AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

too much is my middle name (Gabaki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: too much is my middle name (Gabaki) Lun 26 Mar - 23:32

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Il y a bien une chose dont tu raffoles à Haima, ce sont des boutiques. Il s'en trouve des centaines dans la ville, offrant un large choix de vêtements de toute sorte - et d'une qualité que tu ne peux pas nier. T'as traversé des pays où la mode était un luxe que t'as appris à aimer - peut être trop. T'as pas éviter les Fashion weeks d'Italie et de France ces dix dernières années - et t'as pris bien soin de revenir toujours avec des costumes et des tenues aussi extravagantes qu'hors de prix. T'es devenu un fou de tenues fantastiques, et ton armoire est si pleine que tu pense à faire d'une pièce de ta maison un dressing - juste pour tes tenues. Les chaussures c'est encore une autre affaire.
Et comme t'es un être généreux, tu peux pas supporter de voir tes proches ne pas profiter de tes connaissances en matière de mode. C'est pas que tu puisse pas accepter le noir comme une couleur qui a autant de classe que de prestance - elle est cependant d'un ennui mortel. Et t'sais que même si Gabriel en raffole, tu veux pas continuer de subir cet air sombre sur son doux visage. Quand tu le croise dans le château - après qu'il eut vu Araël sans doute - tu peux pas t'empêcher de venir le gratifier d'un de tes extravagants bonsoir.
« Toi et moi on sort, on doit t'refaire une garde-robe et j'prendrais pas dégage comme réponse, Mon chou. » T'déclare en prenant ton ami - l'meilleur de tous - par le bras.

Gabriel il t'connait depuis toujours. Depuis aussi longtemps qu'vous êtes tous les deux sur l'île. Il a été l'témoin de ta passion dévorante pour Araël, étant celui qui te divertissait durant les soirées où l'Empereur faisait de doux yeux à d'autres nobles. Il a été là pour, t'soutenir dans ton projet de ne plus être seulement un représentant, mais devenir un homme d'affaires. En ton absence de l'île, il s'assure - d'plus - de faire tourner votre affaire, et il est sans doute meilleur que toi pour cela. T'es trop doux avec tout l'monde pour accepter d'faire la forte tête ou l'patron autoritaire avec vos employés. Humains ou vampires.
« Comment t'peux être le patron de l'endroit l'plus branché d'Haima, et oser t'habiller comme ca ? » T'demande alors que tu l'pousse jusqu'à la sorte du Palais pour entrer dans la ville, et la découvrir grouillante de vie. Ca dort jamais - ou rarement - sur l'île, et c'est une chose que t'aime énormément. « C'est parce que t'es gardien qu'tu dois ressemble à un croque-mort... AH ! Croque-mort - ca t'vas plutôt bien en fait, tu trouve pas ? »

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mer 28 Mar - 17:31

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je quittais le salon, la tête pleine d’informations. J’avais dû mal à tout ranger correctement, mais chaque information était encrée dans ma mémoire. À force d’espionner, d’observer, retenir des ordres, des instructions, des informations capitales, mon cerveau avait pris l’habitude de retenir en un rien de temps et de ne jamais oublier par-dessus le marché. Marchant tranquillement dans les couloirs, je réfléchissais activement à tout cela, pesant à la fois le pour, le contre, travaillant mes hypothèses et raisonnements, éliminant certaines choses. Le cerveau était une machine incroyable, et même si l’idée de tout poser sur papier pouvait me traverser l’esprit, je ne devais surtout ne pas laisser des informations à la portée de n’importe qui. Mes méninges devaient donc travailler et elles le faisaient depuis quelques siècles, donc ce n’était qu’un travail quotidien pour elles. Quelque chose me dérangeait dans mes pensées, mais impossible de savoir quoi. Je passais une main dans mes cheveux, les mettant clairement en bataille. J’aurais peut-être dû boire un verre de sang de plus.
Soudain, la voix de Malaki me sortit de mes pensées et ma tête se tourna vers lui.

« Quoi ? arrivai-je à sortir alors qu’il attrapa mon bras, bien décidé à faire du shopping. Qu’est-ce qu’elle a ma garde-robe ? »

Je regardai ma tenue : pantalon légèrement large avec plusieurs poches sur les jambes, rangers, tee-shirt plus ou moins moulant et ceinture en cuir, le tout noir. Quel était le problème ? J’étais à l’aise, dans le confort et discret. D’autant plus que mon pantalon était super pratique pour que je planque des informations ou divers gadgets.
Je grimaçais en levant les yeux au ciel. Il exagérait quand même…

« Je mets une chemise lorsque je suis au Heaven, rétorquai-je. »

Ca faisait un peu plus pro. Ou plutôt, ça faisait plus patron. Parce que même si j’étais habillé comme un gardien, j’avais aussi la tenue pour être un videur. Comment un simple bout de vêtement pouvait-il faire la différence d’ailleurs ?
Je ricanai à la remarque de Malaki. Il était vrai que les gardiens ne portaient pas vraiment de couleurs, mais encore moins les espions. Il fallait que l’on se fonde dans la masse, qu’on ne soit pas remarqué et par qui que ce soit, humains ou vampires. Malaki ne tiendrait pas deux secondes avec ma tenue et cela me fit sourire en coin. Cependant, je ne savais pas si je pouvais porter ce qu’il portait. Ce n’était pas parce que son style lui allait parfaitement bien que c’était le cas pour moi ou pour n’importe qui d’autre en fait.

« Ce n’est pas avec quelques paillettes que tu vas changer ça. D’ailleurs, pourquoi devrais-je te dire “oui” alors que je trouve ma garde-robe très bien ? demandai-je intéressé. »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 1 Avr - 18:54

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Gabriel, c'est le vampire que tu connais depuis toujours. Lorsque t'es arrivé à Haima, âgé d'sept ans, tu savais pas grand chose du monde. Tu venais de quitter ta famille - qui était tout ce que tu connaissais - et t'étais encore un gamin. Timide, discret, silencieux - t'as été pris sous l'aile d'Elysium qui t'as donné une éducation digne d'un Seigneur. T'étais cultivé, intelligent, curieux - mais t'avais pas d'qualité sociale. T'étais pas doué pour te faire des amis, parce que le reste du monde t'impressionné. Et du reste, t'étais un rêveur, passant plus de temps à regarder l'héritier - trouvant Araël déjà fascinant - plutôt qu'à passer du temps dans les jardins ou les soirées avec les autres nobles. Puis t'as croisé Gabriel, un soir, et passé l'temps de la soirée à discuter avec lui. Il a été ton premier ami, devinant tes sentiments pour l'Empereur, et t'faisant entendre raison plus d'une fois. Tu l'aime - t'peux pas le cacher, et t'as dans la tête qu'entre vous c'est une histoire d'éternité. Pour l'éternité.
Mais - dieu - que cet homme est incapable de faire preuve de gout en matière de style. T'y faisais pas attention avant - parce que même toi t'y faisais pas tant attention. Mais aujourd'hui. Vous êtes les patrons de la boite la plus populaire de l'île, alors il peut pas garder ce style morne. Noir, noir, noir. Pour un homme si séduisant tu trouve que c'est bien dommage.
« Qu’est-ce qu’elle a ma garde-robe ? » T'arque un sourcil vers lui, l'air pour le moins perplexe - plus que perplexe encore. Faisant un geste vers sa tenue - pour l'moins simple et triste - tu remonte sur son visage, espérant y voir une lueur d'réalisation. Mais rien - il t'fixe avec son air indifférent qui t'fait souffler et lever les yeux au ciel. « Sérieusement ? T'es comme ces personnages d'dessins animés qui ont cent tenus identiques. »  Qu'tu grogne comme si c'était une raison suffisante à ta décision de lui faire prendre le chemin du centre ville d'Haima. Et de faire du shopping en sa compagnie.

T'sais qu'il aime pas cela - de toute façon pas grand monde peut supporter une séance de shopping avec toi, comme tu sais pas t'arrêter quand tu commence. Tu tente d'le convaincre tout ce même qu'il en a besoin bien qu'en réalité dans ta tête le convaincre est inutile : c'est une évidence. Même au Heaven, il ne peut pas paraitre si terne.
« Je mets une chemise lorsque je suis au Heaven » Une fois encore tu le fixe avec un air presque attendri - comme il est mignon à vouloir s'justifier d'avoir une conscience professionnel. Tu lui tapote la joue pour l'en féliciter, avant d'inspirer profondément. « Noir, la majorité bien temps. Bien que tu portais cette magnifique chemise... Bleue nuit, il y a trois jours ? »  Dis-tu avec l'air de celui qui en pense pas un mot - il est un cas désespéré, et t'es persuadé que sans toi, personne le remarquerait au Heaven. A côté d'toi, de toute façon, tout le monde est bien moins flamboyant. C'pas une raison, cependant, pour ne pas essayer, au moins. D'autant qu'il mérite bien mieux que ces tenues... « Ce n’est pas avec quelques paillettes que tu vas changer ça. D’ailleurs, pourquoi devrais-je te dire “oui” alors que je trouve ma garde-robe très bien ?  »
« T'as eut l'impression d'avoir le choix ? » Demandes-tu avec un sourire qui a rien d'innocent sur le visage. Tu l'garde toujours contre toi, avant de le faire entrer dans la première boutique qui croise votre chemin. « Et tu serais sans doute adorable avec des paillettes, darling, mais tu les mérites pas. Les paillettes se méritent. » Qu'tu décides, passant une main dans tes cheveux qui en sont couverts - t'aime à en mettre. Parfois trop. Vraiment trop.
« Alors, commençons par t'choisir quelques couleurs. Tu serais mignon en rouge - mais c'est un grand classique. Peut être... Du violet ? Ou du orange. » 


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Lun 2 Avr - 20:48

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je ne pouvais pas m’en empêcher, je pouffais, étirant grandement ma bouche avec un sourire amusé. Ce sourire où je montrais mes dents. Malaki exagérait vraiment, mais je l’adorais comme ça.

« Non, toutes mes tenues tiennent dans un sac, avouai-je le plus naturellement du monde. J’ai acheté un costume une fois, mais depuis, il prend la poussière dans sa housse. Je ressemble à un pingouin dedans. »

Je le pensais réellement. Je trouvais que j’avais l’air totalement ridicule avec ce genre de vêtements et ce n’était pas dans mon job de gardien que j’en mettais. Autant pour le côté espion, ça m’était arrivé de me mettre sur mon trente-et-un, mais je pouvais compter le nombre de fois où ça m’était arrivé et rien que sur une seule main ! Hors de question que je dépense de l’argent dans un truc qui prendra de nouveau la poussière ! C’était aussi pour cette raison que j’avais quatre pantalons, huit tee-shirts et ma fidèle veste en cuir et mes rangers. Ah ! Et deux chemises pour ne pas mettre deux fois la même chemise si je devais être au Heaven. Je n’avais pas besoin de plus. J’avais l’essentiel et je n’achetais que pour remplacer quelque chose de trop abîmé ou de foutu. J’acquiesçai, souriant en coin.

« Une noire et une bleu nuit, en effet. Tu vois que je mets de la couleur ! »

Je savais que ça le ferait une fois de plus lever les yeux au ciel, mais j’adorais le taquiner. Surtout, lorsque le sujet était le shopping, il était expert en la matière et j’étais pour lui un mannequin à rhabiller. Le jeu devait être forcément amusant.

« T'as eut l'impression d'avoir le choix ?
- Maintenant que tu le dis, c’est vrai que c’était idiot de ma part
, ricanai-je. »

Nous entrâmes dans une boutique et le moins que l’on puisse dire, c’était que je voulais immédiatement en sortir. Déjà, il faisait beaucoup trop chaud. Ensuite, il y avait beaucoup trop de couleur partout. Mes yeux allaient et venaient pour tenter de trouver quelque chose de “normal”, mais rien en vue. J’expirai lentement, me disant que j’aurais peut-être dû inventer une excuse avant de laisser Malaki m’entraîner dans son idée saugrenue.
Me tournant vers mon meilleur ami, je croisai les bras, peu motivé à porter du orange.

« Rien de flashy et tu peux oublier le orange, dis-je avec une légère grimace. »

Je n’avais pas envie d’être non plus de mauvaise humeur avec lui, c’était quand même mon meilleur ami et peut-être la seule personne à penser à moi sur cette planète. Ma tête se tourna vers une autre rangée de vêtement et j’en sortis une chemise en jean foncée, pile ma taille. Ne sachant pas vraiment comment m’y prendre, je mis la chemise contre mon torse et me tournai vers Malaki.

