AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mar 10 Avr - 1:43

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
C'est une longue soirée qui commence dans leur établissement, alors qu'un anniversaire se déroule non loin et qu'une dizaine de clients attendent d'un pied ferme les esclaves qu'on leur a réservé. Milo s'assure que tout le monde est installé dans une chambre propre, classe et à l'abri des regards, même si quelques vieux habitués se cachent derrière des faux miroirs pour observer les scènes avec plaisir et pour s'adonner au plaisir de l'onanisme en jouant au voyeur. Ca ne le dérange pas plus que cela lui, tant qu'on le paye bien et qu'on lui demande gentiment, il y a toujours moyen de négocier une pratique peu commune. Ainsi une fois tout prêt et tout le monde installé, il part vérifier les réserves de sang et d'alcool qui sont encore bonnes, même si il faudra penser à refaire le plein dés le lendemain sans doute. Lorsque les clients fêtent un anniversaire ils boivent, baisent, tuent beaucoup trop alors leur établissement manquera de vivre dés le lendemain matin. Puis une fois qu'il a fait le tour pour s'assurer que tout est en ordre, il repart dans son bureau pour terminer quelques dossiers qui prennent du retard. A la lueur d'une bougie qui vacille, il remplit plusieurs papiers, fait une demande de sang frais et de plasma auprès de la clinique et fini de jeter un œil sur les comptes qui sont au beau fixe. Mais alors qu'il gratte sa plume sur le papier, il sent une odeur particulière derrière la porte de son bureau.

Une odeur humaine, au sang frais et à la carotide toute jeune qui pulse sous une peau chaude. Milo sourit d'une manière moqueuse, comme si ça pouvait lui échapper à lui lorsqu'un esclave se met à écouter aux portes. Et puis sans faire de bruit, le plus discrètement possible il se lève et s'approche de la porte alors que l'odeur se fait plus persistante. Il pose sa main sur la poignée et d'un coup ouvre l'immense porte en chêne massif, dévoilant sous ses yeux une de ses esclaves. Sans doute la plus aventureuse, car elle n'a pas peur de tendre l'oreille vers le bureau du patron. « Fanny, bonsoir ! Un problème ? » Qu'il demande avant de l'attraper par l'oreille et de la tirer vers lui. « Besoin d'un coup de main ? Ou dois-je te faire passer l'envie d'espionner ? C'est très mal ce que tu fais, tu le sais j'espère ?! » Qu'il dit non sans avoir un sourire amusé sur les lèvres. Il la tire jusqu'à son bureau où il la lâche une fois qu'elle est proche d'une chaise pour s'asseoir. « Qu'est ce que tu veux ? J'imagine que ce n'est pas la première fois que tu fais ça, as-tu déjà entendue quelque chose ? » Qu'il demande en pensant que son bureau a déjà accueilli des membres du groupe, pour des discussions passionnées sur un possible renversement de pouvoir.
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Sam 14 Avr - 15:05

C'est mal d'écouter aux portes.
    Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
   

   
 

Tu sais plus depuis combien de temps ça fait qu'tu accompagnes Oksa' et Milo un peu partout où ils vont, mais ce qui est sur, c'est que ça t'a jamais plu de servir de petit chien à "papa" et "maman" -et qu'ça te plaira jamais. T'aimes pas ça, sentir une laisse fermement maintenue autour de ton cou et même si au final t'es arrivée ici de toi-même -quoique t'as appris que les vampires sont capable d'une manipulation séduisante- t'es plus que déterminée à t'en sortir. Alors voilà qu'une fois de plus, tu les accompagnes en dehors de la "maison", vous rendant au Seven Deadly Sins -ce qui te fait marrer parce que c'est le même nom qu'un manga que tu lisais y a encore un an. Rien avoir avec la bande dessinée japonaise cependant. Ce lieu, c'est l'repère des vamp's fous à liés qui s'amusent à torturer et bouffer des hommes -de ton espèce. Heureusement pour toi, t'es déjà à tes maîtres -seul avantage de ta condition. T'es pas un casse-croûte donc. T'es pas libre pour autant.

T'finis bien par errer de ci de là, sans n'avoir plus rien à faire. On te donne pas trop de tâche -ou alors c'est que t'es rapide dans leur accomplissement- et plutôt que de retourner voir Oksana pour qu'elle te donne autre chose à faire, tu préfères prendre une pause -petite rebelle. Une pause importante pour toi parce que t'es pas s'en savoir qu'il se passe des choses pas claires ici aussi et que les vampires, aussi entre eux, s'font des sales coups. T'en apprends toujours un peu plus en venant ici, involontairement la plus part du temps. T'entends des conversations à travers des portes, quand tu passes à côté d'dents tranchantes qui ne s'inquiètent pas de ta présence. Et au final, c'est comme ça que t'as plus ou moins compris le système d'Haima. Ça peut toujours t'être utile -surtout si tu veux t'en tirer.

Et c'est comme ça que tu te retrouves devant une porte qui te semblait pas mal -à savoir celle du patron du Seven alias Milo, à coller ton oreille contre cette dernière et à patienter, voir si quelqu'un veut bien te livrer quelques secrets. Mais c'est une mauvaise pioche, parce que ton maître -bon sang ce que t'as horreur de dire ça!- est là derrière et brise ton seul rempart. « Fanny, bonsoir ! Un problème ? » T'es surprise, un peu déboussolée et tu vacilles légèrement avant de te reprendre et de tenter d'articuler. « Hein, euh, bonsoir ! Je, non, je... » Sauf qu'il te laisse pas le temps et t'attrapes par l'oreille, comme dans les dessins animés, te faisant entrer. T'peux pas t'en empêcher, tu laisses échapper tes petits aïe inutiles. « Besoin d'un coup de main ? Ou dois-je te faire passer l'envie d'espionner ? C'est très mal ce que tu fais, tu le sais j'espère ?! » T'as envie de lui rétorquer quelque chose de bien cinglant, de lui faire passer ce petit sourire sur son visage de bouffeur d'hommes. Bien sur que tu sais que c'est mal mais... « Aussi mal que le cannibalisme ? » T'as un faux air innocent scotché au visage, t'en deviendrais presque arrogante. Mais t'y peux rien si les vampires t'énervent et t’horripilent. Pourtant, t'peux pas mentir, Milo, c'est pas le pire d'entre eux -quoique tu veux pas savoir ce qu'il fait à certains esclaves du Seven. Et pour le coup, t'es quand même vachement chanceuse de l'avoir lui en face de toi plutôt qu'un autre fou furieux.

