AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Messages : 89
Date d'inscription : 07/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance Ven 6 Avr - 10:54



Karl Valek Nightray / H. Malaki Hiroaki
Le pervers narcissique n'est autre que le jouisseur du mal



Les bruits du cachot se sont tus. Le silence de mort règne dans ma demeure. Un verre à la main, je fais les cents pas. Mon état est second, quelque chose m'ennuie. Et ça ce n'est pas bon pour mon entourage.

Ma dernière livraison de sang a été une catastrophe. Je ne comprends pas cette maudite manie de livrer le sang dépourvu de son plasma. Ce sang altéré, médicamenté par le coagulant qui donne un goût dénaturé. Je déteste ce goût. Je le déteste plus que tout. Il me donne la nausée et me rend maussade. Après une dernière tentative vaine, j'explose la poche contre le marbre du comptoir. Les goutes écarlates souillent l'intégralité de la pièce tandis que je réduis en bouillie la totalité de mon stock.
Le regard noir, je songe à mon esclave, sagement endormie dans sa pièce. Comme un lion en cage, je rode devant sa porte. Je ne l'ais pas encore goûté et le battement régulier de son cœur augmente la tentation. Pourtant je me suis promis de garder ce plaisir pour plus tard. Ma soif est si avide que je risque de la vider en une seule écorchure douloureuse. Cependant elle m'est précieuse et je ne veux pas la gâcher de la sorte.

Dans un éclat de colère, je fais demi-tour et rabat mon manteau long sur mes épaules en claquant la porte.
Je erre durant une heure dans les rues sombres de la citée. Tout à l'air calme. Aussi déroutant que ma demeure. Je tends l'oreille et poursuis un bruit lointain.
Ce bruit m'amène devant l'entrée d'un bar. L'ambiance et le luxe de l'entrée me font poussés un peu plus loin ma promenade nocturne. Je m'étonne en remarquant que humain et vampire peuplent les lieux. Je commence à apprécier cet endroit. Un libre service c'est toujours amusant. J'observe chaque protagoniste et salive doucement. Je prends place au comptoir en restant debout. A vrai dire j'égale la taille de la plupart des consommateurs assis sur leur tabouret. Je regarde les hanches ondulées dans ce magnifique décor. Ma soif grandit. Lorsque par curiosité ma main se pose sur la carte des boissons sur le bar, Quelque chose la retient. Tournant les yeux, je m'aperçois qu'un vampire est assis à côté de moi et qu'il est l'auteur de ce geste. Je le dévisage et finis par sourire un coin.

" A qui ai- je l'honneur? "

Je ne me fais pas d'illusion. Ce type asiatique au goût vestimentaire particulier rentre parfaitement dans le décor de ce bar. J'en déduis qu'il est l'heureux propriétaire de ce lieu. Je vais m'efforcer de faire bonne impression.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance Jeu 12 Avr - 23:03

Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance
@Karl V. Nightray & @H. Malaki Hiroaki

Tu passerais tes nuits au Heaven si tu l'pouvais - et si t'avais l'assurance d'une parfaite compagnie. Faut dire que la seule qui compte pour toi ces derniers jours c'est celle de l'empereur - depuis la première journée dans son lit t'as du mal à l'quitter, et tu peux pas t'rassasier de son corps. Mais t'as pas l'choix - il semblerait que Gabriel soit pris dans ses affaires, alors c'est à toi d'venir au Heaven pour t'assurer que la nuit soit parfaite. Toutes les nuits - t'as eut la chance d'voir l'Empereur venir t'y rendre visite, et t'es encore sur ton nuage. T'es pas sûre de pouvoir en redescendre un jour - sans doute pas. Jamais. T'en as pas envie - tu flamboie littéralement comme une comète colorée, n'portant que de quoi éblouir le monde autour de toi.
Ce soir, tu as décidé pour du bleu électrique - ta chemise brille littéralement sous l'feu des projecteurs, et ton pantalon blanc n'est pas forcément mieux. T'cherches pas la discrétion - plus à présent. Puis t'as jamais été vraiment doué pour cela de toute façon.

