AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Entretien d'embauche [Jayden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Entretien d'embauche [Jayden] Mer 25 Avr - 12:55

Un roi ? Moi ? J'avais encore du mal à y croire et pourtant cela semblait bien être la vérité. Tout le prouvait, tout le démontrait, faisant de moi un roi, jusqu'à la présence d'une suivante de ma sœur qui était venue me trouver. C'était bien la première fois que quelqu'un s'agenouillait devant moi et c'était la suivante d'une sœur dont je n'avais jamais entendu parler, qui me proclamait roi de Perse, son roi. J'étais un guerrier pas un roi, je n'avais jamais rien appris des rouages de la politique, moins encore de la vie de noblesse, ce monde n'était pas le mien. Sans grande surprise alors, ma première décision fut de nommer ma sœur gestionnaire du Royaume de Perse. Elle connaissait mieux ce Royaume, ses habitants et ce qu'il avait vécu sous le précédent roi qui, pour ce que j'en découvrais, était un roi persuadé de la supériorité des vampires sur les humains. Ce n'était certainement pas mon point de vue, en tant que gardien j'avais vu bien assez d'humains faire preuve d'un courage que certains vampires n'ont jamais eu. D'autant que les humains sont bien plus fragiles que les miens, bien plus mortels et pourtant ils osent se battre et défendre cet endroit, preuve d'un courage encore plus grand. En ça je les admire. Alors laissez ma sœur qui connait son peuple et ce qui est mon royaume, gérez ce Royaume était la chose décente à faire, en attendant d'apprendre moi-même plus de choses sur mon peuple, son histoire mais aussi sur la noblesse. J'allais sans doute avoir un long chemin à parcourir. Sans être un rustre sans manières, je ne me pensais pas vraiment capable de toute la noblesse qu'on pouvait attendre d'un roi. Voilà pourquoi, une fois installée dans une villa luxueuse, titre de royauté obligeant à abandonner le confort de ma tente, il me fallait apprendre sur ce monde qui recelait de mystère.

Voilà comment je me retrouvais à rechercher une majordome. Une personne qui pourrait s'occuper de la villa dans laquelle j'habitais désormais mais aussi me guider et me conseiller dans ce monde étrange qu'est la noblesse. Un monde qui nécessite sept couteaux pour manger un repas alors qu'avec un seul je peux prendre sept vies. Je trouve cela un peu stupide mais c'est ce qui sera sans doute ma vie désormais. Je n'avais aucune idée de ce qui qualifiait un humain comme majordome alors j'avais fait confiance à quelques conseils qu'on m'avait donné ainsi qu'une liste de nom. Il y avait une bonne vingtaine de noms sur cette liste mais en réalité je n'avais convoqué qu'une seule personne pour lui proposer le travail en question. Jayden Lancaster. Elle était une humaine, une militaire à la tête dure et au verbe facile que j'avais rencontré quelques semaines auparavant. Son avion avait survolé cette zone et ce faisant elle s'était écrasée comme tant d'autres avant elle. Je crois qu'elle avait commencé à trouver son chemin sur cette île, je m'étais assuré qu'elle ait survécu à sa rencontre avec Lisbeth. Je suis presque sûre que cette dernière l'a droguée pour l'envoyer au pays des songes, Lisbeth et les militaires … ce n'est pas vraiment une histoire d'amour. Qui plus est la britannique avait l'air d'avoir la tête dure. Elle m'avait dit vouloir un nouveau combat à l'occasion, j'entendais lui offrir cela aujourd'hui si elle le souhaitait. Elle devait avoir récupéré de sa blessure après un peu plus d'un mois et de toute façon elle semblait trop têtue pour laisser une petite douleur lui voler sa revanche.

Je me demandais même si elle allait me reconnaître. J'avais troqué ma tenue de gardien pour un pantalon et une chemise qui présentaient bien mieux. Mes cheveux longs avaient rencontré les ciseaux d'un coiffeur et ma barbe généreuse avait elle aussi découvert les talents du barbier. Je présentais bien mieux. Cela dit j'avais parfois encore du mal à me reconnaître dans le miroir, je faisais beaucoup plus … sérieux ? Mature ? Je ne sais même pas vraiment … J'avais l'air différent, méconnaissable mais je ne pouvais pas dire que c'était en mal. J'attendais l'arrivée de la militaire, curieux de découvrir comment elle s'acclimatait à ce nouvel endroit, cette nouvelle vie à laquelle elle avait semblé totalement réfractaire à son arrivée. Je l'avais conviée sur la plage en début de soirée, un endroit bien plus sympathique pour un entretien d'embauche que l'habituel bureau où l'on se sent fatalement mal à l'aise. Alors la plage, juste avant le coucher du soleil, un endroit qui serait bien plus agréable, où elle serait sans doute bien plus à l'aise. Je n'avais rien précisé sur sa tenue ou quoi que ça soit d'autres. Je l'attendais sur la plage, à l'endroit indiqué dans l'invitation pour l'entretien d'embauche. Un petit feu, deux petits rondins de bois pour fauteuils, un confort minimaliste, celui de ma vie jusqu'à aujourd'hui. Jusqu'à ce que j'apprenne que je suis un roi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mer 2 Mai - 10:58

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




Mes pas s'enfoncent dans le sable tandis que je me rends à mon rendez-vous pour un nouvel emploie. Il fallait bien que je couvre mes arrières, l'autre videur allait revenir au Heaven et moi, je ne pouvais tout simplement pas rester à ne rien faire. Je déteste rester inactive, ce n'était absolument pas mon genre, il me fallait bouger, avoir des journées bien rempli tout autant qu'un compte en banque plus ou moins fleuri. Je m'attarde un peu sur le paysage qui s'offre à moi et je pense à mon avion qui est quelque part englouti sous les eaux. Je vois toutes ces épaves d'époques diverses et variées et je me dis que je ne suis pas la seule à devoir m'être habituée à ce nouveau style de vie. Au moins, je ne suis pas seule pour m'adapter à toutes ces nouveautés, mais je reste tout de même étonné sur le fait que personne n'ait pu connaître cet endroit, que personne n'a su revenir d'ici. On me l'a dit à plusieurs reprises, cette île peut accueillir difficilement, mais elle ne rend jamais. Prenant une grande bouffée d'air, j'observe autour de moi, surtout ce soleil qui poursuit sa course jusqu'à être noyé derrière cet écran aquatique laissant des reflet de diamant sur la surface calme de l'eau. C'est beau, même si, en soit, le spectacle des bateaux et des avions restent quelque chose d'assez funeste en soit.

