AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 12 Mar - 21:54

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Hédoniste : c’est un adepte d’un système philosophique qui fait du plaisir le but de la vie. On pourrait penser que ce n’est que pour les littéraires, les personnes perchées, les personnes marginales de la société. Cependant, quelle motivation première vous fait tenir dans cette vie ? N’était-elle pas le plaisir ? C’est quelque chose de positif, de jouissif, qui vous motive, vous booste, vous donne de l’énergie, vous fait sentir vivant. Il y a tellement d’endroits sur Terre où le choix se résume à ceci : soit tu fais, soit tu meurs parce que tu ne veux pas le faire. Le Monde ne peut pas être changé, je suis réaliste, mais je ne vais pas déprimer et me morfondre parce que j’ai la chance de traverser les âges, les siècles, les époques, et de vivre comme je l’entends. Non. Je vais vivre pour tous ceux et celles qui ne le peuvent. Bien entendu, je ne pense que très rarement à tout cela. La vie m’a appris qu’elle n’était qu’une garce et l’histoire m’a ouvert les yeux sur la cruauté humaine. Je ne vais pas perdre mon temps à blâmer ces races, humains ou vampires d’ailleurs. Il ne le mérite pas.

Ce qui mérite mon attention, c’était un vieil ami. C’était à croire qu’une réunion de l’amitié se déroulait sur cette île et que le fait que je sois sous la tutelle du Prince ne soit qu’un prétexte. Depuis quand refusais-je de participer à une fête d’ailleurs ? Ce n’était vraiment pas mon genre. J’adorais ça. Cela faisait partie de mes plaisirs que j’aimais faire quotidiennement, même si trop de soirées devenaient redondantes et que je devais trouver d’autres activités. Heureusement, le choix était large et varié, mais là n’était pas la question. Il m’avait contacté par lettre, laissant la missive à mon hôtel et je devais avouer que sa requête était pour le moins… étrange. Néanmoins, ce n’était pas non plus choquant, ni même très surprenant en fait.
Quoiqu’il en soit, je me rendis chez lui. L’endroit était grand, beau, très bien entretenu et je songeais quelques instants à économiser pour pouvoir avoir la même chose… avant de me souvenir qu’il était tout bonnement impossible pour moi de faire une chose pareille. Revenant à l’instant présent, je toquais à la porte d’entrée et une sorte de majordome m’ouvrit en me donnant une lettre. Il s’excusait de la part de son maître qui ne pouvait être présent suite à une affaire professionnelle des plus urgentes. Je remerciais l’homme avant de lire rapidement la fameuse lettre, la repliai et la cachai dans ma veste en cuir. Cette veste allait parfaitement avec mon pantalon noir et mes Dr. Martens de la même sombre couleur. La seule touche de couleur était mon débardeur large d’un blanc incroyable. Je lui demandais de m’indiquer où était l’esclave et en à peine quelques minutes, il me conduisit à lui. Je le remerciais et attendis qu’il nous laisse seul à seul. Savoir qu’il se trouvait dans une simple pièce, enchaîné, avec si peu de luminosité qui pouvait venir du monde extérieur, n’était pas quelque chose de rassurant. J’ouvris la pièce, laissant les clés sur la serrure à l’extérieur et entrais. J’attrapais une chaise, la plaçais à quelques mètres de lui et m’assis, croisant calmement les jambes, joignant mes mains sur mes cuisses.

« Bonsoir. Je m’appelle Zero, dis-je doucement, d’une voix calme, posée, le visage sans sourire, mais pas froid pour autant. »

Les choses sérieuses allaient commencer et je doute que le plaisir soit présent.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you


Dernière édition par Ryan Z. Weston le Sam 23 Juin - 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyVen 16 Mar - 11:16

Punaise, ce n'est pas possible de cumuler autant de poisse dans une vie. Comment pouvais-je tomber si bas ? Naufragé était déjà une épreuve en soi... mais d'apprendre que j'avais atterris en plein cauchemar... je ne réalisais pas encore très bien la chose. J'étais tombé nez à nez avec lui... ce type qui m'avait observé à travers les feuillages alors que je prenais de l'eau pour m'hydrater. Je venais à peine de me remettre de mes émotions, réalisant que j'étais vivant. Mais, finalement, ce n'était pas suffisant dans mon malheur. Il fallait que j'atterrisse sur une île visiblement habitée. Cependant, elle n'était pas du tout comme les autres. Ce gars n'était pas comme moi. IL était clairement différent. Et il m'avait emmené sans trop de difficulté bien que j'avais refusé de venir. Mais, il était très fort et je ne comprenais pas comment s'était possible. Puis ses yeux... j'eus un frisson en y repensant. Et maintenant ? Eh bien, j'étais enfermé dans une pièce, enchaîné à un mur chez ce fameux individu. Je ne savais pas ce qu'il comptait faire de moi. Il n'avait rien expliqué jusqu'à maintenant. Mon instinct me soufflait en tout cas qu'il n'avait rien d'humain.

Alors que je tentais en vain de trouver une solution à mon nouveau calvaire pour m'en sortir, j'entendais du bruit et je reculais par réflexe contre le mur alors que la porte s'ouvrait en grand. Je suis dans la pénombre presque totale. La pièce ou je me situe est à peine éclairer. Je sens mon cœur battre la chamade dans ma poitrine. Je déglutis alors que l'individu entrait et prenais une chaise sur laquelle il s'installa. Je garde les yeux fixés sur l'homme qui vient d'arriver. Ce n'est clairement pas Sam, celui qui se nommait ainsi et qui vivait dans cette demeure ou j'avais été contraint de le suivre. L'homme en face de moi prit la parole pour se présenter à moi. J'arque un sourcil. Je ne sais pas quoi répondre. Tellement de choses me traverse l'esprit à cet instant. « Qu'est-ce que vous me voulez ? » fut la première chose qui franchit la barrière de mes lèvres.« Vous comptez me tuer ? » ajoutais-je, dans la foulée. Je sens la peur me parcourir les veines. Je suis clairement pas à mon aise. Surtout que je ne pouvais rien faire pour me défendre et encore moins en étant ainsi attaché à ce mur.« Pourquoi vous me gardé ici ? » J'ai tellement de questions. « Et qu'est-ce que vous êtes exactement ? » Bien que j'en ai une idée, je n'ose la formuler à haute voix. J'ai l'impression d'être en plein délire. Me suis-je cogné la tête et suis-je inconscient ? Parce que ce n'est techniquement pas possible que ça puisse exister.. que tout ceci soit vrai.

Je reste tapis contre le mur. Je ne suis vraiment pas rassuré. En même temps, il n'y a rien de rassurant dans une telle situation. Se retrouver sur une île inconnue devant d'étranges individus qui m'avait entraîné ici dans cette pièce et m'y attachant sans la moindre gêne, tel un animal. Ce fameux Sam n'avait pas été très bavard lors de notre rencontre. Il m'avait ramené chez lui se fichant éperdument de mes tentatives de me défaire de son étreinte. Il avait une force surhumaine. Et je ne comprenais toujours pas pourquoi il ne m'avait pas laissé tranquille. Pourquoi il ne m'aidait pas simplement à repartir d'ici. Je n'irais rien dire à personne... on ne me croirait même pas. Moi-même, je ne pensais pas que c'était réel ce qui se déroulait sous mes yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptySam 17 Mar - 11:54

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Le moins que l’on puisse dire, c’était que j’avais eu une tâche empoisonnée. Bon, l’expression exacte était un cadeau empoisonné, mais là n’était pas la question. J’avais laissé l’homme parler et outre le fait qu’il soit clairement apeuré, n’importe qui ne serait pas bien enchaîné au mur, sauf dans le cadre d’un jeu BDSM, il n’avait visiblement aucune idée de ce qu’il était en train de vivre. Ni même, je pense, de chez qui il était et encore moins en face de qui il se trouvait. Cet humain ne connaissait rien aux êtres surnaturels et en plus de devoir lui faire un topo, je devais lui faire rentrer dans le crâne qu’il allait être un objet sexuel. Sam, si tu ne me revaux pas ça puissance cent, je vais te rendre la vie insupportable. Je t’en fais la promesse silencieuse, même si tu n’es pas là et que tu ne seras pas au courant avant un certain temps.

Alors qu’il me demandait ce que j’étais, je me levai et sortis de la pièce. Il était vrai que j’avais une bonne vue, mais ce n’était pas donné à tout le monde. Il fallait donc plus de lumière pour effacer un peu la peur qui transpirait à grosse goutte dans cette pièce. Il aurait pu mettre l’électricité partout chez lui, mais apparemment, il avait un côté mélancolique de l’époque où on s’éclairait à la bougie. Je souris comme un idiot en me souvenant que c’était juste l’enfer lorsqu’on tombait en panne de bougie, trouvant plusieurs morceaux de cires et les plaçais dans la pièce. J’en disposais au moins une bonne dizaine et les allumais une par une avant de me prendre de nouveau place sur ma chaise.

« Avant de répondre à tes nombreuses questions, je te propose d’éclaircir quelques points. Déjà, je te tutoie, tu peux en faire de même, c’est plus pratique et je ne suis pas quelqu’un de si important pour qu’on puisse le vouvoyer. »

Si y’a bien quelqu’un que je vouvoyais, c’était l’Empereur d’ailleurs. Généralement, parler ainsi à une personne ne me correspondait pas, pour ne pas dire que cela me faisait chier. Lécher des gens avec les mots, ce n’était pas ma tasse de thé, je préférais le sens littéraire. Je m’égarais du sujet…

« Commençons par le commencement avec une question simple d’ailleurs. Comment t’appelles-tu ? »

Je m’étais présenté, c’était la moindre des choses qu’il en fasse de même. Ca créait une sorte de contact, de lien, bien que le mot lien était encore un peu trop fort. J’avais l’impression d’être un loup face à une brebis. D’habitude, ça ne me dérangeait pas, mais la brebis avait un minimum de désir. Là, le seul désir que je sentais était le désir de fuite.

« Est-ce que tu crois aux êtres surnaturels ? demandai-je après qu’il m’ait répondu. »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyDim 18 Mar - 17:55

Tutoyer n'est pas un problème et je hoche la tête à ses dires. «  Pas de soucis. » dis-je, faiblement puis je finis par me présenter car cela semblait important pour lui. « Siobhan. Je m'appelle Siobhan Smith. » ajoutais-je, alors que je continuais de le dévisager. Je voyais un peu plus clairement étant donné qu'il avait été cherché des bougies supplémentaires. Pas d'électricité ? En tout cas, pas dans cette pièce du peu que j'ai entrevu de la demeure. Je déglutis alors que j'examine l'individu présent sur la chaise en face de moi. Je me demande comment on peut encore vouloir vivre à l'âge de Pierre avec toutes les technologies existantes sur cette planète. Même les îles étaient équipées désormais. Enfin, ce n'était pas le plus préoccupant de l'histoire mais plutôt le fait de ne pas savoir ce que je fabriquais ici et pour quelle raison j'étais enchaîné à ce mur. Ou pourrais-je bien aller sans bateau ? Je songe à mon cher voilier qui est sous les flots désormais... Quel gâchis !

