cette joie unique. De son addiction au monde, et à ses plaisirs - c'qui fait de lui ce qui t'a séduit. T'sais le voir vraiment plutôt qu'juste le regarder comme un énième corps dans la foule qui s'amasse au Heaven. T'sais qu'ils comptent pas, disparaissant dans des corps indifférents - y a qu'Zero pour toi ce soir, et t'voudrais qu'il te fasse tout oublier. T'sais que c'est trop demandé, que tu devrais pas, qu'tu as entre tes mains le coeur de ton ami. Il t'ait cher, tu peux pas le nier, et c'pour ca aussi que tu peux plus imaginer ton existence sans que Zero y ait sa part. T'sais pas expliquer pourquoi t'es si dépendant d'sa présence à tes côtés. La vie avant Zero t'semble lointaine, presque celle d'un étranger. Pas que tu la dédaigne, mais t'es plus cet homme-là à présent, et t'veux pas y revenir. T'es fier d'qui tu es, bien qu'tu sois capable d'choses que tu pensais pas pouvoir : tu peux le détruire, et t'en as conscience.
Mais tu sais que tu le feras jamais, flirtant avec la limite de l'acceptable sans la franchir. Parce qu'il est beau, Zero, t'faisant tourner la tête, et son parfum qui t'entoure t'rappelle vos beaux moments en Italie. A un temps où t'avait juste à t'inquiéter pour toi; loin d'Haima c'est ce que t'as pu faire - être toi.
« Et pourquoi pas ici ? Cette salle a l’air très tranquille. » Tu reviens à la réalité quand il t'répond - votre jeu promet quelques beaux rebondissements, et t'sais qu'à instaurer une seule règle - d'pas voir de mort ternir la réputation de ton établissement - tu te permets aussi de ne pas savoir où la nuit va vous conduire. T'sais que tout est possible avec Zero, et que t'es prêt à t'laisser porter par sa passion ce soir. Tant qu'elle vous dévore pas tous les deux dans d'violents sentiments d'abandon. Tu veux pas souffrir plus au matin, ou alors d'une migraine ou de tes yeux qui tirent. Mais pas d'la perte de Zero.

Tu veux du sang.
La soif t'arrache la gorge dés lorsqu'Zero y fait référence, et bientôt, alors l'alcool qui circule dans tes veines, t'pense plus qu'à ca. Alors autant trouver un humain pour s'complaire dans cette idée, parce que tu sais qu'ton ami sera pas contre.
« Aucun problème. » Ca te surprend pas qu'il prenne le jeu si facilement, s'glissant loin de tes bras - finalement - pour s'pencher vers la foule. Et tu l'regarde vers, toujours avachi sur l'canapé haut en couleurs. « Compagnie de type masculin ou féminin ? » « T'sais comme je suis pas farouche sur la question. Je me fis à ton jugement - mais pas d'beau et grand brun ténébreux. »  C'tout ce que tu demande. Parce que si tu dois penser à Araël dés qu'tu croiseras la gueule de votre victime, t'es sûr d'être fou avant la fin de la nuit.
« Veux-tu que je remonte une autre boisson de type alcoolisé tant que j’y suis ? » « La question s'pose pas. Et demande deux shoots d'plasma, d'ma part. »  Dis-tu en faisant danser les bagues qui s'trouvent à tes doigts. Et tu l'vois partir - t'sais que le plasma c'est rare et cher - qu'tu peux te le permettre comme t'as de l'argent à plus savoir quoi en faire. Mais Qu'Zero lui a sans doute rarement l'occasion de s'en fournir. Ca rend tout plus vibrant, plus vivant, plus violent - c'pire que le sang, et bien meilleur à la fois. C'est une chose terrible et merveilleuse à la fois. T'en abuse pas - mais tu sais que tu pourrais en devenir addict au point d'y passer t'a fortune. En attendant t'bois ton verre en attendant qu'il revienne, et quand c'est fait tu l'accueille avec un sourire ravie sur la gueule. « C'est à toi d'choisir le prochain défis, Darling. »




_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Jeu 5 Avr - 10:46

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Je ne répondis rien. C’était bien une première, moi qui avais la réputation de ne pas avoir ma langue dans ma poche. Peu importait le contexte d’ailleurs, je trouvais avec faciliter la répartie dont j’avais besoin pour ne pas me faire marcher dessus ou pour paraître insolent. Mais j’assumais. Quoiqu’il advienne. C’était quelque chose que j’avais toujours fait et que je ferais jusqu’à la fin de mes jours. Outre ma décadence, j’avais quand même quelques principes et je m’y tenais. Jamais je me suis dérobé à l’un d’eux et je préférais baiser les pieds de l’Empereur plutôt que de faire une exception. Ainsi, je quittais la salle V.I.P., non sans un sourire mi-amusé, mi-impressionné. Malaki avait de bons goûts, c’était indéniable, mais des goûts aussi de luxe. Le plasma était quelque chose d’assez rare et de profondément délicieux. Avec ma dépense légendaire, je n’avais pu en goûter qu’à de rares occasions dans ma vie. Je n’allais pas cracher sur un shoot de plasma ! Je me rendis immédiatement au bar, commandant les boissons de la part du patron et mes yeux allaient et venaient sur les personnes autour. Je cherchais, je traquais, une proie, la proie, qui pourrait aussi bien convenir à Malaki qu’à moi. Je traversais les nombreux corps sur la piste de danse, presque lentement, comme un prédateur. Ce que j’étais. Outre ma condition de vampire qui me plaçait comme un chasseur, j’étais de nature à chercher la proie et non à l’être.

