AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Mer 14 Mar - 18:55

Go ! Training !  



Jayden & Malaki

Quand vous arrivez dans un endroit et que l'on vous dit que vous ne pourriez plus jamais partir, cela vous fout un sacré coup au moral. En effet, il m'est difficile d'accepter le fait que je reverrais plus jamais ma famille. Et en même temps, on en vient à penser à la moindre de vos relations, entre autre celle que j'entretiens avec mon père. Elle a toujours été basé sur une ligne mince et qui pouvait se briser à n'importe quel moment. Alors, je me demande quelle image, je lui laissais à l'esprit. Avais-je seulement élevé une réelle fierté dans son cœur ou bien n'était-ce que des sentiments intéressés qu'il a eu à mon égard jusqu'à présent. J'entends encore mon psy me tenir, que j'ai toujours été en quête d'une attention de mon père, que tout ce que j'ai accompli jusqu'à présent, c'était pour lui prouver ma valeur et le fait que je ne sois pas uniquement voué à un métier de majordome. Au fond, je ne pouvais pas dire le contraire, parce que je devais admettre la véracité de ce diagnostic et je continuais à perpétuer cette envie qu'importe ce que je pouvais faire, mais en estimant que mes choix valaient bien mieux que tous ceux qu'il aurait pu faire à ma place.

Il m'avait mis à la place du garçon qu'il aurait aimé avoir me donnant le rôle de second homme de la maison et je n'ai fait que grandir ainsi refusant toute féminité de mon être au point d'en avoir honte. J'ai toujours été gêné à l'idée de me maquiller, de m'embellir avec une robe ou une tenue qui pouvait me coller au corps. J'optais toujours pour un maillot une pièce plutôt qu'un bikini. J'ai renié ce que j'étais vraiment jusqu'à mon entrée dans l'armée, cela m'a permis de me recentrer et de voir les choses sous un angle différent. C'est pour cela que, malgré le fait que cette nouvelle existence me soit difficile, j'estime que je ne devais aucunement me laisser abattre. En véritable caméléon, je m'y ferais doucement, je pourrais m'y fondre comme si j'avais vu le jour sur l'île d'Haima. Un nom encore difficile de prononciation et qui m'étais encore inexistence quelque temps plus tôt. J'ai dû apprendre la géographie des lieux que je survolais et ce nom n'est jamais apparu. D'ailleurs, ma curiosité, parfois, s'élevait soudainement au point de vouloir savoir comment tout ceci peut être possible. Mais, je me cogne souvent à un mur, peu ont des réponses et cela ne fait que redoubler le nombre de mes interrogations. Vous en conviendrez que c'est une véritable torture et sans doute pas qu'à moi, mais à tous ceux qui ont été ou sont dans la même situation que moi.

Ceci dit, tout cela ne m'empêche pas de chercher du travail, même si ce n'est que pour une journée ou soirée, je ne pouvais pas me permettre de vivre au crochet de la jeune femme qui m'hébergeait gentiment et à laquelle je suis reconnaissante de sa gentillesse. Je ne pouvais pas offrir grand chose pour le moment ni faire une promesse de rester toujours chez elle, mais je pouvais au moins lui promettre de veiller sur Lisbeth et de la protéger. Garder un œil sur cette demoiselle qui me paraît tellement différente de ce que je suis, innocente et naïve petite fleur. Cependant, je ne doute pas de la force qui sommeille en elle, le fait de devoir me supporter au quotidien est un exploit en soit.

Aujourd'hui, j'avais pu trouver un remplacement. Un videur était absent pour cause de maladie soudaine et il ne m'a pas été difficile de me faire engager avec mes compétences obtenues de mes 12 années de service dans la Royal Air Force et même avant cela, j'ai toujours été une grande sportive aimant par-dessus tout, les sports de combat. Certes, ce n'est pas un lieu dans lequel, je voudrais rester une employée, mais cela me permettait au moins de me faire un peu la main sur les environs, les gens. Rien de tel que l'envers du décor pour comprendre où l'on se trouve. Et puis, j'ai déjà connu pire. Tellement pire même.

Je m'étais présentée avant l'ouverture afin de m'habituer à mon nouveau terrain, même si ce n'est que pour une nuit ou plusieurs, le temps que l'autre videur ne se remette et puisse se reposer suffisamment. Je me prépare aussi mentalement au fait que je ne sois pas une danseuse, mais bien la nouvelle videuse du lieu et comme je suis du genre à prendre mon travail très à cœur, il sera tout aussi difficile qu'une personne ivre ne m'effraie que de me sortir de mes gonds, mais pour le second, je ne parierais pas trop là-dessus. Mon sang égyptien ne se faisant qu'un tour parfois surtout quand on abusait trop sur une personne incapable de se défendre.

Prenant une grande inspiration, je me dirigeais vers le Heaven, convaincu que tout se passera bien, mais bon voilà, on n'est jamais sûr de rien dans ce monde. On peut espérer quelque chose et le contraire se produit. Tout comme cet homme trop entreprenant avec, ce qu'il semble être, une des danseuses du lieu. Elle semble être mal à l'aise et tellement fragile avec son visage de petite fille, de quoi soulever les envies primaires et bizarres de cet individu qui, selon moi, à déjà bien consommé avant de venir ici.

Arrivant derrière lui, je me racle la gorge pour attirer son attention. « Je crois que la demoiselle, vous a demandé de la laisser tranquille. Je vous serai gré de faire preuve de bienséance et de vous excuser. » Tout bon anglais agirait de cette façon, surtout ceux élevés dans les mœurs anciennes des vielles familles de prestiges. Entre autre comme la mienne qui, porte une grande importance à la bonne conduite et au beau vocabulaire.

La jeune femme voyant une lumière salutaire en moi se posta à mon dos tandis que je restais droite devant un homme qui laisse aller sa désapprobation en parole, peu claire, mais je pense bien comprendre le fond de sa pensée à mon encontre. Apparemment, je suis une belle garce tout juste bonne à ouvrir la bouche pour n'accueillir qu'une certaine partie de son anatomie. Encore faut-il qu'il ait quelque chose dans le pantalon pour me prouver qu'il est bel et bien un homme.

« A votre place, je me tairais et m'en irais avant que les choses n'aillent trop loin. »

Maladroitement, il avance et moi, je passe mon bras sur les épaules de la jeune femme pour la déplacer sur le côté avec moi afin qu'on ne se fasse pas bousculer par la maladresse de cet homme complètement ivre. J'ai l'air d'être sa branche de salue en cet instant, loin de me déplaire puisque la demoiselle entre dans mes goûts, je reste néanmoins stoïque et le visage parfaitement impassible, même si mon sang commençait à bouillir. Malheureusement pour lui, l'homme sort un couteau ce qui a pour effet de faire lâcher un hoquet de surprise à la demoiselle qui se recule à mon ordre tandis que moi, je m'approche désarmant le malotru en faisant une clé de bras. J'appuie un peu plus sur le mouvement afin de lui faire lâcher son arme et me permettre de donner un coup de pied sur celle-ci afin de l'éloigner de ce dernier.

Je m'écarte d'un pas, le laissant se redresser. Mon envie de jouer est là et autant dire que je n'ai guère pu évacuer ma frustration encore. Pas avec les derniers événements qui m'ont propulsé dans un monde qui me semble hors du temps. Hors de tout ce que j'ai pu connaître jusqu'à présent.

« Sale putain. »

Bin tiens pour ne pas changer, les insultes pleuvent à nouveau.

« Tu commences vraiment à me taper sur les nerfs. »

Je m'avance, le regard noir le foudroyant d'un air plus haineux que jamais. Alors, qu'il tente un mouvement, je l'arrête et lui fout mon poing à la figure, ce qui en résulte de le faire tomber en arrière et il se met à ronfler. Le résultat n'est guère étonnant étant donné l'alcool dans le sang et la force que je peux déployer quand on me prend la tête. J'enjambe le corps assommé pour me rendre à l'intérieur accompagné de la danseuse qui a passé son bras sous le mien en me remerciant à plusieurs reprises. Je connais ce genre de situation, plus d'une fois, j'y ai été confronté avec ma sœur Victoria. Toujours à s'attirer des ennuis ou à les attirer comme si elle était une bougie sublime dont les papillons s'en sentent attirer. Cependant, je préfère voir les hommes qu'elle captivaient comme des moustiques à écraser.

On m'a tellement mis dans un statut de garçon manqué, à me considérer ainsi tous les jours qu'on fait ma vie, qu'il n'est guère étonnant que je continue à l'heure actuelle de prendre un rôle de protectrice envers celles et ceux qui ne sont pas en mesure de se défendre.