Alors tu t'trouve là, à faire les comptes dans un coin d'ton paradis artificiel, et t'as pas vraiment la tête à ca. Tu regardes plutôt l'monde passer autour de toi, et t'souris de les voir si ravie. T'aimerais que ce soit toujours ainsi et que ce soit simple - la vie sur Haima l'est en majorité, et c'est rapidement que tu as tendance à croire que tout y est parfait. T'oublie parfois qu'Elysium n'apparaitra plus jamais. T'oublie parfois comme elle peut t'manquer, parce que dans ta tête elle a jamais disparu. Mais alors que t'es seul depuis un moment tes pensés retournent vers elle, et tu t'sens prêt à replonger. Tu t'souviens alors pourquoi depuis un mois tu passe pas un moment sans rien faire, ou en faisant des choses qui t'ennuient prodigieusement - t'as bien trop peur d'penser. Tu veux pas penser à elle - ou du moins pas au fait qu'tu la reverras plus jamais.
Refusant de te laisser morfondre, tu fais la seule chose qui t'semble logique - tu t'lève et tu te mélange à la foule de tes clients. C'est pas long avant que tu trouve une gueule familière ou deux, que tu les salue de la main, avant de te glisser vers le bar. Et c'est là que tu croise une tête que tu connais depuis longtemps - parce qu'il est l'un de tes plus fidèles clients, bien que t'ai pas eut l'occasion de le croiser depuis un certains temps. Pas que tu te sois rendu disponible pour cela de toute façon. Sauf que - quand il s'tourne vers toi tu te rends compte qu'il est pas si connu - tu t'sens presque gêné de l'avoir coupé dans son geste, et reste un moment comme un poisson hors de l'eau à plus savoir que dire : « A qui ai- je l'honneur? » Il t'le demande aimablement, et tu reprends alors contenance, lâchant sa main pour lui offrir un de tes parfaits sourires - « Malaki Hiroaki - bienvenue au Heaven ! J'suis le propriétaire des lieux. » tu t'présente avec enthousiasme, l'trouvant parfaitement magnifique, c'beau vampire, mais t'es étonné d'pas le reconnaitre. « Et à qui ai-je l'honneur ? J'pense pas vous avoir déjà vu ici.... » Tu l'distingue d'un regard appréciateur. « J'm'en serais souvenu. »


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Messages : 89
Date d'inscription : 07/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance Ven 13 Avr - 22:58



@Karl Valek Nightray / @H. Malaki Hiroaki
Le pervers narcissique n'est autre que le jouisseur du mal


La bienveillance de ce vampire me parait surjoué. Il est beau et enthousiaste dans une pièce euphorique où l'humidité des corps et la musique sont excessives. J'ai l'impression qu'il m'enrobe dans son monde à lui, c'est assez déstabilisant.
Je feins un sourire en récupérant la carte entre mes mains, la faisant glisser jusque moi sur le comptoir.

" Je suis Karl Nightray. J'ai débarqué ici il y a peu de temps. C'est pourquoi on ne s'est pas encore croiser. "

Je parcoure la carte des yeux, monotone. Sa bonne humeur apparente n'a pas d'effet sur moi. Je vois bien qu'au fond de ses amandes noirs quelque chose le préoccupe. Je ne suis pas d'un naturel curieux et à vrai dire peu de choses m'intéresse excepté ma personne. Mais je sens une part d'ombre en lui et j'aime ça. Je ne sais pas encore si cela va me servir.
Sa flatterie me délie la langue. Il est plutôt habile il faut dire.

" Si j'avais su qu'un tel endroit existait j'y aurai élu domicile. "


Je ris sincèrement. Je suis déçu que les humains brûlants sur la piste de danse ne soient pas disponible à la consommation. A quoi je m'attendais franchement? J'ai eu un fiévreux espoir à la seconde où je suis entré mais maintenant c'est la désillusion. A quoi pensais-je? Je suis sur l'Archipel d'Haïma, l'Ile de la cohabitation pacifique entre humain et vampire... Foutu exil.
L'idée du self service m'effleure l'esprit. Ce serait une excellente idée. Mais pas ici. Pas au siège même de l'empereur.
Non ce qui me déride, c'est la sélection de la carte qui propose un sang maturé exagérément. Quand je vois l'âge, le terme maturé me parait mal employé. Je suis habitué à plus sévère que cela. Mais cela fait tellement longtemps je n'ai pas pu y tremper mes lèvres que l'exaltation me vient.