« Qu’en penses-tu ? »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Lun 2 Avr - 23:19

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


T'étais discret auparavant - même si t'as toujours aimé les belles tenues. Tu portais pas tant de couleurs, et encore moins les paillettes que tu affectionnes tant aujourd'hui. Tu as toujours de la place pour un grand dressing que t'as jamais connu vite - autant de pantalon, que de robe de chambres, chemises, ou haut de grands couturiers. Et des chaussures - t'adore cela. Chaussures de toute forme, et toute couleur - avec des talons parfois que tu porte pour tes soirées à thème. T'sais que ca te fait un corps divin, et t'sais que personne ne peut te résister. Après tout, ce qui compte c'est que tu t'assume toi dans ton corps de diva - l'reste suit, et en ignorant les remarques parfois désobligeante tu t'assurer de t'aimer qu'importe ce que tu peux porter. T'sais pourtant qu'il est impossible d'espérer voir Gabriel devenir aussi exubérant qu'toi.
« Non, toutes mes tenues tiennent dans un sac. J’ai acheté un costume une fois, mais depuis, il prend la poussière dans sa housse. Je ressemble à un pingouin dedans. » Tu soupires, secouant la tête avec un air dramatique. Tu peux pas imaginer partir en voyage sans t'porter au moins deux valises, et t'es pas sure qu'il en existe assez - des valises - pour porter l'ensemble de tes affaires aujourd'hui. C'est à peine exagéré, mais comme tu t'rends dans les défilés aujourd'hui, tu sais aussi que t'en reviens jamais les mains vides. Et ton placard te le faire bien sentir. « Le plus mignon des pingouins sans doute. Et personne avec un corps comme le tiens ne peut être ridicule dans un costume. » Assure-tu en montrant son corps sculpté dans le marbre. L'entrainement de gardien en a fait un dieu vivant d'ton meilleur ami - et t'sais que tu peux bien être mignon, tu lui arrives pas à la cheville au niveau d'sa virilité. Il est beau, c'est indéniable.
Mais ses tenues t'rendent dingue, parce qu'elles cachent plus qu'elle l'montre. Et même s'il tente de se défendre, tu sais que c'est perdu d'avance - pour lui, pas pour toi. Toi t'fais preuve de sarcasme, le félicitant presque de penser que le bleu nuit est une couleur acceptable.
« Une noire et une bleu nuit, en effet. Tu vois que je mets de la couleur ! » « Je vais peut être t'offrir une médaille tout compte fait. » Qu'tu rétorque en levant les yeux au ciel, une fois encore - et il est sans doute trop fier de lui de pouvoir deviner tes réactions. Tu le sais, parce qu'il a son sourire moqueur sur la gueule. Celui qui veut dire qu'il sait à quoi s'attendre, mais qu'il se battra pas contre toi.

Peut être parce qu'il sait que c'est un combat perdu d'avance.
Soudainement il pense qu'il a d'quoi s'enfuir, mais tu lui laisse pas d'échappatoire. Tu t'ennuis, et t'as envie de passer ce temps à ses côtés. D'autant que si tu t'inquiète pas un peu pour lui, et qu'tu prends pas soin d'ton beau Gabriel, t'sais pas qui le fera à ta place. Cet homme se tuera à la tâche, et comme il est immortel, la mort sera longue à venir.
« Maintenant que tu le dis, c’est vrai que c’était idiot de ma part, » T'souris, et lui pose un baiser sur la joue qui claque pour l'féliciter d'avoir fait preuve d'retour à la raison. « J'te pardonne ce moment d'égarement, on le mettra sur le compte de la fatigue. » Qu'tu décides avant de le tirer dans la première boutique que vous croisez et d'ignorer le regard paniqué de Gabriel dans les alentours. Toi, t'fais déjà ton chemin entre les allers, trouvant de quoi le rhabiller avec plus de mode et d'élégance - ou peut être pas. T'veux juste réussir à lui faire porter de la couleur.
« Rien de flashy et tu peux oublier le orange. » Soupirant lourdement, tu continue tes recherches quand t'es surpris de le voir qui fait son chemin aussi dans les allers. Tu trouves finalement un haut d'couleurs violets avec des arabesques - qui t'plait sans nul doute - mais que tu t'donne le défis de lui faire essayer (sans doute pourras-tu avoir un magnifique fond d'écran si en plus tu réussis à avoir une photo) et une veste Dolce Gabbana noire, avec d'beaux motifs argentées brodées.

Sauf que lorsque tu te retourne pour lui montrer tes trouvailles tu le vois avec une veste en jean. En jean. « Qu’en penses-tu ? » tu lui offre un sourire attendri, avant de t'avancer, prenant la veste pour l'échanger avec les deux hauts que tu lui fourres dans les mains. « Très à la mode... Dans les années 90. »  Dis-tu avant de reposer la veste en jean sur le portant, et de le pousser vers les cabines qui s'trouvent à l'autre bout du magasin. « Laisse moi faire, Sweet Pea , et essaie ca plutôt. »  Dis-tu lui en ouvrant le rideau d'la cabine pour l'inciter à s'y rendre sans rechigner.
« Tu vas être à tombé, j'en suis sûr ! »


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 3 Avr - 12:00

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je souris malicieusement face à l’air désespéré de mon meilleur ami. Son soupir en disait long, mais son expression m’amusait encore plus. Finalement, peut-être que j’étais un peu trop pessimiste. Cette soirée n’allait peut-être pas si mal se passer que cela. Je pouvais embêter mon meilleur ami, c’était toujours mieux que faire des tours de garde ou de la paperasse.
Je détournai le regard pour éviter de rougir au compliment. Je n’avais pas spécialement l’habitude et pourtant, Malaki m’en disait. C’était peut-être le seul d’ailleurs. La plupart du temps, on me complimentait sur mon travail fait impeccablement ou sur mes performances sexuelles. Autant dire que pour le deuxième point, je n’avais pas besoin qu’on gonfle ma fierté puisque je savais très bien m’y prendre. À quoi ça servait d’être un vampire si on restait l’éternité à ne pas savoir bien coucher avec quelqu’un, peu importe le sexe ? C’était assez déprimant quand même, non ?

« Même si nous sommes proches, tu ne m’as jamais vu sans haut il me semble, non ? questionnai-je avec un sourire en coin. »

J’avais peut-être la mémoire qui flanchait, mais s’il m’avait vu torse nu, la soirée avait dû être pas mal arrosée. Je tenais l’alcool, mais lorsque je me mettais une cuite, j’y allais généralement franco, question de me rappeler que je n’aimais pas le lendemain… C’était vraiment rare de me voir dans cet état.
Mon meilleur ami m’embrassa bruyamment la joue, alors que je prenais conscience de ce qu’il se passait. Je ricanai à sa remarque, sans pour autant répliquer. Je passais l’un de mes bras sur ses épaules et le serrais un peu contre moi, récoltant quelques paillettes de ses cheveux au passage. Si je devais avoir un frère, Malaki serait le frère idéal pour moi.

Finalement, nous entrâmes dans une boutique. Autant je grimaçais et lui avouais qu’il était hors de question que je mette quoi que ce soit de flashy ou de orange comme il venait de me le suggérer, autant je mis un peu du mien en m'engageant dans une allée. Il y avait vraiment beaucoup trop de couleurs et j’avais un peu peur de ce que Malaki voulait me faire essayer, parce que je ne doutais pas un seul instant qu’il trouverait quelque chose à me faire porter dans cette boutique. Je vis une chemise en jean foncée, attrapais ma taille et me tournais vers mon meilleur ami pour lui montrer. Cependant, sa réaction me laissa assez pantois, surtout qu’il me mit des trucs dans les mains et que j’atterris dans une cabine d’essayage avant d’avoir même fini cette phrase.

« Sweat Pea ? articulai-je en haussant un sourcil. »

C’était bien la seule chose qui m’avait interpellé. Je posais les deux cintres sur les portes-vêtements muraux et refermais le rideau. J’inspirai un grand coup avant de quitter ma veste pour l’accrocher et passer mon tee-shirt par-dessus ma tête, me mettant torse nu. Je pris le haut violet étrange, avec des arabesques bizarres, l’enfilais et ajoutais la veste par-dessus. J’étais ridicule.

« Mala, j’ai l’air d’un idiot, lui dis-je. Toi ça peut t’aller, mais moi, on dirait que je sors de … de … de je ne sais quoi d’ailleurs ! »

Il faut dire qu’il ne fallait pas être Einstein pour voir à quel point mes ranges et mon pantalon de combat noir contrastaient magnifiquement bien avec les hauts. Qu’avais-je dis déjà ? Que cette soirée n’allait pas si mal se passer que ça ? Hm, j’avais vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué surtout ! Avant que Malaki n’ouvre le rideau pour voir, je le bloquais, ne voulant pas qu’il voie puérilement cette horreur.

« Laisse tomber ! Je retire ! Mieux n'vaut pas que tu vois ça ! »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 3 Avr - 23:04

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


T'étais pas si proche de ta famille, alors qu'à l'âge de sept ans t'as été mis au service d'Elysium Lightwood. Tu peux pas prétendre n'avoir plus eut de contact avec tes parents, mais t'es pas proche d'eux. T'es certain qu'ils ne savent rien de toi, et qu'ils seraient pas fichus de te reconnaitre s'ils devaient revenir sur Haima. T'sais qu'ils travaillent pour les Lightwood, à leur niveau, mais tu veux pas en savoir plus non plus. T'as une famille, que tu pense lointaine. Puis t'as celle que t'as choisi d'te faire sur l'île. Et Gabriel est assurément tout pour toi - dans cette famille étrange, il tient l'rôle de père, de mère, de frère, et d'jumeau - t'sais pas trop. Il t'empêche de te ridiculiser - ou il essaie de t'en empêcher - et il prend soin d'toi quand t'as le coeur en miettes. Il t'rappelle toujours d'pas faire d'erreurs, encore, et il est là. Il est là - c'tout ce que t'as besoin de savoir pour être certains qu'il est l'meilleur de tous.
« Même si nous sommes proches, tu ne m’as jamais vu sans haut il me semble, non ? » Tu fais une grimace outrée - avant d'porter ta main sur ta poitrine dans une parfaite scène dramatique. « Aurais-tu donc oublier mon cinq-centième anniversaire? Cela dit ca ne m'étonnerait pas. Nous avions cet cocktail étrange mêlant plasma et alcool de vie - une chose atroce, et enflammée. Qui t'as enflammé. » Tu souris au souvenir, bien qu'il reste flou pour toi - et t'es presque certain qu'il est inexistant pour ton meilleur ami. Dans l'état où il se trouvait, si loin d'être lui-même, ca t'étonnerait pas. T'as même couché dans son lit, c'soir là, pour être sûr qu'personne d'autre viendrait abuser d'son état. Et tu l'as pas quitté, pas même le lendemain quand il grognait après toi en clamant que t'étais irresponsable, et la cause d'ses ennuis. « T'as montré assez d'peaux pour alimenter mes fantasmes durant des siècles. » Qu'tu rajoute en lui offrant un clin d'oeil.

Et c'comme ca que tu la menais jusqu'au magasin, l'trainant en appréciant la proximité entre vous. C'est facile, et sans ambiguité - comme t'sais qu'il t'aime pas comme ca, et qu'il est conscient que tu l'aime pas non plus d'la sorte. Alors tu peux juste profiter de lui pourrir la vie, et t'sais qu'il en sera heureux quand même. C'est comme ca que tu le pousse jusqu'aux cabines en refusant ses propositions d'vêtements d'un geste de la main.
« Sweat Pea ? » C'tout ce que tu entends avant de le mettre dans la cabine, bien que tu reste juste dehors pour continuer votre conversation, comme si c'était une chose naturelle. « T'aime pas ? Tu préfère... Bulble Love, ou Little Cactus ? » Qu'tu demande en feignant d'y réfléchir pour de vrai. Sauf que tu sais qu'il est pas si fan des surnoms, et que tu écouteras pas ses plaintes les concernant. T'attends un moment, fixant tes ongles qu'tu vas sans doute finir par peindre - ca t'fait bizarre de les avoir sans couleur, et ca fait bien longtemps que tu t'as pas pu t'occuper de cela.
« Mala, j’ai l’air d’un idiot. Toi ça peut t’aller, mais moi, on dirait que je sors de … de … de je ne sais quoi d’ailleurs ! » Tu sursaute, avant de vouloir ouvrir la cabine, prenant ton portable de l'autre main. Mais t'arrive pas à ouvrir le rideau - comme Gabriel t'empêche de l'ouvrir. Fuck. « Laisse tomber ! Je retire ! Mieux n'vaut pas que tu vois ça ! »
« J'laisse rien tomber ! Laisse moi juger, comme tu y connais rien, j'suis sûr que t'es parfait ! » Tu rage en continuant d'tirer sur le rideau, essayant de te convaincre que tu vas pouvoir avoir cette foutue photo.
( oui -- Malaki arrive à ouvrir le rideau et prend sa photo
non -- il peut pas, Gabriel est trop rapide pour s'déshabiller, et il aura pas son beau fond d'écran)
Mais c'est peine perdu, t'sais que Gabriel est plus fort que toi, et t'entends déjà l'bruit du vêtement qui est ôté. Alors t'arrête de te battre et croise plutôt les bras sur ta poitrine. « Tu manque de fun. Peu importe - j'veux te voir dans la veste ! » 

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 


Dernière édition par H. Malaki Hiroaki le Mar 3 Avr - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je suis un petit nouveau, aimez-moi !