Il te demande, t'interroge, veut savoir si t'as déjà entendu des trucs. Tu réfléchis un petit instant, pesant le pour et le contre. Pas que tu ais un jour entendu grand chose d'intéressant, en tout cas rien qui puisse t'aider à t'échapper d'là. « Si vous me demandez, c'est que vous avez quelque chose à cacher ? » Pour le coup, t'oublies les airs innocents employés précédemment et t'optes  pour du sérieux, comme dans une confidence. Tu t'attends pas à ce qu'il réponde, s'il a un secret, c'est certainement pas à toi qu'il va le livrer mais bon, t'es curieuse et t'gardes toujours un peu d'espoir en toi. « J'écoute pas si souvent que ça aux portes -en général je le fais pour m'assurer que je ne me trompe pas de porte ou que je ne dérange pas. » Et c'est même pas un mensonge. Parce que tu sais les vampires impatients et indiscrets, tu vérifies toujours qu'ils ne sont pas dans une situation gênante. « Et puis j'en vois plus que je n'entends. » Puisqu'tu passes ton temps à parcourir les couloirs, t'vois passer pas mal de monde, à commencer par ces gens qui portent toujours des longues capes noires -ce qui n'est pour toi pas très discret.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mer 18 Avr - 2:35

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
Il a pas de patience Milo et encore moins lorsqu'il surprend un de ses esclaves dans une posture qui l'agace prodigieusement. Il a beaucoup d'estime pour Fanny, du moins autant qu'un vampire peut en avoir pour une humaine, mais tout de même il n'a pas envie de lui faire du mal alors la surprendre avec l'oreille collée à la porte ça lui donne envie d'lui dire de se tenir tranquille, car si il doit lui coller des tartes ça ne sera pas pour le plaisir et la joie de la remettre à sa place. Alors il la fait rentrer en la tenant par l'oreille et ferme la porte d'un coup de pied, ne voulant pas être dérangé ou surpris lors d'un entretien privé. « Aussi mal que le cannibalisme ? » « Ne joue pas à l'ingénue. » Qu'il répond simplement avant de la déposer devant une chaise, avec un regard qui ne laisse pas de place à la protestation. C'est maintenant et tout d'suite, sinon elle va rejoindre son travail avec des coups de pied aux fesses. Et dieu sait qu'il frappe fort le Milo.

« Si vous me demandez, c'est que vous avez quelque chose à cacher ? » Il lui lance un regard qu'on pourrait qualifier de noir avant de reprendre sa place sur sa chaise confortable. Il n'a pas envie de jouer à l'idiot avec elle et il n'aime pas qu'elle retourne les questions comme ça. Mais elle est fine d'esprit Fanny et il l'a bien compris, elle sera plus difficile à casser pour la modeler comme ils le veulent dans cet endroit. « C'est moi qui pose les questions ici. » Qu'il rajoute avec un regard qui devrait lui faire comprendre qu'elle n'a pas trop le choix et surtout, qu'elle ne doit pas jouer à la fine au risque de se retrouver avec une autre cicatrice qu'il lui aura délicieusement infligé. Après tout il a le dessus, il ne voit pas pourquoi il se gênerait de lui faire comprendre qu'ici, elle n'est rien. « J'écoute pas si souvent que ça aux portes -en général je le fais pour m'assurer que je ne me trompe pas de porte ou que je ne dérange pas. » Elle arbore un air sérieux qui le fait réfléchir un instant alors qu'il l'observe, pesant le pour et le contre. Il cherche à savoir si elle ment ou si elle dit la vérité, mais c'est parfois compliqué car les humains sont des fins menteurs. Il c'est rendu compte de ça depuis quelques siècles, les mortels savent très bien mentir et usent de ce don dés qu'ils en ont l'occasion. « Et qu'elle pièce cherchais-tu ? » Qu'il demande après une seconde de silence. Il fronce les sourcils et l'observe, guettant la moindre hésitation qui pourraient trahir le doute d'un mensonge.

« Et puis j'en vois plus que je n'entends. » « C'est à dire ? » Demande Milo avec un air plus intéressé cette fois-ci. C'est qu'il veut bien savoir ce qu'elle voit qui est si intéressant et qui mérite qu'elle lui en fasse part. « Tu sais que tu risques énormément si tu deviens trop curieuse. Ou trop bavarde. » Ou quoi que ce soit qui pourrait déplaire au couple. « Et puis ce qui se passe au Seven, reste au Seven c'est la règle. » Qu'il rappelle au cas où elle aurait l'envie de raconter un peu trop autours d'elle, ce qui se passe entre les murs de ce bordel.
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mer 18 Avr - 20:58

C'est mal d'écouter aux portes.
  Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
 

 

Tu sais pas trop ce qui te prends aujourd'hui, sûrement que tu prends la confiance, que tu te sens pousser des ailes à n'avoir encore jamais été recadrée. Sauf que voilà, Milo, il est gentil, mais faut pas non plus pousser mémé dans les orties comme on dit -et dans ton cas ça signifie qu'il faut pas trop le chercher parce que tu pourrais finir bouffée. Alors quand tu t'oses à jouer les plus maline, il te remet à ta place vite fait et tu t'en pinces les lèvres, préférant t'asseoir comme il t'a fait comprendre de le faire. De là tu restes calme jusqu'à ce qu'il te questionne. Mais ta bouche a décidé d'faire comme elle voulait aujourd'hui puisque tu continues à sortir des âneries. « C'est moi qui pose les questions ici. » Tu te décides alors à répondre à sa question, expliquant que tu le fais pas souvent, surtout pour te situer et ne pas déranger. Sauf que tu sais au fond de toi que y a des moments où tu colles volontairement tes oreilles aux portes pour en apprendre plus. Comme t'as fait y a encore quelques minutes avant de te faire prendre.

« Et qu'elle pièce cherchais-tu ? » Tu te mords l'intérieur de la joue pour pas répondre bêtement "les toilettes ?" et tenter de te trouver une excuse mais comme le temps de réponse est déjà passé pour qu'un mensonge paraisse plausible, tu préfères être honnête. « Je... suis désolée. » T'as une sueur froide parce que tu commences à flipper un peu. Vaut mieux avouer maintenant. « Je cherchais à apprendre. » Apprendre des choses intéressantes qui pourraient te permettre de mieux comprendre. Comprendre pour te sortir de là. T'as les sourcils froncés et t'attends ta punition.