Je reporte mon attention sur l'individu alors qu'il me pose une question pour le moins inattendue. Les êtres surnaturels, fallait être complètement fou pour croire à de telles choses, aurais-je répondu, il y a de cela 24 heures. Mais, maintenant... je doute fortement. Je n'ose croire que ce soit réel. Que mes doutes soient fondés. Je me mords la lèvre en réfléchissant à la réponse que j'allais formuler.
« Je dirais que c'est... de la folie. Mais, depuis ma rencontre avec votre... ton...» ami ? Que sais-je ?« avec ton ami si je ne m'abuse... j'ai de sérieux doutes sur ce point. Il ne peut être humain et du peu que j'entrevois de toi, cela semble être la même chose pour toi. Je me trompe ? » J'ai l'impression que je deviens fou à prétendre dire qu'ils n'étaient pas humains et pourtant, ça me semble bien plausible. « Et si vous n'êtes pas humains... vous êtes tous les deux forcément autre chose... » Alors que je répondais à sa question, je m'étais un peu décalé du mur afin de mieux l'observer. Je me sentais un peu moins mal à l'aise mais je n'étais pas totalement décontracté pour autant. «  Je ne peux pas croire que ton ami soit si fort et ses yeux ne sont pas habituels et je suis certain qu'il ne porte pas de lentilles. Donc qu'est-ce qu'il est ? Qu'est-ce que tu es ? » Mais, étrangement, je connaissais déjà la réponse.« J'ai l'impression d'être en plein film... Comment est-ce possible? »

Puis, bêtement j'ajoutais... « Vous allez me vider de mon sang ? Ou me changer en loup-garou ? » En y réfléchissant, la peau de son ami me faisait vraiment pencher pour des vampires plutôt que Loup-garou, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Et surtout cette beauté... ce n'est pas possible d'être si attirant... se sentir attiré comme un aimant et je ressens la même chose envers Zéro situé devant moi. Ils ressemblent à des Dieux Grecs. Moi qui n'est jamais éprouvé d'attirance pour la gente masculine jusqu'à maintenant. Ça doit être un de leurs charmes. Je songe à tous les films et livres que je connaissais et qui me donnait cette impression de me trouver face à un vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 19 Mar - 11:51

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
« Enchanté, répondis-je lorsqu’il se présenta. »

Se montrer civilisé allait pencher la balance en ma faveur. Penser qu’il allait m’accorder sa confiance était mettre la charrue avant les bœufs et ce n’était pas ce que je recherchais. Je m’en fichais royalement même. Les faits étaient là, je devais les lui présenter et il allait devoir les accepter pour apprendre à survivre. Généralement, j’apprenais aux autres à saisir le plaisir, à plonger dans la luxure et dans le bien-être que l’on recherche et non dire comment on devait survivre, surtout à des êtres humains. Les choses étaient différentes entre un être humain et un vampire, rien qu’à la longévité. Cependant, j’avais vécu pas mal de temps, donc j’avais un peu d’expérience en la matière. L’idée d’avoir un esclave ne m’était jamais venue à l’esprit. Déjà, il fallait rester à un endroit, chose que je n’avais jusqu’alors jamais considérée. De plus, le train-train quotidien ne devait pas vous effrayer et il fallait bien s’en occuper. Avais-je le temps de m’occuper de quelqu’un ? Absolument pas. Je n’en avais ni l’envie, ni le temps. M’occuper de ma propre personne était déjà quelque chose de légèrement abstrait pour moi, car outre le plaisir à vivre mes journées selon mon bon vouloir, j’admettais que je laissais souvent les questions en suspens dans mon esprit. Me prendre la tête n’était pas quelque chose que j’aimais faire et donc, par extension, je ne le faisais pas.

Alors que j’éclairais la pièce de plusieurs bougies, je me rendis compte que cela ne faisait pas plus chaleureux, mais plus glauque. Merde. Tant pis. Je n’avais pas les clés pour le mettre dans une autre pièce, on allait devoir se contenter de ce minimum. Au moins, nous pouvions nous voir, enfin il pouvait mieux me voir et me détailler. Je l’écoutais répondre à ma question, souriant doucement.

« En effet, si nous ne sommes pas humains, nous sommes forcément autre chose, acquiesçai-je avant de le laisser continuer. »

Le fait qu’il soit rationnel et logique était un bon point. Sam n’était pas tombé sur un idiot qui avait l’esprit plus fermé que les cuisses d’une none. Ma curiosité fut piquée : que faisait-il dans la vie ? Quel était son métier ? Quelle était son histoire ? D’où pouvait-il bien venir ? Comment était-il arrivé sur cette île ?
À sa question « qu’est-ce que tu es ? », je me penchais légèrement en avant, doucement, posant mes avant-bras sur mes cuisses, joignant mes mains, un fin sourire étirant toujours mon visage. C’étaient sans compter ses questions suivantes qui me firent éclater de rire malgré moi.

« Merci de la proposition, mais je n’ai pas faim, dis-je en montrant mes dents, faisant allonger certaines, montrant clairement que j’étais un vampire. Si tu me prends pour un loup-garou après ça, je vais être tenté de me venger de cet affront, ajoutai-je sur le ton de la plaisanterie, mes dents se rétractant. »

Bien entendu, je n’étais pas totalement un connard, surtout avec un pauvre homme enchaîné. Cependant, Siobhan n’était pas au courant. Je tentais de rattraper les choses en me redressant sur ma chaise, dos contre dossier, croisant mes jambes, mains toujours jointes.

« Maintenant qu’un point est éclairci, je suppose que les questions fussent dans ta tête. Je te propose donc d’y répondre si tu me dis quelque chose sur toi en échange. De ton âge à ton passé en passant par des origines et ton orientation sexuelle, absolument tout ! »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptySam 31 Mar - 23:10

L'individu face à moi confirma mes dires. « En effet, si nous ne sommes pas humains, nous sommes forcément autre choses. » Un frisson me parcourut l'échine et je déglutis. J'ai vraiment l'impression de me retrouver dans un film de science-fiction, fantastique. Comment était-ce possible ? Alors que je lui demande ce qu'il est, je le vois se pencher en avant, un sourire s'étirant sur ses lèvres. Je lui demandais dans la foulée s'il comptait me vider de mon sang et cela eut pour effet de le faire rire. « Merci de la proposition, mais je n'ai pas faim. » Et j'aperçus alors ses dents... que dis-je... ses crocs. J'eus un mouvement de recul sur le moment alors que mon cerveau assimilait l'image.« Aucun risque que je puisse te prendre pour un loup-garou après ça... » Je déglutis à nouveau. Je n'avais pas vraiment envie qu'il s'en prenne à moi. Je ne faisais clairement pas le poids.

Il me fit alors une proposition pour le moins inattendu... lui dire quelque chose sur moi en échange d'éventuelles questions que je pouvais avoir à cet instant. Il voulait tout savoir à mon sujet. Je pense que je n'ai pas vraiment le choix que d'accepter. Valait mieux ne pas mettre un vampire en colère. Un vampire. Je peine à réaliser l'information. Je continue de le fixer et réfléchis à ce qui me venait en premier lieu à l'annonce de sa véritable nature. « La première question qui me vient à l'esprit... c'est pourquoi j'ai été capturé ? » demandais-je. Si ce n'est pas pour me vider de mon sang... qu'est-ce que je foutais là ? « Et je suis né à Londres. » ajoutais-je. Autant jouer le jeu, non ? Si j'espérais avoir une réponse de sa part. « Et quel est cette île ? Elle n'est pas connue, n'est-ce pas ? Pourquoi je n'ai pas le droit de partir d'ici ? Pourquoi suis-je attaché ? » continuais-je. Je soupirais. J'en avais marre de devoir supporter ses chaînes. « Et vous voulez savoir ma vie... mais je ne comprends pas vraiment pourquoi... j'ai 29 ans, d'ailleurs ça me fait penser, vous avez quel âge ? Vous ne semblez pas si âgé... est-ce qu'au bout d'un certain temps vous arrêtez de vieillir physiquement ? Je veux dire ça marche comment pour vous ? Vous êtes vraiment immortels ? Et les points faibles sont comme dans les films ou est-ce un mythe ? Comme l'ail... les pieux et compagnie... » J'étais repassé au vouvoiement sans faire gaffe... tant pis. Je finis par me laisser glisser le long du mur pour m'asseoir parce que je ne tenais plus vraiment sur mes jambes. Le danger étant plus ou moins écarté, je pouvais me permettre de relâcher un peu ma garde. Je prenais appuie mettant mon dos contre le mur alors que mes yeux ne se détachait pas de lui. Je ne sais pas exactement depuis combien de temps je me trouve enfermé dans cette pièce lugubre. La lumière du jour commence à me manquer.
« Qui est-ce... la personne qui m'a emmené ici ? Vous connaissez la raison pour laquelle il m'a amené là ? » Je n'arrête pas de lui poser toutes les questions qui me venait en tête.

Je repense au fait que je devais aussi lui donner des informations à mon sujet. Je ne sais pas vraiment par ou commencer ni quoi dire... ma vie n 'a rien de bien passionnant et je vois toujours pas l'intérêt qu'il porte à cela. « Pour tout dire, je ne sais pas pourquoi vous voulez connaître ma vie. J'ignore à quoi cela vous avance... mais pour faire un résumé assez rapide et simple... je suis issue d'une famille aisée, mon père est avocat dans un cabinet réputé quant à ma mère, elle est infirmière. Je suis également médecin, il me reproche mon choix de carrière soit dit en passant, il aurait préféré que je sois avocat comme lui, comme la tradition de père en fils. Grâce à mon père, j'ai beaucoup voyagé à travers le monde avec lui, puis sans lui par la suite... j'ai l'art d'aimer les voyages, tout comme mon métier et j'aime aussi l'aventure et j'ai donc décidé de faire le tour du monde en voilier avant que je ne fasse naufrage sur l’île ou vous vous trouvez. J'ai également une sœur dont je suis plutôt proche. » Ma gorge se noue à l'évocation de ma sœur. Elle n'allait pas supporter ma disparition. Je baissais les yeux sur le sol quelque peu mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyJeu 5 Avr - 11:23

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Je ricanai à sa remarque. Au moins, il ne me prenait plus pour un sac à puces. Un bon point de régler ! Cependant, j’aurais dû penser à avoir toutes les cartes en main. Il y avait des choses que je ne pouvais expliquer. Non pas que je sois inculte, mais je n’étais tout bonnement la bonne personne à qui il fallait s’adresser.

« Malheureusement, je ne suis pas la personne à qui tu dois poser cette question, lui dis-je. Je ne suis pas ton maître. »

Avoir un esclave ne m’avait jamais tenté. Déjà, parce qu’il fallait quand même s’en occuper un minimum. Déjà, s’occuper de soi-même était toute une histoire, alors s’occuper de quelqu’un d’autre, c’était toute une épreuve ! De plus, j’étais un hédoniste avant tout et le principe de l’esclavage allait à l’encontre même de ce mouvement. Certes, certaines personnes devenaient esclaves par choix, mais c’était plus dans un contexte sexuel. Là, c’était pour tout et n’importe quoi.

« Londres ! m’exclamai-je, pensant qu'un point était réglé. Hm… Il va falloir que je te décoince pour que tu acceptes certaines choses… »

J’avais réfléchi à voix haute, mais sans être menaçant. Je n’avais aucune attitude menaçante de toute façon, ce n’était pas propice au dialogue. Sam… pourquoi avoir choisi un anglais coincé comme eux ? Sérieusement ?! Je passais une main dans mes cheveux, soupirant doucement. Trop, beaucoup trop de questions d’un coup. Et avant que je n’ai pu lui répondre, il enchaîna en me disant son âge, pour finalement repartir sur ses questions.