Emploi : Vous divertir, vous amusez, vous tyranniser.
Messages : 198
Date d'inscription : 08/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 3 Avr - 23:04

Le membre 'H. Malaki Hiroaki' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'oui/non' :

_________________
imagine deamon
Votez toutes les deux heures



« Malheureux, tu songes encore à combattre ? [...] Scylla n’est pas mortelle ; c’est un monstre cruel, terrible, inattaquable ! »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Sam 7 Avr - 12:16

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
J’aurais préféré oublier cet anniversaire… J’en avais oublié une partie d’ailleurs. Autant Malaki se mettait nu lorsqu’il avait trop bu, autant je perdais vite la mémoire sur les événements. Heureusement, il me semblait que j’avais encore mon boxer sur les fesses, mais quand même ! Me réveiller à côté de mon meilleur ami aussi peu habillé, ça faisait flipper ! Pas dans le sens que Malaki n’était pas un beau gosse au sex-appeal assumé, mais c’était mon meilleur ami, mon frère. Même si j’avais déjà eu des conquêtes masculines dans mon lit, jamais je n’avais été attiré par lui. J’éprouvais beaucoup trop d’amour fraternel pour lui. Comme quoi, ce n’était pas parce qu’on était bisexuel que l’on sautait sur tout ce qui bougeait ! L’exception était peut-être cet obsédé de Zero…

« Malgré moi, j’ai oublié pas mal de détails de cette soirée, lui avouai-je en souriant en coin avant de ricaner à sa remarque. »

À peine quelques minutes dans la boutique, Malaki me poussa dans une cabine d’essayage avec une chemise et une veste. Alors que je retirais ma veste en cuir puis, mon tee-shirt, je m’exclamai, interrogateur, sur le surnom. c’était le petit pêché mignon de mon frère de cœur, mais qui étais-je pour lui retirer ce plaisir ? Surtout que la plupart du temps, je m’en amusais tout autant que lui.

« C’est sur que je ressemble plus à un cactus que toi ! Mais je te rappelle que je suis plus grand que toi. »

J’enfilais la chemise, tout en l’écoutant, mais ce n’est que lorsque je mis la veste sur mes épaules que je pris le temps de regarder le miroir. Bordel. J’étais ridicule ! Les hauts contrastaient tellement avec mon pantalon et mes chaussures que je grimaçai. Avant que Malaki n’est pu ouvrir le rideau avec mes exclamations indignées, je bloquai le tissu pour ne pas qu’il me voit comme ça. Je voulais bien beaucoup de choses de sa part, mais me montrer comme ça, pas du tout !

« Ok, je te montre… mais trouve-moi un pantalon alors. »

C’était pour gagner du temps, mais je savais que ça allait marcher à cent pour cent. Je relâchai peu à peu le rideau et retirai la veste, la chemise et remis mon tee-shirt. J’enfilai de nouveau la veste pour lui faire plaisir et passais l’une de mes mains entre le rideau et la cloison sur le côté pour attraper le pantalon. Je l’accrochai avant de retirer mes rangers et mon pantalon pour enfiler ce que mon meilleur ami m’avait trouvé. J’eus un peu de mal à l’enfiler, fronçant les sourcils.

« Mala… Je ne suis pas aussi fin que toi… »

Bordel. C’était super serré ce truc ! Lorsque je finis de le boutonner, mon boxer dépassait et je me demandais s’il ne fallait pas carrément que je le retire pour que le pantalon remonte au lieu d’être au milieu de mes fesses. L’enlevant, je retirais également mon sous-vêtement, l’accrochant derrière ma veste et remis le pantalon. Il était déjà un peu plus détendu, mais ça je changeait rien au problème ! Il mettait clairement ma chute de reins en avant et il était beaucoup trop bas ! À tel point qu’on voyait que la fine ligne de poil qui débutait de mon nombril rejoignait un amas de poil. Si je déboutonnai le bouton, on voyait clairement le début de mon sexe.

« Mala… Tu veux me faire passer pour un gay ou quoi ? »

Je n'étais pas homophobe ni rien, mais j'étais du genre discret. Dans cette tenue, ce n'était tout simplement pas le cas. Je me tournai de profil, regardant mes fesses musclées comprimées, me donnant un petit cul et une chute de reins indécente. Je grimaçai… oubliant mes réflexes pour ne pas que le rideau s’ouvre...

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 8 Avr - 15:56

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Tu étais un être discret, timide, gentil - c'était un fait. Cela dit t'as aussi toujours eut un grain d'folie, et une faiblesse pour le drame et les paillettes. Ca fait longtemps que t'en portes, bien qu'auparavant t'étais plus sombres dans tes choix d'couleurs. Moins flamboyants, comme t'aimer pas avoir le regard des autres sur toi. Sauf lors de ton anniversaire - c'était une journée qui t'étais dédiée, alors tu voyais pas de raison de t'empêcher d'être égocentrique ce jour-là. Et si t'as toujours aimé faire la fête, c'était une occasion d'la faire à l'excès. Quitte à mettre ton meilleur ami dans l'embarras - pas qu'il ait besoin de toi pour s'retrouver dans des situations parfois désagréables, et t'sais qu'il l'avouera jamais. C'est une révolté dans son esprit, mais qui aime se donner cet air de garçon loyal et droit - pas qu'il le soit pas, mais c'une infime part de qui est Gabriel et tu l'sais. « Malgré moi, j’ai oublié pas mal de détails de cette soirée » « J'crois que t'es plutôt soulagé de cela. » Dis-tu avec un rire dans la voix, sachant qu'il t'en voudrait sans doute encore si c'était le cas contraire. Ou peut être pas - il semble pas capable de te tenir responsable d'ses frasques même si c'était avec toi. Il t'pardonne tout, peut être parce que tu lui fous un peu d'rayon de délires dans sa vie trop calme. T'sais pas - tu vas pas t'en plaindre cependant. Parce que toi aussi tu veux garder Gabriel dans ta vie pour longtemps encore.

« C’est sur que je ressemble plus à un cactus que toi ! Mais je te rappelle que je suis plus grand que toi. » « T'es bien plus piquant surtout ! » Qu'tu lâche dans un rire extatique - alors qu'il s'trouve dans la cabine à essayer les vêtements que t'as essayé pour lui. Tu veux l'voir dans le haut violet mais il s'bat contre toi et comme il est plus musclé tu sais qu'il va gagner. Ca t'empêche pas de bouder, l'avisant que tu veux le voir dans la veste argentée. T'es un gamin, mais t'assume c'côté là. T'aime bien trop l'savoir qui sourit quand il lève les yeux au ciel à ta comédie. « Ok, je te montre… mais trouve-moi un pantalon alors. » Sautillant tu t'en vas dans les allés rapidement, sachant où s'trouvent les pantalons. T'es pas long à trouver ce que tu veux - un bas gris foncé en cuir serré - d'ceux que tu as appris à aimer mettre quand t'as découvert Zero et l'Italie. A présent tu t'en passe rarement, et tu doute pas qu'avec son physique, Gabriel ferait des envies avec ca. T'veux qu'il s'fasse désirer - il l'mérite. Et un peu d'compagnie nocturne ferait pas d'mal à son humeur. Alors tu prends l'pantalon pour lui filer à travers le rideau, et t'attends de l'autre côté avec les bras croisés, prêt à l'voir sortir dans son nouvel attirail.
« Mala… Je ne suis pas aussi fin que toi… » « Je t'en pries - t'es juste plus musclé peut être. » Dis-tu avec un mouvement d'la main qu'il peut pas voir - sauf que ca tu t'en rends compte après coup. « J'suis sure que t'es p'tites fesses trouveront leur place là-dedans, alors arrête de râler. » Tu doute pas sur sa taille, et tu veux l'voir - tu sais que c'est osé, trop pour lui. Mais assurément tu veux qu'il s'fasse un peu d'bien, et s'montre sous son beau jour.

T'laisse les secondes flotter et soudainement y a plus d'bruit de tissu de l'autre côté. Alors tu sais qu'il est prêt.
« Mala… Tu veux me faire passer pour un gay ou quoi ? » Levant les yeux au ciel t'ouvre le rideau sans plus de cérémonie et t'avise un cul parfait, qui t'fait lâcher une exclamation d'surprise. Fuck - t'savais ton meilleur ami canon, mais pas à c'point. « Assurément, n'importe qui voudrait t'refaire le cul avec ce froc. » T'parle gras, avant d'lâcher un rire, et d'le prendre par les épaules pour l'tourner vers toi - t'lâche un gémissement d'appréciation, sautillant sur place - avant d'aviser son entre-jambe qui s'fait bien deviner. Parfait - parfait. « Assume que t'aime autant les garçons qu'les filles, Gab, on l'sait tous les deux. Et j'crois pas qu'une demoiselle dirait non à toi dans cette tenue. En vrai - j'pense que tu aurais pas d'mal à trouver d'la compagnie à la pelle. » Dis-tu avec un grand sourire sur le visage. « Qui aurait deviné que t'étais si sexy ? Même moi tu m'ferais craquer !... ok. Peut être pas. »  Avoue-tu avec ton enthousiasme - avant d'décider qu'il le veuille ou non vous l'prendrait cela. Puis - puis tu t'dis que tu peux le torturer encore un peu.
« Ôte tout cela on les bras - puis la veste t'as pas essayé. Oh et j'vais te trouver d'beaux t-shirts, ou plus de pantalons. Promis qui seront moins serrés. Mais j'veux te voir dans celui-là au Heaven demain soir. » 


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 10 Avr - 15:20

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je ne pouvais qu’acquiescer à sa remarque. Oui, j’étais quand même bien content de ne pas me souvenir de tout, car ça m’évitait un sentiment de culpabilité. Ou pire, de honte. Oui, c’était bien pire que d’avoir de la culpabilité, chose dont j’avais rarement éprouvé, assumant mes choix.

« On parle toujours de poil ou de caractère ? »

Je lâchai un rire en entendant le sien. Ca partait en sucette, mais je ne pouvais pas nier que ça me faisait plaisir. Ca me soulageait. Je me rendis compte que j’avais vraiment besoin de détente et que mon meilleur ami était bien la seule personne à s’en rendre compte avant moi. Mais c’était aussi la personne qui arrivait à trouver des vêtements improbables à mon plus grand désarroi. Pour gagner du temps, je lui lançais un petit défi et remis mon tee-shirt pour être plus à l’aise. J’enfilais ensuite la veste avec laquelle il voulait me voir, pour lui faire plaisir et me saisit du pantalon. Il était en cuir, gris foncé, assez sympa, je devais avouer, mais pas du tout à ma taille ! J’enlevais mon boxer pour pouvoir le porter correctement et le moins que l’on pouvait dire, c’était que j’étais très très serré.
Perdu, et un peu choqué par le pantalon taille basse - vraiment basse -, j’en oubliais mes réflexes et le rideau s’ouvrit. Je lançais un regard en coin à Malaki, tourné à moitié vers lui.

« Mais j’assume Mala, répondis-je presque en soupirant. Mais que ça soit une femme ou un homme, je ne peux même pas bander dans ce pantalon tellement il me comprime la bite et les couilles ! »

Au Diable, les bonnes manières ! Je n’en avais jamais eu de toute façon. Je parlais franchement, parfois même crûment, mais au moins, on ne tournait pas autour du pot pendant trente ans. Les choses étaient claires et nettes. Dans le cas présent, je me demandais sincèrement si j’allais pouvoir le retirer, car j’avais la sensation que le pantalon était vivant et qu’il ne voulait faire qu’un avec ma peau.

« Impossible, on est trop fraternel pour avoir une relation incestueuse. »

Je souris en coin. C’était la pure vérité. On aurait pu, peut-être, il y a quelques siècles, au début de notre amitié, peut-être… Ou pas. Je crois que jamais je n’avais eu de désir sexuel pour Malaki, même s’il était très beau et qu’il pouvait avoir n’importe qui avec sa personnalité adorable, gentille et espiègle, mais c’était mon frère de cœur. Mon meilleur ami. Le seul sur qui je pouvais compter dans n’importe quelle situation, même si je savais que je ne l’embarquerais jamais dans mes histoires. Même si c’était mon meilleur ami, ce n’était pas un soldat.
Mon sourire s’élargit. Il était vrai que j’avais été pas mal occupé ces derniers temps, à tel point que je ne me souvenais plus de mon dernier rendez-vous… Grimaçant rapidement, je capitulais.

« Ok, je prends la veste et le pantalon, fis-je en retirant ladite veste pour la remettre sur cintre. Et ça me va pour les tee-shirts et s’il te plaît, des pantalons un peu moins serrés et taille basse. Si je m’assois avec ce pantalon, j’ai le cul à l’air ! »

Je refermais le rideau et me rhabillais avec mon pantalon, mes rangers et ma veste en cuir. Je me sentais mieux malgré tout. Attrapant le pantalon et la veste, je me rendis à la caisse et payais les articles.