Mais t'en vois plus que tu n'en entends. Et il veut savoir ce que tu vois. Mais comment expliquer ça ? « Eh bien, il n'y a pas beaucoup de bruit. C'est bien isolé et quand les gens veulent parler de choses importantes ils le font à voix basse. Alors au final j'en apprends plus quand je vois des gens passer : leurs vêtements, leur manières, leurs bijoux, tout ça en dit beaucoup sur eux. » Et sur le monde qui t'entourent. Tu préfères ne pas parler des gens en capes -parce que tu n'es pas encore tout à fait sûr que ça soit anormal dans ce monde-ci. Alors il te fait la morale. Te rappelle que c'est pas forcément bon pour toi de trop en savoir ou de trop en dire, qu'il faut te taire même. « Et puis ce qui se passe au Seven, reste au Seven c'est la règle. » Tu hoches la tête. Tu ne peux qu'approuver après tout. Mais t'as un arrière goût dans la bouche. Tu ne sais pas vraiment si c'est une mise en garde ou un conseil. Dans tous les cas ça t'informe que les trucs qu'y se passent ici sont pas très nettes même dans le monde des vampires. Et puisque ta langue veut sortir, tu poses une dernière question. « Mais, le Seven, c'est légal au moins ? » Tu sais pas si t'es stupide ou naïve -ou les deux- mais depuis que t'es arrivée sur l'île, t'as rencontré presque personne pour te parler du système de l'île. T'as bien cru comprendre que les affaires étaient louches mais elles ont l'air tolérées. Alors peut-être que voilà. « C'est juste pour savoir, je veux pas faire de grabuge. » Tu tentes de te défendre. « J'essaie juste de comprendre. »
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mer 25 Avr - 3:22

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
Il est assis devant l'une de ses esclaves et il attend des réponses qui tardent à venir. A son goût, faut dire qu'il a la chance de vivre une éternité et pourtant il n'a pas été doté d'une qualité aussi utile que la patience. Au contraire il a tendance a vite trouver le temps long et n'aime pas qu'on le fasse attendre, étrange pour quelqu'un qui ne devrait même pas s'attarder sur le temps car au final il ne compte même pas. Mais c'est ainsi et chacun de ses esclaves le sait, car tous ont déjà fait les frais de cette impatience qui caractérise le deuxième patrons du Seven. Alors lorsqu'elle voit que le temps passe et que lui commence à taper ses doigts sur le bureau, signe qu'il commence à s'agacer, elle vient aussitôt s'excuser. Il hausse un sourcil, surpris d'entendre cela car c'est rare qu'ils cèdent aussi facilement. Certes ils finissent tous par demander pardon mais en essayant avant cela de trouver des excuses, souvent farfelues. Alors il est étonné et ne s'en cache pas, avant d'attendre la suite qui arrive bien vite. Elle lui avoue qu'elle cherchait à apprendre et il ne lui en faut pas plus pour comprendre que c'est de quoi les faire chanter, ou du moins s'attirer quelques avantages, qu'elle voulait découvrir. « Tu n'es pas la première à vouloir plus que ce que tu n'as déjà. Pourquoi voulais-tu apprendre ? » Qu'il demande dans un soupir avant de venir jouer avec un stylo qu'il a sur son bureau, pour canaliser son attention sur autre chose.

« Eh bien, il n'y a pas beaucoup de bruit. C'est bien isolé et quand les gens veulent parler de choses importantes ils le font à voix basse. Alors au final j'en apprends plus quand je vois des gens passer : leurs vêtements, leur manières, leurs bijoux, tout ça en dit beaucoup sur eux. » « Tu sais que nos clients sont fortunés. Je ne vois pas en quoi cela va t'aider. Qu'est ce que tu as observée d'autre ? Ne joue pas Fanny, je finirais par l'apprendre. » Qu'il dit encore une fois en puisant dans ses réserves de patience. C'est qu'elles ne sont pas souvent remplies et qu'elles s'épuisent vite, surtout lorsqu'il reçoit des nouveaux esclaves. Avec Siobhan il a récemment fait preuve d'ouverture d'esprit et de constance, c'est qu'il ne faut pas trop lui en demander à Milo. Pas alors qu'il a si peu de respect pour l'espace humaine et sa vie si courte. « Mais, le Seven, c'est légal au moins ? » Il attend une seconde, attend de voir si elle va se mettre à rire mais non, elle est sérieuse. Il éclate de rire franchement, sans cesser de la regarder. Surpris par tant d'audace il lui faut quelques secondes pour calmer le rire qui secoue ses épaules. « C'est juste pour savoir, je veux pas faire de grabuge. » « Et c'est pour quoi si ce n'est pas pour faire du grabuge ? » Qu'il demande après un moment. Il pose sur elle un regard amusé et un sourire qui ne cesse d'étirer sa bouche. « J'essaie juste de comprendre. » « Comprendre quoi ? Nous sommes un établissement qui propose aux riches fortunés de cette île, un petit moment de complicité et de charme avec nos filles et nos garçons. C'est aussi simple que ça. » Qu'il dit avec un ton doux, comme si il parlait à une enfant et qu'il venait de lui expliquer une leçon compliquée, qu'elle aurait eu du mal à comprendre. « Tu es étonnante Fanny. Inconsciente, mais réellement étonnante. Tu as de l'audace, ce que beaucoup ont perdus depuis longtemps. J'aime ça. »
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Sam 5 Mai - 21:35

C'est mal d'écouter aux portes.
  Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
 

 

  Tu commences à l'agacer, tu le sens. Tu dois trop tourner autour du pot mais c'est ce qui te fait gagner un peu de temps. Alors quand il te demande pourquoi tu veux apprendre, t'en comprends qu'il t'a grillée. Évidement que tu veux des infos pour avoir un peu de pouvoir, mais t'veux aussi essayer de t'adapter à ce système histoire que ça soit plus vivable pour toi. « J'veux juste pas être ignorante. En plus j'suis curieuse. C'est un défaut mais j'peux pas m'en empêcher. » Tu stresses, cales tes mains entre tes jambes et sers le tout pour t'empêcher d'avoir des mouvements tics -ou tocs. T'veux pas frapper frénétiquement du pieds comme tu fais quand t'es paniquée, t'veux pas montrer ta faiblesse devant un vampire même s'il doit sentir qu't'es pas rassurée. T'as encore l'orgueil d'vouloir préserver une certaine fierté. Fierté de ne pas être totalement esclave, d'être juste le joujou d'Oks'. T'es pas esclave sexuel et heureusement sinon tu donnerais pas cher de ta santé mentale.

« Tu sais que nos clients sont fortunés. Je ne vois pas en quoi cela va t'aider. Qu'est ce que tu as observée d'autre ? Ne joue pas Fanny, je finirais par l'apprendre. » « Y a tellement plus à observer que la richesse sur quelqu'un ! » C'est peut-être tes années à pratiquer les arts du théâtre qui t'ont donné le sens du détail. Les heures passées à chercher dans tes affaires et celles de tes parents les accessoires et fringues qui convenaient l'mieux à tes personnages qui t'ont apprise que pour chaque qualité et défaut il se reflètent un indice sur la tenue. « Vous avez vu les films Sherlock Holmes ? » Que tu demandes parce que t'as jamais lu les livres mais que t'es un as en ce qui concerne le cinéma. « Dedans on y voit Sherlock qui associe le moindre détail d'une personne à un défaut ou un acte passé. J'sais pas si je suis claire, mais grossièrement, une femme ayant une marque de bronzage à l'annulaire gauche, c'est qu'elle portait une bague, sauf qu'elle l'a plus. De là on peut en tirer plusieurs hypothèses. » Tu te perds dans tes explications sans finalement répondre ce qu'il devait attendre. Mais encore une fois, c'est plus fort que toi, c'est ta passion des détails et de la perfection scénique qui s'empare de toi, qui parle pour toi.