Mains dans les poches de ma veste en simili cuir, je reste immobile encore un instant avant de finalement reprendre la marche. Je prends mon temps, j'ai encore quelques minutes devant moi avant que le rendez-vous ne sonne. Honnêtement, je m'attends à tout, mais j'espère que ce n'est pas foireux comme entretien surtout dans un lieu aussi symbolique que celui-ci. C'est ici que mon ancienne vie s'est terminée et que la nouvelle à commencée. Et puis c'est ici que j'aurais pu mourir, on dirait que le sable aime être la scène de ma mort. Bien que la Faucheuse s'attarde à venir me prendre avec elle. À croire que j'ai encore beaucoup de chemin à parcourir encore. Oui, mais lequel ? Tout me semble tellement étrange. Oui, il y a des choses qui me dépassent, je ne fais pas tout remarquer, mais ce n'est pas pour autant que j'observe le monde et les gens. En venant ici, je me souviens d'une rencontre en particuliers. Assez étrange elle aussi d'ailleurs. Siobhan, pourquoi m'a-t-il affirmé de but en blanc que les vampires existent et qu'ils sont ici, sur Haima. J'avoue que je le prends plus pour un fou. Pour moi, les mythes, les légendes, les extraterrestres et tout ce qui se rapprochent du paranormal, je n'y crois pas. Je suis sceptique, point barre. Si je vois alors, peut-être que je reverrais mon jugement, mais pour le moment, cela me paraît un peu trop loufoque, tout droit sorti d'un film.

Plus loin, j'aperçois finalement un feu. Mon rendez-vous est déjà là et dans l'obscurité naissante, j'ai assez de mal à voir qui se trouve derrière ces flammes. Tant pis, je m'avance un peu plus, me disant que le cadre est assez idyllique pour un entretien d’embauche. Idyllique, mais très surprenant aussi. Arrangeant le col de ma veste, j'avance et m'arrête, bloquant littéralement ce visage difficilement reconnaissable. Enfin, difficile, c'est un peu trop. Je reconnais ces traits, même sous cet aspect différent loin de celui que j'ai pu rencontrer ici même. À le voir habillé comme ça, c'est assez simple à comprendre qu'il ne m'invite pas pour reprendre le combat où il s'est arrêté quelques semaines plus tôt. C'est vrai que j'étais dans un sale état et que ma forme était loin d'être au top autant que mon moral à tel point que Lisbeth avait dû me donner un cachet pour m'assommer. Je voyais tout tellement sombre que j'en venais à être désagréable avec elle. J'ai bien dû m'excuser envers mon infirmière avec un bouquet de fleurs et la gêne largement affiché sur mon visage, mais au final, cela nous a ouvert une porte vers l'amitié. Et jusqu'à présent, elle m'a bien aidé, et même hébergé. Mais, je voudrais qu'elle récupère son espace et que j'en ai un bien à moi.

J'émets un petit sifflement. « Et bien... Où est passé le grizzly des sables. C'est pour moi que tu t'es fait aussi beau ? » Je finis par m'installer en face de lui en arquant un sourcil, l'observant longuement. Il a l'air changé, perdu et dans un autre rôle que celui de gardien. « Alors, comme ça, tu peux m'offrir un emploi. Un contrat indéterminé. » Je crois les jambes, le rondin est plutôt confortable et ça me rappelle le camping que je faisais avec mes potes du lycée tout en buvant de la bière à se raconter des histoires d'horreur. « Enfin, uniquement, si je conviens au poste. Alors, comment ça va depuis la dernière fois ? »

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Jeu 3 Mai - 15:42

On m'avait raconté comment la militaire avait été droguée par Lisbeth parce qu'elle voyait tout en noir et que l'humaine avait perdu patience. Lisbeth avait toujours ce regard positif sur la vie, c'est pour ça que j'aimais souvent travailler avec elle quand de nouveaux arrivant son le malheur de finir ici. C'est moi qui l'a trouvée sur la plage à son arrivée. En vacances, sept amis sur un yacht, elle était la seule survivante. Alors entendre la lieutenant râler et pester sa poisse et son malheur avait dû finalement faire craquer la patience et la douceur de la blonde. Je n'ai pas souvenir qu'elle ait drogué ainsi beaucoup de monde mais son somnifère est apparemment d'une efficacité terrible ce qui est tout à son avantage. En tout cas l'humaine semble s'être faite à l'île et elle a même été accueillie par Lisbeth chez elle le temps de recommencer une vie sur Haima. J'ignore pourquoi c'est elle qui a été choisie quand j'ai dit qu'il me faudrait une majordome. Les militaires sont souvent organisés te méthodiques peut-être est-ce simplement lié à cela ? Ou avait-elle réellement une expérience et un entrainement dans ce domaine si particulier ? Si je ne suis pas un rustre, la noblesse est une chose très nouvelle pour moi et à laquelle je ne suis pas du tout habitué. Un monde nouveau s'offre à moi et il me fallait désormais le découvrir notamment grâce à l'aide de la jeune femme si le ôste pouvait l'intéresser.

« Peut-être bien … après tout j'ai fait en sorte de trouver une excuse pour te revoir. Cela dit … ma barbe bien taillée ne me semble pas encore totalement naturelle. »

Mes cheveux courts et parfaitement capables d'être coiffés également pour être vraiment honnête. Je découvrais un nouveau style, une nouvelle facette de ma personnalité et de mon physique. Je n'en avais pas vraiment l'habitude mais même si j'avais du mal à l'admettre, j'aimais le reflet renvoyé par le miroir. J'avais l'impression d'avoir pris dix ans de plus physiquement mais j'avais également le sentiment que cela m'allait vraiment bien, que j'étais plus … agréable qu'avant.

« Effectivement, j'ai un emploi à offrir. Je cherche une majordome pour me faire découvrir le monde la noblesse et s'occuper de ma villa. »

Je dis cela avec un certain détachement comme on parlerait du temps qu'il faisait hier, comme si je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre ce qui était le cas en fin de compte. Sa dernière question, apparemment la plus simple et sympathique est également celle qui provoque un sourire sur  mes lèvres pour une excellente raison : c'est la question la plus improbable. Cela fait une semaine que j'essaye de savoir comment je me sens sans vraiment en être capable pour tout dire. Je décide de me faire honnête avec elle, de toute façon tôt ou tard elle apprendra la vérité sur moi. Je n'ai rien à gagner à mentir de toute façon.

« Pour être sincère, je n'ai aucune idée de comment je me sens. Pendant des années j'ai été un gardien de cet endroit, un soldat talentueux et je me sentais vraiment bien. »

Je repense à ces moments avec nostalgie, ça n'est pas arrivé il y a longtemps mais la nostalgie m'envahit quand même, comme un souvenir lointain et distant.

« Des contrôles et vérifications ont prouvé mon identité il y a une semaine, m'apprenant que j'ai du sang bleu dans les veines. M'apprenant aussi que j'ai une petite sœur. Que je suis d'origines perses. Et finalement que je suis le Roi de Perse. »

Un rire nerveux m'échappe quand je finis ma phrase, non mais sincèrement, quand j'y pense ça semble débile, quand je le dis c'est encore pire.