« Ça va aller. » Fis-je en passant ma main dans son dos pour la rassurer. Cela m'étonne un peu de la voir dans un tel état, elle devrait y être habituée pourtant, à moins qu'elle soit aussi nouvelle que moi ici ou dans ce milieu. « Vous souhaitez peut-être un verre d'eau, cela vous fera du bien. » Je tente de m'éloigner, mais elle me retient, c'est fini, en plus d'être videuse ce soir, je vais sans doute avoir cette jeune femme collée à moi. Pas que ça me déplaise, mais pour le moment, je dois déjà m'occuper de moi et de cette nouvelle vie qui me tend odieusement les bras.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones


Dernière édition par Jayden E. Lancaster le Mer 2 Mai - 2:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 959
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Mer 14 Mar - 23:48

Go ! Training !
@Jayden E. Lancaster & @H. Malaki Hiroaki


Parfois t'y penses. T'es bercé par le bruit des passants, de la mer au loin, des murmurs et des rires - t'es bercé par la vie qui s'échappe de la ville d'Haima, le sourire pendant sur tes lèvres, et l'esprit qui vagabondent. T'évite les contrés sinueuses de ta souffrance ce soir, préférant penser à une enfance plus lointaine. T'es présent dans la petite bibliothèque, celle qui se trouve dans l'aile ouest. Celle où Elysium te lisait des romans d'aventures quand tu étais encore un jeune vampire. Un enfant - avec ta gueule innocente, et tes questions murmurées avec timidité, ayant toujours peur de la déranger, alors qu'elle t'assurait être là pour toi. Mais t'as été élevé dans l'idée de pas te faire remarquer, d'avoir pour les sangs purs tout le respect dont t'étais capable. Ta mère t'en parlais, quand le matin tu rejoignais ta chambre - elle te parlait des Lightwood, qui l'avaient sauvée. Accueillie sur leur terre lorsque la guerre au Japon l'avait poussée à quitter son pays. Elle, et ton père. T'as énormément d'affection pour tes parents, bien que t'ai jamais pris le temps de les revoir. Tu sais pas pourquoi - sans doute parce qu'il t'as jamais traversé l'esprit que c'était une chose que tu pouvais avoir envie de faire, une fois que t'es devenu un noble au service des Lightwood. Ils sont ta famille, au même titre que le sang qui te coule dans les veines, et t'as été à leurs côtés, pour les servir depuis. Une vie que tu souhaiterais échanger pour rien au monde.
Ce soir cependant, tu t'demande si t'es parents seraient fiers de ce que tu es devenu.

Tu quittes la pièce finalement, avisant le soleil qui s'enfuit pour laisser place à la lune, et avec le début de la nuit s'en viennent tes responsabilités. Ce soir tu dois te rendre au Heaven, où t'es sûre d'avoir quelques rendez-vous avec des nobles des chefs d'états que reçoit Araël. Tu dois être sûre d'être à leurs écoutes, pour pouvoir savoir d'eux ce que leur maitres ne disent pas. Un jeu de dupe, et d'hypocrisie que t'apprécie pas plus que cela - alors tu préfère jouer la carte de la franche amitié, les menant dans ton paradis artificiel pour qu'ils oublient qu'ils peuvent s'trouver en enfer au lever du soleil. Ici l'Empereur fixe les règles, et tu sais qu'il perd de sa patience entre la Corée et le Japon. Des questions diplomatiques, et politiques qui te passionnent - cependant il a besoin de toi ailleurs qu'autour des négociations ce soir. Alors t'es que trop heureux d'avoir une excuse pour te rendre dans ta chambre, te préparer à cette occasion.
Tu prends toujours le temps qu'il te faut pour cela - t'aime à être flamboyant, ayant oublié avec le temps comment passer inaperçu. T'étais discret et silencieux, puis à présent t'es extravagant et bruyant. C'est un fait contre lequel tu ne peux rien faire - le sentiment d'être absolument toi-même à présent que tu sais qui es vraiment. Pas que tu sois capable de mettre des mots sur ce sentiment - c'est justement cela, un sentiment, que tu embrasse pour t'mettre à briller de mille feux. Tu t'habille alors, d'une tenue qui couvre ton corps pour ne laisser que peu de place à l'imagination. Tu mets des bottes bleus électriques, et en plus de tes mèches colorés, tu colores tes yeux aussi - t'as pris gout au maquillage depuis quelques années, sortant jamais sans que tes yeux ne soient plus profonds et brillants à la fois. Tu t'trouve irrésistible - ayant pas plus de modestie que de retenue le soir venu. Pas quand tu dois te rendre sur ton propre terrain. T'sais que tu as des nouveaux employés - c'est pas une chose inhabituelle mais ce soir Delilah t'attends à la sortie de ta chambre pour te le faire savoir.
« J'veux ton avis pour la nouvelle videuse. Elle a débarqué j'sais pas trop d'où, Kay l'a choisit parce qu'elle a été recommandée. » T'arque un sourcil, assez perplexe quant à l'intérêt que tu dois porter à une videuse du Heaven. T'as pas pris l'habitude de faire cas de tes employés, sauf quand il s'agissait d'être sûres qu'ils étaient bien traités et ne trouvaient pas de clients trop embarassants. Mais - en réalité - maintenant que t'es pleinement de retour sur l'île, tu sais que Delilah veut te rendre ton bar entièrement, et ne plus avoir à s'occuper de tes affaires.

« J'verrais cela. T'viens ce soir ou pas ? » 
« J'ai mieux à faire, que tu pense ou non. Et puis j'sais que tu trouveras moyen de t'amuser sans moi. » Assurément.
Tu sais juste pas encore à quel point il avait raison. Tu décide de te rendre au bar à pied, sachant que tu mettras pas tant de temps que cela - tout de même assez pour arriver alors qu'il se trouve une ambiance déjà électrique devant le Heaven. Electrique, et des voix qui gueulent, aussi. Tu reste où t'es cependant, quand tu prends conscience qu'il s'agit de la dite-videuse. Elle a rien d'impressionnant à première vue, mais t'es bien placé pour savoir qu'il faut s'méfier des apparences. Elle fait face à l'aggresseur - tu présume - en lui foutant des coups qui tardent pas le mettre à terre. Elle est rapide - la garce - ne se fait pas toucher pour mettre l'autre à l'envers, et rentrer dans le bar avec une danseuse sous l'bras. T'approche alors, entendant insultes et sifflements de mécontentements venir du gamin qui s'trouve à moitié debout quand tu arrives à la porte. Tu tourne vers lui, le jugeant d'un regard qui n'a rien d'agréable.
« J'te conseille de pas rester dans le coin, gamin. » T'avise avec une voix lourde d'grondements animaux, qui pourraient rendre tes yeux rouges d'soif. Mais tu sais te maitriser depuis le temps, et t'es plus curieux qu'assoiffer ce soir. Alors tu entre dans les lieux, et comme tu y es chez toi tu tarde pas à trouver les deux demoiselles dans un coin - un angle où elles souffrent sans doute pas trop du bruit de la musique. T'approche alors, sans essayer d'être discret, et quand tu es à leur hauteur, tu leur offre un hochement de tête respectueux.
« Mesdemoiselles, si vous vouliez bien me suivre. Je pense que nous devons discuter, et nous serons plus au calme dans mon bureau. » Affirme-tu, d'une voix qui souffre pas d'être discutée. Tu prends les devants, coupant la foule pour te faire une place vers l'arrière de la salle. Là une porte à peine visible dans le mur, que t'ouvre pour les inviter à entrer - un lot d'escalier qui mène à une seconde porte déjà ouverte. Et ton bureau. Celui où s'trouve canapé, et chaise pour qu'elles puissent être confortables, ne souffrant du bruit que parce que les basses tapent contre le mur. Tu leur fais signe de s'installer, prenant de quoi donner de l'eau à la victime - tu présume.
« Buvez cela. Et restez ici le temps de vous reposer, ou de pouvoir rentrer plus tard. »  Dis-tu avec de te tourner vers la videuse. « Vous êtes la nouvelle videuse alors. On m'a prévenu de votre venue. Je m'attendais pas à être tant impressionné cela dit. Vous avez une technique bien particulière pour faire le tri dans nos clients. » Dis-tu avec un sourire dans la voix - malgré tout.
« Pas que ce ne soit pas appréciable. Mais j'me suis pas présenté - Malaki Hiroaki, l'propriétaire du Heaven. »  Rajoute-tu finalement, en tendant une main comme veut la coutume - ou plutôt la bienséance. Peut être que t'as pas tout oublié de ce que tes parents et Elysium t'ont appris pour être quelqu'un de bien dans la société. « J'vais pas vous demander des comptes, comme je doute pas que vous aviez d'excellentes raisons à vos agissements. Par contre j'suis curieux : comment vous avez appris à vous battre d'la sorte ? »

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Jeu 15 Mar - 14:43

Go ! Training !  