« Oula ! Ca fait beaucoup tout ça ! Chaque chose en son temps, jeune homme. Cette île s’appelle Haima et en effet, elle n’est pas connue des humains. C’est un archipel idyllique où humains et vampires cohabitent en paix… même s’il y a deux trois choses arriérés. »

Parler d’Haima pourrait prendre des heures, mais si cela était nécessaire, il fallait le faire. Il avait quand même le droit de comprendre dans quelle merde il était, parce que clairement, il était dans une sacrée histoire !

« Je vais quand même te répondre, dis-je en croisant mes jambes, posant mes mains jointes sur mes cuisses. Tu es attaché parce que tu as un esclave. Sam, ton maître ou ton geôlier, comme tu préfères, t’a récupéré et a demandé à t’avoir pour lui. En gros, tu es sa propriété. »

Dans un sens, j’avais l’impression de faire mon travail avec le Prince Grimaldi. Certes, je ne lui avais pas parlé en tête-à-tête pour le moment, mais j’avais ce sentiment d’être en train de blablater pour instruire. Ce n’était pas aussi difficile que je me l’imaginais au prime abord, mais il y avait plus festif, plus amusant. C’était indéniable.

« Si je te disais mon âge, tu ne me croirais pas, répliquai-je en souriant, persuadé que ça dépasserait ses idées. Pour la vieillesse, ça dépend des vampires, s’ils sont Sang-Purs ou juste Noble, ça dépend des familles aussi. Pour ce qui est de nos faiblesses, sache que si tu utilises quoi que ce soit à l’encontre de ton maître, il peut t’en faire baver. Il en a le droit. Es-tu vraiment sûr de vouloir savoir ça ? »

Sam n’était pas cruel sans raison, mais s’il lui faisait un sale coup, Siobhan allait connaître l’obscurité pendant quelque temps et les châtiments ne développeront que de la haine pour les vampires. Il était trop tôt pour que je lui parle de cela. Je ne voulais pas non plus attenter à la vie de mon ami et je n’étais pas idiot. Donner de telles informations si tôt, même s’il était un esclave, c’était trop risqué.
J’écoutais attentivement son histoire, mais cela ne me rapprocha pas plus de lui. Malgré tout, je ne pouvais le comprendre, car j’avais eu une vie bien différente et je l’avais enterré… bien que certains souvenirs fassent de temps à autre surface malgré moi. Je penchai légèrement la tête sur le côté.

« C’est pour apprendre à te connaître un peu mieux, lui dis-je naturellement, comme si c'était une évidence. Décris-moi ta sœur. Physiquement. Sauf si tu as une photo à porter de main. »

La fraternité fit écho dans mon cœur malgré moi. Je n’avais pas beaucoup connu mon frère si on comparait le nombre d’années que j’avais passé sans lui. Mais, tout comme mon père, je ne l’oubliais pas. C’était peut-être un peu trop sentimental, mais je ne voulais pas qu’il oublie sa sœur également. Peut-être arriverai-je à faire un portrait d’elle avec sa description ?

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyJeu 5 Avr - 18:08

Ma remarque le fit ricaner mais je ne prêtais pas trop attention. J'avais une multitude de questions qui me venait à l'esprit et donc je voulais en connaître les réponses. Du moins, j'espérais qu'il me les donne. Sauf que la première ne le concernait pas directement et comme je m'y attendais, il ne pouvait pas y répondre à la place de son ami. « Je vois... » Peu importe, je ne m'attarde pas dessus et poursuis en l'informant au passage que j'étais né à Londres ce qui le fit réagir aussitôt. Je grimaçais à sa remarque. « On n'est pas aussi coincés que vous le croyez... » dis-je plutôt vexé. Puis je le dévisageais.« Que j'accepte quoi, au juste ? » j'étais plutôt intrigué par ses paroles. Que sous-entendait-il en prononçant cela ? De quelles choses parlait-il ?

Mais, ayant un flot de questions en tête, j'avais fini par enchaîner ce qui me venait à l'esprit et il me dit de me calmer... ben quoi ? J'y peux rien si j'ai beaucoup de questions qui me vienne. Il m'avait demandé de poser mes questions, je ne faisais qu’obéir. Et forcément, se retrouver face à un vampire, ça amenait beaucoup d'interrogations. Donc, j'étais sur Haima, le fameux nom de l'île. Humains et vampires cohabitent... « Cohabitent n'est pas tellement le mot approprié... » murmurais-je. « Et le fait d'être esclave est l'une des choses arriérés ? » ajoutais-je. « Et j'aurais préféré me noyer... parce que finir ainsi est pas tellement le genre de vie que j'envisageais. » rétorquais-je. La propriété d'un vampire, cela me fit frémir. Genre j'étais un animal de compagnie. C'était un peu l'image que j'en avais à être ainsi enchaîné.

Puis, il évoque le fait que je ne le croirais pas pour son âge. « Y a encore peu de temps, je ne croyais pas en l'existence des vampires. » rétorquais-je. « Donc, ça n'empêche pas de me répondre... »« Sangs-purs ou Nobles... parce qu'il y a des échelons parmi vous ? » Je ne comprenais pas tout. Sang-pur ça me faisait penser à la saga Harry Potter et j'étouffais un rire. Je ne sais pas pourquoi je songe à cela à cet instant. « Que je tente quelque chose ou non... étrangement, je pense que je vais en baver tout court. Oses me dire l'inverse ? » Je le défiais du regard. « Alors oui, ça serait sympa de me le dire... mais visiblement, tu n'as clairement pas l'intention de le faire. » Je soupirais. Bah, j'apprendrais bien par moi-même après tout... et ça m'occuperait. « Je ne suis pas stupide. Je sais très bien que mes chances sont quasi-nulle devant vous. D'ailleurs, c'est vraiment illégal. »

Je consens finalement à lui résumer ma vie, bien que je ne comprenais pas la raison de son intérêt soudain pour mon existence. Soit disant pour me connaître... je ne vois toujours pas pourquoi. Je hausse les épaules peu convaincu par sa réponse. Puis, je suis assez surpris lorsqu'il me demande de décrire ma sœur. Je mis un peu de temps avant de répondre. « eh bien... Lucie est une jeune femme pleine de vie... elle n'est pas forcément très grande, 1m60, ses cheveux sont assez longs maintenant lui arrivant au milieu du dos, et ils sont blonds comme les blés. Elle a toujours le sourire aux lèvres même quand ça ne va pas... ses yeux sont bleus clairs et pétillent de vie. Lucie est une fonceuse comme moi, elle n'a peur de rien ou presque. Elle est courageuse et elle est une battante. Je sais que ma disparition va l'affecter mais je sais aussi qu'elle fera ce qu'il faut pour s'en sortir... je ne serais pas étonné qu'elle parte à ma recherche. » Et j’espérais qu'elle ne le ferait pas en fait... je ne voulais pas qu'elle atterrisse ici. Je sens mon cœur se serrer dans ma poitrine. « On n'a toujours été proche tous les deux. On était là pour veiller l'un sur l'autre... nos parents étant bien occupés. » Je me perds dans mes pensées et je me sens nostalgique et triste d'évoquer ma sœur. Visiblement, je n'étais pas prêt de la revoir... et encore si j'arrivais à la revoir un jour. Je déglutis.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyDim 8 Avr - 13:30

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Je haussais les sourcils, surpris par sa remarque. Les Anglais ? Pas aussi coincés qu’on le disait ? Haha ! On allait être vite fixé.

« Donc ça ne te pose pas de problème que je te demande ton orientation sexuelle ou quelle est ta position préférée ? demandai-je le plus naturellement du monde comme si je demandais sa préférence entre les fraises et les cerises. »

Je me pourlechais les lèvres par réflexe. Expliquer ce genre de choses nécessitait des gants, du tact, de la diplomatie. Autant de choses dont j’étais dépourvu, soyons francs. J’étais plutôt cash, sans diplomatie, un peu brute même dans le fait d’annoncer les choses, car je n’aimais pas que l’on pense quelque chose d’autre que ce que je venais des dires. Je ne prenais que très rarement des pincettes - seulement si ma vie en dépendait.

« Et bien figure-toi que si, cohabiter est le mot approprié, même si l’esclavage existe. Tout le monde sur l’île n’est pas esclave, remarquai-je, même si pour ma part, je considérais que tout le monde était esclave de ses désirs, de ses envies. Question intéressante, mais je dirais plutôt que les avis sont nombreux. Ça dépend donc du point de vue. »

L’esclavage était quand même une pratique qui datait de plusieurs siècles, techniquement, c’était relativement arriéré. Cependant, c’était aussi d’époque, car cela permettait d’avoir une source constamment à ses côtés. Enfin, ceux qui avaient un ou plusieurs esclaves. Ca évitait pas mal de questionnement et les vampires restaient très discrets. Mais il y avait les contraintes aussi et c’étaient ses dernières qui m’empêchaient et me rebutaient même à avoir un esclave.

« Au moins, tu es vivant. »

Comment les êtres humains pouvaient-ils penser si facilement à la mort ? Déjà, ils ne vivaient que quelques années, même pas un siècle, c’était tellement peu ! En plus, ils pensaient sans arrêt à la mort. Je ne comprenais pas. Étais-ce parce que j’étais un vampire ? Parce que je n’étais pas prêt à passer l’arme à gauche ? Parce que j’aimais l’éternité de plaisir qui s’offrait devant moi ?
Je fis une grimace, hochant la tête. Il était vrai que je venais de lui annoncer que j’étais un vampire, tout comme son maître et il l’avait plutôt bien accepté.

« J’ai huit cent quarante ans, dis-je en le regardant droit dans les yeux pour connaître sa réaction. »

Ca en faisait des siècles de plaisir, de débauche, de sexe, de sang… de meurtres pour la Couronne aussi. Néanmoins, ça, je ne devais pas en parler. Je n’étais pas avare sur mon passé, la famille italienne l’avait compris et elle s’en était remarquablement servie.

« Il y a les sang-pur, les nobles et les dégénérés, énumérai-je dans un premier temps avant de me lever et de fouiller un peu la pièce. Les sang-pur sont des vampires royaux la plupart du temps, l’élite, des princes, princesses, roi, reine, empereur, impératrice. Les nobles sont des vampires nés d’un noble et d’un être humain, ce que je suis. Nous avons les mêmes caractéristiques, mais nous servons surtout les sang-purs, fis-je avant de faire une courte pause, trouvant un carnet et un crayon de bois. Les dégénérés sont des êtres humains qui ont été mordus par un vampire et qui ont bu du sang de vampire. La plupart du temps, ils sont exécutés, mais certains arrivent à surmonter après plusieurs années, voir siècles, leur soif de sang et ils intègrent le système. »

Je me rassis sur ma chaise, croisant lentement les jambes et les bras, observant le prisonnier. Non en effet, je n’allais pas lui dire comment nous blesser ou nous tuer, je n’étais pas idiot. Autant lui apprendre sa condition, je voulais bien, autant lui dire comment réduire mon existence, je n’avais pas la confiance nécessaire pour faire un tel pas.

« Illégal ? Nous n’avons pas décidé de cela. C’est la nature. »

Je fronçai les sourcils. C’était typiquement humain. Ils étaient désavantagés, ils trouvaient ça injuste. Mais est-ce qu’on avait décidé cela ?
Il finit par me raconter sa vie, son histoire et je lui demande des détails sur sa sœur. Il a éclairé le côté fraternel que j’avais enterré, sans le réveiller, mais un acte de bonté n’avait jamais tué quelqu’un, n’est-ce pas ? C’était peut-être le seul que je ferais de l’année tellement il était rare que je sois aussi sympa avec des inconnus. Suivant ses descriptions, je traçai quelques traits, débutant un portrait selon mon imagination et ses indications. J’avais déjà fait cela, dessiner des portraits en fonction de ce que l’on me disait. J’adorais même, en plus du simple fait de dessiner, d’immortaliser quelque chose.