« C'est marrant mais quand je le dis je trouve ça encore plus incroyable que quand je l'ai appris. »

Je la regarde dans les yeux avec un petit sourire très léger.

« Voilà le poste. Majordome du Roi de Perse, évidemment c'est très bien payé et chambre luxueuse dans la villa avec possibilité de profiter de tout ce qui s'y trouve. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mer 16 Mai - 14:49

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




Revoir Damian, c'est se confronter à ma défaite le jour où l'on s'est rencontré pour la première. Cependant, je me dis que ce n'est peut-être pas une mauvaise chose. Cela me pousse à ne pas me reposer sur mes acquis et de continuer à m'entraîner. Ce que je fais quotidiennement, plus encore étant donné que je suis professeur personnel de Malaki qui, a un fort besoin de connaissance au combat au corps-à-corps. Dans l'un comme dans l'autre, toutes mes activités me sont utiles pour l'argent, qui est en première place de ces raisons, ensuite pour apprendre un peu comment le monde tourne ici et ensuite parce que mon corps n'est pas suffisamment fort encore. En tout cas, pas pour tenir longtemps contre un face à face avec celui qui est devant et complètement changé. Son physique a changé, faut dire qu'un coup de rasoir et de ciseau, ça peut changer plus d'une personne. Son style aussi, puisqu'il était assez basique, voir même avec une allure quasi-antique. Mais, plus que tout, je dirais que c'est l'atmosphère qui se dégage de lui qui est très différente. Pourquoi ? Je me doute fort bien que je vais l'apprendre sous peu de temps, quand j'aurais fini de jouer les dames de la bonne répartie.

« Peut-être bien … après tout j'ai fait en sorte de trouver une excuse pour te revoir. Cela dit … ma barbe bien taillée ne me semble pas encore totalement naturelle. »

« Tu t'y feras vite. En tout cas, ça te va bien. » Autant être honnête, j'aime autant les hommes que les femmes, bien que pour ces dernières, je sais très bien ce qui me branche le plus sans avoir pu trouver le partie qui me plaisait. Mais concernant les hommes, je les aime assez viril, avec une barbe taillée avec soin. Cheveux long ou court, tant que c'est entretenue, je n'y vois pas d'inconvénient. En tout, cas, pour mon cher père, un homme se doit d'avoir les cheveux courts sinon, c'est un manquement à la propreté physique. S'il avait rencontré Damian avant sa transformation, il l'aurait pris pour un hippie.

« Effectivement, j'ai un emploi à offrir. Je cherche une majordome pour me faire découvrir le monde la noblesse et s'occuper de ma villa. »

Alors là, je crois que mes yeux ressemblent à ceux des poissons. Rond et sans plus aucun mouvement. Ma respiration s'est même coupé durant deux à trois secondes sous cette proposition et surtout la raison qui s'en suivie. Moi ? Majordome. Soudainement, une phrase de mon père revient à mon esprit, nous n'échappons pas au rôle qui est le nôtre.
Pour ma part, j'ai toujours pensé que c'était de l'armée auquel je pouvais affilier cette phrase, mais non. C'est au rôle qui nous tient enchaîné depuis des générations entières. Depuis des siècles, ma famille sert la famille royale d'Angleterre et n'a jamais fait acte d'aucune trahison. Les miens ont toujours été passionnés par leur rôle et bien sûr, j'aurais dû suivre les traces de mon paternel étant donné qu'il me voyait plus comme son digne héritier que son héritière.

« Pour être sincère, je n'ai aucune idée de comment je me sens. Pendant des années j'ai été un gardien de cet endroit, un soldat talentueux et je me sentais vraiment bien. »

Bien que j'aurais pu dire quelque chose, je préfère me taire. Quelque chose me dit que Damian a besoin d'extérioriser ce qu'il a sur le cœur et autant dire que je préfère savoir sur quel terrain je m'engage.

« Des contrôles et vérifications ont prouvé mon identité il y a une semaine, m'apprenant que j'ai du sang bleu dans les veines. M'apprenant aussi que j'ai une petite sœur. Que je suis d'origines perses. Et finalement que je suis le Roi de Perse. »

« Roi de Perse ? » Là, je suis un peu égarée pour le coup. L'empire Perse n'existe plus de nos jours. Aujourd'hui, cela correspond à l'Iran non ? Alors, pourquoi ne dit-il pas tout simplement ça ? « C'est un déferlement que t'as eu comme nouvelle. Autant dire que c'est mieux de marcher pieds nus sur des braises incandescentes. »

« C'est marrant mais quand je le dis je trouve ça encore plus incroyable que quand je l'ai appris. »

« Ils t'ont dit Empire Perses ? Je ne sais pas si tu le sais, mais il n'existe plus. L'empire Perse correspond actuellement à l'Iran. »

« Voilà le poste. Majordome du Roi de Perse, évidemment, c'est très bien payé et chambre luxueuse dans la villa avec possibilité de profiter de tout ce qui s'y trouve. »

Peut-être qu'il détourne ma question, mais ce n'est pas grave. Je ne demande pas vraiment de réponse, j'ai juste posé ma propre remarque. Néanmoins, le fou rire qui me prend, ne le concernant pas. « Désolé. » Je tente de reprendre contenance, mais il me faut bien une petite minute pour ma calmer avant de reprendre. «  Pardon. Je ne me moquais pas. C'est juste que... Je me rends compte que mon père avait raison. On n'échappe à son rôle. » Je laisse un peu le silence se faire entendre et poursuis. « Ma famille a été anoblie sous le règne de la reine Victoria pour fier et loyaux service rendu à la couronne. Durant des siècles et des générations entières, ma famille a servie en tant que majordome proche de la reine. J'aurais dû suivre la même route, mais j'ai préféré l'armée. Et maintenant, voilà qu'on me fait une proposition comme ça. »

Je viens à passer ma main sur ma nuque, la massant un petit instant tout en regardant le feu danser sous mon regard. L'air de la plage est froid, surtout avec le temps qui fait à Haima ces derniers temps, mais le parfum salé est plutôt agréable si l'on met de côté celui métallique des carcasses de bateaux et d'avions.