Soudain, mon regard fut interpellé par une chevelure de feu. M’approchant toujours calmement, je finis par me retrouver à côté d’un jeune homme, la vingtaine à peu près, roux, musclé, mais relativement mince. Il était en train de danser avec un mec visiblement plus âgé, même si sa barbe le rendait un poil plus vieux. Me collant à lui, mon corps suivit le mouvement, dansant contre lui. Être avec des inconnus ne le dérangeait pas, au contraire, il avait l’air d’apprécier puisqu’il passa l’une de ses mains sur ma nuque. Je le retournais, faisant ainsi comprendre à l’autre homme qu’il n’avait plus aucune chance, même si le message n’était pas passé. Un regard noir le dissuada. Puis, doucement, ma main droite se posa sur sa mâchoire, lui faisait ouvrir les yeux. L’alcool parcourait ses veines, mais pas suffisamment pour qu’il soit bourré. Sa pupille était un peu dilatée, mais le vert de ses yeux était bien visible. Il était un peu plus petit que moi, mais ça ne l’empêcha pas d’avoir son regard ancré dans le mien. Il était à présent charmé. Un baiser langoureux eut raison de lui. Il était à présent ma marionnette pour le reste de la soirée. Il en profita tout de même pour que ses mains caressent mes abdominaux, partent sur mes hanches puis, sur mes reins, remontant le long de ma colonne vertébrale. Je l’entraînais à ma suite, récupérant les shoots en demandant une bouteille de whisky en supplément, toujours sur le compte de Malaki. Je fis porter le tout au rouquin et lui montrais le chemin jusqu’à la salle V.I.P. J’ouvris la porte et le fis entrer, l’invitant d’un mouvement de poignet, avant de refermer la porte.

« Avant le prochain défi, finissons ce que nous avons commencé, sweet heart, dis-je en lui faisant un clin d’œil. Te plaît-il ? demandai-je à Malaki en le regardant. Comment t’appelles-tu, jeune homme ? fis-je en observant le jeune humain.
- Liam, répondit-il en posant le plateau sur la petite table.
- Assit-toi, fis-je en lui montrant une place à côté de mon démon. »

Je le suivis, prenant place à côté de lui, souriant, me pourlechant les lèvres d’avance. L’excitation montait avant l’heure et je n’étais pas à l’abri d’avoir un début d’érection, mais rien à foutre. Je pris délicatement l’avant-bras de Liam et y passai ma langue sur son poignet. Un frisson me parcourut l’échine comme à chaque fois que j’allais mordre quelqu’un. J’adorais cette sensation, mais je devais faire aussi en sorte que Liam apprécie. Avec deux doigts, je tournais sa tête vers moi, plongeant mon regard dans le sien.

« Tout ne sera que plaisir, susurrai-je. »

Si j’avais été un poil plus attentif, j’aurais peut-être vu le frisson du jeune homme. Cependant, je ne repérais que sa respiration qui se hachura. Mes yeux dévièrent sur mon ex-amant. Un regard d’anticipation, de luxure, d’envie, de plaisir, le tout réunit. Pendant quelques secondes, le temps revint en arrière, nous ramenant à Rome. Les plus folles années de ma vie, surtout avec Malaki. Je revins bien vite au présent, mordant finalement juste au-dessus du poignet, mes yeux toujours sur Malaki. Son sang était bon, chaud, légèrement amer, sûrement à cause de l’alcool, mais c’était comme un plat sucré-salé. Mes propres pupilles se dilatèrent légèrement et malgré moi, je sentis une certaine partie de mon anatomie se réveiller. Malgré moi, la luxure me caressait, me donnait des idées plus folles les unes que les autres. L’envie était de plus en plus brûlante. Je relâchais le poignet, léchant les plaies, le souffle légèrement erratique. Je mourrais d’envie de faire Malaki mien. Je mourrais d’envie de le prendre sur ce canapé, sur cette table, sur ce sol, sur ce mur. Je mourrais d’envie de prendre ce jeune rouquin aussi. Je mourrais d’envie de dépraver ces deux hommes pour leur faire hurler leur plaisir.
Passant une main dans mes cheveux, je fermais deux secondes mes yeux avant de les rouvrir. Bordel. L’une de mes mains attrapa un shoot de plasma et je le levais vers le propriétaire de cette boîte.

« Maintenant, on faire un autre défi, arrivai-je à prononcer, la voix un peu plus rauque. »

Malaki. Mon amant. Mon démon. Malgré le temps, arriverais-je à trouver quelqu’un qui me fasse autant d’effet que toi ?

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Ven 6 Avr - 22:35

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


T'as trouvé dans l'excès le gout de l'éternité - t'y a découvert l'sentimenet d'exister vraiment, au présent, sans plus avoir à penser que la vie n'comptait pas. Quand on vit éternellement, c'est facilement d'oublier qu'le présent compte. Qu'le présent rattache aux sentiments, aux sensations, à l'instant. T'as longtemps vécu comme détaché d'toutes ces inquiétudes, sans avoir à t'angoisser de demain car tu savais qu'il y en aurait des tonnes - sans la peur d'la mort, tu avais pas tant l'gout à vivre maintenant. Puis il y a eut l'excès - l'excès c'est d'vivre trop. Trop violemment, trop soudainement, trop intensément - c'est vivre trop. Trop vivre pourtant tu ne pensais pas cela possible, mais dans les bras de Zero c'est ce que ca a été. Trop - trop bon, trop violent, trop soudain, trop - tu en as brisé le coeur du noble à tes côtés, mais il est encore là. Parce qu'il est trop attaché à toi - puis t'peux pas nier que tu as trop besoin de lui pour pouvoir tourner les talons. T'as abandonné cette idée il y a longtemps déjà.
Tu l'vois qui glisse dans la foule, s'trouve son chemin vers le bar, et t'ferme la porte pour profiter du silence. Un moment. Tu veux pas rester seul - soudainement tu t'souviens pourquoi. Tu veux pas, sentant d'nouveau le fantôme des lèvres d'Araël sur les tiennes, et cet indescriptible envie d'sortir du Heaven pour l'rejoindre. Et une fois au Palais ? T'veux pas te retrouver devant son indifférent regard, sans savoir quoi faire ou penser. Quoi faire d'ta personne en sa présence, quoi penser d'ce moment entre vous, ou d'son silence.