« Bon changeons de sujet, m’exclamai-je pour ne pas qu’il s’enfonce dans sa mélancolie. As-tu déjà couché avec un homme, Siobhan ? »

Je n’avais même pas levé les yeux en posant ma question, restant sur mon dessin, le croquis de sa sœur, lui mettant les cheveux volant sous une fine brise.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyDim 8 Avr - 14:55

Les clichés.. toujours et encore cette image... Nous, les Anglais sommes vu comme des personnes coincées. Il y en a certes mais il ne faut pas en faire une généralité.. et puis il n'y a pas que des coincés chez les Britanniques mais à travers le monde entier. Je le regarde levant les yeux au ciel alors qu'il me demande mon orientation sexuelle et ma position préférée. Ce à quoi je rétorque « Pourquoi, je suis votre genre ? » demandais-je, en soupirant.

Pour ce qui est de dire qu'ils cohabitent avec les êtres humains... le débat est lancé. Je ne suis pas vraiment d'accord avec son choix de mots et il m'informe que tout le monde n'est pas esclave ici. « Pourquoi suis-je l'un d'eux dans ce cas ? Qu'est-ce qui justifie que je sois pris pour esclave et pas d'autres ? » Vraiment, c'est bien ma veine d'apprendre une chose pareille. « Et je suis d'accord sur ce  point. Tout dépend du point de vue de chacun, nous ne serons jamais d'accord. » Je soupire alors qu'il souligne le fait que je sois vivant. « Je ne suis pas sûr de le voir comme une chance... se retrouver enchaîné et apprendre qu'on est la propriété de quelqu'un... je ne vois pas tellement ou se trouve ma chance. A ma place, je ne suis pas certain que ça serait pris de cette façon, je me trompe ? »

Puis, pour ce qui est de son âge, je ne me prive pas de lui faire remarquer que je ne croyais pas aux vampires jusqu'à ce qu'il me le dise. Il consent donc, à me répondre. 840 ans... la vache ! J'étais assez surpris bien que je m'étais attendu à un sacré chiffre malgré tout. « On ne trouve pas le temps long à force ? » demandais-je. « Et vous vivez ainsi éternellement ou y a un jour ou vous pouvez disparaître ? D'ailleurs, je me demande comment on perçoit le temps et la vie lorsqu'on n'a pas de fin en soi... » Dire que je n'avais qu'à peine 30 ans, c'était tellement insignifiant comparé à son existence sur cette planète. Je me demande si ce n'est pas un peu contraignant mine de rien de voir les années défilées sans cesse... voir les guerres... voir la planète se détruire à petit feu. Je ne suis pas certain que ce soit forcément un truc que j'avais envie de connaître. Mais, je n'ai pas besoin d'y songer... le temps m'est compté pour ma part... mais, j'aurais aimé ne pas vivre cette vie-là. J'avais des projets, une vie qui me plaisait.. j'étais au début de mon existence en somme et voilà ma vie brisée... fichu naufrage. Et là, je regrette d'avoir ce côté aventurier. Sans ça, je n'aurais pas voyagé.

Il m'explique alors qu'il y a les sangs-purs, les nobles et les dégénérés. La dernière catégorie me donne des frissons dans le dos. « Peu réjouissant tout cela... » Mais, j'imagine que je vais servir le vampire de bouffe entre autre et qu'il me laissera vivre jusqu'à ce que je sois vieux puis me tuera ou me laissera mourir de vieillesse dans une totale indifférence. Une fin peu enviable et pourtant c'était ce qui allait se produire visiblement. Je regarde le vide sans le voir, perdu dans mes pensées.

Je ne dis rien d'autre quand il dit qu'ils n'ont pas décidé mais la nature avait choisie pour eux. Peu importe, c'était injuste et inégal. Nous n'avions pas la moindre chance en tant qu'humains ou minime. Mais, en connaissant la façon de les tuer.. ; peut-être que je verrais les choses d'une autre façon. Puis, je finis par lui évoquer ma vie et je consens à décrire ma sœur vu qu'il me le demande. Parler de ma sœur me plongeait dans mes souvenirs d'enfance entre autre et me rendait nostalgique puis je songeais au fait qu'elle serait dévastée en n'ayant plus la moindre nouvelle de ma part. Mais, Zéro décide me sortir de ma mélancolie en changeant de sujet. Sauf que je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il me pose ce genre de questions. Je le regarde les yeux écarquillés tant j'avais été surpris par sa soudaine interrogation. Heureusement, il ne voit pas ma réaction puisqu'il est occupé sur son papier à dessiner.... si j'en crois les coups de crayons qu'il donne sur la feuille. Je pose ma tête contre le mur et ferme les yeux. « Non. » Je commence à me demander s'il n'essaie pas de me transmettre un message... déjà une question sur mon orientation sexuelle... dois-je m'inquiéter ? En tout cas, ça ne me rassure pas tellement et étant donné que je suis un futile humain... il n'aurait aucune peine à faire de moi ce qu'il voulait. J'ouvre à nouveau les yeux et observe le vampire qui dessinait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyDim 8 Avr - 16:25

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Je riais franchement à sa question. Il avait un peu de spontanéité, j’adorais. Avais-je un genre ? Je ne m’étais jamais posé la question et je doutais sincèrement qu’il y ait une constante dans toutes les conquêtes que j’avais eu. Non, aucune. À bien y réfléchir d’ailleurs, seul Malaki sortait du lot. Lui seul avait pris mon cœur sans que je ne m’en rende compte et il était fortement probable qu’il le garde jusqu’à ma mort.

« Ca se pourrait, dis-je énigmatiquement. »

Le débat lancé pouvait durer des heures et je n’avais vraiment pas envie de m’attarder sur ce sujet. C’était ennuyeux, non ? Il y avait d’autres choses plus intéressantes, notamment sur la vie du jeune homme que l’on n’avait pas encore exploré. Néanmoins, je lui devais bien une explication sur un point.

« Seuls les êtres humains échoués ici deviennent des esclaves. Ainsi, cette île reste secrète des hommes. »

L’explication devait être suffisante. Les êtres humains ne venaient jamais en paix sur un lieu inconnu. C’était pour conquérir, faire la guerre, tuer, violer, voler, sans foi ni loi, sans compassion ni regret. Des peuples ont été décimés, leurs histoires et leurs découvertes mortes avec eux. Des années après, les êtres humains se rendent compte que finalement, telle ou telle civilisation avait des choses à leur apprendre. Bande de cons !

« Je ferais ce qu’il faut pour vivre, répondis-je d’un ton neutre. »

Parce que c’était vrai. J’aurais pu mourir il y a quelques siècles, à Rome, alors que je m’étais amouraché d’une Medicis. La première femme, la première personne à conquérir mon cœur jeune et insouciant à cette époque. La passion à l’état brute. La Couronne italienne en avait eu vent et la tua. Ainsi, je me mis à les servir pour éviter la potence, et même si j’avais perdu ma liberté, je ne le regrettais pas. Ainsi, j’ai pu rencontrer Malaki, Sorin, Rosalina et tant d’autres.

« Non, j’ai toujours quelque chose à faire. La vie est riche d’aventures, non ? demandai-je sachant pertinemment qu’il était d’accord. Nous mourrons tous un jour ou l’autre. C’est inéluctable. »

La différence était que cela pouvait prendre plus de temps. Mais c’était un détail. Minuscule détail. Il pesait son poids dans la balance tout de même. Son soupir était évocateur. Il avait son propre point de vue et je pouvais concevoir que ce n’était pas la vie qu’il aurait aimé. Qui rêvait d’être esclave de toute façon ? Personne. Cependant, être pessimiste n’allait certainement pas aider les choses.

La conversation avança tranquillement, alors que j’arpentais la pièce, trouvant de quoi faire un dessin et je me mis à l’œuvre. Ainsi, il aura toujours un petit quelque chose de personnel dans cet univers où il n’a plus rien, il n’est plus rien, plus un médecin, plus un être humain même. Il est juste un esclave, mais peut-être que ce portrait de sa sœur lui gardera un part d’humanité, une part de son passé.
Changeant de sujet, je fus surpris qu’il me réponde, haussant même les sourcils. Je pensais pourtant qu’il fallait expérimenter pleins de choses pour savoir ce que l’on voulait réellement. M’étais-je trompé ?

« Je n’ai pas l’habitude d’être tendre, mais je le serais, répondis-je en levant les yeux vers lui, annonçant clairement la couleur. »

Mieux valait une personne qu’il connaissait un minimum qu’un inconnu qui n’aura aucun remord à le prendre sans connaître son prénom. Ou me disais-je cela pour me convaincre ? Je n’avais jamais personne et je ferais tout pour ne pas le forcer non plus… Un peu de manipulation n’allait pas faire de mal si cela conduisait à un plaisir fulgurant, n’est-ce pas ?
Je fermais le cahier bruyamment et le laissais tomber à ma gauche, lâchant le crayon de la même manière.

« Le lit va être plus pratique pour ce qu’il va suivre, fis-je en montrant d’un signe de tête le meuble à côté, qui n’avait pas l’air très solide, mais qui ferait l’affaire. »

Je me levais de la chaise et m’approchais de lui à pas de loup, doucement, tranquillement, sensuellement, tout en ayant un petit côté prédateur...

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 9 Avr - 14:45

Ma question le fit rire. Au moins, je suis drôle... Je l'observais et ne sait pas tellement comment réagir au fait qu'il me disait que ça se pourrait. Pas forcément rassurant non plus pour ma personne. Mais, il ne fait peut-être que jouer un jeu et rien de plus... il essaie sans doute de voir un peu mes réactions. Il joue avec moi en somme et teste également afin de savoir si je suis aussi coincé qu'il le prétend mais je ne suis pas le genre à esquiver les questions. A vrai dire, j'aurais très bien pu répondre directement mais autant jouer un peu cartes sur table. Ça n'était pas inutile de savoir ce genre de choses... ça permettait un peu de déterminer ce qui risquait de m'arriver. Pour le débat, on repassera... je ne suis pas d'humeur à m'étaler durant des heures sur le sujet. Pas que je n'aime pas faire ce genre de choses mais je trouve qu'il est inutile de gaspiller ma salive pour rien. Nous étions à l'opposé tous les deux donc pourquoi s'acharner ? Il m'apprends au moins la raison de l'esclavagisme... Aussi simple que dire bonjour... j'en sais déjà un peu plus sur l'île.

Puis, je m'interroge sur la longévité de sa vie, l'éternité... s'il ne trouvait pas le temps trop long, s'il ne s'ennuyait pas en somme... Et lorsqu'il affirme qu'il y a toujours quelque chose à faire et que la vie est riche d'aventures, je ne peux qu'être d'accord avec lui. J'étais un aventurier en herbe, adepte de sensations fortes, d'explorer le monde, d'étudier le monde... prêt à découvrir mille et une choses.
Sauf que je n'imaginais pas que je serais amené à explorer une telle situation... en effet, après avoir évoqué ma tendre sœur alors qu'il dessinait concentré sur sa feuille, une question non innocente de sa part fit basculer le cours de la conversation et allait changer les événements. J'assimile à peine ses mots '' Je n'ai pas l'habitude d'être tendre, mais je le serais. » whoo... Je ne m'étais pas vraiment attendu à ce qu'il me balance cela de but en blanc. J'étais toujours assis contre le mur et mon cœur fit un bond dans ma poitrine en entendant cela alors que je le vois fermer le cahier dans un bruit sourd qu'il laissa choir sur sa gauche tout en lâchant son crayon de son autre main.