Puis à force de te perdre toi-même, t'finis même par demander si la maison de prostitution est légale. Et t'es sérieuse quand te demandes ça. Juste histoire de savoir si la société vampirique donne officiellement l'autorisation à ses sujets de faire des hommes des esclaves -sexuels ou non. Et il t'rit au nez ouvertement. T'as un très court rire nerveux à ton tour. « Savoir. » Toujours savoir. Comprendre. « A l'école les profs m'interrogeaient plus parce que je posais trop de question. » Jusqu'à ce que tu décides de te taire et de t’enterrer dans le mutisme scolaire. Alors il t'explique que c'est simple, l'sourire scotché aux lèvres et t'en conclues qu'c'est bien officieux, l'Seven. Quoiqu'il en soit, Milo est plus sympa, plus doux et ça a l'effet de te calmer et de t'apaiser. Y a presque de la tendresse sur son visage, si bien qu't'as plus la peur de y a quelques minutes. « Tu es étonnante Fanny. Inconsciente, mais réellement étonnante. Tu as de l'audace, ce que beaucoup ont perdus depuis longtemps. J'aime ça. » Les commissures de tes lèvres s'remontent pour former un parfait sourire sincère. « Merci ! » T'es contente parce qu'tu prends tout ça pour un compliment. C'est que c'est dur de faire dire à un vampire qu'il aime bien ta façon d'agir. Ils ont tellement peu de considération pour les mortels qu'c'est presqu'un miracle pour toi d'être encore en vie. « C'est vrai que vous étiez un humain avant ? » Oui, tu as laissé tes oreilles trainées et des rumeurs t'ont dévoilées que Milo fût comme toi des décennies en arrière. « Ca vous manque pas, parfois, d'être humain ? » Ta toujours la langue qui va plus vite que tes pensées logiques. Mais t'as cru comprendre que ça l'amusait, alors pourquoi se gêner maintenant ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mer 9 Mai - 20:58

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
« J'veux juste pas être ignorante. En plus j'suis curieuse. C'est un défaut mais j'peux pas m'en empêcher. » On va dire en effet que c'est un défaut et qu'elle ne peut pas s'en empêcher. Il préfère se dire cela, sinon il sent qu'il va perdre patience. Il n'aime pas que les esclaves fouinent de la sorte, surtout dans des histoires que ne leur regardent pas. Le Seven c'est quelque chose de tabou, il ne veut pas que les esclaves puissent trop en parler et mettre tout le monde en danger. La bonne continuité de cet endroit est justement le fait qu'il soit caché et qu'il ne fonctionne qu'au bouche à oreille et rien d'autre, car le risque de voir un espion du gouvernement tout révéler est bien trop grand. Mais Fanny est curieuse et il le sait,elle a tendance à mettre son nez dans ce qui ne la regarde pas. Alors Milo joint ses mains devant lui et lui offre un sourire. « Tu es la favorite d'Oksana pour l'instant. » Dit-il en commençant, tout en gardant un sourire de façade qu'il a comme si il racontait un début de blague. « Mais cela ne te protégera pas si tu nous fais prendre des risques. » Dit-il avant qu'elle ne lui demande si il a vu les Sherlock Holmes. Il reste surpris et fait un mouvement de la tête. « Je les ai lus plutôt, c'est bien plus intéressant qu'un film. » Dit-il avant de l'écouter lorsqu’elle lui explique qu'on peut en savoir plus sur quelqu'un en l'observant, sans pour autant juger d'un vêtement riche ou d'un bijoux hors de prix. Il est assez d'accord avec elle mais ça ne l'avance pas plus que cela. « Et que peux-tu en déduire, en observant nos invités ? Et en m'observant moi ? Tu m’intéresses, parle ne te gêne pas. » Qu'il dit en reconnaissant cette fois-ci que son intérêt a été piqué par la jeune fille. Elle est cultivée et elle a de quoi dire, il comprend que Oksana soit tout à fait disposée à lui laisser quelques semaines de vie en plus. Sa femme adore les gens qui sortent du lot.

Elle le remercie et lui offre un sourire éclatant, alors qu'il le lui rend et se lève pour se servir un verre de sang frais. Voila le désavantage d'être un dégénéré, il a besoin de boire tous les jours alors que les nobles et sang-purs peuvent, pour les plus vieux, se nourrissent une fois par semaine au maximum et par besoin. Alors qu'il termine de verse le sang dans son verre en cristal, elle reprend. « C'est vrai que vous étiez un humain avant ? » Il fronce les sourcils et se tourne vers elle. « Tu veux un verre ? » Qu'il demande avant de la servir, puis il revient s'asseoir à sa place, derrière son grand bureau en chêne sombre. « En effet j'ai été humain. Comment le sais-tu ? Bien sûr cette information reste confidentielle, n'est-ce pas ? » Qu'il demande avec l'ombre d'un sourire naissant sur son visage. « Ca vous manque pas, parfois, d'être humain ? » Il hausse les épaules et porte son verre à sa bouche, pour en avaler une longue gorgée qui apaise sa soif. Il sent que ses crocs menacent de sortir sous l'effet du liquide carmin qui coule dans sa gorge, mais il parvient à maîtriser le visage du monstre. « Pas vraiment. Disons que l'immortalité m'a tant apportée, que je ne pourrais regretter ma vie humaine. Je viens d'un pays qui était soumis aux lois Ottomanes qui nous avait envahit. Ma famille était pauvre suite au décès de mon père qui a succombé à une maladie, j'avais une vie... Compliquée dirons nous. J'étais le dernier homme de la famille et j'ai très tôt été obligé de travailler. » Dit-il alors que son regard se fait un peu plus perdu, alors qu'il parle de son ancienne vie, de celui qu'il était avant. « Au début je travaillais honnêtement à la mine, mais le salaire très modeste a forcé ma mère à se vendre à un bordel Ottoman, ainsi qu'une de mes sœurs. Alors j'ai abandonné mon travail pour rejoindre une troupe de voleurs. L'argent se faisait plus abondant mais le risque aussi. » Dit-il en posant son verre et en observant Fanny, avant de lui sourire. « Finalement un soir j'ai été pris dans une bagarre et on m'a porté un coup fatal, avant d'être rejoint par celle qui allait devenir ma créatrice. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas Oksana. »
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Sam 30 Juin - 18:00

C'est mal d'écouter aux portes.
  Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
 

 

  Patient. Il est patient avec toi et t'en as conscience. Il faut l'être t'façon, dans ce monde si, si on veut avoir une chance d'y avoir sa place. C'est ton père qui te disait toujours d'apprendre à attendre. Parce que c'est en attendant qu't'as le temps d'observer et d'analyser. « Tu es la favorite d'Oksana pour l'instant. » C'est le "pour l'instant" qui claque dans tes oreilles et de donne un p'tit frisson -pas d'amour celui la. Sûr que tu resteras pas longtemps dans ses favoris, sauf si t'arrives à montrer d'autres de tes qualités d'artistes. Peut-être qu'avec un peu d'chance, tu pourras échapper à l’abattoir. Cependant, toute ta faible confiance est balayée lorsqu'il te parle de risque. « Je comprends, j'suis désolée. » Tu baisses la tête et les yeux. Il a raison et t'es bien stupide. En un sens, t'es un peu reconnaissante qu'il t'ait passé un savon. Un doux savon. T'es une gamine encore dans ta tête et t'as besoin qu'on te rappelle le danger que tu encours quand tu défies les règles des vamps.