Tu veux pas penser du tout, alors quand la porte s'ouvre à nouveau, t'es assis à ta place, l'verre d'alcool vide à la main, avisant la présence d'un humain à ses côtés. Tu souris, n'étant pas surpris une seconde de le voir qui réussit si rapidement à trouver une victime. T'sais comme il est dure de lui résister - t'sais comment son regard, et sa confiance en lui suffisent pour faire céder. « Avant le prochain défi, finissons ce que nous avons commencé, sweet heart » Tu réponds à son clin d'oeil par un sourire en coin, l'voyant qui tourne autour d'votre proie avec sa belle élégance. Et tu peux pas détacher son regard d'ton ancien amant. « Te plaît-il ? »  « Il manque pas d'charme c'est certain. » Et l'fait qu'il soit le parfait opposé à ton bellâtre brun n'est que mieux. Tu peux rien retrouver de l'empereur dans ses cheveux d'feu, cette peau tacheté de rousseurs, ou ce regard vert qui brille de malice. Il est pas tellement grand, ni vraiment musclé - ce qui est pas plus mal. Pas que ca compte pour toi - pour vrai - comme pour l'moment t'as une seule idée en tête, et les canines qui se dévoilent pour l'prouver.
« Comment t’appelles-tu, jeune homme ? » « Liam » « C'est joli, Gringer. »  Qu'tu réponds en faisant un geste d'la main, bien fluide, comme pour l'inviter à t'rejoindre sur l'canapé. Et c'pas long avant que Zero fasse de même - rapidement les shoots d'plasma et le whisky oubliés sur la table. Vous vous tournez vers l'humain, et t'sens une vague d'excitation t'saisir.

T'as chaud, t'es brûlant d'en dedans, et t'sais qu'il n'y a que le chasse et l'corps humain pour t'faire ressentir cela. C'interdit - l'gout de l'interdit l'rang plus piquant encore, et t'souris quand tu veux Zero n'pas cacher son état. « Assit-toi » Il l'fait, lourdement, mais tu n'y fais pas tant attention. Tu as d'oeil qu'pour Zero à c'moment précis, n'ratant rien du spectacle parfait qu'il t'présente, en fondant sur le corps qui s'offre à ses dents tranchantes. « Tout ne sera que plaisir » T'sais plus s'il parle à l'humain - ou à toi - mais tu manque pas d'hocher la tête et d'le voir plonger ses canines dans l'corps mortel. Tu fais d'même, mais t'prends plutôt l'partie de venir sentir la veine qui bat dans l'coup - comme l'humain regard Zero il voit pas tout d'suite que tu t'es approché, et t'embrasse la beau, avant d'planter tes crocs dans l'creux entre l'épaule et le cou - t'aime c'lieux-là, c'une chose que tu cache pas. tu aspires alors - et dieu qu'le sang humain prélevé d'un corps est unique. T'as pas chassé depuis des années - la dernière fois avec Zero et tu garde pas tant de souvenirs parce que vous étiez retournés. Tu aspires alors - tu aspires et sent ton corps qui s'tend de plaisir, complètement chaud, et dur - t'es sans doute pas dans un meilleur état qu'ton ex-amant. Sans doute pas - et t'as du mal à arrêter. Mais t'sais que sans cela c'la mort - et le gout d'la mort est trop amer. T'arrête, alors, le sang t'coulant sur le menton et les iris noire t'plaisir, s'perdant dans l'vide.
« Maintenant, on fait un autre défi » Tu t'retourne vers Zero - t'sais comme il est ardent comme toi, et tu pousse l'humain totalement perdu vers son corps à lui. « Il est à toi - fais en l'tiens j'sens comme tu en as envie. » T'déclare avec un sourire en coin, sachant qu'il s'gênerait pas pour l'baiser devant toi - t'peux pas dire que l'idée est pas excitante, mais t'veux pas être dans les bras d'Zero, entre ses cuisses, t'as encore assez d'retenu pour ca.

Pour l'moment.
T'prends alors le plasma qu'tu humes - et c'presque aussi bon qu'le sang. Mais pas tout à fait. T'soupire lourdement alors. « Boire ca après un sang humain c'tellement de gâchis. Faudrait l'savourer ce shooter. » Tu boude, l'repose sur la table, et fait demi-tour pour regarder Zero. « A toi d'décider l'prochain défis, Sweat pea. »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Dim 8 Avr - 12:38

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Roux, les yeux verts, une fine barbe, musclé, mais fin, c’était encore un jeune, mais je pouvais sentir son désir et son excitation naissante. Malaki, également, pouvait le sentir. Je voyais que ce n’était pas son style d’homme, mais je savais aussi qu’il valait mieux de ne prendre le genre de Malaki. Il voulait oublier, c’étaient ses mots, et j’allais tout faire pour que ça soit le cas. C’était une sorte de mission personnelle. J’avais en horreur de voir Malaki ainsi, mon tendre amant, aussi mélancolique, triste, abattu, bien que son attitude restait fière. Ses yeux le trahissaient. Je le connaissais suffisamment pour lire en lui comme un livre ouvert.

Le jeune homme au prénom de Liam s’installa sur le canapé. J’adorais ce moment, où excitation et plaisir ne faisaient que croître simultanément. Cela devenait grisant et d’eux-mêmes, mes crocs s’allongèrent après quelques douces palabres. Je perçus le mouvement de tête de mon démon, aussi subjugué que Liam par mes paroles. Mon côté dominant n’en fut que plus fier. Je plantais mes canines dans cette chair, observant Liam penché sa tête en arrière, la bouche s’entrouvrant, le regard brillant. Malaki le mordit au niveau de l’épaule et du cou, un endroit qu’il adorait par-dessus tout. Je le comprenais. J’adorais mordre à cet endroit lorsque je baisais. L’orgasme était tellement électrifiant que ma soif me brûlait les veines et je mordais mon partenaire, peu importait le sexe, la race. Son sang était tellement chaud, tellement bon. J’adorais mordre. Peut-être était-ce aussi le fait que je sois un vampire, mais certains ne mordaient plus ou très rarement. Comment pouvaient-ils ? Comment arrivaient-ils ? Cette sensation fulgurante était tout bonnement un vrai délice à l’état pur.
Finalement, je m’arrêtais, léchant les plaies, mon regard toujours braqué sur Malaki. J’étais terriblement envie de lui, mon entrejambe bien réveillé l’attestait. Mon tendre démon, mon doux Malaki. Je ne pouvais cacher le fait que j’étais encore comme un aimant pour voir, attiré inexorablement vers toi. Tu faisais partie de ma vie, même si nous n’étions plus vraiment ensemble, nous étions des amis. Cependant, ça ne m’empêchait tout simplement pas de toujours te désirer tout comme t’oublier dans les bras d’autres.
J’attrapais un shoot de plasma, le levant vers lui, sans me préoccuper du jeune qui était un peu plus contre moi, sur un petit nuage. J’étais d’accord avec Malaki, mais je portais le shoot à mes lèvres, les trempant simplement. L’effet fut indescriptible. C’était comme une drogue qui tentait de me faire planer. Mes poils se hérissèrent, je penchais ma tête en arrière avant de reposer le shoot de plasma.