« Le lit va être plus pratique pour ce qu'il va suivre. » Je ne sais pas du tout comment réagir. Je sens la panique me gagner... mon cœur cogne durement dans ma poitrine alors que le stress s'écoule de toute part, dans mes veines, et je me sens comme pétrifié. Je regardais à peine le lit qu'il avait montré d'un signe de tête... ne détachant plus mon regard de Zéro qui venait de se lever de sa chaise. Je suis incapable de faire le moindre geste alors qu'il s'avançait doucement vers moi. Même si j'avais voulu m'échapper, c'était juste impossible... j'étais enchaîné au mur. Je restais appuyé contre le mur sachant pertinemment que je ne pourrais pas le repousser. Et je n'ai pas besoin d'un dessin non plus pour savoir ce dont il faisait référence. Parler du lit confirmait même mes pensées. J'arrive pas à me faire à l'idée... C'est le chaos total dans ma tête... Trop de choses à encaisser dans ma tête. D'abord le naufrage, ensuite l'enlèvement, la surprise de me trouver enchaîné et d'apprendre l'existence des vampires. Et maintenant, l'un d'eux comptait me faire découvrir le sexe avec les hommes, et ce, sans me demander mon avis. Je n'étais qu'un humain de toute façon... un esclave.

Je déglutis en songeant à tout cela. Je n'avais pas assimilé dans mon esprit qu'esclave voulait également dire dans le sens d'esclave sexuel. Je blêmis à cette constatation. J'allais devoir aussi servir avec mon corps. Moi qui n'avait eu que très peu de relations avec les femmes et qui n'ait jamais rien fait avec la gente masculine car je n'avais jamais ressenti d'attirance jusque-là.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 9 Avr - 17:11

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Si je pensais qu’il était bavard, j’avais visiblement mangé sa langue. Siobhan ne répliquait plus. Je restais les yeux fixés sur mon dessin, enfin le dessin de sa petit sœur, tout en répondant à ses questions. Cependant, la tristesse avait regardé le jeune homme et il fallait que je le repêche dans cette mer de mélancolie. Même s’il n’était pas fini et que je n’aimais pas laisser un dessin en plan, je laissais tomber le cahier et le crayon au sol, mon regard sur l’esclave enchaîné. Je me levais lentement, jetant un coup d’œil vers le lit, presque de fortune, avant de planter mon regard dans celui de Siobhan. Je savais que je ne pouvais le séduire comme n’importe quel humain de l’île, mais mes talents vampiriques n’étaient là que pour me faciliter la tâche. Mon caractère, ma façon d’être, je savais comment arriver à mes fins.

Sa peur arriva à mes narines et mes oreilles entendirent son cœur s’accélérer. Pourtant, je ne stoppais pas ma progression, je continuais doucement. Finalement, à quelques centimètres de l’humain, je m’accroupis. Son odeur terrifiée comme un lapin pris au piège par un renard ne faisait que m’exciter. C’était certainement mon côté prédateur qui prenait peu à peu le dessus. Les secondes s’écoulèrent, mais j’étais sûr que pour le jeune humain, c’étaient des heures. Lentement, je levais une main vers son visage, caressant un doigt sa mâchoire.

« On peut aussi bien le faire ici, mais ça ne sera pas aussi confortable, assurai-je en chuchotant. »

Avec le temps et mon plaisir de découvrir tout plus sur le sujet, j’avais exploré plusieurs lieux exotiques. Du sol au mur, de la table à debout, de la ruelle aux toilettes en passant par des salles plus ou moins V.I.P., il y avait toujours moyen de trouver un endroit plus ou moins confortable. Tout dépendait de la race aussi. Les êtres humains étaient plus fragiles, mieux valait faire attention, mais pour deux vampires, peu importait le lieu, on avait peut-être quelques courbatures, mais on s’en sortait s’en se casser le moindre os.
L’autre main se posa délicatement sur une des cuisses de Siobhan, sans le faire mal ni sans être trop présente. Une légère pression simplement. Mais elle ne bougea pas, pas encore.

« Préfères-tu que ta première fois soit avec un inconnu qui se foute royalement de ton plaisir et qu’il ne viole plus qu’il ne te baise ou avec quelqu'un qui fera attention à toi, qui te donnera du plaisir ? questionnai-je sur le même ton, neutre, chuchotant. »

Car c’était ce qu’il allait se passer. Il allait se faire prendre un jour où l’autre, sans qu’on lui demande son avis, parce que c’était un esclave et qu’un esclave n’avait pas d’avis. C’était un être humain, qui ne portait que le nom, qui était une réserve de sang et un objet sexuel pour son maître, rien de plus, rien de moins. C’était la cruelle vérité, la cruelle réalité, les faits et il fallait que Siobhan en prenne conscience. Je lui proposais d’être tendre, d’avoir une première fois agréable parce que j’aimais que mes partenaires prennent autant de plaisir que moi, mais s’il ne le voulait pas, c’était son choix. Un choix qu’il payerait, mais qu’il devra assumer.

« Quel est ton choix, Siobhan ? demandai-je en poursuivant ma caresse légère sur son visage, descendant sur son cou, puis son épaule. »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyMar 10 Avr - 11:25

Je suis contre le mur et voit Zéro approcher dangereusement. Il s'accroupit à quelques centimètres et je ne détache pas mon regard de lui. Je sens mon cœur battre la chamade dans ma cage thoracique. Ma bouche semble sèche tout à coup... je déglutis alors qu'il annonce dans un chuchotement « On peut aussi bien le faire ici, mais ça ne sera pas aussi confortable. » Il posa alors une main sur ma cuisse ce qui me fait légèrement sursauter. Je me mords la lèvre alors qu'il me demande si je préférais que ce soit un inconnu la première fois qui se foute de moi et qu'il me viole plus qu'autre chose ou que ce soit avec quelqu'un qui fera attention à moi et me donnera du plaisir. Il semble tellement sûr de lui... il est certain que j'aurais du plaisir. Je n'ai jamais envisagé de me retrouver avec un homme de cette manière. Il est plutôt malin... et sait comment amener la chose. Je le fixe toujours incapable de bouger. Je n'y arrive pas... et pourtant, le lit n'est guère très loin.

« Quel est ton choix Siobhan ? » Je sens un frisson me parcourir les veines alors qu'il descends doucement sa main sur mon cou et mon épaule. Je n'imaginais pas ressentir quoi que ce soit, alors qu'il posait sa main sur moi. Je finis par retrouver l'usage de la parole alors que je lâche «  Je crains de ne pas avoir beaucoup d'options...  Et la réponse est forcément logique...» Je n'arrive pas à croire que je me retrouve dans une telle situation... que je doive coucher avec un parfait inconnu et un vampire par surcroît. « Mais, t'es autant un inconnu... mais, tu sembles vouloir me faire une fleur si j'ai bien compris... » Je sens le stress qui est toujours bien présent. Je n'arrive pas à croire que je vais dire cela. « Ne me fait pas mal... » c'est surtout cela que j'appréhendais. De toute façon je savais pertinemment que je n'échapperais pas éternellement à ce qu'il m'avait annoncé et je ne pouvais pas me débattre et faire le poids face à eux. Fallait bien que je me résigne.

L'avantage des vampires au moins, c'est qu'ils sont loin d'être repoussant physiquement, faut bien l'avouer. Mais, je ne me sens pas plus à l'aise pour autant... je ne sais même pas comment je dois m'y prendre. Je ne suis pas un expert niveau relations. Je n'avais pas eu beaucoup de relations jusqu'à maintenant. J'aurais pu avoir beaucoup plus de femmes avec mon physique mais je n'étais pas le genre à coucher sans sentiments et pour un simple soir. Sauf que Zéro n'était pas comme moi. Et il ne me laissait pas vraiment le choix... il me piégeait... j'espérais juste qu'il tiendrait parole et ne me ferait pas trop mal. Si je peux éviter de souffrir la première fois, je ne vais pas non plus cracher dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyMar 10 Avr - 13:59

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Je sentais, j’entendais, son cœur battant de plus en plus à la chamade. Sa peur se transforma peu à peu en stress et je sus alors que j’avais réussi. Je l’avais convaincu avant même qu’il n’ouvre la bouche et qu’il me donne le feu vert.

« Elle est peut-être logique selon toi, mais je dirais plutôt qu’elle est censée. »

Tout le monde avait des premières fois, constamment. Même après autant de siècles, je continuais à avoir des premières fois, c’était ça la vie après tout et c’était ce qui te rendait vivant. Vivre de nouvelles expériences, peu importe lesquelles, c’était enrichissant, électrisant, revigorant.

« C’est vrai, je suis un inconnu, consentai-je. Nous nous connaissons depuis un peu plus d’une demie-heure. Cependant, je pense qu’on ne peut pas dire qu’on se connaisse moins qu’un coup d’un soir, parce que je ne dis pas autant de choses, crois-moi. Et je suis persuadé que toi non plus. »

Doucement, dans un premier temps, je rapprochais nos visages. Nos nez se touchèrent puis, nos fronts. Mon souffle chaud caressait ses lèvres comme pour le laisser imaginer la suite. Je prenais mon temps, il le fallait, c’était important. Mon regard analysait ses réactions, alerte et observateur. Avec la même douceur, qui ne me caractérisait pas, je finis par poser mes lèvres sur les siennes. C’était chaste, non sexuel comparé à ce qui allait suivre, mais quitte à être le premier, lui volant sa virginité, autant lui voler son premier baiser avec un homme par la même occasion.

« Tu peux imaginer les lèvres d’un autre, enfin, d’une autre pour le coup, me rattrapai-je. Je ne m’en vexerai pas, car je compte bien te faire souvenir de la suite jusqu’à la fin de tes jours. On n’oublie pas sa première fois après tout, non ? »

Je l’embrassai de nouveau, un peu plus durement, effaçant la chasteté du premier. Ma bouche dévorait de plus en plus la sienne et ma langue avait envie d’explorer. Elle caressa ses lèvres, demandant l’accès. Une main se posa sur sa joue, l’autre attrapa une des siennes pour la poser sur ma cuisse, la remontant doucement puis, la passant sur mon torse et la lâcha. Je lui montrais le chemin pour qu’il apprenne, mais il devait également le faire par lui-même. On retenait beaucoup mieux, même si cela dépendait des partenaires, les bases restaient semblablement les mêmes.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyMar 10 Avr - 14:56

La peur s'était emparée de moi un instant mais c'était surtout le stress qui m'envahit le corps et l'esprit. Je redoutais l'instant car je n'avais jamais rien fait avec un homme. J'étais totalement vierge de toute expérience de ce côté. Je ne savais pas si Zéro avait raison ou non sur le fait de prétendre que j'aimerais ça. Je pensais plutôt au moment fatidique et j'appréhendais. J'avais peur d'avoir mal.
Logique, censé... peu importe... ça ne change pas le résultat. Je restais toujours contre le mur alors que Zéro était tout près de moi. Sentir sa main sur moi me donnait des frissons malgré toute attente et je ne savais pas du tout comment procéder. Je me sentais à nouveau totalement puceau pour le coup malgré mes quelques relations avec certaines femmes. Il remarque que j'ai raison dans le sens ou il est un parfait inconnu avec moi mais on se connaissait plus qu'un coup d'un soir. Certes... et j'admets qu'il a raison aussi sur le fait que je lui avais révélé bien plus que je ne l'aurais fait en temps normal en si peu de temps. « En attendant, j'en ai tout de même dit plus, à mon sujet que toi » soulignais-je. « Je ne sais pas grand chose sur to,i c'est vraiment bien plus minime que ce que j'ai pu te dire. » Enfin peu importe.... qu'il me raconte sa vie ou pas, n'allait pas m'aider pour autant pour ce qui allait suivre.