Jayden & Malaki

Les journées n'étaient pas des meilleures, mais je me devais de faire avec. De m'adapter et de ne pas me laisser aller vers l'insolence de ce destin qui continuait à m'en faire voir de toutes les couleurs. Qu'importe le nombres de mes choix, mes décisions et ma façon de vivre qui n'était pas extrêmement dangereuse ni trop calme non plus, j'ai toujours eu cette capacité a attirer les surprise. Haima se trouvait être la plus grosse d'entre toute, une civilisation en dehors de ce que j'ai connu. C'est toute une éducation à refaire, de nouvelles habitudes à prendre et surtout à comprendre, mais peut-on vraiment m'enlever ce que je suis ? Il y a tant de choses qui me dépasse, mais d'une autre part, je me sens rassurer que la vie ici n'est pas totalement différente de ce que j'ai pu connaître avant. C'est vrai, même ici, il y a des salopards que l'on doit remettre à leur place. Néanmoins, pourquoi cette déception ? Sans doute parce que je n'entends que du bien de cette île et qu'au fond, j'espérais une attitude loin d'être désastreuse de la part de certaines personnes. Mais, ce lieu n'est pas une utopie, c'est simplement un endroit qui est encore tout nouveau, différent et semblable à ce que j'ai pu connaître. Je ne suis pas contre le changement, mais, savoir que ma famille doit pleurer mon absence en se demande si je suis en vie ou non, me met dans une colère noire et je n'ai pas pu retenir mon calme comme l'aurait normalement exigé mon statut de militaire de l'armée de sa majesté. À croire qu'au plus bas, le sang de ma mère ne fait qu'un tour, il bouillonne et met en fonction le côté sauvage et rustre des hommes du désert. Je me souviens d'un jour où ma mère m'a fait comprendre que nous remontions d'une longue et éminente lignée de medjaï qui eux-mêmes étaient au service des pharaons. À croire que notre destin se trouve à servir les plus grands de ce monde. J'ai adopte les deux, les combats et servir la reine et notre nation. J'estime avoir fait du mieux que j'ai pu, mais j'ai l'impression certaine que j'ai encore bien du chemin à faire encore.

La jeune femme est encore dans tous ces états, je la trouve sans doute un peu trop frêle pour supporter cette vie. Les danseuses nues doivent faire face à ce genre d'individu peu recommandable ainsi que d'autre, même si des gens comme moi assure leur sécurité, on ne peut pas être constamment derrière elles non plus. Il faut que ces femmes se forgent un esprit en béton pour supporter les avances exagérées et les avances graveleuses de ces crétins. Peut-être est-elle encore jeune, mais je pense qu'elle peut faire de son mieux et qu'elle parviendra à se hisser. Tout est une question d'entraînement et de volonté. Tout le monde en est muni, tant qu'on désire les exprimer.

Ma main passe sur le dos de la jeune femme, je tente de faire preuve de psychologie envers elle pour la calmer, mais aussi d'user des attentions que j'offrais à Victoria quand elle s'était retrouvé dans une situation similaire. Rien ne sert de dire ce qu'elle aurait dû faire ou devrait faire à l'avenir. Cela ne ferait que la rendre plus mal encore, alors, je la calme en disant que j'étais là pour la protéger. Certes, c'était mon travail, mais en tant que militaire, c'était un devoir aussi et puis je déteste qu'on s'en prenne à des personnes incapables de se défendre par elle-même. J'esquisse un sourire pour la rassurer et je la vois peu à peu se détendre.

La musique est quelque peu assourdissante, mais je pense que ça peut l'aider à songer à autre chose. Du coin de l’œil, je perçois une silhouette qui s'avance vers nous. Je tourne la tête et remarquant l'attitude des autres, j'ai l'impression que c'est une personne de connu au Heaven. Qui est-ce ?

« Mesdemoiselles, si vous vouliez bien me suivre. Je pense que nous devons discuter, et nous serons plus au calme dans mon bureau. »

Le terme monsieur employé par la danseuse me fait dire que cet homme n'est autre que le propriétaire des lieux. Tout du moins, c'est une supposition qui est très forte, elle a plus de raison d'être vrai que son contraire. Alors, je suis l'allure de la jeune femme succédant au pas du patron et de la jeune femme, la foule s'écarte facilement démontrant ainsi l'importance claire de cette personne. Au moins, je n'ai pas à jouer des coudes pour le rejoindre vers une entrée quasi dérobée et qui mène vers un escalier où se trouve plus loin son bureau. En tout cas, le doute devient une affirmation quand les pas se font encore et encore jusqu'à atteindre la lumière et découvrir comme je le soupçonnais le bureau. Une légère crainte me saisit, peut-être ai-je été trop violente avec ce client, mais je ne pouvais pas le laisser agir à sa guise non plus. Je ne suis pas là, pour me faire des amis parmi les connards que pouvaient former les gens qui venaient ici dans l'espoir de passer du bon temps. Peut-être que ce sont des danseuses, mais elles ont tout autant droit au respect que les autres.

« Buvez cela. Et restez ici le temps de vous reposer, ou de pouvoir rentrer plus tard. »

Son comportement me rassure alors, que je m'assoie à côté de la jeune femme qui me sourit puis remercie l'homme de son attention prenant de petite gorgée d'eau. La pauvre, elle doit vraiment s'armer, car la vie n'est pas faite de cadeau, je l'ai appris plus d'une fois. Et pourtant, je fais partie de la petite bourgeoisie, l'existence ne nous épargne pas non plus.

« Vous êtes la nouvelle videuse alors. On m'a prévenu de votre venue. Je m'attendais pas à être tant impressionné cela dit. Vous avez une technique bien particulière pour faire le tri dans nos clients. »

« Je suis désolée, mais j'estimais qu'il était une menace pour les employés et les clients. » En partie, c'est une vérité claire, un homme ayant l'alcool mauvais pouvait faire bien des choses et sans doute, avais-je évité encore bien pire.

« Pas que ce ne soit pas appréciable. Mais j'me suis pas présenté - Malaki Hiroaki, l'propriétaire du Heaven. »

Je me lève pour serrer sa main à mon tour. « Jayden Lancaster, enchanté de vous connaître monsieur Hiroaki. » La bienséance, la politesse, la bonne tenue. C'est quelque chose qu'on m'a appris dès le berceau et un bon anglais fait preuve d'un respect de l'étiquette très claire, plus encore pour ma famille me semble-t-il.

« J'vais pas vous demander des comptes, comme je doute pas que vous aviez d'excellentes raisons à vos agissements. Par contre j'suis curieux : comment vous avez appris à vous battre d'la sorte ? »  

« Oh... Je fais de la boxe française et je pratique également l'aïkido ainsi que l'escrime. De toute manière, même sans cela, j'aurais eu un avantage clair avec cet homme, ivre comme il était. » J'esquisse un léger sourire me tenant droite. « Et puis, j'ai déjà vu pire à l'armée. »

« L'armée ? »

Je tourne mon regard vers la jeune femme et hoche la tête.

« Oui, je fais partie de la Royal Air Force. » Fis-je en regardant à nouveau celui qui était mon patron et, qui par conséquent saura que je sais ce que je fais et que je n'aurais pas de difficulté dans ce travail même si ce n'est que pour remplacer un malade.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones


Dernière édition par Jayden E. Lancaster le Mer 2 Mai - 2:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 959
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Sam 17 Mar - 17:43