« Tu comptes faire combien de boutiques d’ailleurs ? demandai-je à Malaki. Parce qu’il me faudra peut-être un deuxième sac à ce rythme. »

Je ricanai à ma remarque. Les armoires et moi, ça faisait deux. Mais j’étais toujours prêt pour partir, pour une mission en dehors d’Haima et je n’avais pas l’habitude de perdre du temps en organisation.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 10 Avr - 19:43

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


« On parle toujours de poil ou de caractère ? » « Quand est-ce qu'on a parler de poil ? » Tu souris derrière ta question, sentant la joie que t'éprouve toujours quand tu trouve un moment pour être avec Gabriel. C'est pas toujours simple - entre vos rôles respectifs auprès de la couronne, et votre Heaven - l'paradis Artificiel qu'vous avez ouvert à vos deux noms - les instants pour n'être que vous deux deviennent rares à mesures des années. Mais tu les savoure toujours autant - sans doute même plus depuis l'apparition de la société de consommation, et de la multiplication des magasins. T'aime à les faire avec Gabriel, parce que tu sais que sans cela il ne les fait jamais. Et un t-shirt n'est pas éternel - t'as beau essayer de le lui expliquer, il est toujours du genre à prendre le premier qui passe sans faire plus attention. Fort heureusement il t'a toi - t'es comme un petit frère salement agaçant mais qu'on adore quand même. Alors tu fais en sorte d'être adoré plus encore en trouvant des vêtements qui lui permettent d'se rendre heureux - ou d'pousser les autres à l'vouloir heureux.

SAuf qu'il râle - pas que tu sois étonné - quand le pantalon que tu choisis lui fait un cul à se damner, et qu'il est constraint d'le porter bas. En même temps, ca se porte comme ca. Faire gay - l'expression t'laisse indifférent, tu t'sens pas vexé pour autant sachant qu'il l'est presque autant que toi. « Mais j’assume Mala. » Tu peux pas t'empêcher de sourire au surnom qu'il est l'seul à user pour toi - « Mais que ça soit une femme ou un homme, je ne peux même pas bander dans ce pantalon tellement il me comprime la bite et les couilles ! » Tu reste un moment sans voix, avant d'te mettre à rire comme un dément. T'adore l'entendre parler d'la sorte - t'sais qu'il peut pas se lacher avec l'Moldovan qui est si coincé du cul, mais avec toi ca a jamais été un problème. « Ca t'fera une bonne excuse pour dégainer ta bite plus vite quand elle s'met au garde à vous alors. » Qu'tu réponds, sans trouver d'problème à cela. Les pantalons serrés sont ainsi faits qu'ils obligent à s'libérer rapidement après tout - c'pas un mal, bien au contraire.
Et qu'toi même tu pourrais lui faire du rentre-dedans. Ou pas - t'as beau remarqué qu'il est canon, tu vois avant tout un presque-frère pour toi, alors y a rien d'excitant chez lui. Et a sa grimace, il pense pareil que toi. « Impossible, on est trop fraternel pour avoir une relation incestueuse. » C'pas faux - alors tu passe à autre chose, l'obligeant à prendre ce que t'as décidé être parfait pour lui. ET t'sais qu'il est plus qu'heureux d'accepter - bien qu'il fasse sa tête blasée. « Ok, je prends la veste et le pantalon. Et ça me va pour les tee-shirts et s’il te plaît, des pantalons un peu moins serrés et taille basse. Si je m’assois avec ce pantalon, j’ai le cul à l’air ! » « J'note, j'note. Promis, j'en choisirais de plus confortable. »  Dis-tu en levant les yeux au ciel, alors que vous payez les achats de ton ami, et que tu perds pas de temps à le ramener hors de la boutique - finalement t'as bien envie de voir autre chose.

« Tu comptes faire combien de boutiques d’ailleurs ? » « Pourquoi, t'es attendu? » Qu'tu demande avec un sourire en coin - tu l'veux que pour toi ce jour-là, et t'as pas envie d'compter. Tu veux peut être le pousser à bout - pas volontairement, juste assez pour t'assurer qu'il aurait de quoi s'habiller pour l'année à venir. « Parce qu’il me faudra peut-être un deuxième sac à ce rythme. » « Peut être même une deuxième armoire quand j'en aurais terminé avec toi. » Assure-tu en frappant dans tes mains, l'faisant entrer dans un second lieu - moins coloré que le premier, il s'y trouve majoritairement des vêtements d'confort, ou de sport - avec un lieu pour les tenues de soirées. Plus lui - en somme - et t'espère qu'il appréciera ton choix. Parce que c'pas là que tu viens souvent toi. « J'veux que tu sois beau, tu vas pas t'plaindre. C'est pour moi cette fois - on va te trouver ces t-shirts, et un pantalon du coup pour faire baver sans qu'tu sois à poil. » 

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Sam 14 Avr - 19:19

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je riais, sans renchérir. Autant j’arrivais à me détendre en un rien de temps avec Malaki, autant il ne loupait jamais une occasion pour me faire rire. J’adorais cela chez lui. Ca n’en avait pas l’air, mais c’était compliqué de me faire décrocher un sourire. J’étais quelqu’un de très sérieux, assez froid avec les personnes que je ne connaissais pas et en qui je n’avais pas confiance. Ca ne laissait que très peu de personnes proches et avec qui je décrochais un sourire. Cependant, pas mal de changements se faisait chez les gardiens, de nouvelles têtes et j’étirais plus facilement les lèvres, taquinant à la première occasion. Il fallait bien que je m’amuse de temps à autre, non ? À défaut d’avoir autant de temps que certains vampires, je mélangeais pendant quelques brèves minutes, détente et boulot.

Finalement, dans la cabine d’essayage, je demandais à Malaki un pantalon. Mais il n’était vraiment pas à ma taille et cela me fit grimacer. Comment pouvais-tu me donner un truc comme ça ? Pour l’enfiler correctement, je dus retirer mon boxer, mais malgré ça, je le trouvais bien trop bas. Mes réflexions fusèrent, sans que je n’ai le moindre filtre et le moins que l’on puisse dire, c’était que j’amusais mon meilleur ami. Je levai les yeux à sa remarque, grimaçant. Vu comme j’étais serré, difficile de lever quoique ce soit ! Je refermais le rideau et me rhabillais puis, allais payer mes achats, soit la veste et le pantalon qui, je devais l’avouer, aller bien ensemble. Mieux valait demander quand même à Malaki, c’était lui l’expert et j’étais totalement novice. Ses coups d’œil m’avaient montré que j’étais totalement à côté de la plaque. C’était ça aussi être vampire, ne pas voir le temps défiler et ne pas suivre correctement la mode… même si j’en avais rien à secouer.

« Je peux mettre le pantalon avec cette veste ? demandai-je sincèrement en haussant un sourcil vers mon meilleur ami. Mais je vais mettre quoi sous la veste ? Et je mets quoi comme chaussure ? »

Nous quittâmes la boutique et je tendis, par réflexe, mon bras à mon frère de cœur pour qu’on soit bras dessus, bras dessous. C’était bien la seule personne avec qui j’avais ce réflexe. Avais-je déjà eu une relation longue d’ailleurs ? J’en doutais. Je chassais mes pensées, revenant au moment présent.

« J'ai déjà une armoire et elle est vide, avouai-je en jetant un coup d’œil à Malaki pour voir sa réaction, certainement désespéré. »

Certes, en étant gardien, j’avais le temps de m’installer, d’avoir un train-train, mais depuis que j’avais le statut d’espion, les choses avaient changé en un rien de temps et elles étaient restées telles quelles. Au moins, je n’avais pas besoin de chercher les choses, elles étaient toutes au même endroit ! Je souris en coin à cette pensée.
Nous entrâmes dans une nouvelle boutique, plus sport, plus confort, plus de choses que je pouvais facilement mettre en fait. D’un regard, je remerciai Malaki.

« Ne suis-je pas déjà beau ? le taquinai-je, souriant malicieusement en haussant les sourcils. »

Je m’engageais dans un rayon et observais les hauts sur les cintres. C’étaient des polos, parfois très simples, parfois avec une petite touche qui faisait la différence. Cependant, je préférais ne rien prendre. Je ne voulais pas que Malaki me fasse la même remarque qu’à la précédente boutique !

« Vois-tu quelque chose ? »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 15 Avr - 18:24

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Il faut pas beaucoup de temps à ton meilleur ami pour baisser les bras, et simplement te laisser faire. C'est toujours ainsi que cela se termine quand il s'agit de shopping, parce qu'il sait qu'il peut pas y échapper, et que tu sais qu'il est perdu - dans ce flot de vêtements il recherchera toujours du noir, du sombre, du sobre - une tristesse que tu veux pas souffrir plus longtemps. Tu comprends qu'il doive s'montrer discret, comme il joue les espions pour la couronne. Tu veux pas les détails de ses missions, préférant lui faire oublier c'pan de sa vie quand il est avec toi, pour avoir autre chose. Pour avoir une vie hors des rives d'Atlas et de son rôle de gardiens - t'veux pas qu'il s'y perde, pour ne plus être lui-même, et tu l'connais assez pour savoir qu'son caractère ne l'aide pas à être si populaire qu'il le mériterait. Tu connais pas d'meilleur vampire que lui, et sans Gabriel dans ta vie t'aurais mal tourné depuis longtemps - il t'a appris à être loyal, épris d'convictions, et de fidélité. Il t'a inculqué d'belles valeurs qui sont à présent ce que t'as de plus cher. Il t'a appris à aimer - à t'choisir une famille, plutôt qu'à subir le silence de la tienne. T'es heureux chaque fois que t'es avec plus - plus encore quand en souriant il t'prouve qu'il l'est autant d'être avec toi. « Je peux mettre le pantalon avec cette veste ? » Tu t'retourne, avant d'opiner, plutôt heureux qu'il soit pas contre l'idée. T'sais que tu le verras sans doute porter ces vêtements juste pour te faire plaisir - n'serait-ce qu'une fois - avant de les oublier au fond de son armoire comme ils sont trop flash, trop serrés, ou trop - trop. Trop toi, pas assez lui. Tu l'sais, tu connais ses excuses, mais ca t'empêche pas d'vouloir le reprendre avec toi pour lui trouver d'quoi l'habiller. « Mais je vais mettre quoi sous la veste ? Et je mets quoi comme chaussure ? » « Ecoute toi, on dirait que tu y prends gout finalement ! Alors soit, après les hauts, on verra les chaussures ! » Qu'tu t'exclames en frappant dans tes mains, plus que ravie de le voir qui prend finalement la chose avec sérieux.
Après tout, la mode a tout de sérieux, et c'pas toi qui dira le contraire. T'sais comme bien s'apprêter peut parfois d'sortir de dure situation - ou t'faire apprécier des bonnes personnes. Alors tu t'vois déjà porter tellement de sac qu'il vous faudra penser à acheter une seconde armoire à Gabriel pour la combler entièrement. « J'ai déjà une armoire et elle est vide » T'fige à l'entendre parler de la sorte - effaré qu'il puisse oser te dire à toi une chose pareille. Une armoire vide ! Tu comprends mieux pourquoi il s'évertue à toujours avoir l'même genre, c'est qu'il n'a pas cent fois la même tenue comme dans les dessins animés - tu l'avais supposé - mais qu'il n'en a sans doute qu'une. Et tu lâche un cri t'choc en le comprenant. « Comment peux-tu survivre à cela !? T'es un cas désespéré. Mais heureusement pour toi, moi j'suis là. » Qu'tu t'exclame, voyant toujours la belle part des choses, avant de l'faire entrer dans la nouvelle boutique.

Là tu lui annonce qu'il sera magnifique une fois que t'en auras fini avec lui, et tu l'vois qui sourit - c'qui agrandit l'tiens, de sourire. « Ne suis-je pas déjà beau ? » « J'peux faire mieux que ca. Disons que t'as un beau potentiel. » Déclare-tu, lui donnant pas l'compliment facilement. Il sait qu'beau il l'est - il manque pas de charmes, ni d'un corps fabuleusement bien sculpté. Sauf que - sauf qu'à le cacher de la sorte il passe à côté d'belles occasions t'en est sûr. Alors autant l'mettre en valeur. T'es doué pour faire ca avec toi, l'faire avec Gabriel s'trouve pas être si difficile.
Vous entrez dans la boutique, et t'reste un moment à regarder autour de toi pour ce que tu veux. Il veut d'quoi mettre sous sa veste, mais tu peux pas l'torturer avec trop de couleurs et d'excentricité. Bien qu'tu vas pas juste lui trouver un t-shirt blanc. L'temps passé, et que tu trouve d'quoi faire, prenant dans tes bras t-shirt à manches longues, et courtes, avec motifs, et dessins sur l'devant qui t'font sourire. « Vois-tu quelque chose ? » « Que t'as l'air complètement perdu et terrifié. Quel fier soldat tu fais. » Dis-tu, moqueur, avant d'lui foutre encore une fois les vêtements entre les bras. « Ai pas l'air si pétrifié - aucun vêtement va t'manger t'sais. Mais une fois au-dedans, tu pourrais t'faire dévorer. » dis-tu avec un clin d'oeil vers lui.