Et Zéro ne mit guère de temps à se rapprocher davantage de ma personne. Je me retrouvais avec son front contre le mien puis nos nez se touchèrent. Mon cœur fit un bond, dans ma poitrine alors que je sais d'avance qu'il va m'embrasser. Je me prépare mentalement alors qu'il prenait son temps avant de venir poser ses lèvres sur les miennes. Un baiser n'est pas l'étape la plus difficile en soi. Je me laissais plutôt faire assez facilement pour le moment. Il me donne des indications afin de m'aider. Et me promets de faire en sorte de ne jamais oublier la suite jusqu'à la fin de mes jours. « Non, en effet » dis-je, en songeant à la première fois que j'avais eu avec une femme... une dénommée Sandra. C'était une collègue de boulot que j'avais fréquenté un moment mais finalement ça ne s'était pas révélé concluant à la longue. Nous avions rompu au bout d'un an de relation. Le fait d'y songer, je revoyais son visage. Mais, je chassais cette pensée. Je ne suis pas certain d'avoir envie de penser à elle, alors que je suis avec Zéro. Je préférais être lucide.

Zéro m'embrassa une seconde fois mais cette fois le baiser n 'était pas aussi innocent et chaste que le premier. En effet, il me dévorait littéralement et me fit bien comprendre qu'il voulait approfondir. Je finis par céder à sa demande et sa langue se retrouva à explorer ma bouche alors que je tâchais d'en faire autant. Faut reconnaître qu'il embrassait bien. Bon sang... je me surprends moi-même en ayant cette soudaine réflexion à son sujet. Mais, je n'ai pas le temps de m'attarder dessus car il me guida posant l'une de mes mains sur sa cuisse avant de la faire remonter sur son torse. Il me lâcha soudainement sans doute pour me laisser agir par moi-même. Au moins, il me laissait assez libre et ne me forçais pas trop... je lui en étais plutôt reconnaissant parce que c'était déjà disons étrange de me retrouver dans cette posture. Puis, je me disais que pour l'instant, il n'y avait pas trop de différence dans un sens... je glissais mes doigts le long de son torse doucement alors que mon autre main sur posa sur son dos. Je finis par passer mes mains sous son t-shirt. Je ne me sens pas vraiment sûr de moi mais je tâche de me rappeler ce que j'aimais en tant qu'homme quand je couchais avec une femme et me contentais de reproduire cela pour lui donner ce qu'il voulait.

Si Zéro arrive à retenir sa respiration... ce n'est pas forcément mon cas... je dû rompre le baiser qui d'ailleurs me laissait à bout de souffle et un peu pantelant. Faut avouer que c'était pas déplaisant. Je me baffe mentalement de ressentir ça... je suis complètement chamboulé. Était-ce normal que je me trouve dans cet état ? Que j'apprécie autant sa façon d'embrasser... je ne doute pas une seconde que Zéro a largement l'expérience et sait comment faire pour faire succomber n'importe qui... sans doute lié à cela... ou je me cherchais des excuses. Je me sens perdu subitement. Je baisse les yeux une seconde regardant au niveau de son torse du cou ou se trouvait toujours ma main. Le stress du départ n'est plus omniprésent pour le moment, il semble s'être envolé lorsqu'il m'a embrassé. Je tâche de ne pas penser à la suite pour ne pas me remettre à stresser. Je me contente plutôt de continuer mes caresses le long de son corps alors que je finis par faire en sorte de lui retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyMer 11 Avr - 14:04

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Il était rare que je parle de moi. Seul Malaki me connaissait, Sorin aussi, mais un peu moins, je n’aimais pas parler de moi. C’était un fait et une vérité que je n’ai pas changé en plus de huit cents ans. Ce n’était pas aujourd’hui que j’allais changer, mais je pouvais bien dire des trucs bateaux pour le détendre. Avant cela, je déposais un chaste baiser sur ses lèvres avant de lui avouer qu’il pouvait imaginer quelqu’un d’autre. Ce n’était pas mon genre du tout de dire ça, mais je pouvais bien faire une exception pour cet humain. Tout n’était que prétexte pour le détendre peu à peu.
Puis, je l’embrassais de nouveau, oubliant la chasteté dans le premier baiser, rendant les choses plus sérieuses sans être trop brutal, trop pressé. Siobhan finit par entrouvrir la bouche et nos langues se rencontrèrent. D’abord doucement puis, une danse débuta où même si je menais le pas, je ne voulais pas non plus l’étouffer dans la soumission. Il l’était déjà bien suffisamment, inutiles dans rajouter une couche, ça ne serait pas à mon avantage. Malgré tout, il embrassait bien et juste avant qu’il rompe le baiser, j’attrapais sa lèvre inférieure entre mes dents, la mordillant sensuellement, tandis que les mains de Sio se mirent à bouger toutes seules, venant même caresser ma peau. J’étouffais un gémissement appréciateur entre mes lèvres, nichant mon visage dans son cou. Mes lèvres déposèrent un baiser en bas, jonction entre le cou et l’épaule et remontèrent lentement jusqu’à son oreille. Je léchais son lobe d’oreille d’une manière taquine avant de lui susurrer quelques informations.

« Je suis hédoniste, fis-je avant de déposer un baiser brûlant sur sa mâchoire. Je recherche que le plaisir et évite tout déplaisir dans ma vie. »

Je m’éloignais de quelques centimètres, le laissant me retirer mon haut. Il était plutôt beau en fait, assez séduisant, intelligent puisqu’il était médecin, ce n’était pas des études pour n’importe qui, non ? Il était plutôt beau en fait, assez séduisant, intelligent puisqu’il était médecin, ce n’était pas des études pour n’importe qui, non ?

« Je suis un joueur, ajoutai-je avant de lui voler un baiser, laissant ma langue parcourir sa lèvre supérieure. Et j’aime le sexe. »

J’attrapais ses mains sans aucune violence et l’aidais à se relever. Lentement, mon corps se rapprocha du sien, nos bassins se collèrent tout comme nos torses. Néanmoins, je voulais sentir sa peau également. Aussi, je lui retirais son haut habillement et nos torses se touchèrent de nouveau. Peau contre peau, mes mains ne savaient pas si elles devaient caresser ses flancs ou sa tête et ma bouche se mit à dévorer une nouvelle fois la sienne dans un baiser actif, mais pas encore ardent.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyJeu 12 Avr - 19:34

Alors que je rompais le baiser, Zéro me mordilla la lèvre inférieur. Je le laissais faire alors que je reprenais peu à peu mon souffle et aussi mes esprits. Je glissais mes mains sur le corps de Zéro qui semblait apprécier et un petit cri s'échappa de mes lèvres lorsqu'il déposa ses lèvres entre mon cou et mon épaule puis j'eus un soupire alors qu'il remontait jusqu'à mon oreille. De violents frissons me parcourait le corps tout entier tandis qu'il me léchait le lobe de l'oreille. Zéro me glissa au passage quelques informations sur lui. Qu'il est hédoniste et qu'il recherche simplement le plaisir. Conception de la vie qui est plutôt agréable... il n'a pas tort de profiter de son existence. Je finis par retirer son haut et mes yeux glissent sur le peau du bellâtre. Je continuais mes douces caresses le long de sa peau... alors qu'il ajoutait qu'il était joueur et qu'il aimait le sexe. Ça je pense l'avoir compris assez rapidement. En même temps, le sexe était quelque chose apprécié par tout le monde. Zéro me fait me fit me relever sur mes jambes et je me retrouvais debout contre le mur, nos corps se touchant, et alors que nos bassins se collaient l'un contre l'autre, je me mordais la lèvre. Peu de temps après, e me retrouvais également torse nu et je sentais sa peau contre la mienne alors qu'il se rapprochait tout près de moi. Je prolongeais son baiser alors qu'il m'embrassait une nouvelle fois. Faut reconnaître qu'il embrasse bien et qu'il est donc plutôt difficile d'y résister. Je fermais les yeux glissant mes mains le long de son dos. Je suis plutôt hésitant. Je ne sais pas vraiment si je fais comme il faut. Je me trouve maladroit dans mes gestes.

Je glissais ma langue sur celle du vampire, puis je posais délicatement mes mains sur ses fesses. Sentir le corps chaud de Zéro contre le mien me faisait plus d'effets que je ne l'aurais imaginé. Je sens l'envie s'emparer de mon être et cela me perturbe aussi. Je ne comprenais pas vraiment ce qui m'arrivait. Avais-je un penchant pour les hommes sans le savoir ? Je ne sais plus... je me sens perdu. Je ne sais pas comment procéder avec Zéro. Je n'étais pas aussi à l'aise qu'il pouvait l'être. Lui était habitué avec les hommes. Moi pas du tout. Je n'avais jamais été tenté de tester avec un homme. Je n'y avais jamais songé. Et maintenant que j'étais plus ou moins contraint de le faire, je me sentais totalement chamboulé... et j'ignorais la raison. Je m'interrogeais sur moi-même. Si c'était juste normal de ressentir ce que je ressentais à cet instant. Je pense que oui dans un sens.. mon corps réagit forcément aux provocations laissés par Zéro... ça ne veut pas dire pour autant que je suis attiré par les hommes, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptySam 14 Avr - 20:13

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Siobhan réagissait étonnamment bien à mes doux assauts. Pour quelqu’un qui n’avait jamais couché avec un homme, il réagissait comme s’il avait attendu cela toute sa vie. Cette pensée m’excita un peu plus malgré moi. Faire prendre conscience à quelqu’un de ses orientations sexuelles était tellement plaisant et de très intime malgré tout. C’était une des rares choses que je respectais d’ailleurs. Le sexe n’était pas quelque chose de seulement bestial, de physique, c’était aussi quelque chose qui allait au-delà de ça. C’était le summum du plaisir. Autant faire les choses correctement.
Je découvris que le jeune médecin était sensible au niveau du cou, juste à la jonction avec l’épaule. Je mis ce point dans un coin de ma tête. Une fois mon haut retiré, je nous fis nous relever et collais nos corps. Bassin contre bassin, j’aperçus du coin de l’œil Sio se mordiller la lèvre et je lui retirais alors son haut, pour que nos peaux se touchent. Son torse était frais, mais cela ne me dérangeait pas. Il allait bientôt rougir sous mes attaques. Nos bouches se retrouvèrent de nouveau et les mains de l’esclave descendirent le long de mon dos. Un frisson me hérissa les poils des bras et je gémis lorsqu’il posa ses mains sur mes fesses. Ce geste m’excita un peu plus et malgré moi, je fis un mouvement vers l’avant avec mon bassin, appuyant contre le sien, mon érection clairement réveillée.
Mains sur les hanches, je le décollais du mur et le fis pivoter pour qu’il bute contre le lit et qu’il s’y assoit. Nos bouches toujours en train de se dévorer, je rompis alors le baiser, glissant dans son cou pour le mordre - avec mes dents humaines.