« Ce n’est pas de lui dont j’ai le plus envie, répondis-je d’une voix rauque, plantant mon regard dans celui de mon ex-amant. »

Oh non. Je brûlais surtout de désir pour toi Malaki. Je pouvais certes prendre ce jeune Liam tout innocent, là, maintenant, à moitié sur ce canapé, devant toi, tout en te regardant de manière provoquante et avec luxure. Mais ce n’était pas ce que je voulais, ce dont j’avais envie.

« Maintenant, on va faire un autre défi, dis-je sur le même ton, mon regard toujours dans celui de Malaki. Fait-moi débander. »

Rien qu’avec ces mots, j’imaginais mille et une façon pour qu’il le fasse et toutes ne faisaient qu’accroître mon désir et mon excitation. Ca devenait un peu plus visible malgré moi, mais je n’en étais absolument pas gêné. Nous avions partagé des nuits brûlantes ensemble à Rome, il me connaissait, il connaissait mon corps comme je connaissais le sien. Inutile d’avoir de la pudeur. En avais-je en temps normal ? Pas du tout.

« Je te ferais débander aussi, sweet heart, ajoutai-je, une main se posant doucement sur le genou de mon cher démon, remontant lentement sur sa cuisse. »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Dim 8 Avr - 15:25

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


Tu réfléchis plus, l'court-circuit dans ton esprit laissant place à tes bas instincts. T'sais que Zero est capable de te faire naitre une simple passion - c'est elle qui t'rappelle que t'es une monstre dans l'monde des humains. Qu'tu peux te persuader d'être quelqu'un de bien, avant tout t'es un être fait d'désirs, qui répond à l'appel du sang. T'peux pas le combattre, quand une veine bat contre ta bouche, tu glisse ta langue pour la saisir - tu tranche la peau sans douceur, la marquant d'tes canines blanches. Tu souris contre l'hémoglobine brûlante qui envahit ta bouche - fermant les yeux sans retenir l'gémissement de contentement qui t'fait vibrer la gorge. Tu te tends d'envie, l'excitation gonflant dans ton bas-ventre alors qu'le sang te fait tourner la tête. Il existe pas d'meilleures sensations que celle-ci - celle du monstre qui s'épanche d'la vie de sa proie. T'aime l'pouvoir que ca t'procure, bien qu'tu l'avoue pas. Tu aimes t'sentir si puissant, l'savoir qui s'soumet à ta morsure comme l'doux calisse qu'il peut être.
Ton désir t'fait oublier d'être raisonnable. A présent tu pense plus autrement qu'en vampire, et t'aime cela. T'as retenu cet instinct durant les cinq premiers siècles de ton existence, mais auprès d'Zero tu sais pas continuer de le faire. Alors tu t'tourne vers lui, sans rougir d'voir son erection, ou celle d'votre victime qui tire sur l'vêtement de son jean. Il geint, tu l'entends qui murmure de délicieuses paroles, demandant plus. Mais toi t'fiche de ce qu'il veut - lui il est là pour vous servir ce soir. Et comme la morsure l'fout au firmament, tu vois pas pourquoi tu chercherais pas à l'atteindre aussi.
« Ce n’est pas de lui dont j’ai le plus envie » Tu tourne ton regard vers la bosse qui l'déforme. Tu l'connais par coeur - nu - tu l'connais comme personne, et t'sais ce qu'il aime. T'sais comme le jeu importe autant pour lui qu'les romantiques étreintes. T'sais aussi que tu veux rien d'romantique avec Zero. Et qu'si t'es pas totalement maitre d'toi même tu feras pas mettre à genou pour l'combler non plus. « J'croyais qu'tu aimais l'plaisir, qu'importe avec qui... » T'réponds joueur, avant d'te mordre la lèvre, passant ta langue pour y récupérer les gouttes de sang qui t'tombent sur le menton. Et sur l'siens - tu penche ta main pour y passer tes doigts, et l'goutter du bout d'ton pouce.
« Maintenant, on va faire un autre défi » « J'écoute. » t'sais - tu l'connais assez pour savoir ce qui va suivre, et quand il s'approche d'toi - ignorant l'humain entre vous deux - tu t'fais plus d'illusions. Pas que t'ai envie de t'en faire. « Fait-moi débander.  » Tu lâche un p'tit rire amusé à cette idée. « Ca n'semble pas être l'genre de défis qui s'refuse. » T'admets avec un regard vers l'roux qui t'accroche. Et t'fais un mouvement d'main pour l'avoir à ta merci, il s'penche vers toi pour embrasser la peau d'ton cou, mais tu l'saisis par la nuque pour l'faire glisser par terre. Il s'retrouve vite devant la bosse d'Zero, soumis à c'que tu veux bien lui faire faire.
« Je te ferais débander aussi, sweet heart » « Comme autrefois , Zero ? » t'réponds, alors qu'sa main s'pose sur ta cuisse, et qu'tu viens chercher sa braquette pour l'libérer. Tu perds pas d'temps, son érection libérée, pour saisir la nuque du rouquin et le faire prendre en bouche. Tu contrôle son rythme, en gardant sa main sur son visage, sans pour autant quitter celui d'ton ancien amant du regard. Tu souris à l'voir ainsi libéré - c'est qu'il a toujours su comment t'faire voir la vie à travers l'beau regard de la débauche. « Tu t'souviens comme t'aimer m'voir te prendre dans ma bouche, Zero ? Il va t'faire jouir durement. » T'murmure en glissant vers l'oreille d'ton bel ami - sentant qu'la scène t'fait tourner aussi la tête - et qu'avec la frustration d'ces derniers jours, t'pourrais être assez sensible pour venir d'ce simple spectacle. T'accélère le rythme, contraignant l'humain à aller plus vite - à l'prendre plus loin dans sa gorge, quitte à risquer de s'étouffer au passage. Mais l'plasma, l'alcool et l'sang t'font oublier l'reste du monde, ou ta morale. T'sais que c'est interdit d'contraindre un humain, pourtant il semble pas s'plaindre - pas plus qu'toi de les voir ainsi.
Et de t'imaginer, à ton tour, une bouche d'brun ténébreux qui t'entoure. Tes fantasmes qui t'reviennent, replaçant l'visage de Zero par Araël - t'geins contre son cou, et bien l'odeur t'semble plus la même. « C'foutrement excitant. » Et l'tout te donne chaud - bien trop chaud. T'oublie l'monde - et quand t'sens que tout cela t'fait trop d'effet tu t'mets à murmurer l'prénom interdit, en roulant des hanches dans ton pantalon trop serré. « Araël... gosh... »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 9 Avr - 15:18