Tu l'fais glisser vers les cabines - une fois encore. « Penses même pas à m'faire le coup de je te montre pas. »  Dis-tu avant d'tomber sur un canapé qui s'trouve là pour ceux qui accompagnent. T'aime ces moments, jouant avec des boucles pour oreilles qui s'trouvent sur un pendant près d'toi. « Au fait, j't'ai dit ? - Zero est sur Haima. »


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mer 18 Avr - 22:41

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je souris largement, montrant mes dents, alors que je payais les achats en caisse. Je n’irais pas jusqu’à dire cela, mais je ne voulais surtout pas être ridicule. J’aimais le fait de me fondre dans la masse, ne pas me faire remarquer, peut-être à force de jouer les espions. Quoiqu’il en soit, j’étais content d’être avec mon frère de cœur et peu importait s’il me mettait des trucs complètement loufoques, le fait qu’il pense à moi me suffisait. Je souris en coin à cette pensée.

Les rues sont animées, mais pas noires de monde. C’était assez agréable, d’autant que le temps était clair ce soir. Rien de tel que de taquiner mon meilleur ami, encore et encore. Son expression m’amusa, mais je ne répondis rien. Oui, heureusement qu’il était là, heureusement que j’avais ce noble vampire. C’était bien ma seule famille et je le chérissais énormément. Je me faisais violence pour ne pas le couver comme une mère poule, non je n’étais pas comme ça avec lui. J’étais plus un frère, je le conseillais, je l’aidais, je le soutenais, je le protégeais, mais je n’allais jamais à l’encontre de sa volonté. Malaki était quelqu’un d’indépendant, de libre, le mettre en cage en l’étouffant n’était vraiment pas une bonne idée.

Nous entrâmes finalement dans une autre boutique et Malaki, à l’aise comme… n’importe qui sauf moi à vrai dire… regarda des rayons. Je savais qu’en deux minutes, il me trouverait de quoi me rhabiller. De plus, le fait d’avoir loupé mon initiative dans la première boutique ne me donnait vraiment pas envie de réitérer l’expérience.

« Je me disais aussi, répondis-je en le serrant contre moi à l’aide de mon bras posé sur ses épaules. »

Il n’allait certainement pas me donner le compliment si facilement, mais je n’étais pas naïf non plus. Je savais que je plaisais, que je pouvais plaire à beaucoup de personnes, hommes comme femmes, cela faisait aussi bien partie de mon boulot que de mon passe-temps. Enfin, je n’en avais plus réellement ces derniers temps, mais ça ne me manquait pas pour le moment. Le fait d’avoir la princesse Aria qui flirtait ouvertement avec moi me suffisait amplement !
Je levais les yeux au ciel, grimaçant. Je n’étais pas terrifié, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties quand même. Perdu, je pouvais l’accepter, oui, c’était un peu vrai, mais terrifié, loin de là.

« Chacun son domaine, écoute, répliquai-je en souriant en coin quand même. Je suis plutôt prédateur que proie, mon cher Malaki, ajoutai-je en répondant avec son clin d’œil. »

Nous étions des vampires après tout ou peut-être était-ce mon côté dominateur, amateur du contrôle et de l’organisation ? Je n’en savais rien, peut-être un peu de tout ça.
Je le laissais me conduire aux cabines, posant les vêtements avant de fermer le rideau. Je ricanai avant de lui répondre.

« Ca marche. »

Je retirais ma veste puis, mon haut et me stoppais quelques secondes dans mes mouvements. Si je m’attendais à ce qu’il me parle de Zero. J’enfilais un tee-shirt rouge sang avec des motifs. J’ouvris le rideau, me plaçant en face de Malaki.

« Non, tu ne me l’as pas dit. Tu l’as vu ? »

Je savais qu’il était sur Haima et je n’étais pas naïf, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne voit Malaki. Je n’aimais pas Zero, mais je ne pouvais pas le supprimer de la vie de mon meilleur ami, ce dernier étant plus qu’attaché à lui. C’était une chose qui me dépassait, mais qui étais-je pour juger ? Je ferais comme d’habitude, je consolerais Malaki si besoin, je resterais présent pour lui.
Je rentrais de nouveau dans la cabine, retirant le tee-shirt et enfilais un haut manche longue simple, en coton, assez léger, dont les manches se retroussaient en manche trois quarts à l’aide boutons. J’aimais beaucoup, mais ça n’allait pas du tout avec le pantalon en cuir. Et avec la conversation et ces allers-retours, ça m’ennuyait de couper comme ça en mettant ce fichu rideau. Je l’ouvris donc un peu brusquement, levant légèrement les bras pour que mon meilleur ami me donne son avis avant de le passer par-dessus ma tête, me mettant torse nu devant lui et probablement quelques clients et employés. Je le jetais sur une chaise dans la cabine et pris un tee-shirt vert feuille avec un motif amusant sur le pectoral gauche.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 22 Avr - 19:22

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Y a pas d'univers dans lequel tu pourrais vivre sans ta famille - celle que tu t'es choisi. Et assurément dans ta famille détraquée, Gabriel c'est un pilier. T'es pas toi-même sans lui, ou alors tu te serais déjà fait perdre sur un bucher à force de suivre plus souvent tes instincts que ta raison. Tu nommes ca instinct - il t'dirait stupidité. Comme bien souvent tu réfléchis pas avant d'agir, préférant n'écouter que tes idées, tes passions, tes convictions. Bien souvent la loi t'passe au-dessus, avant que tu te souvienne que les règles sont faites pour être suivies - non pour être bafouée aussi stupidement que tu le fais. Gabriel, c'est la voix de ta raison, et il t'rappelle que t'es un adulte, en théorie. Que t'es censé pouvoir être mature - aussi. Pas que tu sois doué pour cela. « Je me disais aussi. » Il passe un bras autour de toi, et t'réponds en l'serrant par les hanches. Il est plus grand que toi - chose que t'apprécie pas tant, et c'pourquoi t'as appris à porter tes talons. Un talent que t'as pas encore montré à Gabriel - pas encore. Mais tu vas pas t'empêcher de l'étonner avec ta gracieuse présence sur talons hauts.
Et une fois dans la boutique, tu l'vois perdu - il a jamais été à l'aise dans ce genre d'endroit, et si tu l'y amène c'pas tant par envie de le torturer (bien qu'il pourrait le croire) que parce que tu veux qu'il puisse penser à lui. Penser à lui - oublier l'reste du monde qui a tant besoin qu'il le sauve. T'sais qu'il voue toute son énergie et son temps libre à sa mission d'espion, et au Heaven. T'sais qu'il y a pas de temps pour aimer, pour lui, pour penser à autre chose qu'les autres. Toi tu prends l'temps pour penser à lui - pour lui montrer que tu l'aime, qu'tu peux pas l'oublier. Que jamais tu pourras - alors tu l'amène dans les magasins, tu lui choisis de quoi le faire beau, et t'moque de son inaptitude à se détendre dans c'genre de lieu. « Chacun son domaine, écoute. Je suis plutôt prédateur que proie, mon cher Malaki. » « T'es ma proie aujourd'hui Gab - fais pas genre. J'suis plus farouche que toi sur ce terrain. » T'réponds avant de lui choisir de quoi lui mettre sur le dos. Il répond plus de rien - il sait que ca sert à rien de râler - prenant juste les vêtements pour s'rendre dans la cabine où tu lui annonces que t'accepteras pas de pas le voir. « Ca marche. » T'souris, le voyant disparaitre, et sortant ton portable.
Rapidement t'ouvre YouSuck, voyant les photos mise en ligne par tes amis sur l'île - ou ceux qu'tu connais moins. C'une photo de Zero qui t'fait penser à lui - et au fait que t'as rien dit d'votre soirée à Gabriel. Sauf que tu lui cache jamais rien à ton presque-frère, et le fait que ton ex soit en ville encore moins. Quand tout est parti en vrille avec Zero, c'est Gabriel que t'as contacté - t'as voulu l'faire venir en Italie pour l'entendre t'dire que t'étais pas si mauvais. Que t'étais pas un monstre - bien qu'le sentiment ne s'efface pas vraiment quand tu penses au regard torturé d'Zero sur toi. « Non, tu ne me l’as pas dit. Tu l’as vu ? » « Oui. » Tu mens pas - mais ta voix s'coupe aux souvenirs du Heaven. D'sentir Zero si désespéré, après qu'le nom d'Araël t'ait échappé, sa bouche sur toi qui t'exigeait, et ton corps y répondant quand ton esprit partait en furie. T'voulais pas l'blesser masi une fois encore t'as pas pu t'empêcher.

Quand Gabriel sort d'la cabine, tu l'vois beau dans sa chemise et sourit en opinant - venant tout d'même arranger le col. « T'es parfait. » T'dis avant d'le voir qui l'ôte pour mettre autre chose - tu manque pas l'occasion pour sortir ton portable et taper une photo comme tu fais ton challenge d'hommes torse nu pour ton compte YouSuck. Mais il t'a posé une question et t'as à peine répondu. « Il est venu au Heaven, y a deux soirs ? C'tait... Ca aurait pu être mieux j'imagine. Zero restera toujours Zero et c'dur de lui résister, mais l'fait d'user du nom d'Araël durant ses avances ca l'a profondément blessé j'pense. »  T'avoue en baissant la tête - t'sais que Gabriel s'dérangera pas pour t'dire ce qu'il pense et t'es autant épris d'remord que d'interrogation. Perdu - à cause d'Araël et d'votre baiser. Désespéré - à cause d'Zero. Mais sous l'regard d'Gabriel t'as toujours la conviction que tout ira bien. « J'crois que j'ai fait une connerie - encore. J'ai embrassé l'Empereur. »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Lun 23 Avr - 10:53

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
On pouvait dire ce que l’on voulait, les vampires étaient des prédateurs. Qu’ils soient dans l’intellect, dans l’action, dans la science, la politique ou que sais-je, ils restaient des prédateurs, des animaux au-dessus de la chaîne alimentaire. J’étais totalement pour un endroit comme Haima, où humains et vampires vivaient en paix, mais je n’étais pas aveugle non plus. Si les humains libres vivaient aussi bien avec nous, c’étaient parce qu’ils ignoraient tout bonnement que nous existions. Il y aurait une hausse de chasseurs en moins de deux si ça avait été le cas et une guerre aurait ravagé l’île. De plus, les seuls humains qui le savaient, ça devait être ceux réduit en esclave. Quelle douce vie pour se faire apprécier, n’est-ce pas ? Je ne comprenais vraiment pas l’intérêt. Le monde actuel et les technologies nous permettaient d’être encore plus discrets et il fallait qu’il y en ait qui reste à l’âge de pierre. J’avais neuf cent ans, je n’étais pas le plus jeune des vampires, mais il était indéniable que j’avais du bon sens.
Bref. Dans le cas présent, malgré moi, Malaki était le prédateur et j’étais sa proie. Heureusement, j’avais une totale confiance en mon frère de cœur, donc la situation ne me dérangeait pas trop. Si ça avait été quelqu’un d’autre par contre, ça ne se serait absolument pas passé comme ça.

« Je te l’accorde, me contentai-je de répondre, observant les différents vêtements. »

En moins de deux, je me retrouvais avec une pile de vêtements à essayer, tous des hauts et sans aucune réticence - inutile d’y aller à reculons pour mieux plonger - je me rendis vers les cabines. J’accordais même une photo à Malaki, mais s’il n’en faisait qu’une, je serais chanceux. Je le connaissais après tout.
Alors que j’enfilais une chemise, un sujet arriva sur le tapis. Zero. Je savais qu’il était arrivé sur Haima, il avait été nommé conseiller du Prince Grimaldi et c’était bien une connerie ! La seule chose qu’il savait conseiller devait être les positions du Kama Sutra et comment séduire n’importe quel idiot. Je grimaçai. Malaki n’était pas un idiot…quoique… L’entendant me dire qu’il l’avait vu, je me préparais psychologiquement à la suite. Lorsque Zero voyait Malaki, il foutait le bordel. Je sortis de la cabine avec la chemise, mon meilleur ami se leva et me remit le col correctement. Je lui souris simplement en coin pour le remercier et le laissais me prendre en photo alors que je la retirais devant lui. La conversation était plus importante que ma pudeur, bien que je n’en ai que peu, mais j’en avais un minimum. J’enfilais un haut en coton simple, manche trois-quart, dont les manches pouvaient se retrousser à l’aide de boutons et me tournais vers mon frère de cœur, l’écoutant. Je retins un soupir et m’avançais jusqu’à lui, m’accroupissant pour capter son regard, mes mains sur ses genoux.