« Je les ai lus plutôt, c'est bien plus intéressant qu'un film. » T'aurais aimé les lire aussi, mais ton amour pour le cinéma à toujours dépasser celui pour la lecture. « Les films sont sympas et les scènes d'action intenses. Mais si vous le dites, je veux bien croire que les livres sont plus intéressants ! » Tu doutes pas de la culture de Milo. Il est plus âgé que n'importe quel humain et t'imagines que ses goûts sont sûrement meilleurs que ceux de nombreux autres. Si y a un truc que t'as appris sûr les vampires, c'est qu'ils ont l'sens de l'art et de la beauté. Tu déchantes cependant lorsqu'il te demande de parler des invités, d'expliquer ce que tu peux en déduire en le regardant lui. Il te dit de ne pas avoir peur. Mais tu sais pas par où commencer alors tu te perds souvent dans tes propres flots de paroles. « A première vu, je pensais que les clients étaient tous pareil. Juste en recherche de plaisir. Mais je peux maintenant distinguer plusieurs catégories. Y a cet homme là, avec une chevalière au pousse droit et un anneau à l'annulaire gauche, qui a toujours son petit sourire. Il est infidèle, mais il est doux avec les esclaves. » Doux parce que tu ne rentres jamais dans une chambre ensanglantée et que l'esclave qu'il demande la plus part du temps semble apprécier que ça soit lui plutôt qu'un autre. Tu te perds dans un flot de parole continue. « Vous c'est plus dur de déduire des choses. Vous n'êtes pas négligé, loin de là, vous êtes organisé, propre, vous faites attention aux détails. Mais du coup on peut s'imaginer un côté maniaque, au moins dans votre espace personnelle puisque votre bureau est ranger que vous savez parfaitement où sont les affaires que vous possédez. » C'est le premier détail qui t'a marqué, tu crois. Pas de mouvement superflu, tout semble contrôlé et maitrisé. C'est lui le patron et il le fait naturellement savoir. T'es plus sûr de toi cependant, parce que si tout ce que tu viens de dire est faux, ça serait tout de même humiliant.

Tu préfères changer alors de sujet, l'interrogeant sur sa vie d'avant. Il te propose un verre mais tu refuses poliment. Est-ce que tu peux te permettre d'accepter de toute manière ? « Même quand on laisse pas trainer ses oreilles, y a des bruits qui courent. Mais ça change quoi que vous ayez été humain un jour ? » Tu demandes sérieusement. « Les autres vampires vous considèrent moins comme les leur du coup ? C'est bête parce qu'au final vous êtes plus fort qu'eux d'une manière. On m'a dit que les vampires comme vous se font rares parce que la folie les atteint vite. Mais vous, si vous êtes encore là, c'est que vous avez été plus forts que les autres non ? Vous avez plus de mérite d'être immortel que les vampires-nés, j'pense. » Encore une fois, tu ne fais plus attention à ce que tu débites et tout sort sans que tu ne contrôles rien. « Je le dirais pas. » Que tu lâches finalement, réalisant enfin qu'il t'a demandé de garder ça pour toi. Finalement, c'est à son tour de conter des histoires, et pour le coup tu ne pipes plus mot lorsqu'il entame la sienne. T'es un peu subjuguée et étonnée, t'imaginais bien qu'il avait pas du avoir la vie facile, mais l'entendre le dire te donne un goût différent dans la bouche. « Mais maintenant c'est plus facile de gagner sa vie honnêtement, alors ça vous apporte quoi de plus d'avoir un business pas très net ? » Tu t'attends presque à un cours sur l'économie, ça t'arrangerait bien comme t'as préféré ne pas suivre les cours de sciences éco' au lycée. T'as un petit sourire quand il te dit que c'est pas Oksana qui l'a transformé. « Et vous avez toujours des contacts avec votre créatrice ? » Curiosité, quand tu reviens.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mer 11 Juil - 21:00

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
Elle s'excuse après le léger savon que Milo vient de lui passer. Il est gentil pour le moment, car c'est la première fois qu'il a été obligé d'intervenir de la sorte. La première fois depuis qu'elle est arrivée et il espère la dernière, car les fois suivantes il est connu pour être moins gentil et compréhensif. Disons qu'il est conscient que les humains ont du mal à se plier aux règles et qu'ils ont parfois besoin d'être rappelé à l'ordre une fois avant que ça soit totalement compris. Ainsi il passe au dessus de cette petite erreur et lui fait comprendre que ça doit rester exceptionnel. Une fois pas deux, sinon le propriétaire gentil deviendra un véritable salop qui n'hésitera pas, comme toujours, à user de ses poings et de sa force pour faire comprendre qu'il ne rigole pas. Il n'a aucun scrupule lorsque ça concerne les humains et se moque de les blesser ou de les effrayer, au contraire. Si ils ont peur alors ils ne recommenceront pas leur bêtise, non ? En tout cas cette méthode paye, le Seven ne c'est jamais aussi bien porté que depuis ces derniers mois. Et aucun de ses esclaves n'a jamais trahi l'établissement, pour preuve que sa méthode fonctionne. « Les films sont sympas et les scènes d'action intenses. Mais si vous le dites, je veux bien croire que les livres sont plus intéressants ! » Encore debout au moment où elle lui dit cela, il tend la main et attrape un petit bouquin noir qui porte le titre sur la reliure, en lettres d'or. « Tiens, si tu désires découvrir cette merveilleuse fiction. » Dit-il en lui déposant le bouquin sur le bureau, en face d'elle. Puis il s'installe dans son fauteuil sans la lâcher des yeux, écoutant la brève description qu'elle fait de ce fameux client, un noble fortuné et puissant qui vient dans son établissement lorsqu'il est de retour sur l'île. Il est vrai qu'il est doux et porté sur la sensualité plutôt que sur la bestialité, c'est agréable et ça change des clients habituels. Puis il laisse un fin sourire flotter sur sa bouche lorsqu'elle lui donne une description de son caractère et de ses habitudes, reconnaissant bien volontiers qu'elle a raison.