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
L’air était chargé en luxure. Une tension sexuelle faisait battre mon cœur. Les gémissements de Malaki, seulement ceux-là, me parvinrent à mes oreilles et m’enflammèrent. Oui, je pouvais avoir du plaisir avec n’importe qui, mais il n’y avait qu’avec toi que le plaisir était au summum. Je me gardais bien de te le dire, mais mon regard de braise devait certainement en dire plus que je ne le voulais. Sa langue lécha quelques gouttes d’hémoglobine sur son menton et il se pencha pour récolter quelques gouttes sur le mien de ses doigts. Un frisson me parcourut et ce n’était pas parce que Liam savait se servir de sa bouche malgré la position. Je passais ma langue sur le coin de ses lèvres où il y avait un peu de sang malgré tout.

« Exactement, répondis-je d’un souffle. »

Comme autrefois. Ces mots me ramenèrent en arrière malgré moi. Rome. Des siècles auparavant. Je savais déjà à cette époque que son cœur n’était pas à moi, mais je ne savais pas qu’il avait le mien. J’étais certainement heureux à cette époque. Les plus beaux jours de ma vie sûrement. Néanmoins, ma nature et mon caractère ne m’ont pas laissé ressasser le passé et je ne saurais jamais réellement ce que j’éprouvais, car j’ai préféré enterrer ses souvenirs. Ou plutôt, les garder dans une boîte comme on garde de vieilles photographies. Ca restaient des images, mais sans sentiments.
Je fermais les yeux sous les paroles de mon démon. Il me rendait tellement fou, même si ce n’était pas lui qui était en train de me sucer, je sentais que c’était lui qui menait la danse. M’écartant, faisant lâcher ma queue de la bouche de Liam, j’attrapais les jambes du roux en me levant, le couchant sur le canapé. Me mettant à genoux, je lui présentais de nouveau mon sexe, qu’il reprit en bouche sans se faire prier, me tripotant les fesses par la même occasion. J’attrapais le pantalon de Malaki pour le rapprocher, prêt à mettre mon plan à exécution. Mes mains remontèrent le long de ses cuisses et l’une d’elles caressa la bosse dur qui voulait clairement se libérer.
J’allais le soulager lorsqu’un soupir me stoppa net. Araël. C’était donc ce connard d’empereur. Malgré le don de Liam pour les fellations, je débandais d’un coup, refroidis. Une colère enveloppa ma tristesse. Si j’avais un certain mépris pour la famille royale, je détestais cet Empereur désormais. Comment avait-il réussi à voler le cœur de Malaki ? Comment ? Qu’avait-il de plus que moi ? Qu’avait-il fait pour le toucher ? Qu’avait-il fait ? Mes mains se crispèrent malgré moi sur les cuisses de mon ex-amant, mes sourcils froncés, indigné, vexé, qu’il ose me faire cela. En plusieurs siècles, jamais Malaki n’avait osé prononcé un autre prénom que le mien dans ces moments, n’importe qui même.
Comme possédé, je déboutonnais son pantalon, sortant son érection et sans préavis, je le pris en bouche. Je le suçais durement, augmentant son désir, son plaisir, sa jouissance. Tu voulais donc jouer ça Malaki ? J’étais ton homme. Une de mes mains bloqua sa hanche, l’autre se posant sur son torse, prête à l’empêcher de m’éloigner s’il reprenait conscience que je n’étais pas ce petit prince italien.

Alors que je sentais son orgasme proche, je me retirais, pourlechant mes lèvres gonflées. Je remontais, susurrant au creux de son oreille alors qu’il grognait de frustration.

« Tu veux jouir ? Demande à Araël. »

C’était méchant, vil et cruel, mais je le regretterais plus tard. Tu avais brisé mon cœur à Rome et tu venais de me faire un affront encore pire alors que l’on se retrouvait. Si mes yeux pouvaient parler, tu lirais certainement ma colère et ma déception, ma tristesse cachée derrière ma cruauté.
Je me redressais, retournais Liam comme une crêpe, baissant brutalement son pantalon et son boxer, les jetant négligemment aux pieds du canapé. Je soulevai ses hanches et sans préparation, je le fis mien, mon regard noir fixant Malaki. En dépit de la brutalité de la chose, le jeune roux prenait visiblement son pied, car si ma colère ne diminuait pas, des gémissements résonnaient dans la salle. Malgré la douche froide, je sentis l’excitation montée, accélérant la cadence sans même m’occuper de l’érection de Liam, mes mains accrochant ses hanches pour n’être que plus violent dans mes coups de bassin. Malgré moi, plusieurs images de Rome, de soirées, d’alcool, de sang, d’orgies, me vinrent. Plusieurs souvenirs. Malaki au centre de tout. Je jouis dans un dernier coup, fermant enfin les yeux, me cambrant légèrement vers l’avant. J’en avais rien à foutre de Liam et j’en aurais toujours rien à foutre, peu importe ce qu’il se passait. Je me retirais et remis mon pantalon correctement sur mes hanches, attrapant la bouteille de whisky. Je la dévissais et bus même au goulot la moitié de la bouteille. En dépit de cela, je me sentais toujours comme un con....