« Je suis assez calée sur la vie en haute société et le devoir des majordomes. À peine, j'ai su marcher et parler que mon père s'est fait un devoir de m'apprendre tout ça. Il aurait préféré l'apprendre à un fils, mais c'est tombé sur moi. Pour ça qu'il m'a élevé comme un garçon et mes sœurs aînées ont prit l'habitude de me voir comme un petit-frère... J'avoue que je n'aidais pas non plus. Je préférais largement la bagarre que les jeux de poupée. Je trouve sincèrement ce genre de chose hyper glauque, surtout dans les mains d'une gamine. » J'en tremble rien que d'y songer. « Vu qu'on m'a proposé, c'est sûrement que je suis la plus à même à tenir ce rôle pour t'enseigner les rouages de la haute société. Mon pauvre, t'es vraiment tombé dans un traquenard pas possible. Les jeunes de la cours, c'est de la subtilité en toute occasion. La moindre chose de travers et tu es bon pour soit un début d'affrontement ou bien pour les pires calomnies qui soient. » Être noble, ça n'a rien de réjouissant selon moi.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Sam 2 Juin - 0:10

« Elle me manque quand même. »

Je n'avais plus taillé ma barbe depuis longtemps et désormais elle me manquait presque physiquement, comme si une partie de moi m'avait été enlevée. C'est idiot à dire mais bon, cette barbe proprement coupé a quand même un certain charme. Je n'avais jamais trop fait attention à l'image que je renvoyais aux femmes mais je crois que mon changement de style, pantalons et chemises, barbe taillée et cheveux bien coiffés avaient un effet que je ne connaissais pas vraiment. Les seules femmes que je côtoyais habituellement étaient les malheureuses qui finissaient sur l'île et les gardiennes. J'avais un peu oublié ce que c'était de vivre à côté et voilà que je suis Roi de Perse. Un véritable comble pour moi. Ma sœur, d'après ce que l'on m'a dit, est très qualifiée pour gérer le Royaume, elle est habituée à la vie politique, j'avais choisi logiquement de la laisser diriger les choses sur place, c'était le bon choix selon moi. Pourtant désormais je devais embrasser mon sang bleu et ce qu'il voulait dire, je devais accepter tout ce qui entourait mon être, ma personne et évoluer, apprendre à devenir celui que je devais être, que je devrai déjà être à ce jour. Ca sera un long chemin j'en suis conscient, toutes ces règles politiques, de politesse, c'est plus compliqué encore que ce que j'ai pu connaître dans le monde martial. Même dire que je suis Roi de Perse me fait sourire et m'amuse au plus haut point tant ça me semble surréaliste.

« Des nouvelles qui vous changent la vie, ouais. »

Je me disais encore que tout ça n'était qu'un rêve dont j'allais me réveiller tôt ou tard pour retrouver mes cheveux longs, le confort d'une couche à même le sol et ma barbe hirsute. Pourtant j'étais là, en train de recruter une militaire qui connaissait apparemment le métier de majordome, emploi que je souhaitais lui confier à mes côtés. Son passé militaire jouait fortement pour elle, après tout entre militaire on se connait et s'entend bien en général.

« Le pouvoir du Roi d'Iran dépasse les frontières de son pays. »

Inutile de préciser que cela est vrai surtout sur les miens, sur les vampires, le peuple de la nuit qui régit tant de choses dans le monde humain sans même que ces derniers ne s'en doutent ou le remarquent. Le fou rire qui s'empare de la jeune femme me rappelle le mien quand on m'a dit que j'avais une sœur et qu'elle était princesse perse avant de m'achever avec un roi de perse qui m'en avait mis les larmes aux yeux. Je souris quand elle s'excuse, chassant ce qui venait d'arriver d'un geste de main, je comprenais parfaitement sa réaction. Elle me parle alors de sa famille et de ce qu'elle avait fait pour briser avec la tradition familiale.

« Refuser un héritage pour tracer sa propre voie demande un grand courage. »

Il y a de l'admiration dans mon intonation mais surtout beaucoup de respect pour ce courage dont elle avait dû faire preuve pour tracer sa propre voie.

« Les affrontements ce n'est pas vraiment le soucis, c'est une partie que je gère bien en général. C'est plutôt tout le reste qui va être difficile. Je n'ai pas grandis dans l'optique de devenir un Roi mais un guerrier. »

Je comprenais parfaitement ce qui avait été arraché à Jayden quand elle s'était écrasée ici. Mes propres mots sur sa chance d'être vivante et de se faire une nouvelle vie me semblaient soudainement absurdes parce qu'ils n'apaisaient rien contrairement à ce que j'avais toujours cru. Me détournant un bref instant, j'ouvre un grand sac en toile que je pose entre nous. A l'intérieur de nombreuses armes, épée, dague, couteau, poignard, pistolet, revolver …

« Tu as parlé d'une revanche et je sais que les gens s'ouvrent pendant un combat, qu'on peut en apprendre beaucoup sur eux. Si tu souhaites le poste, voilà ma condition. »

Mais je sais que même sans la promesse d'un emploi elle allait prendre une arme et m'affronter. C'est dans notre sang à tous les deux et pour être honnête ? Elle n'est pas la plus qualifiée qu'on m'ait proposée, loin de là, mais c'est une guerrière et cela je l'admire et je l'apprécie. Cela la démarque des autres. Cela la rend unique. Cela fait d'elle mon choix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mer 6 Juin - 10:38

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




« Elle me manque quand même. »

« Pleure pas, une barbe ça repousse. » Taquinais-je en le regardant. C'est vrai que changer de style, c'est s'ouvrir à la vie qui venait de lui tomber sur le coin de la figure. Une claque magistrale d'apprendre qu'on n'est pas la personne qu'on pensait. Découvrir qu'on a du sang bleu dans les veines a dû être un sacré coup pour cet homme qui s'était habitué à vivre paisiblement, loin des convenances et de l'étiquette. Des faux-semblants et sans doute des complots. Je connais ce monde un peu trop bien pour ma part et il n'y a rien de pire que les médisances des gens de la noblesse. Cela peut aller tellement loin, trop par moment. Combien de fois père ne m'a-t-il pas dit que mon image représentait celle de toute la famille. Plus encore parce que j'étais le garçon qu'il n'avait pas pu avoir, il avait donc poser toutes les responsabilités sur mes épaules au lieu de faire la part des choses et de me considérer comme une femme comme il le faisait avec mes sœurs aînées. Il a toujours eu la main plus dure avec moi. Il s'empêchait de corriger mes sœurs, mais pour moi, cela en a toujours été autrement. Oh, cela a sans doute permis à ce que je me renforce, mais cela n'a fait qu’agrandir la distance entre lui et moi, ainsi que mon besoin de rébellion et de ne pas suivre la voie imposée par ce dernier.

« Des nouvelles qui vous changent la vie, ouais. »

Positivement, je hoche la tête, la tête un peu ailleurs et le regard rive sur les flammes dansantes. Je m'imagine mal à sa place, tout ce temps convaincu de la personne que l'on est avant de devoir changer d'attitude. Parce qu'à présent, cela ne le concerne plus lui, mais tout un pays et comme une vérité venait d'être posée, il devait se mettre en tête qu'à partir de maintenant, tous ces faits et ces gestes seront jugés qu'il le veuille ou pas.