« Les autres vampires vous considèrent moins comme les leur du coup ? C'est bête parce qu'au final vous êtes plus fort qu'eux d'une manière. On m'a dit que les vampires comme vous se font rares parce que la folie les atteint vite. Mais vous, si vous êtes encore là, c'est que vous avez été plus forts que les autres non ? Vous avez plus de mérite d'être immortel que les vampires-nés, j'pense. » « J'ai failli succomber à la folie il y a quelques siècles mais on m'a aidé. Puis j'ai rencontré Oksana et la folie m'a quittée avec le temps. Mais en effet les dégénérés comme on nous appelle sont mal vu... Car la folie nous rend monstrueux avec le temps. Alors pour ne prendre aucun risque, les hauts-vampires nous exterminent, c'est plus simple et moins risqué de faire cela que de nous laisser en vie et de voir qui sombre dans la folie et qui survit. » Dit-il en prenant une gorgée de son verre, tout en étant il est vrai touché par ce qu'elle dit. Plus fort que les autres il ne le sait pas, mais il est conscient qu'il est un survivant et que c'est très rare de voir des dégénérés survivre à un siècle d'immortalité.

« Mais maintenant c'est plus facile de gagner sa vie honnêtement, alors ça vous apporte quoi de plus d'avoir un business pas très net ? » « C'est ce que j'ai toujours fait. Humain j'étais un voleur redoutable, immortel je gagne ma vie d'une manière tout aussi illégale. Je ne sais faire que cela et ça me plaît, pourquoi changer ? » Dit-il avec un fin sourire, trouvant mignon cette naïveté qui la pousse à lui poser la question. Mais il ne va pas changer, c'est trop tard lorsqu'on a connu que cela, que la noirceur de l'être humain et de la débauche, de changer et de revenir dans le droit chemin. Il est né pour être un vampire, pour s’acclimater dans cette vie et ne compte pas devenir un gentil vampire. Déjà car il est un dégénéré et donc sa nature même va à l'encontre des lois, qui interdisent ces créatures. Mais aussi car sa vie lui plaît ainsi. « Et vous avez toujours des contacts avec votre créatrice ? » Il arrête son geste alors qu'il était en train de porter son verre à sa bouche, pour boire. « Elle n'est plus de ce monde. » Dit-il sans rentrer dans les détails, n'étant pas prêt à parler d'elle avec Fanny. Il n'y a qu'avec Oksana qu'il en parle et encore, c'est rare depuis quelques décennies. « Et toi parle moi de toi, d'où viens-tu ? A quoi ressemblait ta vie avant d'arriver sur cette île ? »
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Ven 20 Juil - 14:37

C'est mal d'écouter aux portes.
  Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
 

 
C'est presque dans une discussion enflammée que tu t'embarques lorsqu'il t'interroge sur les Sherlock Holmes, des films palpitants selon toi, que t'adores. T'es passionnée quand tu parles, c'est quelque chose que tes profs adoraient à l'école, que tes camarades avaient plus de mal à comprendre. C'est à dire que t'avais souvent le monopole lors des rares débats, que tu défendais des idées avec une hargne qu'ils ne te connaissaient pas. T'aurais du être avocate, dans une autre vie. Mais à la place t'es là, à parler détails et observation avec un vampire. T'en as déjà rêvé, des rencontres avec des vampires, mais dans ses histoires là, y avait toujours un fond de romance et drama. Du drama, t'en as, la romance, beaucoup moins. Y a rien de romantique à côtoyer des buveurs de sang. Des prédateurs. Franchement, ça c'est déjà vu des histoires d'amour entre un loup et une chèvre ? Bref, tu t'égares Fanny mais reviens vite à la réalité : Milo lui tend un livre, lui propose de le découvrir. C'est certainement des étoiles que t'as maintenant dans tes yeux. « Merci, merci ! » Que tu t'exclames en t'emparant délicatement de la relique. Tu liras chaque soir, t'en doutes pas un seul instant. Il se rassoit, t'écoute de nouveau. Il est patient Milo, il te dit pas de te taire. C'est cool tu trouves. Parce que même tes profs et parfois tes parents n'en pouvaient plus quand tu blablatais sur des sujets qui te passionnaient.

Les sujets s'enchainent, tu sais plus depuis combien de temps t'es là, dans le bureau du patron mais t'es pas prête de repartir de sitôt. T'en viens à poser une multitude de question, comme il répond toujours avec calme et patience. Ça t’intéresse. Bon, on te dira que c'est pas dur de t'intéresser mais voilà, t'y peux rien si t'es de nature curieuse. « J'ai failli succomber à la folie il y a quelques siècles mais on m'a aidé. Puis j'ai rencontré Oksana et la folie m'a quittée avec le temps. Mais en effet les dégénérés comme on nous appelle sont mal vu... Car la folie nous rend monstrueux avec le temps. Alors pour ne prendre aucun risque, les hauts-vampires nous exterminent, c'est plus simple et moins risqué de faire cela que de nous laisser en vie et de voir qui sombre dans la folie et qui survit. » Tu vois, tu comprends. Ils sont dangereux, plus encore que les vampires "normaux". T'en feras les frais d'ici quelques jours mais tu ne le sais pas encore. « Je crois avoir entendu dire que parfois, ils sont aussi envoyer dans l'armée, pour devenir gardien. » Tu ne sais plus où tu l'as entendu, c'est à dire que depuis que t'es au Seven, t'entends beaucoup de trucs et que c'est peut-être pour ça que t'es pas si perdue dans ce monde là. « Mais du coup, c'est un peu injuste, non ? De tuer des personnes qui ont quand même une chance de pas être fous. J'veux dire, c'est comme si on exterminait tous ceux qui étaient dans le coma sous prétexte qu'ils ne se réveillent pas maintenant, non ? » T'es sceptique concernant cette politique. Surtout qu'on t'a toujours appris qu'il ne faut pas juger trop vite. M'enfin, c'est pas toi qui fait la loi -heureusement en un sens.

Puis tu poses la question ; pourquoi ne pas vivre une vie honnête à présent ? La réponse semble finalement évidente quand elle franchit les lèvres du vampire. Et ta question te paraît soudainement stupide. L'habitude. Plus même, c'est un mode de vie. Et pourquoi s'embêter à vivre honnêtement lorsqu'on a un business qui marche plus que bien ? Finalement, tu demandes pour sa créatrice, parce que tu veux savoir comment ça se passe en général. Genre, s'il y a un lien particulier qui les unis. « Elle n'est plus de ce monde. » T'en conclues qu'il ne veut pas en parler et tu te mords la lèvre inférieure avant de te tripoter des mains. T'as peut-être fait une bourde en lui rappelant ça mais tu préfères rien dire jusqu'à ce qu'il reprenne lui la parole. « Et toi parle moi de toi, d'où viens-tu ? A quoi ressemblait ta vie avant d'arriver sur cette île ? » T'es un peu surprise qu'il te pose la question, puis tu réfléchis. A bien regarder, t'as pas autant vécue que lui et tu doutes d'avoir beaucoup de chose à raconter. « Je viens de France ! » T'es quand même contente de pouvoir le dire, parce que t'aime ce pays. « J'étais juste une fille normale je crois, avant d'arriver sur Haima. » Tu réfléchis un peu à ce que tu peux dire, te souvenant de certains détails. « Mon père est militaire et ma mère secrétaire dans un lycée. Petite, c'était toujours joyeux à la maison. » Tu racontes, un peu pensive. « Mon père me manquait mais il travaillait pour la paix, alors je ne me plaignais pas. » Jamais. Tu te tiens de dire que tu écoutais déjà aux portes à cet âge là, entendant les sombres récits de ton père revenu de la guerre. « J'ai jamais manqué de rien, vous savez. Pas même d'amour. On était heureux, même après l'accident qui a tué la sœur de mon père et sa famille. Sauf mon cousin. » Que t'expliques, presqu'un sourire aux lèvres, parce que c'est vrai que t'a jamais été triste bien longtemps -sauf peut-être quand un certain jeune homme se permettait de torturer ton petit cœur d'adolescente romantique. « J'étais dans une petite troupe de théâtre avant de venir ici. C'est comme ça que j'ai rencontré Oksana. » Que tu finis par révéler.
 