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Lun 9 Avr - 17:37

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


T'vois plus rien des lumières autour d'vous - t'es aveugle au reste du monde, comme ton esprit divague. Tu t'retrouve plongé dans l'regard chocolat que t'aime tant, celui qui t'a sondé y a pas deux jours, t'as fait perdre la notion d'temps pour que tu n'sois plus rien. T'existe que dans l'regard de ton empereur, celui que t'aime depuis si longtemps que t'en oublie d'voir le reste autour de toi. Il y a qu'lui - son regard brillant, sa bouche fine, son corps dur contre le tiens - t'as gouté à ses lèvres, et t'es perdu à présent, plongeant dans un abime d'tourments. Tu sais pas réfléchir, tu sais plus penser, tu t'retrouve à gouter l'interdit et d'nouveau tu es l'esclave d'un espoir vain. C'est douloureux mais t'es pas assez fort pour ravaler tes sentiments. T'as jamais été capable d'le faire, parce que t'es vibrant d'passions, d'vie, d'envies - t'es vibrant, l'électricité t'fait tourner la tête, et à présent qu'les mains sur toi s'font plus aventureuses tu lâche l'murmure de ce nom que t'aime sans pouvoir t'empêcher.
Dans ta tête, tu t'mets à rêver à lui, chose que tu t'interdisais avant, t'contraignant à garder d'grands yeux ouverts durant l'sexe pour être certain d'appartenir à ton amant. Mais à présent, scellé par un baiser volé, t'appartiens tout entier à Araël, et tu t'rends pas compte que t'arrache l'coeur de Zero sans concession.

Tout à coup, l'electricité devient brasier, et t'retrouve contre l'tissu d'cuir avec Zero qui s'engouffre entre tes jambes - l'fantasme s'dissipe et t'as l'coeur qui s'agite, paniqué. Tétanisé, d'le voir qui s'fraye un chemin vers ton érection sans qu'tu puisse l'empêcher - tu l'trouve soudainement qui t'prends en bouche, et t'es plus capable d'te souvenir ce que tu fais là. Tu attrapes ses cheveux, tente d'le faire revenir à la réalité - « Ze-Zero ! » - mais ton cri s'fait gémissement, et entre la douleur, la panique et l'excitation t'sais plus quoi penser. T'es soumis - soumis aux désirs d'Zero, à sa bouche qui t'saisis, à ses mains qui t'font prisonnier. T'veux pas - tu t'souviens un temps qu'tu peux pas le laisser, le laisser s'perdre avec toi d'nouveau. Tu réalise pas - pas tout de suite - comme ton corps réagis à la caresse, et qu'tu sens poindre l'orgasme sans pouvoir l'empêcher. T'es pas sûr d'vouloir, mais ton corps et ta tête s'combattent en duel. T'es l'prisonnier du feu d'Zero, et t'laisse aller finalement - sauf qu'trop tôt il arrête et s'relève pour t'murmurer c'qui va t'briser un peu plus. « Tu veux jouir ? Demande à Araël. » Pétrifié - t'reste dans la position, ton érection s'dissipant bien qu'tu sente la vague d'frustration qui t'fait gronder - tu lâche pas ton amant (ancien) du regard, alors qu'il saisit l'humain pour l'baiser sans s'retenir.

Tu les vois, mais lui n'a d'oeil qu'pour toi. Et tu t'perds dans ce regard-là. Tu t'perds, la musique assourdissante devenant qu'un murmure, et la culpabilité t'rongeant le sang glacé. T'es figé, t'sais plus quoi dire ou faire - c'que tu voulais éviter à tout prix tu t'es plongé dedans sans pouvoir l'empêcher. Et t'vois dans son regard qu'une fois encore c'le coeur de Zero que t'as brisé. Il s'fait jouir dans l'intimité chaude du mortel qui s'effondre sous lui, mais il a pas d'mot de tendresse comme il avait avec toi. Il a pas même un regard - c'juste un trou, pour l'plaisir, un instant volé sans lendemain.
Tu veux un lendemain avec Zero. T'veux juste pas qu'ce soit si intime. Tu t'redresse comme tu peux quand il prend la bouteille et s'met à boire. Tu remets ton pantalon, tente d'passer une main dans tes cheveux - t'as mal partout, mais t'as pas l'droit de te plaindre. Car celui qui souffre l'plus ici c'pas toi. Tu l'connais par coeur - alors c'qui le fait souffrir, tu l'devine. Et tu peux pas rester dans l'silence, alors t'préfère encore affronter sa rage envers toi en t'levant mais restant à bonne distance. Bien qu'tu sois sûre qu'il t'entendra. « T'as rien d'moins que lui, Zero. » Qu'tu commence sans plus faire cas du reste que de lui. « J'pas... J'ai pas choisi d'lui donner cette place. J'voulais pas... J'voulais pas t'faire souffrir. Encore. J'le voulais déjà pas la première fois. » Qu'tu dis en triturant tes mains, inspirant profondément en t'approchant - t'peux pas dire que tu rêve pas d'alcool aussi, mais t'ose pas demander. Tu t'sens minable, méritant pas d'avoir Zero à tes côtés. Sauf qu'tu le veux pas ailleurs. Jamais. « J'ten pries.... m'en veux pas. Je... J'essaie de l'oublier. J'essaie - j'veux l'oublier, j'veux être capable d'pas avoir ces sentiments mais ca fait sept siècles que j'me les traine. J'arrivais à les taire avant, et c'qu'on a eut ensemble était réel. Mais - mais tout a changé, et j'suis... »  T'veux le rassurer, t'faire pardonner, et t'épancher tout à la fois. T'veux être sincère avec lui mais t'sais qu'il est pas l'mieux placé pour t'écouter parler d'ton coeur en miette. Comme t'as mis l'sien en pareil état. Mais t'peux pas te taire - t'peux pas garder ca pour toi, t'as toujours été sincère avec Zero, et c'pas une chose que tu veux changer. « Il m'a embrassé. J'ai gouté à cette chose qui n'était qu'un rêve, pour devenir une sensation. J'ai beau avoir la certitude d'pas pouvoir l'avoir, j'ai aussi cet espoir que peut être. - et c'est douloureux. Tu l'sais, mieux qu'personne. Parce que j'te brise comme ca en pouvant pas rester loin d'toi. Mais j'te veux pas hors de ma vie Zero. J'ai besoin de toi... » 


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mar 10 Avr - 13:06

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
Le fait d’entendre mon prénom, mon surnom, ne changea rien. Même s’il était collé à moi, sa voix était comme lointaine. Je continuais mes gestes, mon acte, comme si une autre partie de moi avait pris le contrôle. Et c’était d’ailleurs le cas. Il y avait le Zero fêtard, jovial, qui aimait s’envoyer en l’air avec n’importe qui, prend du plaisir H24 et il y avait Ryan, l’adolescent qui n’a pas grandi, qui est resté en Amérique, coincé dans la boucle infernale des meurtres, du sang, de la colère, de la rage et du désespoir. Les deux personnalités en moi cohabitaient, mais Zero restait le dominant. Cela faisait des siècles que Ryan n’avait pas resurgit et pourtant, là, il menait la danse.