Go ! Training !
@Jayden E. Lancaster & @H. Malaki Hiroaki


T'es un homme de convictions, bien que les tiennes soient éprises de naïveté. Tu crois en la douceur, en la loyauté, en la fidélité - t'es convaincu qu'il se trouve plus de lumière que d'ombres en chaque être, et qu'si jamais il s'en trouvent pour faire du mal aux autres c'est des exceptions. T'as eut de la chance, durant tes huit siècles de vie, et t'es trop naïf pour t'en rendre compte. T'as eut de la chance, comme toutes les personnes qui auraient pu te détruire sont finalement tombées sous ton charme. Tu sais pas l'expliquer - outre ton corps sculpté dans le marbre, t'as aussi une flamboyante personnalité, et la faculté de te faire aimer par les autres. C'est un don, qui agacent ceux qui t'aiment assez pour s'inquiéter pour toi. Gabriel cesse pas de te répéter d'apprendre à te méfier des autres, qu'il se trouvera bien quelqu'un pour atteindre à ta vie un jour, ou pour te manipuler assez pour atteindre ceux qui importent pour toi. Mais tu peux pas croire qu'un jour on puisse t'utiliser pour atteindre les Lightwood - tu pars du principe que tu seras assez éveillé pour l'empêcher. T'es protecteur, et loyal, en plus d'être naïf, et tu sais que tu ferais tout pour Araël et Aria - à défaut d'avoir pu sauver Elysium, tu t'assureras qu'ils seront en vie, eux, pour l'éternité. T'es persuadé d'être assez fort pour cela - ou d'avoir assez de motivation pour le devenir.
C'est pourquoi depuis que t'es rentré sur l'île, t'as demandé à être entrainé à nouveau. T'es pas mauvais au combat, sauf que t'as jamais eut l'occasion de te battre vraiment. Voir une humaine capable de faire autant de dégâts a éveillé un intérêt que tu sais pas caché. Alors tu attends pas avant de la trouver dans la boite de nuit, toujours aux côtés de sa protégée, pour les faire monter dans ton bureau. T'as besoin d'avoir une conversation, d'étancher ta soif de connaissances. T'es naïf, t'espère qu'il se trouvera jamais un moment où tu auras besoin de te battre pour Araël, ou contre d'autres vampires - t'espère. Mais Elysium est morte, et dans un sens ça a brisé quelque chose en toi.
« Je suis désolée, mais j'estimais qu'il était une menace pour les employés et les clients. » Une menace - l'terme te laisse stoïque mais brûle une chose que tu savais pas être là. Une menace - t'as pas entendu cela depuis longtemps, t'sais pas vraiment si un jour ce mot à fait écho dans ton esprit. Pourtant il se place dans la conversation, et tu frémis à l'entendre. Menace - c'est ce que tu ne peux pas maitriser, qui vient dans ta vie pour la mettre à l'envers et qui te met en danger. C'est incontrôlable, sauf que tu es entrainé pour cela - pour faire barrière à ses ravages. Une menace - t'as ignoré longtemps qu'il pouvait s'en trouver à Haima, et sans doute Elysium l'ignorait aussi, sinon elle aurait essayé de s'en protéger. Elle aurait pu t'en parler - tu n'as pas eut le moindre indice sur une possible inquiétude pourtant. Rien - le silence. Et la menace soudainement devenu un danger bien réel qui l'a emporté dans la mort.
« C'est votre travail, je remettrais pas votre jugement en question. » T'finis par dire, comme tu sais que tu es le dernier au fait de ce genre de choses. Tu ne pourrais pas être à sa place, et elle semble bien plus confiance sur ses capacités. Alors tu vas juste lui faire confiance - preuve une fois encore que t'es naïf, cherchant pas à penser qu'elle pourrait à son tour te faire le moindre mal. Tu la paye, après tout, alors tu pars du principe qu'elle est dans ton camp, de ton côté. Comme tout le monde ici. C'est idiot de le penser ainsi - mais t'as pas conscience de ca non plus. Peut être que t'es trop souvent aveugle.

Tu finis par te présenter, offrant une main qu'elle tarde pas à prendre pour la serrer avec poigne et force. Tu sais que ca en dit long sur les autres - ca te fait pas mal comme tu es un vampire, mais ca te fait plaisir de trouver du répondant.
« Jayden Lancaster, enchanté de vous connaître monsieur Hiroaki. » Le plaisir est pour toi - tu lui offre un sourire enchanté, avant de lui poser les questions qui te brûlent la langue. Tu veux en savoir plus, ravalant l'inconfort que tu pouvais ressentir de te savoir si perdu face au danger. L'inconfort, de savoir que tu sais pas anticiper une chose que tu décide de ne pas reconnaitre comme réel. Elle - par contre - semble dans son élément. Elle se tient droite, dans une posture que tu reconnais presque comme celle d'une gardienne. Tu les as assez vu s'entrainer et se promener en ville pour faire le rapprochement. Pourtant, si elle se trouve videuse dans ton bar c'est qu'elle n'en fait pas partie.
« Oh... Je fais de la boxe française et je pratique également l'aïkido ainsi que l'escrime. De toute manière, même sans cela, j'aurais eu un avantage clair avec cet homme, ivre comme il était. » Tu lâche un rire - tu doute pas qu'un homme dans son état pourrait être maitrisé par une fille sans problème. T'en est pas moins impressionné cependant. Elle semble bien connaitre son sujet - et toi t'es juste avide de plus de connaissances que cela encore. Ca te donne envie - des idées de moments passé à apprendre toi aussi à réagir aussi simplement et efficacement.
« Vous êtes impressionnante. « Dis-tu finalement dans un souffle, avant de lui faire signe de prendre place sur un des fauteuils, choisissant le tiens pour te laisser tomber et continuer cette charmante conversation.
« Et puis, j'ai déjà vu pire à l'armée. »
« L'armée ? » T'avais presque oublié la présence de l'autre demoiselle, tournant un regard surpris vers elle, avant de faire un geste pour assumer que t'avais la même curiosité.
« Oui, je fais partie de la Royal Air Force. » C'un terme qui fait écho - un terme d'humain, de l'autre bout du monde. T'en as entendu lorsque tu t'es rendu en Angleterre durant tes années à rencontrer les familles de vampires à travers le monde. T'as pu profiter quand tu le pouvais, de la vie des mortels sur ces terres - et en découvrir plus sur leurs uses et coutumes.
« Impressionnant comme je le disais. Vous venez d'Angleterre alors ? » demandas-tu en fronçant les sourcils, lui trouvant peu l'air anglais - bien que tu ne sois pas de ceux qui se soumettent aux clichés. « Comment êtes-vous devenus videuse avant de tels talents ? » rajoutes-tu avec un sourire plus amusé que réellement critique sur les lèvres. Tu finis par te lever, avançant vers la demoiselle avec un air plus sérieux - et décidé également.
« J'voudrais vous proposer plus... dans vos cordes. En plus de votre travail ici si vous tenez à le garder - j'vous voudrais comme entraineuse personnelle. »

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Mer 21 Mar - 0:51

Go ! Training !
 


Jayden & Malaki

« C'est votre travail, je remettrais pas votre jugement en question. »

Comme tout bon soldat de sa majesté, j'aurais dû adopter une attitude calme et sans défaut. On voit toujours un anglais comme un être débordant d'un flegme sans pareil, au point même, que certaines personnes vienne à se demander si nous éprouvions un quelconque sentiment. Ma réponse est oui, mais nous le démontrons d'une façon plus contenue. Mais, cela ne se réfère pas vraiment à moi, qui suis une femme possédant une moitié de sang égyptien, chaud et fougueux. De plus mon éducation, plus libre que mes sœurs, ne m'a pas vraiment encouragé à me contenir, même si je devais avoir une réputation irréprochable. J'étais autant libre que prisonnière des désirs d'un père qui me voyait en garçon et non en fille. Cela en résultat ma difficulté à accepter la part féminine qui est en moi. Surtout qu'en grandissant, il semble que mère nature n'a pas manqué de cadeau à mon sujet donnant assez d'envie à ma sœur Victoria de vouloir me rendre plus coquette. En vain. Il a fallu attendre l'armée pour que je vienne à accepter chaque parcelle de ma personnalité. Et aujourd'hui, je peux être autant masculine que féminine, je n'éprouve plus de gêne à me promener au bord d'une piscine en bikini alors, que l'instant d'après, je peux revêtir mon uniforme militaire pour me plonger dans un monde typiquement féminin.

Enfin, ce n'est pas à ça que je dois penser. Ce soir est mon premier jour de travail et je suis déjà bien contente que le patron du Heaven ne me porte pas ombrage d'avoir agi jugeant l'affaire assez importante pour me montrer intransigeante, même si, je dois bien avouer, que c'est un peu une excuse pour extérioriser tout ce qui gronde en moi depuis que j'ai atterri dans un endroit plus utopique que réel. Il faut le dire, les gens semble en dehors de tout, mais parfois bien conscient de la dangerosité des lieux.

J'incline doucement la tête avec un sourire pour le remercier de petit lot de confiance qu'il m'accorde, alors, qu'il ne me connaît clairement pas et que mon efficacité reste encore à prouver. Après tout, je viens d'arriver, que cela soit dans cette île ou bien au Heaven et il me faut faire preuve de patience pour apprendre comment fonctionne Haima et ces environs. Bien que j'imagine que c'est à peu près comme le reste du monde. Des lois qui doivent être suivi et si on vient à outrepasser ces dernières, alors, il y a forcément des sanctions qui seront appliquées. Je n'espère pas être visée, mais qui sait ce que l'avenir me réserve. Déjà que je supporte mal le fait que je ne verrais sans doute plus jamais les miens. Je dois vivre avec leur absence, moi, qui mettais toujours un point d'honneur à les contacter chaque jour quand j'avais du temps à moi. À présent, je redoute de ce que peuvent éprouver les miens, leur état d'esprit suite à ma disparition soudaine durant un simple vol de reconnaissance alors, que j'ai survécu à bien pire déjà. Mes cicatrices sont témoins de la mort qui a failli m'emporter par deux fois avec elle.