« Ce qui est fait, est fait, dis-je doucement pour ne pas être trop brutal. Il s’en remettra. »

Je ne pouvais pas lui dire de laisser tomber, d’oublier Zero, je savais que c’était inutile. Lorsque Malaki lui avait brisé le cœur en Italie, ça ne l’avait pas empêché de rester en contact avec lui. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi, mais je l’acceptais… enfin, j’essayais pour être honnête. Parce que je ne supportais pas ce type.
Je me relevais et retirais le haut, le jetant négligemment sur la chaise dans la cabine, sans attendre l’avis de Malaki. Je pris un tee-shirt vert avec un motif étrange sur le pectoral gauche, mais je devais avouer que la couleur était sympa. Je l’enfilais, regardant mon frère de cœur. Je croisais les bras et m’appuyais sur l’encadrement de la cabine.

« Ce n’est pas vraiment une bêtise, dis-je sincèrement. Ce n’était qu’une question de temps avant que ça arrive. »

J’étais assez observateur et il me suffisait de voir Malaki et Araël dans la même pièce pour capter leur regard respectif. Même un aveugle aurait vu que ce n’était pas un simple regard, mais quelque chose de lourd de sens, profond. Inutile qu’il me le dise pour que je sache que l’Empereur ne le laissait pas indifférent. Et honnêtement, je préférais un milliard de fois plus Araël que Zero. C’était même une insulte à notre Empereur que de le comparer à ce coureur de basse-cour ! Secouant doucement la tête en me pinçant les lèvres, mon regard se riva sur Malaki et je m’assis à côté de lui pour le serrer étroitement contre moi pour le réconforter.

« Chaque chose à la fois, tu veux bien ? Commençons par le moins agréable, le cas Zero. Il faut que tu limites les choses à une relation amicale, sans plus, si tu ne veux pas le blesser. »

Dire ces mots m’écorchait presque les lèvres et j’étais bien content qu’aucun miroir ne pouvait montrer mon visage grimaçant à mon meilleur ami.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Jeu 26 Avr - 22:56

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Tu sais que tu peux tout raconter à Gabriel - s'il est la voix d'ta raison, il s'retient pas de te faire la morale ni de te montrer tout son soutien. Il est celui que tu retrouvais quand t'avais le coeur brisé chaque fois qu'Araël s'présenter dans les bras d'autres vampires durant les soirées mondaines. Il est celui que t'as contacté quand Zero t'a retourné la tête. Il est celui qui t'as vu autant heureux qu'triste, autant culpabilisant qu'sans pitié. Il te connait par coeur, et il lie en toi sans que tu puisse l'empêcher. Sans doute sait-il déjà ce que tu vas lui dire - t'as hésité un peu, cela dit. Parce que tu sais qu'il porte pas Zero dans son coeur. T'sais pas vraiment expliquer pourquoi, comme il est l'un des vampires qui compte le plus pour toi - mais Gabriel l'voit pas d'un bon oeil, et il s'retient pas de te le faire comprendre.
Tu parle cela dit, alors qu'il s'tient devant toi pour essayer les vêtements que t'as choisi pour lui. Et de temps en temps tu t'avance pour lui remettre une manche ou un col en parfait état, opinant quand tu aimes, retenant un sourire d'côté quand c'est atroce. Et pendant c'temps tu tente de retenir ta vague de culpabilité au souvenir d'ce moment avec Zero au Heaven. « Ce qui est fait, est fait. Il s’en remettra. »  Tu fronces les sourcils, sans commenter pourtant. T'sais que tu peux n'peux pas défaire ce que tu fais. T'sais aussi qu'Zero est capable de faire ressortir l'pire de toi - ou ce qu'il pense le meilleur - et que t'as pas la force d'le retenir. Pas vraiment.

Sauf quand t'as tête est pleine d'Araël. Quand t'pas capable de pas penser aux lèvres de l'Empereur sur les tiennes, à la sensation d'son corps contre le tiens, à l'envie de l'avoir encore. Et son départ brutal, sa prise de recul, c'que t'as pris comme une preuve de rejet. Tu es plus capable de t'arrêter, lançant tout ce que tu peux, à ton presque-frère qui t'fixe avec un air si tendre qu'tu te sens apaisé. « Ce n’est pas vraiment une bêtise. »  Tu ouvre la bouche pour l'contre-dire - t'vois pas comment avoir embrassé Araël c'tait pas une bêtise. Pas dans ton monde en tout cas. Mais il t'coupe l'herbe sous l'pied : « Ce n’était qu’une question de temps avant que ça arrive. »  « Sérieusement ? »  Qu'tu demande en fronçant les sourcils. « T'es même pas un peu étonné ? Ou paniqué, comme moi ? J'préfèrerai que tu panique. » Qu'tu réponds - parce que c'est l'état dans lequel tu te trouve. La panique. T'sais pas si t'es plus terrifié par le fait de l'avoir embrassé, de plus, ou si c'est son rejet qui t'met le coeur à l'envers. T'sais plus - complètement perdu et incapable de rassembler tes pensés.
Mais ta la voix d'ta conscience avec toi - et quand tu t'vautres dans un canapé pas loin, tu l'vois qui te rejoins pour t'serrer contre lui. Et t'laisse aller à l'étreinte sans chercher à t'montrer fort. T'pas capable, t'as besoin d'être réconforté et aidé. Et personne n'est meilleur que Gabriel pour ca. « Chaque chose à la fois, tu veux bien ? Commençons par le moins agréable, le cas Zero. Il faut que tu limites les choses à une relation amicale, sans plus, si tu ne veux pas le blesser. »  T'repense alors à sa bouche sur toi - à la sensation d'sa langue et sa capacité à t'rendre fou. T'veux pas d'ca - tu l'sais. Tu l'veux pas même si c'est évident qu'ton corps y réponde. Tu l'apprécie Zero mais sans plus. T'pourras jamais plus. « J'pas... prévu que ca dérape. J'étais triste et perdu et Zero étant ... Zero, il a été c'que je voulais. Un moment. Mais pas comme ca. J'le veux plus si intimement. »  Dis-tu, parce que tu sais que c'est vrai. « Mais comment j'limite une relation a quelque chose d'amicale quand la frontière entre l'acceptable et la perversion a toujours été si fine ? »  Rajoute-tu en t'tournant vers Gabriel. « Et si j'pouvais pas lui résister ? » 


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 20 Mai - 12:47

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
J’enlevais le haut et attrapais une chemise ample, large, orange pâle avec des motifs bleu ciel. Je me tournais vers Malaki, complètement paniqué. Était-ce parce que j’étais si calme en sachant qu’il avait embrassé l’Empereur ou parce qu’il l’avait embrassé ? Je ne savais pas. Cependant, même si ce n’était pas le lieu, je préférais continuer la conversation. Mon frère de cœur n’allait pas bien et c’était mon devoir de lui remonter le moral, de le rassurer. Je m’installais sur le canapé à côté de lui et le callais contre moi. Malaki avait besoin d’un contact, de réconfort et je le lui offrais sans aucune hésitation.

« Je suis observateur, lui dis-je doucement. J’avais remarqué tes regards, les siens, vos sourires timides, en coin.... Désolé, pouffai-je légèrement. Je ne vais pas paniquer pour ça, Malaki. Je paniquerais si ta vie était en danger, si celle de l’Empereur était en danger. Je ne dis pas que ce n’est pas un sujet moins important, il l’est, mais mieux vaut prendre les choses calmement et tenter de réfléchir à tout cela. Détends-toi. »

Doucement, je lui embrassais le sommet du crâne, serrant un peu plus mon meilleur ami contre moi. Je voulais tellement le rassurer, lui retirer cette tension sur les épaules, trouver les mots pour balayer ses doutes, mais ce n’était pas ma tasse de thé. Alors, j’agissais. Mes mains le câlinèrent tendrement, pas comme un amant, mais comme un frère. Rien de sexuel et pourtant, je n’avais jamais été aussi proche de quelqu’un qu’en cet instant.
Pourtant, je ruinais cet instant en changeant de sujet. Le sujet Zero. Il fallait réellement que je m’occupe de son cas, mais sans que Malaki le sache. Je devais agir. J’avais laissé les choses se faire depuis trop longtemps, accordant ma confiance, mais ce pervers de vampire perturbait beaucoup trop mon meilleur ami. J’écoutais Malaki, contractant parfois ma mâchoire pour ne rien dire. Je plongeais mon regard dans le sien, cherchant mes mots. Il était vrai que Zero avait perverti Malaki, cela faisant maintenant partie de lui, mais Zero était quand même au-dessus dans cette catégorie.

« Malaki, est-ce que tu aimes… tu-sais-qui ? demandai-je calmement et doucement, sachant que peut-être certaines oreilles trainaient. Alors il faut que tu trouves la force pour faire face à Zero, ajoutai-je lorsqu’il me répondit. Limite les contacts physiques, garde une certaine distance, stoppe-le immédiatement s’il va sur un terrain glissant. Ne lui montre pas que tu joues dans son jeu. Si ça ne suffit pas, dit-lui clairement que tu ne veux plus être intime avec lui. Que tout ça, c’est le passé. »

J’essayais de garder un ton plutôt neutre, calme, étouffant ma colère. Je ne doutais pas du fait que Malaki le lui ait dit, mais je savais que rien n’arrêtait Zero. Si Malaki, inconsciemment, entrait dans son jeu, il continuait. Cet hédoniste du sexe était intenable et c’était assez ridicule qu’il soit conseillé du Prince Grimaldi. Je fermais quelques secondes les yeux et secouais légèrement ma tête. Restons concentré !

« Comment puis-je t’aider par rapport à ta … panique ? »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 20 Mai - 23:48

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


Y a pas grand chose qui lui donnerait l'air ridicule à Gabriel, mais assurément tu trouve toujours moyen de lui faire porter quelque chose d'atroce pour t'persuader qu'il est pas si parfait. Apparemment le orange est pas sa couleur, et à l'voir porter une chemise ainsi décorée d'taches bleues t'arrache un sourire. Pas pour longtemps - rapidement la conversation tourne sur tes tourments, et t'es pas capable de lui cacher quoi que ce soit. T'as jamais été doué pour lui mentir, même par omission, et alors que tu peux pas t'empêcher d'penser à Araël, tu t'trouve pas capable de lui cacher quoi que ce soit. Pas qu'il semble surprise - ce qui manque pas de te surprendre toi. « Je suis observateur. J’avais remarqué tes regards, les siens, vos sourires timides, en coin.... Désolé » Ses regards, les tiens, vos sourires - ca n'fait pas totalement sens pour toi. T'es perdu, un moment, mais tu sais aussi qu'Gabriel est pas revenu espion pour rien - c'qu'il est doué pour observer, voir les moindres détails qui échappent aux autres. Et il t'connait si bien que tu devrais pas t'étonner qu'il te lise si facilement. « Je ne vais pas paniquer pour ça, Malaki. Je paniquerais si ta vie était en danger, si celle de l’Empereur était en danger. Je ne dis pas que ce n’est pas un sujet moins important, il l’est, mais mieux vaut prendre les choses calmement et tenter de réfléchir à tout cela. Détends-toi. » Alors tu inspire profondément, opinant à sa déclaration, le laissant te prendre contre lui - et y a pas d'endroits où tu t'sente mieux que dans les bras d'Gabriel. En sécurité, tu sais qu'il laissera pas ton monde s'effondrer, ou quiconque t'blesser. Il laissera jamais rien d'mal t'arriver, Gabriel, et t'as la certitude qu'il est assez fort pour s'assurer que tes conneries n'soient jamais dramatiques.
Bien que celle-ci t'semble insurmontable.