« Le pouvoir du Roi d'Iran dépasse les frontières de son pays. »

J'esquisse un sourire malgré moi tout en le regardant. « Oui, c'est ce que m'a dit la reine d'Angleterre quand j'ai eu la chance de la rencontrer. » Oui, papa m'avait obligé à le suivre au travail durant les vacances au lieu de m'amuser comme une adolescente normale. Il souhaitait tellement me voir embrasser cette voie avant que je ne décide autre chose de ma vie le rendant fou de rage. Sa réaction m'avait plu parce qu'à ma majorité, je lui ai bien fait comprendre qu'importe ces efforts, je choisirais ma voie, mais me voilà confronté à ce que je redoutais un peu malgré moi.

« Refuser un héritage pour tracer sa propre voie demande un grand courage. »

« C'était pas ça le meilleur, mais de voir la tête de mon père quand je lui ai annoncé que j'ai été admise dans la Royal Air force. Il a été fou de rage, lui qui m'a imposé un héritage. » Je m'étirais doucement. « Lui qui voulait avoir un garçon, il m'a traité comme jusqu'à ce que je vole de mes propres ailes. » Si j'avais pu, je serais partie bien plus tôt de la demeure familiale. J'ai toujours détesté que l'on m'impose les choses.

« Les affrontements ce n'est pas vraiment le soucis, c'est une partie que je gère bien en général. C'est plutôt tout le reste qui va être difficile. Je n'ai pas grandis dans l'optique de devenir un Roi mais un guerrier. »

« Et bien disons que les affrontements ne manqueront pas, mais tu devras user de ta voix avec une bonne diplomatie. La noblesse y a rien de plus barbant et chiant. Je sais de quoi je parle, ma famille en fait partie. C'est une des raisons qui m'a poussé à partir très loin de toutes ces conneries. »

J'ai tellement vécu dans cet univers que je savais comment agir, mais après avoir décidé de mes choix de vie, j'ai peur d'avoir un peu oublié tout ça, mais ça doit être comme le vélo, cela ne s'oublie pas totalement.

C'est étonnant en un sens. C'est vrai, qui aurait pensé qu'un jour, je devrais prendre un rôle que j'ai toujours refusé. J'en ai besoin de cet argent et puis, même si je ne le mentionne pas. Je dois ma vie à cet homme. Que serais-je devenu, si personne ne m'avait découvert. Je me serais probablement vidé de mon sang tout doucement. J'en sais rien en fait, ma blessure avait grave sans l'être véritablement. Pour tout dire, je ne sais plus ce que c'est, j'ai tellement frôlé la mort que je ne sais plus ce que c'est d'être véritablement blessé.

« Tu as parlé d'une revanche et je sais que les gens s'ouvrent pendant un combat, qu'on peut en apprendre beaucoup sur eux. Si tu souhaites le poste, voilà ma condition. »

J'arque un sourcil en le regardant avec son sac de toile qu'il présentait avec tout un tas d'arme. Je préfère opter pour une lame, ne trouvant pas de fleurer, je sors une épée qui rendrait fou de joie un bon collectionneur. J'observe l'objet sous tous les angles avant de faire quelque mouvement avec l'impression de fendre l'air au son qu'elle fait. Facilement maniable et une bonne tenue. « Jolie épée. »

Debout, je le regardais avec un sourire que les lèvres, tenir une lame me rappellera lorsque j'étais capitaine d'escrime lors de mes études. C'est un art de finesse et de bienséance, il fallait démontrer un sang-froid et une certaine grâce dans cette activité. L'escrime, c'est pareille à une danse selon moi, mais chacun son opinion.

« Bien, un duel à l'épée ne me fera pas de mal, je crois. Je suis plus douée en escrime, mais, je veux bien tenter d'autres techniques que j'ai pu acquérir avec le temps. » Sans doute, pas autant que mon adversaire et peut-être futur patron, mais au moins, je démontre que je ne suis pas contre les nouveautés. « Allez, on va voir ce que la Perse a à offrir à l'Angleterre. »

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Lun 18 Juin - 12:11

Et bien. Quand la jeune femme m'avait dit faire partie d'une famille de majordome qui a eu l'honneur de travailler pour la noblesse britannique, je ne m'attendais pas à entendre parler de la Reine d'Angleterre. Moins encore d'une discussion entre les deux femmes. C'est surprenant d'entendre un propos pareil, surprenant et amusant dans le même temps. Je n'ai jamais rencontré personne appartenant à la noblesse, du moins pas de la façon dont Jayden avait pu rencontrer des gens de la noblesse. Finalement ça faisait même d'elle une personne plus qualifiée que moi pour affronter tout ce qui allait désormais être ma vie. L'avoir à mes côtés serait un avantage que je réalisais aisément, elle avait beaucoup à m'apporter et j'espérais avoir quelque chose à lui apporter. Un emploi bien sûr mais elle ne semblait pas être une simple militaire, je voyais en elle une guerrière, une égale et cela captivait mon attention, cela me captivait moi.

Ce qu'elle me dit sur son père me fait sourire, je peux imaginer ce qui a dû se passer dans la tête de l'homme en question. On espère quelque chose pour quelqu'un et finalement cette personne fait ce qu'elle veut, au moment où elle veut, comme elle le souhaite. Cela a de quoi surprendre et même choquer, ça avait dû jeter un sacré froid dans les rapports entre le père et la fille. Je souris en entendant l'anglaise me dire que son père voulait d'un garçon, à entendre parler Jayden, à voir son parcours militaire, il semblait avoir réussi à obtenir ce qu'il voulait. Il a obtenu un garçon.

« Tu as fait tes propres choix et ils t'ont mené là où ils t'ont mené. Je peux imaginer que cet endroit n'était pas vraiment ce que tu espérais mais on ne peut pas toujours anticiper sur toutes les conséquences. »

Comment aurait-elle pu s'imaginer finir captive sur une île dont elle ne pouvait pas partir à cause de l'île elle-même ? Ce n'était pas de chance pour elle. Cependant en cet instant, ça faisait mes affaires, si je puis dire, ça me permettait de trouver une personne en qui je pourrai avoir confiance pour m'aider à devenir un Roi, puisque c'est ce que j'étais. Elle semble avoir un point de vue très sombre sur la noblesse, quand elle en parle on dirait un combat plus quotidien que celui des soldats, j'imagine que ceux sont d'autres formes d'affrontement, d'autres conflits mais cela me surprend quand même. Je pensais que les nobles étaient peureux, qu'ils redoutaient de devoir affronter quiconque mais apparemment ce n'était pas l'idée que se faisait Jayden de la noblesse. J'allais devoir creuser un peu tout ça mais pas avant un petit combat avec elle.