Suçant sa hampe, caressant ses bourses, jouant différents rythmes, les gémissements de Malaki étaient atténués, mais certainement clairs. Ma langue venait se frotter de temps à autre, taquinant parfois le gland. Je prenais à la fois mon temps et faisais augmenter indéniablement son plaisir jusqu’au bord de l’orgasme. Et ce fut à ce moment que je m’arrêtais et que je le susurrais ma vengeance, encore chaude, brûlante, comme les flammes qui agressaient mon cœur.
L’humain ne fut pas mis de côté, bien au contraire. Sans rien lui demander, je l’attrapais par les hanches, le mit en position et le baissais comme si ce n’était qu’une poupée gonflable. Aucune préparation, juste du sexe brutal. Cependant, j’en avais rien à foutre. Mon regard était planté dans mon démon, mon amant, et mon excitation ne grimpait que parce que je tenais son regard et qu’il en faisait de même. Je jouis avec un goût amer que je balayais intérieurement, rompant le contact visuel. En moins de deux, j’étais rhabillé, debout. Je pris la bouteille de whisky et sans prendre la peine d’utiliser un verre, je bus une bonne partie de la bouteille au goulot.

Ma mâchoire se crispa lorsque Malaki parla. J’étais dos à lui, préférant ne pas le regarder. Ses paroles arrivèrent à se frayer un chemin jusqu’à mon cœur et la douleur à ma poitrine ne se fit que plus vive. Courageusement, je lui jetais un regard en coin et lui tendit la bouteille, tendant mon bras, comme pour silencieusement garder une distance avec lui. Sans le voir, mes yeux ont changé de couleur, devenant aussi noir que les abysses. Pour la première fois, Zero et Ryan se battaient la place de dominant, me tiraillant. Un mélange entre le pardon et la colère. Je lançais un regard à Malaki, les yeux aussi sombre que la nuit sans le savoir, fermant les yeux en me détournant de lui pour finalement le regarder de nouveau avec mon regard marron. Pouvais-je vivre sans toi Malaki ? Assurément que non. Tu pouvais faire de moi ce que tu désirais, je n’en avais que faire, Malaki. Mais j’étais persuadé qu’il le savait déjà. Qu’est-ce qu’il ne savait pas de toute façon ? Nous étions honnêtes l’un vers l’autre, mais si je n’étais pas doué avec les mots, mon amant arrivait à me comprendre. Parfois même avant que je ne le comprenne moi-même si ça se trouvait.

« J’ai besoin de toi, dit-il. »

Son monologue ne faisait qu’accentuer le rythme de mon palpitant. Il avait embrassé Araël. Il l’aimait depuis sept siècles, ce qui signifiait clairement que la relation que nous avions eu à Rome n’était qu’à sens unique, moi qui y avais vu de la réciprocité. Je m’étais gouré jusqu’au bout et mon cœur saigna un peu plus à cette constatation, mais mes yeux restèrent sec. Je n’avais pas pleuré depuis des siècles, à croire que je ne savais plus comment faire, ce n’était pas aujourd’hui que ça allait changer. Même lorsque Malaki a mis un terme à notre relation, je me suis consolé avec d’autres corps, ne versant aucune larme. Cependant, sa dernière phrase ramena mon côté Zero, le côté dominant, enfermant la colère de nouveau, l’enfermant à nouveau.
Me tournant de nouveau vers Malaki, je me rapprochais et déposais un doux et lent baiser sur le coin de ses lèvres, pendant deux secondes à peine. Puis, je quittais la salle V.I.P., sans un mot, parce que les mots me manquaient tout bonnement, pris deux bouteilles de whisky en mettant sur le compte du patron et remontais à la salle. Comment pouvais-je lui en vouloir éternellement ? Ce moment restera sûrement jusqu’à la fin de mes jours, me hantant dans mes moments sombres, mais je ne pouvais supprimer Malaki de ma vie. Je n’en avais ni la force, ni le courage. Je posais les bouteilles sur la table et pris mon amant dans mes bras, nichant mon visage dans son cou. Je ne savais pas quoi faire de plus, je ne pouvais faire plus. Il le savait, mais peut-être qu’il comprendrait. Non, c’était sûr qu’il comprendrait. Il me connaissait aussi bien que moi après tout. Je déposais un léger baiser sur son cou et posais ma tête sur son épaule, dans une étreinte qui était, pour une fois, simple et non séductrice.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mar 10 Avr - 19:31

evacuate on the dancefloor  
@Ryan Z. Weston & @H. Malaki Hiroaki


J'ai besoin de toi, Zero. Tu reste un moment à l'regarder, te perdant dans ses yeux - l'moment suspendu t'attrape à la gorge et tu ressens cette atroce culpabilité t'étreindre le palpitant. Tu voudrais pouvoir le laisser partir. Tu voudrais le contraindre à te détester, n'plus avoir à le torturer de la sorte. Tu le vois qu'il t'aime - ou pense t'aimer - et qu'il sait que ca sera jamais le cas pour toi. Tu t'demande s'il sait que tu l'as adoré - les moments passés avec lui font partis des plus heureux de ton existence; t'aurais aimé en tomber amoureux de Zero. Tu l'aime - t'en ai pas amoureux cependant. Alors t'es pas capable de le laisser partir, quitter ta vie pour n'plus se retourner vers toi. Tu sais que c'est cruel, sadique pour l'coeur d'un des hommes auquel tu tiens l'plus. T'es égoïste avec Zero - t'aime pas l'être, mais c'est lui qui t'a poussé à le devenir. Alors t'sais pas te le refuser. T'sais pas te refuser son amitié, ou ses moments de perdition. Tu l'aime entièrement - bien que ce soit pas romantique, t'es parfaitement loyal et prompt à aimer chaque parcelle d'sa vie. Qu'il soit sombre, ou pas. Qu'il soit incontrôlable ou pas. T'as pas peur d'lui - d'son passé, d'ses traumatismes, d'ses colères. Qu'il t'prenne si violemment que tu sache que tu peux pas l'empêcher. D'autres auraient eut peur, sans doute, mais il s'agit de Zero. Tu crèverais avant de le craindre. Tu crèverais avant d'lui donner le sentiment d'être un monstre - ou que tu puisse avoir peur de lui.
Y a tout qui s'mélange dans ton esprit, et t'es pas capable de réfléchir - t'as peur à présent t'avoir été trop loin. Tu l'as retrouvé y a pas une heure, que déjà tu vois son âme se briser sous tes yeux. Et t'es misérable - apeuré de le perdre pour toujours. Toujours - ca t'semble horriblement long sans ton meilleur ami. La peur s'insinue dans ton esprit, et t'es figé, incapable d'plus penser ou agir.