« Vous êtes impressionnante. »

Il voulait me connaître et prendre connaissance de mes capacités et à peine avais-je terminé qu'il vient à me complimenter. Cela me fait plaisir, d'autant plus que, cela me sert depuis toujours autant pour protéger ma famille, que de m'avoir permise de faire mon entrée dans l'armée et à présent ici. Je me serais mal vu à devoir monter sur scène ou encore chercher un emploi où les jours se ressemblent, où il n'y a guère de nouveauté et bien entendu sans aucun piment, tout ce que je peux détester en fait.

Le simple fait de mentionner mon appartenance à la Royal Air Force a su nécessiter un intérêt plus grand encore. Honnêtement, j'ignore pourquoi et la jeune femme semble me regarder comme si elle s'y connaissait peu en ce qui concerne le monde extérieur. Elle me regarde avec incompréhension et au vu de ce que j'ai dû assimiler en information en si peu de temps, je peux comprendre que l'on soit perdu.

« Impressionnant comme je le disais. Vous venez d'Angleterre alors ? »

Ce qui ne semble pas être le cas de l'homme envers qui mon regard se pose doucement. « Oui c'est ça. » Répondis-je simplement, je dois avoir l'allure d'une anglaise, même si mon apparence prête à quelque chose de plus exotique résultant de mon côté égyptien et dont je suis fière. Le métissage est pour moi une richesse que personne ne doit ignorer.

« Comment êtes-vous devenus videuse avant de tels talents ? »

« C'est simple. Je me suis crashée en mer il y a peu et il me fallait un travail pour démarrer une nouvelle vie. » Et m'y faire surtout, mais c'est une autre paire de manche. C'est comme si l'on vous demandez d'effacer votre vie d'avant et de renaître sans que vous ne le désirez. « Je ne peux pas rester dépendante de la personne qui m'héberge éternellement. »

La réponse semble logique sans doute, que cela soit pour l'un comme pour l'autre. Reprendre du poil de la bête et ne pas succomber à la dépression qui fait plus perdre de temps qu'autre chose. Certes, j'ai un côté assez empathique, mais je n'aime pas le développer parce que je ne veux pas devenir délicate prompte à lâcher une larme à la moindre chose qui ne va pas. Je pleure très peu voir si rarement, être au bout du bout, c'est un stade que je n'ai connu qu'une à deux fois dans ma vie. Le premier étant la perte de ma mère qui me fut très dur à supporter.

Quand Malaki décide de se lever, je l'observe s'avancer. La lueur sérieuse dans son regard, me préparait à tout, mais peut-être pas forcément à la proposition qui s'en suivait.

« J'voudrais vous proposer plus... dans vos cordes. En plus de votre travail ici si vous tenez à le garder - j'vous voudrais comme entraineuse personnelle. »

« Pardon ? » Entraîneuse ? Dans l'immédiat, je ne vois pas où il veut en venir, mais peu à peu, je comprends que mes capacités l'intéressent pour l'exploiter pour lui, il a sans doute ces raisons et honnêtement, plus je m'occupe l'esprit, plus je peux gagner en argent et plus rapidement, je pourrais retourner à une vie de célibataire loin de la colocation. Bien sûr, la présence de Lisbeth ne me dérange pas, mais j'aime trop mes habitudes et ces dernières me manquent réellement.

Jambes croisées, je l'observe longuement, mon regard ne quittant pas une seule seconde le sien. Pesant le pour et le contre de la situation, bien sûr savoir que je pourrais avoir plus qu'une mission intérim ici m'arrangeait grandement, mais je savais qu'il me fallait jongler avec un autre emploi et si c'est pour faire ce que j'aime, pourquoi.

« Pourquoi pas, si vous êtes prêt à vous donner à fond. Je vous préviens, je suis très exigeante comme personne, je le suis déjà pour moi-même alors, pour les autres, je vous en parle même pas. Mais qu'est-ce que vous cherchez à améliorer exactement ? »

La jeune femme finit son verre d'eau avant de s'excuser en disant qu'elle voulait rester pour travailler plutôt que de rentrer et se terrer chez elle. Une bonne attitude, qui ne pouvait que me ravir, cela prouvait une certaine force de sa part. Je la laisse partir avant de reporter à nouveau mon regard vers Malaki.

«  Des envies particulières par rapport à ce que vous souhaitez ? »

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones


Dernière édition par Jayden E. Lancaster le Mer 2 Mai - 2:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 959
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Dim 1 Avr - 18:36

Go ! Training !
@Jayden E. Lancaster & @H. Malaki Hiroaki


T'es doué pour ton boulot - t'sais que t'es un politicien nait. Sans doute parce que t'as grandit entouré d'ambassadeur et de prince, les écoutant converser et faire la loi pour en tirer le meilleur parti. T'es devenu - malgré tout peut être - un bon manipulateur, sachant charmer les autres pour ton propre profit. Ou celui des Lightwood, parce qu'ils sont bien plus importants que toi. Depuis que t'as sept ans, que tu t'es retrouvé devant les sangs purs, t'as jamais pu penser à ta vie avant la leur. Elysium t'y a contraint en t'envoyant les représenter aux quatre coins du monde, trouvant des alliés à l'idéologie qu'Haima représentait. T'as alors découvert que tu étais toi - en dehors du regard de tes protecteurs et Seigneurs. Qui tu voulais être, hors l'ambassadeur et l'allié, le serviteur et le confident. Tu savais pas être toi, avant. T'étais discret et silencieux, préférant de loin te fondre dans l'ombre des puissants que d'attirer la lumière et l'attention sur ton être. T'étais bien peu de chose, comparé à eux - t'avais pas tant d'humilité qu'un manque de confiance en réalité.
A présent t'es fier d'être qui tu es - tu cherches pas d'étiquette, t'es simplement toi. T'as appris ce que tu aimais ou l'image que tu voulais rendre au monde. T'aimes autant les Lightwood, et ton allégeance n'est que plus fervente après la mort de ton Impératrice, mais tu sais être toi également. T'as gagné en confiance, et t'sais ce que tu veux être. Tu veux être un protecteur à ton tour.

Pour commencer tu tente de l'être avec tes employés. T'es un bon ambassadeur, mais apparemment t'es pas si douée pour gérer une boite. T'aime à penser l'ambiance et les thèmes de tes soirées, à trouver le moyen de rendre le lieu fantastique, et de faire pétiller les yeux de tes clients. T'aime à gérer tes employés, aussi, t'assurant qu'ils aient tous leur place, et puissent gagner ce qu'il faut pour bien vivre - t'es un foutu bon samaritain, et t'sais que Gabriel s'frappe la tête contre les murs plus d'une fois à cause de toi. T'es pas bon gestionnaire, tu pourrais bien abandonner tout ton argent juste pour l'plaisir de voir tout l'monde heureux, et sans doute peux-tu te féliciter d'avoir eut huit siècles pour amasser des richesses. Et puis t'sais que tu peux compter sur les conseils - ou les ordres - avisés d'Gabriel pour être sûr que votre affaire s'effondre pas. Alors pour l'heure, tu prends le temps de découvrir tes employés, et assurément la nouvelle videuse à de quoi t'faire naitre une curiosité maladive.
« C'est simple. Je me suis crashée en mer il y a peu et il me fallait un travail pour démarrer une nouvelle vie. » Une histoire comme t'en as entendu des centaines. T'sais comment ca se passe pour les humains qui soudainement se retrouvent sur l'île - en réalité. T'as jamais pu t'mettre à leur place, alors tu sais pas vraiment compatir bien que tu t'y essaie. Ils abandonnent tout, sans le vouloir, et doivent soudainement se trouver un nouveau but, une nouvelle existence. « Je ne peux pas rester dépendante de la personne qui m'héberge éternellement. »
« Ce qui est tout à votre honneur, évidemment. J'espère que vous apprécierez de travailler ici. »  Qu'tu enchaine, sachant que t'es le premier à n'pas aimer dépendre des autres. T'es à leur service - mais tu veux pas n'pas pouvoir vivre pour toi. Plus aujourd'hui. Avoir gouté l'indépendance t'as rendu fier d'pouvoir exister pour toi-même. « Si vous rencontrez l'moindre problème, sachez qu'vous pouvez frapper à ma porte à tout moment. » Que t'ajoute en fixant la videuse mais ta danseuse également.
Tu traite tous tes employés avec le même égard, et si t'aime à en être proches, t'aime aussi à les protéger. Un problème comme ce soir est fréquent - c'est souvent le cas lorsque t'as des danseuses et des mâles qui savent pas se tenir - mais tu fais en sorte de les réprimander au plus vite pour n'pas faire comme si tu t'en fichais. Parce que c'est pas le cas. Tu veux que toutes les filles au Heaven soient traités comme d'beaux anges, et certainement pas dépravés par le désirs d'quelques démons d'perversion.