Elle voulait une revanche et bien je lui en offrais une, je ne suis pas comme ça. Elle a le choix des armes, nous allons pouvoir nous amuser. Sa tenue n'est pas des plus adaptée mais je reste persuadé qu'elle saura se battre malgré cela. Je la laisse choisir ce qu'elle souhaite et elle décide de prendre une épée, malheureusement pour elle c'est une des armes que je manie avec une grande dextérité. Le combat est quelque peu inégal, j'ai des décennies d'entrainement derrière moi, un luxe dont aucun humain ne dispose. Elle ignore cela, elle ignore dans quel combat elle se risque. Je souris à sa dernière remarque sur la Perse et l'Angleterre, si elle savait … Je ramasse une épée à mon tour, faisant quelques passes très simples pour en tester l'équilibre. Elle est de qualité, comme toutes les armes que j'ai présenté, je les ai collectionnées au fil des ans et j'ai appris à les utiliser comme un maître d'arme. C'est facile quand on a des années devant soi. Je me mets en garde face à la britannique que j'observe, me concentrant sur le combat à venir entre nous.

« Et je suis très curieux également de découvrir ce que l'Angleterre peut offrir à la Perse. »

Je lui souris, la narguant un peu, taquin. Sautillant doucement d'un pied sur l'autre pour me mettre en condition poiur le combat.

« A quel point as-tu confiance en tes talents ? Serais-tu prête à parier ton travail à mes côtés ? »

Je voulais voir combien elle avait confiance en elle mais plus intéressant encore je voulais voir combien elle était prête à parier si elle devait perdre ou même si elle n'envisageait pas la défaite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mer 27 Juin - 23:21

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




« Tu as fait tes propres choix et ils t'ont mené là où ils t'ont mené. Je peux imaginer que cet endroit n'était pas vraiment ce que tu espérais mais on ne peut pas toujours anticiper sur toutes les conséquences. »

« C'est le moins que l'on puisse dire. » C'est vrai que je n'avais plus aucun contrôle sur ma vie comme j'ai pu le faire jusqu'à présent. Moi qui suis devenue presque maniaque suite aux nombreux combats auxquels j'ai dû faire face, me voilà dans une impasse autant que dans une nouvelle possibilité de vie. Je devais me rendre à l'évidence des difficultés qui se présentaient à moi et ne pas m'en formaliser et voir un moyen de baisser les bras. Ce n'est pas ce que j'ai appris dans ma vie et encore moins à l'armée. Il faut tout affronter même si l'impuissance ne vous épargne pas, il faut faire avec tout simplement.

Je regarde Damian percevant aisément que lui aussi semble perdu dans ce nouvel univers qui lui tend les bras. C'est compréhensible, il passe d'un statut lambda à quelqu'un de bien plus important et de sang bleu qui plus est. Franchement, ce n'est pas le genre de nouvelles qui vous tombent dessus tous les jours et le fait est qu'il a besoin d'aide pour faire face à cet univers. Je suis une décision stratégique. Il pense en soldat et non pas en roi pour le moment, mais je pense que cela viendra au fur et à mesure des années. Tout est à apprendre. Oui, la vie est un apprentissage, et ce, qu'importe notre âge. Même les plus vieux d'entre nous se rendent compte qu'ils redeviennent élève à un moment donné de leur vie.

« Je n'ai pas pu anticiper, mais cela ne m'empêche pas d'y faire face. En tant que soldat, on nous apprend à nous adapter et non pas à abandonner à la moindre difficulté. » C'est un point que nous avons, lui et moi, en commun. Sans nul doute d'ailleurs et c'est sans doute cela qui nous rapprochait et faisait que l'on se comprenait aussi bien. Certes, notre rencontre est encore proche, mais cela n'empêche pas ce genre de rapprochement.

Pour le moment, il est temps de prendre ma revanche. L'issue du combat ne peut être décidée à l'avance. Damian possède autant de chance de gagner que moi, mais je ne suis pas du genre à vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Je sélectionne une épée l'observant avec une expertise plutôt pointilleuse puis dessine un arc de cercle dans le sable avant de faire quelques mouvements histoire de m'étirer et de reprendre l'habitude de tenir une lame et non une arme à feu. C'est comme le vélo, cela ne s'oublie pas et j'ai passé mon temps libre à continuer de m'entraîner à l'escrime voir même des petits combats de kendo. Je ne suis pas une experte qui domine en profondeur le sujet, mais je n'ai jamais été médiocre non plus pour avoir été capitaine de l'équipe d'escrime et championne national par la même occasion. De quoi satisfaire l’ego démesuré d'un père qui souhaitait faire fonctionner ma vie selon ces plans. En tout cas, jusqu'à ce que je décide de me rebeller et de faire mes propres choix même si cela signifiait soulever sa colère et briser un lien déjà trop fragile, et ce, depuis plusieurs années déjà. Mon père a nettement réussi à faire de moi un garçon, mais j'ai appris moi-même à faire ressortir ma part de féminité sans en avoir honte et j'ai gagné ce contrôlé d'unité à l'armée.

« Et je suis très curieux également de découvrir ce que l'Angleterre peut offrir à la Perse. »

« Oh... L'Angleterre a bien des choses à offrir mon cher. De bonnes écoles, une bonne équipe de foot, un climat broussailleux et agréable, de belles femmes. Et bien sûr, la classe et le flegme que détient tout britannique. » Je lui fais un clin d’œil amusé retirant ma veste de simili cuir pour avoir plus de mouvements et surtout être à mon aise.

« A quel point as-tu confiance en tes talents ? Serais-tu prête à parier ton travail à mes côtés ? »

« Je ne parie jamais, cela n'apporte pas grand chose autant que les belles paroles prononcés dans le vent. Je préfère les actes et aussi, je préfère spécifier que dans la vie, il n'y a pas toujours victoire et défaite, mais l'apprentissage de nos faux pas. » Je me mets en garde tout en observant sa manière de se déplacer. Je vois déjà que son expérience est sans doute plus grande que la mienne surtout qu'à force de vivre ici, j'ai pu voir plus de lame à la hache des gardiens que des armes à feu. Ils préfèrent la confrontation directe que de se mouvoir et pointer le canon d'une arme face à quelqu'un. « J'ai suffisamment confiance en moi pour te tenir tête un maximum de temps. J'ai non seulement le flegme d'une bonne britannique, mais aussi la sagesse du peuple d’Égypte votre altesse. » Dis-je en faisant une petite révérence.