Puis il se penche sur tes lèvres et y pose les siennes - sans les toucher vraiment, mais ton corps entier s'détend. Tu l'perds pas - bien qu'il quitte la pièce. Tu garde un moment les yeux fermés, sachant pas si tu dois l'attendre, ou si jamais il t'reviendra pas ce soir. Mais c'baiser, offert chastement, c'est un pardon muet pour Zero. Il sait, il t'connait - il sait que tu veux pas l'faire souffrir, il sait que tu l'aime malgré tout, il sait combien il compte - t'espère du moins. Mais tu cesseras pas de le lui dire ce soir. En attendant, tu t'tourne vers l'humain toujours à mi-nu sur le canapé qui semble pas capable de reprendre son souffle, ou de comprendre ce qui l'entoure. Tu t'penche pour capter son regard, l'hypnotisant de tes iris ambrés - « T'as bien trop abusé, c'soir, alors tu vas pas te souvenir de ce qu'il s'est passé. T'as du rencontrer un bel étranger, faire un pari stupide, et tu t'es blessé. T'vas rentrer chez toi, maintenant, t'couchais, et demain - demain t'aurais la gueule de bois, et plus de souvenirs. »  Dis-tu avec une voix douce, avant d'le voir opiner et se redresser - non sans lâcher une grimace - et se rhabiller. Il a à peine terminé, quand tu sens l'souffle de Zero dans ton cou. Tu bouge à peine, t'tournant pour accueillir le corps de ton meilleur ami dans tes bras, dans cette étreinte chaleureuse. Et t'sens ton coeur qui s'répand d'une chaleur douce dans ton corps entier. T'sais que cet apaisement, y a que Zero qui peut t'la faire ressentir aujourd'hui. « J'suis heureux que tu sois revenu, Zero. J'veux pas t'quitter ou t'perdre. Jamais. » Dis-tu d'nouveau. Tu veux pas être avare d'déclarations, pas alors que t'es capable - aussi - d'le mettre plus bas que terre. « J'veux pas que tu pense que t'as pas compté, ou que... Je t'aime, mais j'suis pas amoureux de toi. Ca fait peut être pas de sens mais c'est ce que je ressens. J'veux pas que tu sois mon prisonnier - tu mérite ton Happy Ending, et ta part d'bonheur Zero. »  Dis-tu avec cette supplique - désireux d'le voir s'ouvrir à d'autres beautés, à n'pas simplement s'attacher à ce que vous avez été.


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 784
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT] Mer 11 Avr - 13:08

Evacuate on the dancefloor
Malaki & Zero  


Au Heaven.
J’avais l’impression d’être un automate, d’être en mode automatique. Les seules choses dont j’avais réellement conscience étaient que j’étais avec Malaki, dans une salle d’une boîte dont il était le propriétaire et que je venais de le prendre dans mes bras. Le reste n’était pas réel. Les images défilaient dans ma tête, les sensations aussi bien malgré moi, car mon cœur venait d’être martyrisé. Je restais donc silencieux, aucun son ne pouvait s’échapper de ma bouche. Malaki me rendit mon étreinte, me faisant comprendre qu’il comprenait. Cela me suffisait à passer un peu de pommade sur mon organe vital, mon palpitant, et je lui déposais un tendre baiser dans le cou.

Cependant, mon amant, une fois lancé dans les confidences ou dans n’importe quel sujet, il était difficilement stoppable. Pour le moment, ça restait du miel, doux et agréable. Moi aussi j’étais content d’être dans tes bras et jamais je ne pourrais te quitter. Jamais. En dépit de tout ce que nous avions traversé, je te restais fidèle de cœur. Peut-être même trop. Fallait-il que j’arrête de me faire souffrir ainsi ? Pourtant, je préférais cent fois me lancer tenter que de regretter quelque chose.
Puis, le miel de ses paroles devint de plus en plus dur et j’appréhendais la suite. Et à juste titre. J’avais l’impression d’être propulsé des siècles auparavant, à Rome, où Malaki m’avait dit la même chose, pas les mêmes mots, mais ça revenait au même. Je me sentis obstiné, mal, affreusement triste et complètement con. Mais quelque part, ça m’énervait aussi. Pourquoi n’arrivais-je pas à accepter l’évidence ? Parce que Malaki comptait énormément pour moi. Plus que n’importe qui. Peut-être même trop en réalité. Je ne savais pas et un mal de crâne pointa le bout de son nez. Toutes ses réflexions me prenaient la tête et me gonflaient. Je balayais tout, mes pensées, mes ressentis, ce qu’il venait de se produire, absolument tout. J’enfermais le tout dans un placard, que je cadenassais.

Doucement, je m’écartais de mon démon, tournais la tête pour ne pas croiser son regard, comme un lâche, et attrapais une bouteille de whisky. Je l’ouvris et bus de longues gorgées avant de reposer la bouteille et de tourner ma tête vers le patron très sexy de cette boîte. Je lui fis un sourire en coin, presque timide et ouvris la porte de la salle. La musique pénétra dans la pièce, même si elle n’était pas aussi forte qu’en bas. Cela pouvait bien suffire pour se déhancher en rythme. Ma bouche s’ouvrit, mais je la refermais, n’arrivant toujours pas à prononcer le moindre mot. J’étais encore chamboulé, même si j’avais tout enfermé en moi. Je faisais bonne figure devant Malaki, mais je passerais ma nuit suivante dans une mer d’alcool, de sang et de débauche pour mettre une couverture sur mon cœur. Alors, doucement, je lui tendis une main, l’invitant silencieusement à venir danser avec moi et continuer de profiter de la soirée.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT]

Revenir en haut Aller en bas

Evacuate on the dancefloor [Malaki/Zero - HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Le Heaven-