_________________
I'm fearless
Fanny
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mar 24 Juil - 19:58

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
Elle le remercie avec des étoiles dans les yeux et pendant un instant, il a l'impression d'être légèrement attendri par les réactions de la jeune humaine. Ce n'est qu'un bouquin mais pour elle ça semble être quelque chose de précieux, presque d'intouchable et pendant une seconde il le comprend. Après tout les esclaves n'ont plus rien, sont dépossédé de leurs objets, de leur identité presque et ils retrouvent cela en fonction de leurs actes. Il comprend maintenant que Fanny n'a peut-être pas encore retrouvée cela et ce bouquin va sans doute l'aider à se souvenir de son ancienne vie, où elle était passionnée de plusieurs choses et surtout de Sherlock Holmes apparemment. « Je crois avoir entendu dire que parfois, ils sont aussi envoyer dans l'armée, pour devenir gardien. » « C'est vrai oui. Car nous avons beaucoup de force et d'endurance, parfois plus que d'autres vampires. » Dit-il en hochant la tête. Après tout il n'y a rien de risqué à dire cela et à l'avouer, lui aussi aurait pu rejoindre l'armée mais la discipline, les ordres et l'allégeance envers les Lightwood n'est pas quelque chose qui l'attire. Plutôt mourir oui, que de jurer protection à cette famille de parjure. « Mais du coup, c'est un peu injuste, non ? De tuer des personnes qui ont quand même une chance de pas être fous. J'veux dire, c'est comme si on exterminait tous ceux qui étaient dans le coma sous prétexte qu'ils ne se réveillent pas maintenant, non ? » « Disons que les dégénérés font plus de massacres qu'un comateux, lorsqu'il sombre dans la folie. Et puis sur une centaine de dégénérés, un seul survit à la folie. Fais le calcul, c'est moins risqué de tuer tout le monde. » Il comprend ce fonctionnement en quelque sorte, mais trouverait ça plus logique de trouver une façon de leur permettre de survivre, plutôt que de tuer sans réfléchir.

Il l'écoute parler d'elle lorsqu'il lui demande, satisfait de changer de sujet. Parler de sa créatrice c'est définitivement quelque chose qu'il ne veut pas. En plus d'être profondément intime, cela lui rappelle l'odieux crime d'Hélios et ça, ça ne fait que l'agacer. Concernant le reste il a mal d'être séparé de sa créatrice car le lien entre Infant et Sir est très important, mais il ne souffre plus de la perte d'un être aimé. Car tout son amour est à présent dirigé vers Oksana et seulement elle. « Dans quel corps d'armée il travaillait ? » Qu'il demande en l'observant. « J'ai jamais manqué de rien, vous savez. Pas même d'amour. On était heureux, même après l'accident qui a tué la sœur de mon père et sa famille. Sauf mon cousin. » « Je suis désolé pour ça. » Et il l'est, la vie mortelle est si rapide et si fragile qu'il n'est pas rare que les familles soient touchés par des drames. Lui aussi a connu la perte d'un être cher lorsqu'il était humain. Son père n'étant plus de ce monde assez rapidement, il a été obligé de s'en sortir pour aider les siens, en vain presque. « J'étais dans une petite troupe de théâtre avant de venir ici. C'est comme ça que j'ai rencontré Oksana. » Il fronce les sourcils, n'ayant pas eu vent de cela. « Raconte moi, comment as-tu connu Oks ? » Qu'il demande en voulant découvrir cela, car il n'a pas le souvenir qu'Oksana lui ai racontée le recrutement de cette jeune fille.
   

   

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 334
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Mar 24 Juil - 21:35

C'est mal d'écouter aux portes.
  Et tu le sais, mais t'peux pas t'en empêcher
 

 
C'est vrai, c'est vrai, t'es d'accord. Il doit être plus rentable de tuer un dégénéré que de le laisser en vie. C'pendant, tu restes mitigée. Au fond, c'comme si on te disait qu'on allait tuer le gars contaminer pas Ebola avant qu'il contamine quelqu'un d'autre -et c'est pas ce qu'il se passe parce qu'on a encore besoin de ce gars afin de trouver un remède. « Et, j'sais pas mais, on est sur à cent pour cent que y a rien qui puisse, peut-être pas soigner, mais soulager les... les pulsions ? » Qu'tu demandes sans trop savoir de quoi tu parles. Tu vois ça un peu comme une maladie. Et comme toutes maladies, on croit longtemps que y a pas de médicaments, de traitements possibles, valables. Mais parce que y a des gens qui croient encore et toujours en un meilleur avenir et qui en foi en la guérison, aujourd'hui on sauve des vies. « Doit bien y avoir des scientifiques qui se sont penchés sur la question, non ? » C'comme le fait que les vampires puissent survivre sans respirer. Mais bref, tout ça relève du fantastique dans ton esprit et même si t'aimerais avoir une explication plausible à l'immortalité, t'sais aussi que tu vivras sans doute pas assez longtemps pour l'entendre.