Mais pour l'heure - t'apprends qu'en plus d'un caractère protecteur, ta nouvelle demoiselle est une militaire. Ca t'fait naitre une idée - comme t'y pensais avant tu veux être un protecteur, sauf que t'as jamais eut à faire tes classes. T'as appris à te battre à mesure de tes voyages, en prenant gout à quelques armes de prédilection. Mais t'es pas si doué que cela, et t'sais que tu peux toujours faire avec un nouvel entrainement.
« Pardon ? » Tu la fixe - elle semble être profondément surprise de ta proposition, ce qui t'étonne toi-même. Peut être as-tu fait preuve d'trop de franchise - t'sais pas. Mais tu prends le temps de sourire, avant de lui répéter plus doucement ton idée. « J'ai pour idée d'être meilleur combattant. Mon second emploi - principal - le requiert à mon avis. Sauf que je n'ai aucun désir de me retrouver dans l'armée pour cela - le Commandant et moi avons quelques histoires désagréables ensemble - alors si vous n'êtes pas trop occupée, je souhaiterais devenir votre élève. » Tu le dis avec une excitation que tu tente de retenir. Tu voudrais pas la forcer dans son choix, bien que l'idée t'enthousiasme véritablement.
Elle prend pas beaucoup de temps finalement pour te répondre. Tu réagis à peine lorsque la danseuse quitte la pièce, ton attention totalement tourné vers la videuse. T'es pendu à ses lèvres, tentant d'pas te mettre à sauter sur place d'anticipation. T'as du mal à contenir tes réactions,mais quand elle s'met à parler y a un sourire immense qui t'barre le visage. « Pourquoi pas, si vous êtes prêt à vous donner à fond. Je vous préviens, je suis très exigeante comme personne, je le suis déjà pour moi-même alors, pour les autres, je vous en parle même pas. Mais qu'est-ce que vous cherchez à améliorer exactement ? » « J'en attends pas d'moins de vous. » Réponds-tu en frappant dans tes mains avec ravissement. Tu réfléchis un temps, sachant que tu peux déjà mettre dehors l'idée d'apprendre à user d'un fouet et d'tes armes japonaises. Mais l'reste - l'reste t'es vraiment mauvais. « L'corps à corps principalement. J'sais pas me battre, sauf avec quelques armes exotiques- dirons-nous. Mais le corps à corps ? J'suis vraiment pas doué pour cela. »  Explique-tu comme tu le peux, sachant pas exactement l'expliquer. T'es pas doué sur le sujet - encore moins professionnel - mais t'es curieux et t'apprends rapidement. Surtout quand tu es motivé.
« Des envies particulières par rapport à ce que vous souhaitez ? »
« Tout ce que vous pourrez m'apprendre. Je suis pas... un fin connaisseur. Mais j'doute pas que j'aurais bien des choses à apprendre à vos côtés. Nous pourrons nous retrouver au Palais, ou bien ici hors des heures d'ouvertures, si vous le désirez. J'suis à votre disposition. Et j'apprends vite - j'suis un étudiant appliqué, vraiment. » Dis-tu pour la convaincre avec l'air le plus sérieux que t'es capable d'avoir.
« J'vous paierais en conséquence aussi - faudra me dire votre prix. Il sera l'miens. »


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Sam 7 Avr - 10:07

Go ! Training !



Jayden & Malaki

L'homme en face de moi me paraît plutôt sympathique pour un patron. Loin de l'image qu'on peut se faire d'une personne qui tient ce genre d'endroit. Très à l'écoute de ces employés et surtout le premier à vouloir les protéger. On peut dire que les danseuses ont beaucoup de chance d'être traités dignement et pas comme de simple femme bougeant leurs fesses pour satisfaire la vue des clients. Non, il y a une véritable preuve de respect et cette danseuse dont la mésaventure restera gravé un moment encore, semble plus soulagée d'être ici que dans un autre endroit, ce que je peux comprendre désormais. Honnêtement, je suis bien contente d'avoir accepté de travailler ici même pour un remplacement, quelque chose me dit que nous pourrions avoir plus qu'une relation employé et patron. Sans doute, une amitié naissante. Franchement, je ne serais pas déçu parce que le fait de devoir rester ici m'est encore difficile à accepter. Je remarque bien que j'ai plus souvent un air morose, évasif et par moment assez froid et distant. La pauvre Lisbeth en pâtit souvent de mes silences alors, qu'elle tente souvent une conversation. Mon esprit se perd souvent dans les méandres de mes souvenirs et ces derniers me blessent un peu plus à chaque fois. Je dois faire avec, je n'ai guère le choix même si la situation me paraît compliquée. J'ai toujours cette impression que l'on ne nous dit pas tout. Oui, j'ai toujours été suspicieuse de nature aimant savoir où je m'embarque avant de complètement me plonger quelque part. Ce qui est assez étonnant quand vous êtes militaire et que, généralement, on ne vous dit que l'essentiel, la mission en elle-même, vous la découvrez en même temps que les autres. Je dois bien taire ce côté-là de moi et me concentrer sur l'essentiel. En tant que nouvelle venue à Haima, je suis un peu sur la ligne de mire sans doute, pour ne pas que je commette d'impair. Ils disent que c'est leur façon de se soucier de ceux qui sont arrivés ici malgré eux, mais je sais bien qu'il y a une vérité cachée derrière tout cela. Mieux vaut ne pas pourrir son esprit à trop réfléchir, je vais me rendre malade pour rien.

« Ce qui est tout à votre honneur, évidemment. J'espère que vous apprécierez de travailler ici. »

« Merci, je ne doute pas de m'y plaire. Je suis bien contente d'avoir un travail même si ce n'est qu'un remplacement. » Fis-je simplement en toute honnêteté. Comment pourrais-je penser autrement, j'ai toujours été le genre de femme à apprécier les bonnes et belles choses, alors voir de jolies filles bouger sur scène à de quoi me plaire même si je ne viendrais pas à profiter de la situation. Je ne mélange pas plaisir et travail sinon les choses se compliquent trop par la suite.

« Si vous rencontrez l'moindre problème, sachez qu'vous pouvez frapper à ma porte à tout moment. »

« J'apprécie beaucoup monsieur Hiroaki. Je n'hésiterais pas en cas de besoin, j'avoue qu'il y a des choses qui me dépassent encore ici. Je ne connais pas encore les us et coutumes de l'île. » Dis-je en passant une main sur ma nuque pour dissimuler en partie ma gêne. « Outre ça, vous n'avez pas à vous en faire, j'aurai l’œil partout pour prendre soin des employés et éviter le genre de soucis que la pauvre à connu à l'extérieur. » J'ai bien l'intention de gagner comme il faut mon salaire, de ce fait, je ferais en sorte de me rendre utile et indispensable autant que faire se peut. Si j'ai une bonne réputation en tant qu'employée, il ne me sera pas difficile de trouver un emploie par la suite si l'ancien revenait.

Cependant, m'attendais-je à une telle demande de sa part ? Bien sûr que non, mais honnêtement, un petit bonus était plutôt bienvenu. Je pouvais espérer continuer à gagner un peu d'argent même si je ne venais plus à travailler ici en tant que videuse. Je pris le temps de réfléchir un peu.

« J'ai pour idée d'être meilleur combattant. Mon second emploi - principal - le requiert à mon avis. Sauf que je n'ai aucun désir de me retrouver dans l'armée pour cela - le Commandant et moi avons quelques histoires désagréables ensemble - alors si vous n'êtes pas trop occupée, je souhaiterais devenir votre élève. »

Alors, que je réfléchis, il semble vouloir argumenter un peu plus sa demande pour me convaincre. C'est vrai que si le commandant de l'armée et lui ont des différents, cela risque de s'avérer compliqué pour lui de se faire une place et de supporter d'être sous les ordres de quelqu'un avec qui l'on ne s'entend pas forcément. Alors, oui, j'ai accepté en précisant que je serais très exigeante comme je le suis pour moi. Oui, même si c'est mon patron ici, il sera mon élève pour les cours et je me montrerais assez strict. Si le combat a une grande place dans son autre activité, alors, il faut qu'il donne le meilleur de lui-même.