N'est-ce pas un beau mélange que le mien ? Sans même lui laisser le temps, je fais ma première attaque entamant les hostilités si je puis dire. J'aime deviner comment les choses vont se dérouler. J'attaque, il se défend. Il attaque, j'évite ou bien manque de peu de me prendre la lame, il parvient même à déchirer le tissu de mon débardeur à ma hanche. Je le regarde un instant et souris. « Touché... Pour le moment. » Me moquais-je gentiment. D'autres pourraient prendre la mouche, mais pas moi, ce n'est pas ainsi que l'on gagne ou que l'on peut voir la victoire pointer le bout de son nez. J'ai autant d'entraînement que lui, ce qui me permet d'avoir une bonne endurance et être assez alerte pour être un bon adversaire.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Ven 6 Juil - 13:15

Un combat, voilà quelque chose qui pourrait sans doute surprendre mais j'adorais cela, ça avait toujours été ma vie et désormais j'étais curieux de savoir comment les choses allaient se passer. Nous étions entre soldats après tout, nous étions deux personnes qui savent se battre et qui aiment le faire. Le combat c'est ma vie mais c'est aussi la sienne. Nos méthodes de combat diffèrent peut-être, je ne suis pas vraiment fan des armes récentes et modernes, toutes ces armes à feu, je préfère l'arc et l'épée mais peu m'importait, je savais utiliser pratiquement toutes les armes qu'on peut trouver dans ce monde. Des fusils automatiques au pistolet en passant par les revolvers et les arbalètes. Alors l'épée était un choix qui me convenait à merveille. En plus elle a de la répartie, je l'apprécie de plus en plus, sans oublier bien sûr l'évidente attirance physique qu'elle provoquait. Ce côté militaire me charmait, la beauté de ses formes m'envoûtait et son visage aux traits délicats mais capables de se durcir à l'approche de l'affrontement lui conférait un charme explosif. Je ne sais pas si j'étais à son goût mais elle était clairement au mien. Enfin là n'était pas vraiment la préoccupation du moment.

« Oui … Manchester United, le plus grand club au monde. Je vois de quoi tu veux parler. »

Je l'observe avec le sourire, faisant tourner un peu l'épée dans ma main pour bien en apprécier le poids et l'équilibrage. Tous deux sont parfaits et je le sais mais cela me permet de me mettre en condition avant de l'affronter.

« Je pense également avoir sous les yeux la preuve des belles femmes classes et flegmatiques d'Angleterre. »

Un compliment n'a jamais tué personne mais je ne m'attends pas un seul instant à ce que ça puisse la déstabiliser, ça me surprendrait sincèrement. Cela dit, si ça fonctionne, c'est vraiment incroyable. Ses mots suivants provoquent un sourire léger sur mon visage.

« Intelligente en prime. »

Oui, on peut faire des erreurs, des faux pas et ce qui est important c'est d'être capable d'évoluer, d'apprendre de ses erreurs pour s'améliorer. J'aime son cran et son assurance quand elle me tient tête, quand elle souligne avoir le flegme britannique mais aussi la sagesse égyptienne. Cela provoque un nouveau sourire sur mon visage, j'aime ce cran, je l'admire en un sens. Sa révérence est amusante, presque divertissante autant qu'inutile pour tout dire. Elle attaque la première, entamant ainsi notre affrontement. Je pare, j'esquive, je m'adapte à sa façon de se battre, je la laisse mener les premiers échanges avant de contre-attaquer. Elle se défend habilement, ne se laisse pas désarmer, ma lame tranche le tissu de son débardeur, sans agresser sa peau, le but n'est pas là. Sa remarque provoque un sourire sans atteindre ma concentration.

« Evitons de régler cela au premier sang versé. Ca serait dommage d'entamer ta beauté, ça ferait très peu royauté de se balader avec une balafre à l'épée. »

Le combat reprend de plus belle, les épées se rencontrent, notre affrontement ressemble plus à une danse qu'un vrai combat mais chaque contact entre les lames est brutal et fait vibrer le métal dans les bras. Je l'observe, elle m'observe, je la laisse prendre l'ascendant sur l'affrontement, me défend, rend les coups, sa lame passe près de ma chemise, au niveau de l'épaule sans parvenir à la toucher. C'est un peu de la triche, ma constitution me donne forcément un petit temps d'avance, un avantage quelque part injuste mais j'admire sa détermination. Je reste persuadé qu'elle n'est pas du genre à se rendre, je veux tester cette hypothèse, évitant une attaque, repoussant sa lame assez pour pouvoir poser la mienne contre sa gorge. Je laisse le métal en contact avec sa peau, pas juste un léger contact mais bien appuyé contre sa peau, la forçant à se tendre doucement.

« Tu abandonnes ? »

Je connais sa réponse, je suis d'ores et déjà sur mes gardes et prêt à éviter son attaque suivant qui ne manquera pas j'en suis certain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Lun 30 Juil - 22:33

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




Pourquoi ai-je l'impression que je ne pourrais pas le vaincre comme je l'ai pensé lors de notre première rencontre ? Il y a quelque chose chez cet homme que je qualifierais d'étrange, de plus ancien. Je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Quand il se bat, j'ai l'impression qu'il imite ces films relatant des batailles épiques et mythologique. J'ai la sensation d'être hors du temps. Mes capacités sont revues à la baisse, mais je reste là, malgré tout, à vouloir lui faire face et ce même, si je suis blessée ou mise à mal. Je ne suis pas faite de ce bois qui se brise au moindre coup, mais comme un chêne que l'on tente d'abattre sans véritablement trouver la faille qui le fera bel et bien tomber. Je l'observe comme si la réponse allait me sauter aux yeux parlant pour gagner du temps et surtout observer ces moins faits et gestes. Deux combattants qui se jaugent pour connaître son adversaire. Mais plus j'ai l'impression de voir la réponse et plus celle-ci m'échappe me laissant impuissante. Je peux user de toutes mes connaissances en escrime, mais je n'ai pas l'impression de faire le poids face à lui. Et pourtant, je persiste parce que je suis aussi butée qu'un âne.

« Je pense également avoir sous les yeux la preuve des belles femmes classes et flegmatiques d'Angleterre. »

« J'suis d'une trempe qu'on ne fait plus Damian. » Fis-je en esquissant un sourire alors, que je me remets en garde. Il a l'air plus en forme que moi, moins essoufflés comme s'il n'avait produit que peu d'effort. Je n'ai même pas l'impression qu'il transpire ou même qu'il respire. J'ai entendu dire que l'entraînement des gardiens n'avait rien à voir avec celui que j'ai suivi. Qu'il était un cran au-dessus et je pouvais le constater aisément en ce moment même si ce n'était qu'une bribe de ce qu'il devait savoir faire.