" C'est ce que vous avez de "Pire" en stock ? "

J'emploie pire lorsque je montre du doigts mon choix à Malaki Hiroaki. Une parfaite minorité de vampire possède mes goûts et c'est déjà un exploit que de trouver ce genre de relique. Même si ce n'est qu'une maturation infime. En généralité, les autres vampires exècrent ce genre de cocktail.
Je hoche un sourcil pour appuyer mes propos. Ce bar me plait d'avantage.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance Lun 28 Mai - 23:52

Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance
@Karl V. Nightray & @H. Malaki Hiroaki

T'fixe toujours un bienheureux sourire sur tes lèvres - t'es pas capable d'être autre chose que ravie quand tu te trouve dans ton paradis artificiel. Quand tu brille sous les projecteurs, entre les corps qui s'entrelacent et flirtent dans des oeillades qui perdent de leur pudeur à mesure des heures qui défilent. T'es extatique devant tant d'émotions - ca t'fait toujours voler le palpitant vers l'extase, sans savoir pourquoi. Tu savoure la joie des autres pour t'rendre heureux. Pas que tu l'sois pas en dehors - plus à présent. Tu touche au nirvana et rien n'peut te faire redescendre de ton nuage. Encore moins la perspective d'une nouvelle rencontre.
T'es un type sociale - et plus tu connais du monde, plus tu t'sens ravie. Y a pas une âme qui vive sur Haima que tu n'ai déjà croisé - que ce soit à la cours ou dans ton Heaven. Le lieu est assez connu pour attirer les nouveaux visages, et fidéliser les anciens. Et contrairement à Gabriel, t'as jamais de mal à te mêler à la foule pour aller à la rencontre des clients et oublier rapidement que t'as des responsabilités. Que tu peux pas finir par danser à moitié nu sur le bar en gueulant que t'offre ta tournée à tout le monde - faut déjà une bonne dose d'alcool et de sang frais pour t'mettre à l'envers, bien que le plasma ait cet effet sur toi. Pour l'heure - cependant - t'fixe plutôt ton attention sur le bellâtre qui a choisit d'venir dans ton bar pour la première fois. « Je suis Karl Nightray. J'ai débarqué ici il y a peu de temps. C'est pourquoi on ne s'est pas encore croiser. » Nightray - s'trouve une poésie dans le nom qui t'échappe pas, et t'fait proposer une main manucurée et délicate au nouveau venue pour la lui serrer. « Mieux vaut tard que jamais - félicitation pour votre emménagement à Haima et Bienvenue au Heaven. » dis-tu avec ton éternel enthousiasme, faisant l'tour de la maison d'un geste emphatique et théâtrale. Après tout, tu n'es rien si ce n'est dramatique par nature.

T'en profite pour l'dévisager sans pudeur alors qu'il reprend la carte des boissons. « Si j'avais su qu'un tel endroit existait j'y aurai élu domicile.  » « Il n'est pas trop tard. » Qu'tu confirme, sentant une fierté d'chauffer la poitrine. T'sais pas vraiment s'il parle d'Haima ou du Heaven, mais dans les deux cas tu sens comme s'il s'agissait d'une part de toi - alors tu peux te permettre un semblant de fierté à sa déclaration. Tu doute pas de toute façon que quiconque viendrait vivre sur l'île s'y sentirait à sa place - tu ne peux pas penser le contraire dans ton immense naïveté. Finalement il se tourne vers toi, d'même que la carte et te montre un de vos cocktails du doigts - un d'ceux rarement pris comme il fout au plafond la majorité des clients qui se pressent au Heaven « C'est ce que vous avez de "Pire" en stock ?  » T'arque un sourcil - dubitatif mais amusé devant la question. Penchant la tête d'côté, tu l'fixe avec un air d'défis. « C'pas à votre gout ? »  qu'tu demande sans méchanceté, plutôt avec une réelle curiosité. « C'est le pire - sauf si vous avez mieux à propose au barmaid. Ils sont jamais contre un défis à relever pour satisfaire nos clients. » Qu'tu propose en faisant signe à la dite-barmaid de faire un geste vers vous. « Allez-y Monsieur Nightray - que pouvons-nous faire faire pour vous complaire ? » 