« J'en attends pas d'moins de vous. »

« Tant mieux dans ce cas. » Répondis-je à mon tour tout en l'observant. Je poursuis en demandant ce qu'il attend vraiment que je sache sur quoi me diriger pour son futur enseignement, il faut que cela soit ce qu'il cherche et non pas que cela soit le contraire de ce qu'il demande.

« L'corps à corps principalement. J'sais pas me battre, sauf avec quelques armes exotiques- dirons-nous. Mais le corps à corps ? J'suis vraiment pas doué pour cela. »

« D'accord... Donc vous avez quelques notions en matière de combat. Les mouvements ne seront pas si différents, mais avec les armes en moins. » Non, son corps prendra le relais ainsi, ceux qui connaissent son efficacité en combat avec arme seront vite troublée en constatant qu'il aura supprimé une faiblesse.

« Tout ce que vous pourrez m'apprendre. Je suis pas... un fin connaisseur. Mais j'doute pas que j'aurais bien des choses à apprendre à vos côtés. Nous pourrons nous retrouver au Palais, ou bien ici hors des heures d'ouvertures, si vous le désirez. J'suis à votre disposition. Et j'apprends vite - j'suis un étudiant appliqué, vraiment. »

« On pourra s'entraîner où vous préférez. L'environnement doit pouvoir vous mettre à l'aise. Ici ou ailleurs, c'est à votre convenance. J'ai pas mal de connaissance en combat, je connais la boxe française, l'aïkido, quelques notions de Krav Maga enseigné à l'armée et d'autres tactiques militaires également. Je ferais en sorte de vous apprendre un peu tout ça, j'ai moi-même fait en sorte de faire un mélange pour que mes adversaires ne puissent pas s'attendre à mon prochain mouvement. »

« J'vous paierais en conséquence aussi - faudra me dire votre prix. Il sera l'miens. »

« Pour le prix, je pense que le plus juste est de me régler un prix normal de cours de combat. Je peux vous proposer du lundi au vendredi pour les cours dans les horaires qui vous arrangent le plus. » J'esquisse un léger sourire tout en l'observant. « Et vous pourriez me rendre un service en me parlant des us et coutume d'ici. » Je finis par croiser les bras sur ma poitrine. « C'est dur de devoir accepter de changer de vie et d'effacer l'ancienne, mais je n'ai pas envie de jouer les asociales. Je sais que je peux m'adapter, même si ça prendra forcément du temps. Alors, ça serait sympa de m'expliquer comment fonctionne la vie ici. »

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones


Dernière édition par Jayden E. Lancaster le Mer 2 Mai - 2:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 959
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Dim 8 Avr - 17:54

Go ! Training !
@Jayden E. Lancaster & @H. Malaki Hiroaki


« Merci, je ne doute pas de m'y plaire. Je suis bien contente d'avoir un travail même si ce n'est qu'un remplacement. » T'opines, observant la jeune femme face à toi. Elle s'tient bien droite - et comme sa carrure tu doute pas qu'son esprit le soit aussi. Loyal, fidèle, droit - elle s'tient comme ca, avec une confiance que tu manque pas de constater brillante dans son regard. T'apprécie les gens qui n'doutent pas d'eux, qui savent ce qu'ils valent, et qui n'font pas preuve de fausse modestie. Ni de terrible arrogance. Parfait équilibre, tu t'demande comment Gabriel a pu t'cacher cette perle rare - t'sais que c'est son premier soir, mais ton meilleur ami (et co-dirigeant) a décidé d'son embauche sans toi. Par recommandation, apparemment, et t'en oublie déjà qui elle remplace. Elle est du genre à effacer le reste du monde - comme les gens biens l'font. Ils sont rares, ceux qui peuvent se targuer d'être bourrés de qualités. Comme le courage, la ferveur, la confiance - la voir qui prend la défense d'sa coéquipière en pas une heure de travail en dit long. Et ca te suffit pour t'sentir bien en sa présence. « J'apprécie beaucoup monsieur Hiroaki. Je n'hésiterais pas en cas de besoin, j'avoue qu'il y a des choses qui me dépassent encore ici. Je ne connais pas encore les us et coutumes de l'île. » « J'imagine que ca peut être déstabilisant. »  dis-tu même si - vraiment - t'as pas tant l'idée. Comme tu vis sur Haima depuis longtemps, le plus déstabilisant pour toi a été d'te faire mettre dehors par Elysium. Parcourir le monde durant deux siècles t'as ouvert les yeux sur les différences entre ton monde et celui de l'extérieur. Ca t'a aussi prouver que t'aime Haima plus qu'tout le reste au monde. Même si l'Italie a pas manqué de charmes.« Outre ça, vous n'avez pas à vous en faire, j'aurai l’œil partout pour prendre soin des employés et éviter le genre de soucis que la pauvre à connu à l'extérieur. » « Vous allez vous rendre indispensable, Miss ? »  Qu'tu demande avec un sourire amusé sur les lèvres. Tu sais que tu pourrais lui offrir d'pas être juste une remplaçante - mais à force d'prendre des employés au Heaven, Gabriel va finir par t'faire du mal - tu dépense autant qu'vous gagnez finalement, et si vous gagnez pas d'argent il voit pas l'intérêt d'ce lieux.

Surtout que vous avez tous les deux d'autres choses à faire, le Heaven étant un délice pour oublier le monde quand vous êtes pas dans vos boulots respectifs. Et t'y vois l'occasion aussi de trouver ton compte - avoir un soldat près d'toi c'est l'occasion de t'améliorer. Tu profite alors de lui demander de t'entrainer lui assurant que tu es près à subir son autorité. « Tant mieux dans ce cas. » T'es excité à cette idée, te tenant à peine en place. Mais elle est professionnelle, et tu tiens à faire d'même - te tenant avec les bras devant toi - incapable d'pas parler avec les mains quand t'es dans cet état d'enthousiasme. « D'accord... Donc vous avez quelques notions en matière de combat. Les mouvements ne seront pas si différents, mais avec les armes en moins. » « Parfait ! J'fais aussi de la danse - je sais pas si ca peut être utile, mais du coup j'ai pas un mauvais équilibre en général. »  Et à tes yeux l'combat c'est souvent une danse. C'est tout aussi élégant - jouant du déséquilibre de l'autre, et tournant autour d'ton adversaire. T'aime danser de plus, alors t'es devenu souple et rapide avec le temps - assez pour faire baver sur la piste quand tu décide d'venir te dandiner au Heaven au lieu de jouer les patrons.

« On pourra s'entraîner où vous préférez. L'environnement doit pouvoir vous mettre à l'aise. Ici ou ailleurs, c'est à votre convenance. J'ai pas mal de connaissance en combat, je connais la boxe française, l'aïkido, quelques notions de Krav Maga enseigné à l'armée et d'autres tactiques militaires également. Je ferais en sorte de vous apprendre un peu tout ça, j'ai moi-même fait en sorte de faire un mélange pour que mes adversaires ne puissent pas s'attendre à mon prochain mouvement. » T'as d'plus en plus de mal à te contenir - en preuve l'fait que tu passe d'un pied à l'autre, et t'mets à marcher dans la pièce pour n'pas te mettre à sauter sur place. T'as envie de connaitre tout cela - avant d'être un fervent soldat, t'es surtout un type curieux. Et plus d'en apprend sur le monde, plus tu t'sens comblé. Alors si en plus c'est une humaine qui t'apprend cela t'es certain que c'est le mieux possible. Ils sont fascinant les humains, et si parfois t'as la faiblesse d'en mordre (c'est pas arrivé souvent mais quand t'es au désespoir tu n'peux pas t'en empêcher) tu les aime surtout pour tout ce qu'ils ont de surprenant. « Dans c'cas on se rejoindra ici. L'club une fois vide c'est une salle d'entrainement immense, puis comme ca c'est au centre ville. Et si vous voulez on s'retrouve avant le boulot - comme ca vous pourrez utiliser les douches de service pour vous préparer et vous aurez votre journée de libre ? »  Qu'tu propose alors - ravie par le programme - et trouvant cette solution pour éviter d'sortir en journée. Si tu dois être là à la presque-nuit c'est plus que parfait. Ou alors tu devras trouver une excuse pour être à moitié cramé s'il se trouve a y avoir du soleil dehors. T'espère juste qu'elle trouvera cela aussi génial que toi.