Je me glissais à genoux, entre les jambes de Siobhan, mes mains quittant ses hanches pour déboutonner son pantalon qui m’encombrer. Je levais les yeux vers ceux brillants de luxure de l’humain.

« Si tu veux ralentir le rythme, dis le mot… pomme. »

Habituellement, j’utilisais cette technique pour un jeu BDSM, mais je ne savais que trop bien que les novices pouvaient dire si facilement un “non !” ou “attends !” alors que ce n’était pas nécessaire. Ils le désiraient, c’était la peur qui parlait. Siobhan n’avait pas cette chance, il devait apprendre maintenant ou jamais… Et j’étais bien généreux de faire ce que je faisais.
J’attrapais son pantalon et son sous-vêtement, les glissant le long de ses jambes et les jetant à côté, aux pieds du lit. Ma bouche se posa doucement sur son genou droit, à l’intérieur de la jambe et remonta le long de la cuisse, lentement, alternant baiser et mordillement. Je contournai son sexe, passant sur son aine, sa hanche puis, ses abdominaux. Ma langue taquina les fines bosses jusqu’au nombril tandis que mes mains se baladaient dans son dos, doigts écartés pour toucher un maximum de peau. Il était excitant, même s’il ne savait pas comment s’y prendre, ses réactions… Ce moment devenait de plus en plus agréable, plaisant, et l’atmosphère ne devenait que peu à peu plus chaude.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptySam 14 Avr - 21:42

Je me retrouve bien vite torse nu à égalité avec Zéro et lorsque nos peaux se touchent tout comme nos bassins, je me mordais la lèvre. Je ressentais énormément de sensations... je me posais aussi beaucoup de questions sur ce qui me traversait à cet instant. J'étais totalement chamboulé... emporté par une envie soudaine de découvrir plus et cela m'effraie aussi dans un sens. Je n'imaginais pas une seule seconde qu'il pourrait me faire autant d'effets. Et je ne pensais pas non plus que je pourrais le faire réagir en posant mes mains sur son fessier... en effet, Zéro lâcha un gémissement et son bassin rencontra le mien alors qu'il s'appuyait tout contre et je sentais très bien ce qui se passait sous son pantalon. Zéro était clairement excité par ce qui se passait et le pire c'est que je l'étais aussi. Sauf que buté comme je le suis, je me disais que c'était juste une réaction de mon corps répondant aux stimulations provoqué par le vampire.

Je me laisse guider alors qu'il me décollait du mur pour me faire pivoter et je me retrouvais assis sur le lit de fortune alors que nos bouches ne se quittaient plus. Puis, il rompit le baiser et un râle s'échappe de mes lèvres alors qu'il me mordait le cou. Bon sang... ça m'excitait. Je croise le regard de Zéro alors qu'il venait de se mettre à genoux entre mes jambes. Je sens mon cœur accélérer dans ma cage thoracique alors qu'il s'attaque à mon pantalon. Pas que je sois pudique... pas du tout. Juste que ça reste nouveau pour ma part de me faire déshabiller par un homme enfin pas tout à fait puisque c'était un vampire. Peu importe... « Si tu veux ralentir le rythme, dis le mot... pomme » Je hoche la tête à ses mots. A vrai dire, je suis juste incapable de répondre. Je suis trop concentré sur ce qui va suivre... Je suis tout de même reconnaissant du fait qu'il ne me prenne pas brutalement sans attendre. Il n'était pas obligé d'être attentionné et de prendre son temps. Après tout, je n'étais rien pour lui... un pauvre animal sans défense. Je me retrouve rapidement nu comme un vers devant lui alors qu'il jette mes vêtements au pied du lit. Ma respiration s’accélère et je ferme les yeux alors que sa bouche se posait sur mon genou avant de venir à l'intérieur de ma jambe et je soupire alors qu'il remontait le long de ma cuisse. Bon sang... je sens mon excitation monter d'un cran et mes doigts viennent agripper le bord du lit me cramponnant et le contact avec me permette de m'accrocher à un semblant de réalité. Je n'en revenais pas d'en arriver à ce stade avec Zéro. Je passe finalement une main dans la chevelure du vampire et le caresse alors qu'il me donnait des frissons et que je sentais également ses doigts dans mon dos. La tension était palpable et je descendais mes doigts jusque dans son cou. Je finis par lâcher le bord du lit et glissais mon autre main le long de son bras me penchant légèrement en avant alors que je descendais mes doigts doucement.

Je ne sais plus ou donner de la tête et j'ai envie de plus... à vrai dire, il m'excitait tellement que je ne voulais pas qu'il s'arrête. Je l'attire finalement le faisant se redresser pour venir l'embrasser. Dans un sens je le hais de parvenir à m'atteindre autant. Je n'aurais pas cru cela possible. Je glissais ma langue sur la sienne, et passais mes mains dans son dos puis sur ses fesses avant de venir glisser sur le devant afin de lui retirer son pantalon.. après tout, pas de raison pour que je sois le seul complètement nu. Ses vêtements ne mettent pas longtemps à se retrouver également sur le sol et à rejoindre les miens. Je n'ose pas vraiment regarder pour autant le corps dénudé entièrement du vampire. J'ai peur de flancher... faut pas croire mais j'avais aucune envie d'avoir mal... bien que fatalement au début ce serait forcément le cas. Je passais à nouveau mes doigts le long de son dos puis agrippais ses fesses d'une main alors que j'allais glisser ma langue dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 16 Avr - 10:38

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Passif, je ne doutais pas un seul instant que Siobhan retenait chaque chose. Tout comme moi. Si un jour je le revoyais, il allait sans dire que j’aimerais beaucoup recommencer tout ça, mais un peu plus brutalement. Là, je prenais mon temps, aussi bien pour qu’il s’abandonne complètement, totalement, à moi, au plaisir, à la luxure, que pour que tout se passe bien. Ses mains quittèrent le bord du lit pour venir dans mes cheveux, caresser ma nuque, mon bras. Il se détendait, je le sentais, ses gestes le montraient.
Bien que légèrement surpris, je lui accordais le baiser qu’il me demanda, le laissant agréablement mené la danse. Pendant un court instant, je lui laissais les rênes et cela était très plaisant. Malgré son inexpérience, son instinct faisait certainement beaucoup et tapait juste. Mon pantalon rejoignit le sien, me retrouvant également nu. Une main glissa sur mes fesses, me palpant, et putain que j’aimais ça. Alors qu’il rompit le baiser pour glisser sa langue taquine dans mon cou, je lâchais un gémissement, les lèvres entrouvertes, mes mains attrapant ses hanches.

« Tu te débrouilles très bien, susurrai-je. »

Les compliments, ça gonflaient l’ego et dans un cas comme celui-ci, ça donnait de l’assurance. Siobhan n’avait peut-être couché avec aucun homme, mais son désir l’aidait énormément. Il était jeune, mais il n’était pas ignorant non plus et ça aidait sûrement aussi.
Le poussant doucement, je l’allongeais sur le dos, dans le lit et le regardais dans les yeux. Ses yeux étaient dilatés, signe de son excitation titillée et je ne pus retenir un sourire en coin. D’une main, je lui caressais la joue.

« C’est le moment où tu vas devoir te concentrer pour retenir, chuchotai-je, comme pour ne pas briser le moment. »

Ma langue taquina ses lèvres, joueuse et je descendis jusqu’à son sexe pour commencer une fellation. Je l’avais dit, c’était mon jour de générosité… même si j’espérais un autre round pour qu’il me montre ce qu’il avait retenu. Mais nous en étions encore très loin ! Déjà, il fallait que je fasse tout pour qu’il apprécie sa première fois et seulement ensuite, je pourrais espérer quelque chose d’autre.
Je passais ma langue sur toute la longueur de sa hampe, la recouvrant de salive, avant de taquiner légèrement le gland. Je m’orientais grâce à ses gémissements, chaque personne était différente après tout, mais certaines choses étaient définitivement communes. Puis, je débutais de lents va-et-vient après avoir mis trois de mes doigts en bouche. Il fallait bien qu’il soit distrait pour que je puisse le préparer. Mon rythme était lent, je ne voulais pas non plus qu’il vienne maintenant. Doucement, un doigt toucha l’entrée convoitée, sans forcer la barrière, juste en la taquinant et sans pression, une phalange entra puis, deux et tout mon index. Même si mon envie de bouger à l’intérieur de lui était très forte, je gardais cette idée pour plus tard...

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyJeu 19 Avr - 11:44

Je me retrouvais nu comme un vers devant Zéro assis au bord du lit et j'oubliais presque le fait que j'étais toujours attaché. Je ne pensais pas que j'arriverais si facilement à me retrouver dans cette posture avec le vampire. Il faut dire que mon corps réagissait aux provocations faites par Zéro et j'étais totalement excité maintenant au point que j'en voulais davantage. Pour l'instant, ce n'est pas tant différent qu'avec les femmes. C'est la suite qui allait être quelque peu la découverte. Je m'empare des lèvres de Zéro l'embrassant avant de descendre dans son cou. Cela lui arracha un gémissement. Au moins, j'arrivais à lui donner du plaisir bien que ce n'était pas grand chose.

« Tu te débrouilles très bien » entendais-je, de la part du vampire. Peut-être... en attendant, ce n'est pas encore très compliqué. Ça risquait de se corser par la suite. Mais, je remerciais le fait de ne pas être totalement vierge. Ça facilitait un peu la tâche. Zéro me poussa doucement et je me retrouvais allongé sur le lit et je croisais son regard. Je sentais mon cœur battre toujours follement dans ma poitrine et je déglutis alors qu'il me chuchota « C'est le moment ou tu vas devoir te concentrer pour retenir » Sa langue glissa sur mes lèvres et rapidement, le vampire descendit et je me mordais la lèvre inférieur alors qu'il s'emparait de mon membre avec sa bouche afin de me faire une fellation.

Je m’arque-bouc par réflexe alors que je sentais sa langue sur ma hampe, mes mains agrippant au passage le drap fin du lit tandis que Zéro prenait un malin plaisir à me titiller. Un râle sortit de ma bouche entre-ouverte suivit bientôt par mes gémissements alors qu'il entamait des va et vient. Faut bien avouer que Zéro sait très bien s'y prendre et je me laissais guider par le plaisir. J'étais bien trop occupé et trop excité également pour me rendre compte tout de suite de ce que faisait le vampire. Je ne réagissais pas directement quand il s'approcha de la zone convoitée. Mais, je sursautais légèrement alors qu'il glissait son doigt.

Instinctivement, je me raidissais à son geste. Pas que j'avais éprouvé une quelconque douleur sur le moment mais c'était le fait de le sentir à ce niveau-là. Je n'étais pas du tout habitué... totalement vierge de ce côté. Je me mordais la lèvre sentant la nervosité me gagner un peu. Mais, Zéro détournait mon attention en poursuivant ses va et vient avec sa bouche et je me focalisais à nouveau sur les sensations ressenties. Je soupirais d'aise une nouvelle fois. Il valait mieux que je sois concentré sur ce qu'il faisait pour éviter de songer à la suite. Suite qui mine de rien, me faisait peur.