_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Messages : 89
Date d'inscription : 07/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance Ven 6 Juil - 22:35



@Karl Valek Nightray / @H. Malaki Hiroaki
Le pervers narcissique n'est autre que le jouisseur du mal


D'un air dubitatif j'observe la main qu'il me tend avant de la serrer dans la mienne. Une main tendue spontanément sans la moindre arrière pensée. Une main si fine et délicate, si féminine. Je fais un effort pour ne pas lui broyer les phalanges entre les miennes puissantes.
Notre poignet de main est brève. Ce contact me trouble un peu.
Je le vois sourire simplement. Sa joie de vivre est déconcertante. Il cache bien son jeu.
Il tourne sur lui même si fier de ce qu'il a bâti écartant les bras pour illustrer sa portée. Une vrai bête de foire.

Je n'ais pas l'habitude de fréquenter des personnes aussi extraverties. Sa veste pailletée luit à la lumière des lampes artificielles comme une boule à facettes. Cela me donne le tournis je finis par conséquent par m'assoir. Sur mon tabouret je le surplombe involontairement.

« C'pas à votre gout ? »


Je pense l'avoir piqué mais à son air enjoué je devine qu'il n'en est rien.

« C'est le pire - sauf si vous avez  mieux  à proposer au barmaid. Ils sont jamais contre un défi à relever pour satisfaire nos clients. »

Mes sourcils se rejoignent. Il est totalement à côté de la plaque. Qu'est ce qu'il croit? Que je vais lui faire le service? Inventer des cocktails tel un apprenti barmaid?

" Je ne suis pas ici pour ça. Si j'avais voulu me servir un verre je serais resté chez moi. "

Mes yeux foudroient la jolie fille derrière le comptoir. Mon geste la fait reculer brusquement jusqu'au plan de travail derrière elle. Les verres tintent en un joyeux carillon. D'une main alerte, elle en rattrape un au plané mais ne parvient pas à empêcher le second de s'échouer sur le sol. La musique beaucoup trop forte fait que le fracas ne retentit qu'à oreille vampirique. Seulement quelques têtes se tournent en notre direction. Gênée, la jeune femme s'affaire à ramasser sa maladresse.
En forçant l'amabilité je reporte mon attention sur mon interlocuteur.

" Disons que cela m'étonnerait grandement si vous possédiez une hémoglobine mise en bouteille depuis plus de six mois. Je me contenterai de celle-ci. C'est déjà un miracle d'en trouver maturée dans un établissement d'Haima. "    

La tendance était au sang frais, sang mélangé à l'alcool, anticoagulant et autres altérateurs de goût.
Moi j'aime la viscosité morbide et sèche du sang dans sa maturation. Le fer pâteux qui colle au palais et l'absence de diluant.

Je vois à sa manière de me regarder qu'il juge délicatement ma demande. Et j'en ais purement rien à faire. Tout ce que j'ai envie c'est qu'il me serve lui même un fameux verre de sa " meilleure " bouteille. Il ne papillonne plus autour de moi et ça m'apaise d'avantage. Je porte de nouveau mon sourire en coin en essayant de me détendre un peu. La barmaid est partie se réfugier à l'autre bout du comptoir. A présent, les places se libèrent autour de moi. Un périmètre s'installe. Seul Malaki Hiroaki reste à proximité et j'apprécie sa bravoure.


_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance

Revenir en haut Aller en bas

Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» figurine blood bowl sur internet (comme des troll de glace.)
» T'as quoi comme caisse ?????
» pour les débiles (comme moi :)
» ben un peu comme tout le monde... il passe de l'orange au vert, le nez clignote et ensuite, retour à
» Navigo comme ztamp de base ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Le Heaven-