Puis vous voyez les détails, ce qui te convient parfaitement. T'es doué pour négocier - surtout parce que t'as tellement de richesses qu'en général tu perds pas le temps à négocier. Et si tu peux lui offrir d'quoi bien vivre c'est encore mieux. « Pour le prix, je pense que le plus juste est de me régler un prix normal de cours de combat. Je peux vous proposer du lundi au vendredi pour les cours dans les horaires qui vous arrangent le plus. » « Parfait dans ce cas ! L'soir, avant le boulot. Et la semaine, parfaitement. »  Dis-tu, cette fois en t'mettant à taper dans tes mains comme un dément. Tu peux plus t'contenir à présent - tout cela est trop parfait en réalité. « Et vous pourriez me rendre un service en me parlant des us et coutume d'ici. » Cette fois tu te stoppe - surpris de la proposition. Tu auras rien contre - bien au contraire - mais tu t'étonne qu'elle s'en inquiète autant. La vie sur Haima t'semble si facile après tout. « C'est dur de devoir accepter de changer de vie et d'effacer l'ancienne, mais je n'ai pas envie de jouer les asociales. Je sais que je peux m'adapter, même si ça prendra forcément du temps. Alors, ça serait sympa de m'expliquer comment fonctionne la vie ici. » « Ca sera avec plaisir, vraiment. »  Qu'tu dis en posant une main sur son épaule, qu'tu sers doucement comme pour la rassurer. T'veux pas envahir son espace vital mais tu veux pas la garder inquiète non plus. « J'fais parti d'un groupe - l'comité d'accueil - ici, alors j'suis habitué à être présent pour les nouveaux arrivants. Ca sera un plaisir de t'aider - commençons pas nous tutoyer hm. »  Dis-tu avec un grand sourire, avant de la lâcher puis te faire l'tour de ton bureau pour voir que t'as des dossiers - Gabriel s'est bien gardé d'te le faire remarquer. « Dans c'cas si tout est parfait j'peux vous proposer d'se retrouver ici dés demain ? Et vous laissez retourner à votre travail ce soir. Sauf s'il y a autre chose ? » 



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki Sam 21 Avr - 23:21

Go ! Training !



Jayden & Malaki

Oui, cette nouvelle vie est déstabilisante et ce mot est encore faible. J'ai encore bien du mal à concevoir en me réveillant le matin que ce monde est à l'écart de celui que j'ai toujours connu jusqu'à présent. Quand je fais ma séance de footing aux aurores et que je vois le soleil se lever à l'horizon, j'ai l'impression d'être entre la frontière de la chance et de malheur. Mon instinct me dit que quelque chose cloche sur Haima. Cette île semble presque trop tranquille. Cet air si différent du mien, l'atmosphère à l'opposé de ce que j'ai eu l'habitude jusqu'à présent. Non, il y a un manque d'information considérable, des étrangetés qui ne trouvent pas de logiques comparées à d'autre personne qui vont et viennent et qui, ont eux aussi connu un épisode catastrophique pour atterrir ici. Je ne dirais pas que les gens sont mauvais et qu'ils cachent forcément tous quelque chose, mais... Je ne sais pas. Il y a des choses qui me dépassent et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Être dans cet état de quasi-impuissance m'énerve, mais je parviens tout de même à le cacher parce que je n'aime pas montrer mes faiblesses et je n'ai pas été élevé pour les montrer. Je sais que je ferais honte si c'était le cas et moi-même, je ne le supporterais pas. Quand je regarde Hiroaki, je me dis à la fois chanceuse d'avoir trouvé un patron aussi sympa et un élève aussi désireux d'en apprendre plus sur l'art du combat. Cet homme, on s'y attache facilement, sans doute parce qu'il a un petit naïf et enfantin qui n'est pas désagréable. Ce qui peut être étrange surtout lorsque l'on est propriétaire d'un lieu comme le Heaven. J'en ai connu de ces lieux où les femmes se dénudent et dansent, j'y ai été entraîné de force par mes collègues parce qu'ils savaient très bien que la gente féminine ne me laisse pas de marbre. Alors, sans doute, qu'avec mon comportement, ils me voyaient comme un bon pote avec qui boire de la bière et se laisser aller en parole. Pas que cela m'ait dérangé, mais une part minime en moi aurait voulu dire que je reste malgré tout une femme. Information que l'on oublie quand mon éducation plutôt masculine prend le dessus. On oublie à qui l'on fait face. M'enfin, c'est ainsi.

« Vous allez vous rendre indispensable, Miss ? »

« Je n'aime pas me tourner les pouces et rester inactive. » Fis-je simplement. « Je fais mon travail et si à côté, je peux donner un coup de main, je le fais, au moins on verra que je mérite largement mon salaire. » Et il faut dire que si j'ai de bonnes critiques de sa part, quand son videur reviendra, je pourrais sans mal trouver un autre travail sans difficulté. J'aime être prévoyante, c'est pour cela que je me renseigne souvent si des emplois sont libres. Ceci n'est qu'un contrat de quelques semaines, le temps d'un rétablissement donc, il me faut veiller à ce que je reste active.

Nous continuons sur les futurs entraînements d'Hiroaki. Je constate facilement qu'il est heureux à l'idée d'apprendre avec moi. Pourquoi, je ne sais pas, mais sans doute, voit-il là, la possibilité d'augmenter ces connaissances dans le domaine et je dois dire que nous nous ressemblons sur ce point. Moi-même, j'aime apprendre encore et encore.

« Parfait ! J'fais aussi de la danse - je sais pas si ca peut être utile, mais du coup j'ai pas un mauvais équilibre en général. »

« Le combat est une danse. On a besoin de rythme, d'agilité et de grâce, sans oublier la force et la vivacité. Donc, oui, cela peut être utile. La capoeira est à l'origine une danse qui aujourd'hui est un art martial. » Concluais-je rapidement. Oui, la danse était utile et cela permettait d'enregistrer rapidement les pas comme on peut le faire pour une chorégraphie.

« Dans c'cas on se rejoindra ici. L'club une fois vide c'est une salle d'entrainement immense, puis comme ca c'est au centre ville. Et si vous voulez on s'retrouve avant le boulot - comme ca vous pourrez utiliser les douches de service pour vous préparer et vous aurez votre journée de libre ? »  

« Cela me va parfaitement alors. On se retrouvera ici pour l’entraînement. » J'esquisse un léger sourire puis je passe une main dans mes cheveux. Mes journées ne sont pas toutes libres, il m'arrive de faire d'autre mission intérim. J'ai besoin d'argent et je n'ai pas le temps de me reposer. Je le prendrais quand j'aurais un emploi sûr, mon chez moi et le reste et bien, je me reposerais très bien une fois morte. Enfin, si je peux m'exprimer ainsi.

« Parfait dans ce cas ! L'soir, avant le boulot. Et la semaine, parfaitement. »

J'arque un sourcil devant l'excitation dont il fait preuve. On dirait un gamin un matin de Noël qui découvre le nombre de cadeaux qui se trouvent sous le sapin. C'est attendrissant à voir. Par la suite, je mentionne le fait qu'il pourrait m'apprendre un peu les us et coutumes de l'île. En tant que nouvelle venue, il y a des choses qui me dépassent et c'est sans doute pour cela que je trouve cet endroit bizarre. Parce que justement, je ne le connais pas.

« Ça sera avec plaisir, vraiment. »

« J'apprécie vraiment. Merci, monsieur Hiroaki. »

« J'fais parti d'un groupe - l'comité d'accueil - ici, alors j'suis habitué à être présent pour les nouveaux arrivants. Ca sera un plaisir de t'aider - commençons pas nous tutoyer hm. »

« Je me disais aussi, que votre tête me disait quelque chose. Je pense vous y avoir croisé un soir. » Fis-je dans un sourire. « Se tutoyer ? » La proposition m'étonne un peu, je n'ai pas pour habitude de tutoyer un patron, mais bon, s'il le propose pour quoi. « D'accord... Dans ce cas, on se tutoie. »

« Dans c'cas si tout est parfait j'peux vous proposer d'se retrouver ici dés demain ? Et vous laissez retourner à votre travail ce soir. Sauf s'il y a autre chose ? »  

À mon tour, je finis par me lever. Il a encore pas mal de travail au vu de la pile de dossiers sur le bureau et moi, j'ai encore à visiter les lieux et à donner un coup de main avant l'ouverture. « Pour moi, tout est bon mon... Hiroaki. » Je lui présente ma main afin qu'il la serre. Une poigne ferme, loin d'être féminine. « Dans ce cas, on se voit demain pour l'entraînement, tu as intérêt à bien te reposer. » Je lui fais un clin d’œil. « A tout à l'heure peut-être. » Fis-je avant de passer la porte pour rejoindre la salle et me faire accoster par la danseuse qui a décidé de me faire visiter les lieux.

Une longue soirée s'annonce à moi et franchement, ça fait du bien de travailler et de ne pas se morfondre sur le canapé à regarder la télé sans vraiment faire attention à ce qui se passe à l'écran.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki

Revenir en haut Aller en bas

Go ! Training ! | PV : H. Malaki Hiroaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Le Heaven-