Tu parles de toi, de ta famille, de ta vie d'avant sans trop vraiment savoir quoi dire. C'est si soudain qu'on s'intéresse à ta petite personne -plus irréel encore que ça soit le patron. Tu racontes un peu les grandes lignes, ton père, ta mère, ton cousin. Parce que ta vie c'était en partie eux et l'amour familial. « Armée de terre. Il a été dans la marine à ses débuts mais quand maman et lui se sont mariés, il a été transféré. » Elle est plus sur si c'était un privilège pour avoir été le fils d'un grand homme ou si c'est courant dans l'armée de passer d'un corps à un autre aussi facilement qu'il l'avait fait -de ce qu'elle avait compris. « Je suis désolé pour ça. » Tu parais sans doute surprise -avec tes sourcils qui se arquent et tes yeux qui s'agrandissent un peu- et pour le coup, tu l'es, mais ça t'empêche pas d'être reconnaissante envers le vampire et son empathie. « Je l'étais aussi. Pas pour moi. Pour mon cousin. J'en ai beaucoup voulu. » Tu sais pas trop à qui, sans doute celui qu'on appelle Dieu. « Mais aujourd'hui je me dis que ça nous a forgés. Je serais pas qui je suis maintenant si ça n'avait pas eu lieu. Pareil pour Eliott. » Comme ta mère disait, y a pas d'mauvaise expérience. Seulement des difficiles et des moins difficiles. Tu finis bien par parler de la petite troupe de théâtre et de ta rencontre avec la rousse. Et lui te demande plus d'information dessus. « Comme je l'ai dit, je jouais dans une troupe de théâtre. On écrivait nos textes et on les interprétait parfois dans des bars ou dans des petites salles. On a commencé à doucement se faire un petit nom à Lyon et j'imagine que par le bouche à oreille, Oksana a du l'apprendre et venir voir par curiosité ce qu'on valait. » Y avait difficilement d'autres moyens pour vous connaître. C'était pas la grande popularité -même si vous vous en sortiez mieux que la majorité de vos semblables. « J'étais Céline ce soir là. Qui tomba amoureuse du héros après qu'il lui ai offert une écharpe. Une fille de la rue un peu naïve qui a finalement donné sa vie pour protéger l'homme qu'elle aimait. C'est après qu'elle est venue me voir. Elle m'a félicitée, je crois. Je me souviens pas très bien. Seulement que j'avais jamais vu de femme aussi belle de toute ma vie. » Si bien que tu t'étais faite la réflexion -tu te croyais hétéro et t'étais pourtant attirée par une femme. « Je me suis laissée séduite par sa beauté et sa voix. Et sans trop vraiment savoir comment, j'ai fini là. » A la détestée elle et tous les autres suceurs de sang. « Et vous ? Vous l'avez connu comment ? »
 

_________________
I'm fearless
Fanny
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'homme dégénère en vice de la société.

L'homme dégénère en vice de la société.


Emploi : Il espionne, tue, pille, vole, viole, déchiquète et rackette pour la famille Australienne. Il est aussi le co-propriétaire du Seven Deadly Sins avec Oksana. Et il a le rôle d'assassin dans le groupuscule rebelle illégal, des chevaliers de l'apocalypse.
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes. Dim 5 Aoû - 22:31

C'est mal d'écouter aux portes.
    Fanny & Milo  
   
« Et, j'sais pas mais, on est sur à cent pour cent que y a rien qui puisse, peut-être pas soigner, mais soulager les... les pulsions ? » Il retrouve bien là la naïveté des humains. C'est mignon et presque touchant mais il faut comprendre que cette pulsion va plus loin que la simle envie de chair humaine ou de sang, non c'est quelque chose de mystique et de fort, de puissant. Ils sont rares ceux qui peuvent passer au dessus et continuer à vivre, ce n'est pas pour rien que les dégénérés qui survivent au premier siècle se comptent sur les doigts d'une main. « Doit bien y avoir des scientifiques qui se sont penchés sur la question, non ? » « Bien-sûr. Il y a plusieurs siècles des scientifiques et des grands vampires, des sang-purs ont cherchés une solution. Mais elle n'a jamais été trouvée alors tout le monde en a conclus que c'était plus simple de tuer les dégénérés, plutôt que de prendre le risque de les voir ravager tout un village sous une pulsion ou sous la folie. » Dit-il en haussant les épaules. Lui a survécu mais ce n'est pas le cas de tout le monde il le sait, et il sait aussi que si un jour les autorités découvre ce qu'il est alors il pourrait avoir des problèmes. Mais il est protégé par la couronne Australienne alors il devrait bien s'en sortir. C'est une chance que d'être un proche et un favoris du roi Australien et de sa sœur, la reine. « Armée de terre. Il a été dans la marine à ses débuts mais quand maman et lui se sont mariés, il a été transféré. » « Pourquoi donc ? » Qu'il demande, ne comprenant pas encore tous les fonctionnements humains.

« Mais aujourd'hui je me dis que ça nous a forgés. Je serais pas qui je suis maintenant si ça n'avait pas eu lieu. Pareil pour Eliott. » « Eliott est donc ton cousin, non ? » Qu'il demande en essayant de faire le lien et de comprendre, de suivre avec tout ce qu'elle lui dit. Il s'en sort pas trop mal finalement. Il reprend une gorgée de son verre pour apaiser sa soif, c'est un des désagrément de sa vie immortelle et dégénéré, il a bien plus soif que les autres vampires. Il doit boire tous les jours, car la soif est présente tous les jours. Contrairement aux autres qui peuvent boire un jour sur deux voire même que deux fois par semaine si ils ont quelques siècles au compteur. Il l'écoute parler de sa rencontre avec Oksana et sourit, reconnaissant qu'elle est la femme la plus belle qu'on puisse croiser. Si charmante qu'Oksana marque les esprits partout où elle passe. « Je me suis laissée séduite par sa beauté et sa voix. Et sans trop vraiment savoir comment, j'ai fini là. » « Elle est magique n'est-ce pas ? Le charme vampirique opère si facilement sur vous. Cela nous rend parfait mais avec ma femme, il est vrai que l'éternité la rend plus belle à chaque siècle. » Dit-il avec un sourire fier, incapable de ne pas simplement la reconnaître tel qu'elle est, une créature divine qui fait se tourner toutes les têtes.

« Et vous ? Vous l'avez connu comment ? » « Je travaillais pour un riche noble à l'époque et il m'avait demandé d'enquêter sur un vol d’œuvres d'art. C'était elle qui pillait alors lorsque je l'ai trouvée, je lui ai demandée d'arrêter au risque d'être punie. Finalement elle a arrêtée et c'est même mise au service de ce noble, jurant de piller ce qu'il voulait mais lui demandant d'oublier ses méfaits. C'est ainsi que notre histoire a commencée et que nous avons eu notre fils, Cyal. » Qu'il rajoute non sans cacher les étoiles dans ses yeux, lorsqu'il parle de son fils. Sa fierté, son enfant, son garçon et qu'importe qu'il ne l'ai pas engendré lui même. « Et donc pour le moment tu divertis Oksana avec ton don pour la comédie, c'est cela ? »
   

   


Ps ::
 

_________________

   

Absence makes the heart grow fonder.


   
(c)Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes.

Revenir en haut Aller en bas

Fanny&Milo - C'est mal d'écouter aux portes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» je l'attendais!!!la voilà!!! Fanny ( Ellowyne The Lighter Side de Lorie)
» [Photos] Nuit Lyonnaise en marge du CF
» FANNY FORZAAAAA
» Appoline (Ellowyne NEVERMORE de Léonie)
» Inscritpion J5 contre le NPDC de COCO et sa fanny,lol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Seven Deadly Sins-