Puis, je songe aux paroles de Zéro et à ce que ça impliquait... j'allais être contraint de faire la même chose.. serais-je capable, à mon tour, de faire une fellation ? Et si j'étais nul ? Et pourquoi je m'en souciais ? Après tout, je ne suis pas expert en matières d'hommes. Et je ne sais même pas si je serais d'ailleurs capable de réaliser ce genre de choses. Je me sens assailli de toute part à nouveau et ça me stressait. Je ferme les yeux alors que Zéro parvient à me faire à nouveau lâcher prise avec sa langue. Sans doute qu'il se rend bien compte de mon état...
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyLun 23 Avr - 22:35

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
Les compliments, ça détendaient aussi bien que des doigts lubrifiés. Siobhan nageait dans un bain de luxure et de plaisir. Même si je sentais que sa raison le poussait à garder pied sur la terre ferme, mes mains, ma bouche, ma langue, tout se mettait en œuvre pour lui faire oublier où il se trouvait, avec qui, comment, même son propre nom. Je m’appliquais à cette tâche.
Je n’étais pas le plus patient des amants. Quasiment systématiquement, j’avais des hommes ou des femmes qui avaient déjà pratiqué. Aucune leçon a donné, seulement du plaisir. Cependant, je ne doutais pas que je leur faisais prendre connaissance de certaines techniques relativement efficaces. Je me les gardais pour moi-même bien entendu, mais nous n’étions pas à l’abri de pâle copie.
Quoiqu’il en soit, le jeune homme fut prêt et la tâche la plus délicate se présentait. Le mettre à genoux. Cette position n’était pas des plus appréciées, pour son côté soumission, mais également pour son côté animal. Néanmoins, pour une première fois, elle était nécessaire s’il voulait que la pénétration se fasse sans douleur. Aujourd’hui, j’étais généreux et si j’allais le prendre dans cette position, il jouira en me regardant dans les yeux.
Je me redressais, sortant mes doigts de ce corps, lui donnant un baiser langoureux, une main sur sa joue.

« Tourne-toi, chuchotai-je au creux de l’oreille. »

Plaçant mes mains sur ses hanches, je les caressais, remontant sur ses côtes, ses omoplates, glissant le long de sa colonne vertébrale jusqu’à la naissance de ses fesses. Je me penchais, mon sexe se collant sur son derrière, mon torse contre son dos, ma tête contre son épaule. J’inspirais, fermant quelques secondes les yeux avant de lui lécher le cou jusqu’à l’oreille.

« Détends-toi… C’est pour t’habituer à l’acte… Je te prendrais sur le dos pour capter ton regard… te voir prendre du plaisir… voir tes traits se crisper sous la jouissance… que tu n’oublies jamais… »

Tout en lui susurrant ces mots, je posais doucement mes lèvres sur sa peau, mordillais son épaule, son cou, son lobe d’oreille, passant ma langue pour le goûter, laissant un chemin fin de salive comme une trace brûlante de luxure.
Mon bassin se décolla légèrement de ses fesses rebondies et, doucement, je le pénétrais, prenant tout le temps nécessaire pour qu’il s’habitue à la gêne, ainsi qu’à la douleur. Je ne m’arrêtais qu’à la garde, le remplissant pleinement, sans épargner sa peau de griffure, le plaisir de franchir un endroit si étroit étant tellement jouissant.

« La douleur deviendra plaisir, soufflai-je à son oreille, une main venant taquiner sa virilité pour le détendre. »

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Smith
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 292
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptyJeu 26 Avr - 13:01

Je n'arrivais pas à lâcher totalement prise. Savoir que Zéro se rapprochait dangereusement du moment fatidique m'empêchait de me laisser aller complètement. Je redoutais la douleur. Mais, Zéro est doué et parvient à nouveau à détourner mon attention alors que je sens sa langue s'activer sur mon membre tout comme ses mains sur mon corps. Je suis complètement excité et en feu... J'ai envie de bien plus mais je ne fais rien parce que j'étais pris dans le flot de sensations éprouvées par ce qu'il faisait. Ses doigts s'activaient dans une zone dont je n'avais pas l'habitude d'être touché. La surprise passé, j'avais laissé Zéro faire et pour l'instant ce n'était pas douloureux. Il retira ses doigts alors qu'il m'embrassait langoureusement son autre main glissant sur ma joue. Je l'entendais chuchoter ''Tourne-toi'' Je m'exécutais et Zéro plaqua ses mains sur mes hanches et me caressa ce qui me donna des frissons alors qu'il parcourait mon corps de ses douces caresses avant de venir près de mes fesses.

Je me mordais la lèvre et fermais les yeux une seconde alors que je le sentais se coller dans mon dos. Il me lécha le cou la seconde suivant ce qui m'arracha un gémissement tandis qu'il allait jusqu'à mon oreille. Zéro me susurre des paroles rassurantes et m'intime de me détendre. Je déglutis à ses paroles et sens un autre frisson me parcourir le corps. Je me concentrais sur ses mains me touchant ainsi que sa bouche qui vient sur mon épaule et mon cou. Sa bouche s'active sur moi et me donne des frissons et m'excite davantage au point que j'oublie presque la présence de son membre contre mes fesses. Je sens mon corps se raidir au moment ou Zéro s'empare de mon antre. Je serre les draps entre mes doigts par réflexe alors que la douleur me vrille... le plaisir n'est plus présent à cet instant et je prends sur moi, alors que je le sens progresser entre mes chairs... s'enfoncer encore plus loin. Bon sang, j'imagine même pas s'il m'avait pris brutalement.

Zéro détourna mon attention encore une fois en me parlant et en prenant mon sexe entre ses doigts afin de me détendre et cela semble fonctionner car je sens mon corps se détendre rapidement à son contact et la douleur semblait également s'estomper... sauf que je redoute le fait qu'il bouge dans mes entrailles et que ce soit encore douloureux... fatalement ça le serait au départ avant que le plaisir ne prenne le relais. Je lui faisais confiance sur le fait que la douleur ne serait plus qu'un souvenir dans peu de temps remplacé par le plaisir. Du moins, j'espérais vraiment que je prendrais du plaisir. Se faire prendre par un homme était une grande première... et j'ignorais si cela allait me plaire. Jusque-là, on peut dire que c'était le cas, je dois bien l'admettre. « Laisse-moi juste une minute » murmurais-je. « Le temps que je m'habitue » Faut bien avouer que Zéro est bien loti par la nature et je le sentais vraiment dans mon fondement, il était vraiment imposant. Pas surprenant que ça me fasse mal, mais mon corps semblait s'habituer peu à peu à la présence du vampire. Je finis par relâcher la pression sur les draps sentant mon corps se détendre en partie aussi parce que Zéro prenait soin de me divertir en me caressant le long de ma virilité.
Revenir en haut Aller en bas
Zero R.W.
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Propriétaire d'un hôtel à Rome
Messages : 803
Date d'inscription : 21/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] EmptySam 12 Mai - 14:18

Première leçon
@Siobhan Smith & Zero  


Dans la maison du "Maître"
J’avais de plus en plus envie de le mordre. Cependant, je m'abstins. Ce moment viendra lorsque l’orgasme nous foudroiera. Oui, j’étais optimiste, mais je ne doutais absolument pas que Siobhan s’abandonnerait à moi pleinement. Il était déjà docile, la peur d’avoir mal faisant énormément. Je m’engageais à lui procurer du plaisir, ayant de l’attention pour lui comme je n’en avais jamais eu avec mes amants. Enfin, j’en avais eu, mais ce n’était plus à l’ordre du jour. Peut-être avec Sorin. Mais ce dernier aimait la brutalité, la bestialité, la violence de l’acte, afin de contraster avec ses sentiments.
Siobhan, lui, c’était sa première fois avec un homme, il n’avait aucun repère, bien que son instinct faisait très bien les choses. Il me laissait totalement les rennes et le mieux dans cela, c’était qu’il y prenait goût. Je sentais sa peur se battre avec le plaisir qu’il ressentait.

Doucement, je le pénétrais, attentif à ses moindres réactions. Je lui accordais une minute, sachant que ce n’était pas forcément une minute à proprement parler. Je le sentais se contracter sur mon membre, me donnant des vagues de plaisir qui me fit fermer les yeux, serrant un peu plus ses hanches. Bordel. Il essayait de s’habituer à ma présence et me donnait de plus en plus envie de le pilonner sans retenu. Il ne se rendait pas compte qu’il m’excitait d’avantage. Heureusement pour lui, j’avais un contrôle total de mon corps.

Une de mes mains glissa de sa hanche afin de le caresser, sa hampe, ses bourses, d’un mouvement lent, mais ferme. « Tu es si bon. » Ma bouche embrassait chaque parcelle de peau de son dos à sa portée, mordillant de mes dents d’humain par moment, ma langue se joignant parfois au jeu. « Ton plaisir sera mien. » Ce n’était pas encore le cas, mais ça ne saurait tarder. Je continuais mes courtes phrases, de ma voix rauque, attendant qu’il me donne le signal pour commencer mes aller-retour.

Il ne dut pas s’en rendre compte, mais ses fesses se pressèrent un peu plus sur mes hanches et je débutais mes va-et-vient. D’abord lentement, doucement, lui infligeant une douce torture. Je le sentais se crisper, mais je ne pouvais faire plus lent, il fallait que je trouve ce point qui le ferait grimper au septième ciel. Quelques minutes après, alors que j’étais en lui jusqu’à la garde, je pressais ses hanches contre les miennes comme pour aller encore plus loin et je sus où taper. Mes mouvements de bassin accélérèrent un peu plus, restant lents. Par moment, d’après ses gémissements, la contraction de ses muscles, ses mouvements, je sus que je touchais cette boule de nerf qui lui faisait voir les étoiles. J’accélérais un peu plus, prenant un rythme normal, afin de l’habituer progressivement à la vitesse de mes coups de butoirs.

Alors que Siobhan n’était plus que gémissements à mes oreilles, je me retirais complètement de lui, jugeant qu’il était prêt. Mes mains l’attrapèrent pour le mettre sur le dos puis, elles se mirent sous ses genoux, les relevant alors que mon torse se baissait sur le sien pour que ma bouche capture la sienne dans un baiser langoureux. Nos sexes se frôlèrent dans le mouvement puis, je lâchais un genou pour prendre mon membre et le faire de nouveau mien. Je passais la barrière de chair sans aucune difficulté, entrant lentement tout en lui dévorant la bouche. Mes va-et-vient reprirent. J’observais le visage de Siobhan, qui avait rompu le baiser par manque d’oxygène sûrement. Ses joues rougies et ses pupilles dilatées montraient le plaisir qu’il prenait et ça n’en était que plus excitant.
Trouvant sa prostate, je la maltraitais, accélérant une nouvelle fois mes mouvements de hanches, adorant les sons indécents que l’humain laissait échapper. Cette fois-ci, je ne la loupais aucunement, la maltraitant à chaque poussée pour le voir jouir. Je pris tout de même son sexe d’une main, le branlant en rythme de mes coups de hanches jusqu’à ce que l’orgasme l’emporte. Quelques coups supplémentaires eurent raison de moi et je le rejoignis dans ce tourbillon de sensations.

_________________
What if I wanted to fight, Beg for the rest of my life [...] You say you wanted more, What are you waiting for ? [...] Come, break me down, Bury me, bury me,
I am finished with you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty
MessageSujet: Re: Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Première leçon - HOT [Siobhan/Zero] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Première leçon - HOT [Siobhan/Zero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Figurines Première Guerre Mondiale
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire
» Sealed deck : Avant-première Otomaï
» première installation
» [event]La Famakna souffle sa première bougie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Le village des nobles-