D'autant qu'tu lui cache pas le retour de Zero, qui rajoute à ton état d'angoisse - t'adore Zero, c'pas la question, mais tu sais qu'tu perds le contrôle avec lui. Facilement. T'as pas la force d'lui refuser quoi que ce soit, ou d'te cacher derrière un masque parfaitement maitrisés. Devant Zero, t'es aussi transparent que devant Gabriel. « Malaki, est-ce que tu aimes… tu-sais-qui ? » T'reste un moment perplexe, avant d'lâcher un rire vers ton presque-frère. « J'savais que ce marathon Harry Potter qu'on a fait ensemble allait m'revenir d'une manière ou d'une autre. Tu-sais-qui sérieusement ? »  Qu'tu demande dans un moment où t'oublie - t'sais aussi que tu tente d'éviter la question mais qu'le regard d'Gabriel est intransigeant, et soufffrira pas de te voir te défiler. Alors tu recouvre ton sérieux, t'perdant dans le vide, repensant à Araël - à son sourire, son regard, sa beauté, à la première fois qu'tu l'as vu, à votre ... baiser, dont l'fantôme de sensation se trouve encore sur tes lèvres et t'fait frémir. « Oui. »  Souffle-tu finalement sans qu'il vibre d'hésitation. « Alors il faut que tu trouves la force pour faire face à Zero » Ton souffle - bien qu'il soit inutile - s'bloque dans ta gorge. Il l'dit comme si c'tait une chose simple et en somme tu pense que peut être c'est le cas; Peut être que c'est pas si dur de résister à Zero - sauf que tu sais pas comment faire. « Limite les contacts physiques, garde une certaine distance, stoppe-le immédiatement s’il va sur un terrain glissant. Ne lui montre pas que tu joues dans son jeu. Si ça ne suffit pas, dit-lui clairement que tu ne veux plus être intime avec lui. Que tout ça, c’est le passé. » Sauf qu'tu as eut le sentiment de faire tout cela - t'es toi, simplement, quand t'es avec lui. T'as pas conscience si tu réponds à son flirt - c'est naturel pour toi d'le faire, sans qu'tu sois motivé par une quelconque arrière pensé. T'es physique - t'aime l'contact, avec l'ensemble d'tes amis. La preuve en c'moment alors que tu t'colle plus encore contre Gabriel, laissant ta tête tombée sur son épaule à la recherche d'réconfort. « J'dois faire ca, t'as raison. Ou l'éviter, s'il faut cela. J'veux... J'veux juste pas l'faire souffrir. »  T'admets - parce que c'le cas aussi. Tu sais qu'Zero a des sentiments pour toi - ou qu'il pense t'aimer plus qu'il l'fait réellement - et t'veux pas lui briser le coeur une seconde fois.

« Comment puis-je t’aider par rapport à ta … panique ? » « T'as un retourneur-de-temps ? » Qu'tu demande avec un sourire en coin, avant d'te tourner pour croiser son regard. Vulnérable - t'sais que tu peux l'être dans les bras du beau gardien. T'sais qu'il porterai ton coeur brisé à bout d'bras pour recoller les morceaux - qu'importe combien d'fois tu lui reviendras avec l'esprit enflammé. « J'me souviens pas d'un moment de ma vie où j'étais pas amoureux d'lui. Ca fait parti d'moi, c'est encré, profondément. J'ai rêvé, pensé, imaginé... c'que ca ferait. J'ai fantasmé sur c'que ca pourrait être nous deux, puis après c'tait juste... J'le voulais heureux, simplement. Moi j'compte pas - y a qu'lui qui compte. »  Mettre des mots sur c'que tu ressens depuis si longtemps t'semble pas assez juste - mais à présent que les vannes sont ouvertes y a rien qui pourrait t'arrêter. « Cela dit... Une chose qu'on a jamais eut n'peux pas parfaitement nous manquer. Alors c'était facile de l'aimer, avant. Mais maintenant... »  Ta voix s'coupe, et tu revis la sensation du baiser - fermant les yeux pour détourner l'regard et fixer tes mains plutôt, et l'vide - l'coeur qui s'étreint d'douloureuses sensations. « J'me sens comme assoiffé, privé d'sang ou d'raison; j'ai gouté à la plus pures des sensations, qui est bien au-delà de mon imagination, et j'sais pas comment j'pourrais n'plus l'avoir à nouveau. »  Dis-tu dans un souffle - parce que c'est ce qu'est Araël pour toi. T'as rêvé l'avoir, sans qu'il te manque. A présent que t'y a gouté, t'sais que tu pourras plus vivre sans. « Ajouté à ca l'fait que j'suis pas l'impératrice idéale alors j'peux pas même prétendre pouvoir... tu sais, jouer un rôle politique parfait. » 



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mer 23 Mai - 15:52

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je n’étais pas un soldat pour rien. Je savais observer, analyser, comprendre. Avec Malaki, c’était comme de l’eau de roche, je savais lorsqu’il n’allait pas bien, à tel point qu’il ne pouvait me mentir - il ne le savait pas ; pas avec moi en tout cas. Je l’avais vu maintes fois perdu, notre amitié ayant quelques siècles au compteur, mais là, c’était vraiment du sérieux. Plus que d’habitude. Il fallait que je l’aide, il fallait que je trouve les mots, mais comme à mon habitude, j’étais maladroit et c’était la porte ouverte pour les hors-sujets. Je souris, fermant les yeux et secouai la tête doucement. Je ne l’avais pas volé celle-là.

« Nous savons aussi bien toi que moi que Voldemort n’est pas ton genre, commentai-je avec un fin sourire. »

Si je ne l’avais pas rencontré, je n’aurais jamais vu cette saga. Mon frère de cœur était indispensable à ma vie, il me permettait de voir autre chose que mon travail, il me montrait le monde que parfois j’oubliais de fréquenter, ne pensant à la protection.
Finalement, il m’avoua ce que je savais déjà. Un simple mot, mais beaucoup de sens. J’enchaînais avec mes pensées, parlant doucement, calmement. Je déposais un léger baiser sur sa tempe, resserrant brièvement l’étreinte. C’était comme si ce geste signifiait que tout allait bien, que tout irait bien, que je ne laisserais rien lui arriver, que tout allait s’arranger, que j’étais là pour lui. Il le savait sans doute, mais parfois, les actes étaient plus parlants que les mots. Alors que la tête de Malaki se posa sur mon épaule, j’inclinais la mienne vers la sienne, récoltant certainement des paillettes dans les cheveux et l’oreille, mais peu importait. Je décalais ma main sur son épaule pour lui caresser doucement la nuque, le cou, pour le détendre, l’apaiser, il était sensible à cet endroit.

« Malaki, tu sais aussi bien que moi que tu ne pourras pas l’éviter. Tu as essayé à Rome et ça a duré peut-être une semaine ou deux, grand maximum. C’est pour cela que je te propose d’essayer de poser des limites, pour qu’il n’y ait plus d’ambiguïté entre vous. »

Je levai les yeux au ciel lorsqu’il me répondit. Était-ce réellement une bonne idée de voir Harry Potter ? J’avais l’impression que ce film avait déteint sur moi sans que je ne le sache. C’était perturbant. Quoiqu’il en soit, j’observais mon meilleur ami, qui se redressa et me regarda droit dans les yeux. Je lui fis un sourire en coin, timide, continuant mes caresses au niveau de son cou. Je l’écoutais silencieusement, le laissant se confier, le laissant prendre conscience peut-être que c’était peut-être le moment de prendre les choses en main, de tester, de tenter, car au bout de si longtemps, ça ne pouvait pas être à sens unique. Je côtoyais suffisamment Araël pour le connaître un minimum et il n’aurait pas laissé faire Malaki s’il ne le voulait pas. Ce n’était pas quelqu’un qui jouait avec les gens, encore moins avec les sentiments. Néanmoins, je comprenais les réticences de mon frère de cœur. Il n’était pas évident de se jeter à l’eau, surtout lorsque vous êtes amoureux de l’Empereur.

« Tu sais, nous sommes sur Haima, une île où règne la tolérance. Je pense qu’il peut gérer la partie politique. Mais surtout, je pense que tu devrais te poser cette question : est-ce qu’il t’aurait laissé faire s’il n’était pas intéressé ? »

Je le regardais, tentant de capter son regard, en vain. Cependant, j’espérais que ma petite graine allait germer rapidement dans son esprit et que de nouvelles interrogations allaient écraser les autres.

« Ca fait longtemps que je le sers et ça fait longtemps que tu le côtoies, je pense que l’on peut dire que ce n’est pas quelqu’un qui joue avec les gens, qui s’amuse ainsi… »

Ma langue faillit fourcher et prononcer le nom de Zero. Je m’insultais mentalement de reprendre cet énergumène sur le tapis et d’avoir osé le comparer à notre Empereur. Je devrais avoir honte !

« Mais surtout, je pense que le mieux, pour être fixé de la situation, c’est d’en parler avec le principal concerné, terminai-je enfin. »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Dim 27 Mai - 19:37

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


T'es doué pour le drame - pour en crée, en causer et en trouver là où il s'en trouve pas forcément. T'es une reine en la matière, capable d'faire des scènes d'hystérie, de véritables crises qui mettent ton monde sans dessus-dessous, t'donnant l'impression qu'il se trouve pas de solution. T'es doué - pour créer des tempêtes d'un rien, t'mettre à paniquer pour t'enfoncer dans la déchéances pour refuser l'évidence. Tu essaie d'voir les choses dans leur globalité, arrivant simplement à les observer par le prisme de tes émotions. Intensément, t'sais pas vivre autrement, si ce n'est avec une passion qui te dévore la raison. Alors devant cette situation t'es prisonnier d'tes pensés - les tournant en tout sens sans t'faire voir de solution. Il s'en trouve sans doute, mais ton palpitant étreint d'émotions t'fait voir l'tout en noir. Araël qui t'possède déjà sans t'avoir pris, t'faisant rêver à plus qu'de beaux fantasmes à présent que t'as encore les sensations d'ses lèvres sur les tiennes. Puis Zero - ton bel ami, ancien amant, qu't'as encore dans la peau bien qu'il ait jamais atteint ton coeur - c'que tu sais être décevant pour lui, brisant l'sien dans la bataille. « Malaki, tu sais aussi bien que moi que tu ne pourras pas l’éviter. Tu as essayé à Rome et ça a duré peut-être une semaine ou deux, grand maximum. C’est pour cela que je te propose d’essayer de poser des limites, pour qu’il n’y ait plus d’ambiguïté entre vous. » « Des limites. Ouais. » C'est sans doute la meilleure solution que tu peux avoir. T'fais confiance à Gabriel pour t'faire mettre un peu de matière grise dans le cerveau. « Alors pas d'ambiguité, pas d'baiser, pas... de danser. Pas de confidence. Et certainement pas d'alcool. » Tu l'dis en fermant les yeux, sachant que c'est une de tes faiblesses les beaux cocktails, t'en accepte sans même y réfléchir comme tu adores les sentir sur ta langue et brûler ta gorge.

Parler d'Araêl t'fais moins mal - ou peut être que si, du moins ca éveille tes angoisses, et t'fait parler. T'as pas de mal à parler à Gabriel - t'en auras sans doute jamais, alors tu t'mets à discuter sans t'arrêter, t'faisant dire des mots qu'tu as jamais prononcé avant. Ca t'fait étrange de les dire, de les entendre. Ca t'fait bizarre d'voir tout ce que t'as en dedans que tu montre si peu facilement. Être sincère avec Gabriel t'pousse à être sincère avec toi, à prendre conscience de tout ce que tu rêves. « Tu sais, nous sommes sur Haima, une île où règne la tolérance. Je pense qu’il peut gérer la partie politique. Mais surtout, je pense que tu devrais te poser cette question : est-ce qu’il t’aurait laissé faire s’il n’était pas intéressé ? » Tu t'fige - t'as pas pensé à ca. T'as assumé qu'Araël était triste, sans doute, qu'ta présence lui rappelle simplement sa soeur, qu'peut être il cherche du réconfort. Peut être - t'as pas été discret pour cacher ton intérêt depuis ton retour, il savait sans doute que tu l'voulais. Sans doute sait-il pas à quel point tu l'veux. « Intéressé je sais pas. J'lui plais sans doute... »  Propose-tu avec prudence - t'veux pas tirer des plans sur la comètes, et finir par t'faire du mal tout seul. T'sais qu'Araël a été joueur, parfois. Tu l'as vu en séduire d'autres, pour passer le temps. Tu l'as jamais vu tomber amoureux cependant. « Ca fait longtemps que je le sers et ça fait longtemps que tu le côtoies, je pense que l’on peut dire que ce n’est pas quelqu’un qui joue avec les gens, qui s’amuse ainsi… »
« Il est malheureux et perdu et ... seul ? Sans doute. J'veux dire - les gens en deuil ont parfois des réactions surprenantes non ? »  T'veux pas l'entendre - t'es pas certain de vouloir entendre ce qu'il a à dire ou ce qu'il sous-entend. T'sais qu'il connait Araël aussi bien que toi, si ce n'est plus. T'sais aussi qu'il a raison - l'Empereur que tu connais n'aurait jamais idée de jouer avec le coeur des autres. S'il sait que t'es amoureux d'lui - sauf qu'il le sait pas. « Mais surtout, je pense que le mieux, pour être fixé de la situation, c’est d’en parler avec le principal concerné. » T'grimace - t'sais qu'il a raison. T'sais aussi que t'es terrifié à cette idée. « J'imagine que t'as raison... Je devrais... lui parler. Lui dire vraiment c'que je ressens. » Dis-tu dans un souffle - comme si ca t'couter de dire c'genre de choses. « Tu seras là pour réparer mon coeur brisé, Gab ? »  Qu'tu demande en t'tournant vers lui, avant d'venir embrasser sa joue, avant d'le prendre dans tes bras en guise d'remerciement.
« Bon - Allons payer ta chemise. Et la bleue aussi. Et après on ira... Boire un verre ? Ou tu veux qu'on attaque les chaussures directement ? » 


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Lun 28 Mai - 12:56

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
Je serrais un peu plus Malaki contre moi. Les mots et moi, ça faisait deux. Cependant, j’étais présent pour mon meilleur ami et je le resterais jusqu’à la mort. Malaki était bien trop important pour moi, c’était ma famille, mon frère de cœur. Jamais je ne le laisserais tomber.

« L’alcool aide beaucoup de choses, dis-je doucement. Sans ça, tu peux arriver à faire les autres points sans problème, je pense. »

Zero était doué pour arriver à ses fins, je le savais sans l’avoir côtoyé. Cependant, l’alcool était une constante dans la dépravation. Je n’étais pas quelqu’un qui ne buvait pas, loin de là ! J’aimais une bonne bière ou un bon whisky de temps à autre, mais je n’avais pas non plus le temps de me saouler comme ce dépravé tous les soirs. Par conséquent, je savais que l’alcool aidait souvent dans certaines situations, aussi bien à se désinhiber qu’à faire lâcher prise l’autre. Dans le cas où il y avait deux personnes. Je grimaçais à ma réflexion. Je n’avais jamais passé une minute en compagnie de Zero, mais avec ce que Malaki me disait, j’avais des préjugés collés à la colle extra-forte.

La conversation dévia sur l’Empereur, ce qui, malheureusement pour mon frère de cœur, m’irritait beaucoup moins. J’avais depuis longtemps remarqué leur petit jeu, leurs regards et j’étais suffisamment proche d’Araël et observateur pour comprendre avant eux deux qu’ils étaient attirés l’un par l’autre. Il leur fallait un petit coup de pouce, rien de plus. C’était pour cette raison que j’écoutais attentivement les peurs et les craintes de mon meilleur ami. Malaki avait toutes les raisons d’avoir peur, ce n’était pas n’importe qui et la situation n’était pas des plus claires également. Il était vrai que par deuil, on faisait des choses insensées. Cependant, l’Empereur était quelqu’un de juste, de droit, de profondément bon. Je restais persuadé qu’il n’allait pas briser le cœur de Malaki. Les disputes étaient quelque chose de quotidien dans un couple, même s’ils en étaient plus que loin, mais j’étais sûr que ce n’était qu’une question de temps.

« Je te le promets, répondis-je. Je serais toujours là pour toi, Malaki. Que ton cœur soit rempli de joie ou fragilisé par la tristesse, tu pourras à jamais compter sur moi. »

Je le pris un peu mieux dans mes bras, scellant silencieusement cette promesse. Je ne disais jamais rien en l’air, je respecterais mes paroles jusqu’à la fin de mes jours. Nous finîmes par nous séparer et je me levais pour remettre mon tee-shirt.

« Les chaussures ? … Ah oui, que suis-je bête ! Je ne vais pas mettre des rangers avec ce fameux pantalon en cuir, fis-je plus pour moi-même que pour répondre à mon meilleur ami. Allons choisir une paire de chaussures et finissons cette séance shopping en buvant un verre. La première tournée est pour moi, ajoutai-je en faisant un clin d’œil. »

J’entrais dans la cabine d’essayage, sans fermer le rideau et retirais cette chemise orange horrible pour remettre mon tee-shirt. Jetant un coup d’œil dans le miroir, j’aperçus quelques paillettes dans mes cheveux et sur mon tee-shirt. Je souris et sortis, faisant face à Malaki.

« Hey ! Je les ai méritées les paillettes, dis-je en montrant un côté de mes cheveux, là où j’avais tenu mon frère de cœur dans mes bras. »

Je ricanais, faisant écho à ce qu’il avait dit en début de soirée. Je pris les deux chemises et allais les régler avant de quitter le magasin. Je passais une main dans mes cheveux, récoltant pleins de paillettes, que je tentais de retirer avec mon pantalon. Autant ça allait bien à Malaki, autant c’était un truc chiant !

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Mar 29 Mai - 20:32

Too much is my middle name
@Gabriel Crowlley & @H. Malaki Hiroaki


« L’alcool aide beaucoup de choses. Sans ça, tu peux arriver à faire les autres points sans problème, je pense. » « J'vais travailler là-dessus alors, bien que j'ai toujours du mal à résister à d'merveilleux cocktails. » Tu l'admets - t'as un faible pour les excès. T'y as gouté, t'y es perdu plus d'une fois durant tes voyages autour du monde. Zero est pas innocent dans ce changement chez toi - t'as jamais rechigné à prendre de grands verres quand tu vivais à la cours, mais tu savais être raisonnable. Le terme a définitivement quitté ton vocabulaire à présent, et t'es meilleur pour t'perdre dans la boisson, la musique - et avant le sexe. T'as pas touché à un corps depuis ton retour, pas après avoir revu Araël, et avoir bien saisi que ton obsession et tes sentiments pour lui n'avaient pas tari. Il s'agirait même du contraire, si tu devais être parfaitement honnête. L'absence n'a fait que renforcer ton envie d'être près de lui - et t'as du mal à le quitter. Sauf que c'est douloureux aussi de l'avoir si proche. De l'avoir goûté. Et de plus être capable de le toucher encore.
Tu t'fais le sentiment d'être assoiffé, la plus pure des fontaines non loin sans que tu puisse y plonger tes lèvres. L'parfum te rend dingue, et tu vas sans doute sombrer avec le temps jusqu'à ce qu'il ne reste rien de raisonnable chez toi - t'sais pas vivre si ce n'est avec excès. T'es un être obsessionnel, qui s'lance dans ses passions entièrement. Araël étant la plus pure de tout, et la plus interdite. Tu sais que tu vas y perdre plus que tu l'voudrais. Tu vas tout y perdre. « Je te le promets. Je serais toujours là pour toi, Malaki. Que ton cœur soit rempli de joie ou fragilisé par la tristesse, tu pourras à jamais compter sur moi. » Tu souris, t'laisse aller dans les bras d'Gabriel et respire son parfum à lui aussi. Il est comme ton chez toi - t'peux pas l'expliquer, mais le retrouver t'donne l'impression d'être à la maison, en sécurité. Que rien ne pourrait t'atteindre ou que du moins à la fin tout irait bien. « T'as pas choisi le plus raisonnable des frères. T'as pas fini de m'entendre geindre et être dramatique. » Dis-tu en essayant une pointe d'humour pour détendre l'atmosphère. T'aurais pas d'mal à sombrer dans une seconde crise, ou à le supplier de rentrer chez toi pour t'cacher du reste du monde.

Tu veux cependant pas t'laisser aller à la mélancolie, et te tiens plutôt au plan de base qui consistait à rhabiller Gabriel entièrement. « Les chaussures ? … Ah oui, que suis-je bête ! Je ne vais pas mettre des rangers avec ce fameux pantalon en cuir. » « Tu vois, tu finis par apprendre. » « Allons choisir une paire de chaussures et finissons cette séance shopping en buvant un verre. La première tournée est pour moi. » Il rentre dans la cabine, et pendant ce temps-là tu t'lève en frappe dans tes mains. « Fantastique ! »  Tu t'mets devant le miroir plus plisser tes vêtements, remettre ta coiffure en place, et t'assurer que ton maquillage est toujours en place. Tu veux paraitre parfait - si c'est le chaos en dedans, tu laisseras pas ton attitude en pâtir. « Hey ! Je les ai méritées les paillettes » T'lâche un rire - un rire réel à l'entendre parler de la sorte. « Et t'es magnifique avec, Chéri . A présent sort de là ! »  Qu'tu décrète en ouvrant le rideau sans attendre de savoir s'il avait fini, jetant ta main pour prendre ses affaires, et sautiller pour aller acheter les articles. Tu prends le sac, et attends d'être rejoins par ton meilleur ami avant de sortir pour la dernière boutique de la journée.

T'entre comme si tu étais chez toi - une fois encore - entouré des boites d'chaussures, un univers que t'adore. Tu t'pose alors au milieu de tout, et fixe Gabriel. « Aller - cette fois tu choisis toi. » Qu'tu décide dans ta grande bonté. « Et tu m'raconte tes dernières aventures ! »



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 354
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki) Sam 2 Juin - 11:25

Too much is my middle name
@H. Malaki Hiroaki & Gabriel


En ville.
J’acquiesçai. Je devais reconnaître que je comprenais mon meilleur ami de ce côté-là : les cocktails, lorsqu’ils étaient bien fait, étaient délicieux et appréciables. Rien qu’un bon cocktail pouvait rendre la soirée agréable. Je ne pouvais pas lui retirer cela.

« Je ne te dis pas de boire de l’eau, ajoutai-je. Mais j’ai juste attention au nombre de verres lorsque tu es avec lui. »

C’était peut-être un peu brutal comme façon de le dire, mais l’alcool aidait inexorablement dans cette situation. Je savais que Zero en profitait. Malaki se lâchait un peu plus à chaque verre, je ne lui reprochais pas, je préférais ça à une attitude déprimante. Le problème, c’était Zero. Il en profitait, il en jouait et il manipulait Malaki dans ces moments-là. Il fallait vraiment que je m’occupe de son cas.
Je finis par promettre à mon frère de cœur que je serais toujours là pour lui, dans n’importe quelle circonstance, n’importe quand. Je ne l’abandonnerais jamais. Il était ma famille, la seule personne qui comptait le plus pour moi en dehors du fait que je devais protéger l’Empereur - sauf que je n’avais que des sentiments platoniques pour Araël. Je souris à sa remarque et je ne pus m’empêcher de déposer un baiser sur son front, serrant doucement une de ses épaules de ma main.

« Et je ne te changerais pour rien au monde. »

J’avais dit cela calmement, doucement, les yeux remplis de sentiments pour mon frère de cœur, un sourire bienveillant sur le visage. Il faisait partie de ma vie depuis bien trop de siècles maintenant, il était hors de question qu’il en sorte et rien ni personne ne pourrait réussir cet exploit. J’acceptais Malaki tel qu’il était, avec ses qualités, avec ses défauts, il restait un homme lumineux et qui rendait vos jours plus joyeux.
Nous finîmes par nous séparer, je devais retirer cette horreur sur les épaules. Je taquinais Malaki en lui disant que j’avais des paillettes dans les cheveux et que finalement, je les avais méritées. L’atmosphère était de nouveau détendue et à peine avais-je mis mon tee-shirt que mon frère de cœur ouvrit la cabine pour prendre les vêtements et aller à la caisse.

« Hey ! Mais qu’est-ce que tu fais là ? demandai-je en le suivant. Il est hors de question que tu paies, fis-je en sortant ma carte bleue et en la posant sur le comptoir, en face du vendeur qui avait l’air amusé. »

Nous quittâmes le magasin et nous entrâmes dans un autre, enfin je suivis Malaki plutôt parce que je ne connaissais aucune des boutiques. Je grimaçais légèrement, mon meilleur ami me demandant de choisir. Je ne savais pas quoi faire et encore moi quoi faire dans cet endroit où l’odeur du cuir dominait.

« Et qu’est-ce qu’on met comme chaussure avec un pantalon en cuir ? le questionnai-je sérieusement en observant les différentes paires. »

Je réfléchis à sa question. Mes aventures ? Parlait-il du boulot ? Certainement pas, ce n’était pas très intéressant. Des conquêtes ? C’était relativement limité, bien que Jason me faisait de plus en plus de rentre-dedans. Puis, Serehnia m’apparut et c’était vraiment l’occasion d’en parler, d’avoir un avis extérieur, surtout que j’en avais parlé à personne.

« Tu te souviens de Jack ? Le médecin ? commençai-je, mais en voyant son air, je sus qu’il n’arrivait pas à mettre un visage sur la personne. Il a trouvé sa femme à ton anniversaire, une blonde scientifique à fond dans la recherche, mais à fond dans la vodka aussi, ajoutai-je pour qu’il situe les personnes. Enfin bref. Je lui ai ramené une jeune femme hier, qui avait pris une saloperie qui circule en ce moment, une nouvelle drogue. Enfin, elle a peut-être été obligée de la prendre… Quoiqu’il en soit, c’est une humaine et... je ne l’ai pas hypnotisé, lâchais-je enfin. Elle avait déjà perdu sa mémoire sur ce qui s’était passé, elle paniquait un peu et elle avait l’air de vouloir simplement rentrer chez elle, mais je me demande si je n’aurais pas dû lui effacer le fait que j’étais… un vampire, soufflai-je pour ne pas que des oreilles indiscrètes nous entende. Tu crois que je devrais y retourner ? demandai-je sérieusement. »

Peut-être était-il inutile de dire que j’avais dû la mordre et résultat, j’avais complètement plané et que Jack avait dû me saigner pour que je ressente moins les effets ? Oui, en effet, mieux valait peut-être aller à l’essentiel. Le sujet était Serehnia, cette jeune femme que j’avais laissée sans lui effacer la mémoire sur ce qu’elle avait appris de moi.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: too much is my middle name (Gabaki)

Revenir en haut Aller en bas

too much is my middle name (Gabaki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Les commerces-