« Intelligente en prime. »

J'esquisse un sourire. C'est vrai qu'à me voir, on ne pouvait pas prétendre à cette impression et pourtant... Oui, pourtant, j'ai toujours su exceller dans bien des domaines pour plaire à mon père et à sa vision de la perfection avant de pouvoir briser le moule et choisir ma propre route. Cependant, il semble que je reprenne le chemin des majordomes. Mon père n'avait pas tout à fait tort, on n'échappe pas à la tradition et me voilà au pied du mur. Mais je ne pouvais pas faire la fine bouche. Cet emploi était bien mieux rémunéré que ce je percevais du Heaven. Je ne vais pas juste qu'à dire que l'ambiance est ennuyante, loin de là même, mais le salaire ne me permettait pas de tracer ma voie et de m'offrir un appartement. Voler de mes ailes et m'éloigner de la demoiselle seraient quelque chose de non-négligeable et de très appréciable.

« Évitions de régler cela au premier sang versé. Ça serait dommage d'entamer ta beauté, ça ferait très peu royauté de se balader avec une balafre à l'épée. »

« Une cicatrice de plus ou de moins, ça ne changerait rien. » J'en ai déjà deux sur moi. Deux impacts de balle qui ont failli me faire voir l'au-delà et pourtant, j'ai été sauvé in-extremis. À croire que la mort ne souhaitait pas m'avoir en compagne pour le moment.

Le sol m'accueille et je ne peux empêcher cet essoufflement lever et baisser ma poitrine tandis que mon regard scrute celui de mon adversaire. Au-dessus de moi. Je suis convaincue de ma défaite, mais je n'ai pas envie de l'admettre. Si on m'a surnommé la valkyrie, c'est pour la simple et bonne raison que je préfère mourir au combat que déclarer que je suis perdante. Autant dire que je me rapproche d'une amazone surtout avec cette atmosphère de jungle si l'on oublie la cité qui se trouve au cœur de l'île.

« Tu abandonnes ? »

« J'ai dit touché. » Fis-je en me relevant reprenant mon épée que je manie parfaitement grâce à mes années d'expérience en tant que capitaine d'escrime et de mes nombreux délires avec des collègues quand on reproduisait ce que l'on voyait dans les films. Question de combler l'ennuie lorsque nous n'avions pas grand chose à faire. « Je n'abandonne jamais. Per adua ad astra. » Lui dis-je alors. C'est ce que dit tous les membres de la Royal Air Force, si j'avais pu, je me le serais tatouée dans la chair pour affirmer ma fierté et mon appartenance. Ce n'est que partie remise.

Je recommence à me battre imitant la plupart des mouvements de Damian. J’apprends plutôt vite même si je fais quelques bavures. Mais c'est ainsi que l'on progresse. Tout le monde est élève un jour et continue de l'être jusque dans la mort. J'évite certains coups, je me les prends sans broncher, mais je peux empêcher mon visage d'afficher une grimace quand je ressens la douleur. Je ne suis pas immunisée à cent pour cent.

Malgré les mouvements, je tente le tout pour le tout...

(Oui – Elle réussit à le faire tomber et se retrouve sur lui.
Non – Elle tombe seule.)

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je suis un petit nouveau, aimez-moi !


Emploi : Vous divertir, vous amusez, vous tyranniser.
Messages : 189
Date d'inscription : 08/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Lun 30 Juil - 22:33

Le membre 'Jayden E. Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'oui/non' :

_________________
imagine deamon
Votez toutes les deux heures



« Malheureux, tu songes encore à combattre ? [...] Scylla n’est pas mortelle ; c’est un monstre cruel, terrible, inattaquable ! »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mar 31 Juil - 16:41

De plus en plus, j'apprécie la jeune femme. Elle est courageuse, peut-être même un peu trop. Il y a une différence évidente de niveau entre nous, j'ai les années d'expérience pour moi, mes capacités hors normes, supérieures aux siennes. Je m'interdis de profiter de mes capacités pour garder le combat intéressant au maximum et pour pouvoir l'évaluer un peu, voir comment elle se défend, comment elle répond à mes attaques. Je préfère un beau combat où elle se donne à fond qu'un combat que je remporterai haut-la-main pour le seul plaisir de la vaincre. Vaincre sans combattre n'a aucun intérêt. Tout du moins c'est en cela que je crois. A quoi me servirait de l'écraser ? Elle se sentirait ridiculisée et ce n'est pas ce que je voulais. Bien sûr je ne la laisse pas gagner pour autant, même sans mes capacités je reste un épéiste plus que doué mais le combat est plus équitable. Je pense deviner qu'elle a compris ne pas faire le poids et pourtant elle n'hésite pas à m'affronter, à me défier, du regard ou dans ses gestes. J'aime cette attitude autant que je la trouve sotte. Pourquoi continuer un combat perdu lorsqu'on le sait ? Moi non plus je n'arrêterai pas à sa place, nous sommes fait d'une trempe plus similaire qu'elle ne semble le réaliser. Après tout il n'y a pas si longtemps je la trouvais sur plage, échouée après son crash, en tant que guerrier et non en tant que roi.

Sa remarque sur la cicatrice me fait lever les yeux au ciel. Je comprends la valeur qu'un guerrier peut accordé à une cicatrice si c'est en faisant son devoir, mais là ? Dans ce combat amical ? Ca prouverait quoi ? Que je l'ai battue ? Super … Quel intérêt ? Ce combat était pour se jauger, s'entrainer, apprendre l'un de l'autre, pas pour savoir qui botte les fesses de qui. Si ce n'était que ce dernier point je ne prendrai pas tant de plaisir, ni ne m'abaisserai à jouer à son niveau. Je lui sortirai l'attirail complet, l'intégrale de l'attaque à l'épée dont je suis capable et le tout serait réglé en une petite minute. Mais ce n'est pas que je souhaitais.

« Une cicatrice n'a de valeur que si elle est causée pour un vrai intérêt. Protéger son pays par exemple. Mais une cicatrice dans un combat d'entrainement est aussi valorisante que de se couper le doigt en dérapant dans son assiette. »

Son exhibition de courage continue. Je savais qu'elle n'abandonnerait pas, qu'importe la lame contre sa gorge. Encore une fois elle me fait lever les yeux au ciel, elle est entêtée. Je trouve ça étrangement sexy pour le coup mais surtout je trouve cela absurde. Elle me récite même le slogan latin de son armée. Une bonne soldat, prête à mourir pour son pays, à se laisser envoyer à l'abattoir. J'admire ce courage et cette détermination mais je les trouve stupides, à quoi bon se battre et mourir dans un combat perdu plutôt que de rester en vie et se battre à nouveau dans un combat qui serait plus équitable une autre fois ?

Elle ne tarde pas à revenir la charge, je pare, j'esquive, agile sur mes pieds, du plat de la lame je la frappe parfois, sans frapper trop fort, je n'ai aucune envie de lui faire du mal. Elle se lance alors sur moi, stratégie dangereuse lorsque l'on est armé d'une épée. Elle m'entraine dans sa chute, était-elle seulement consciente qu'elle aurait pu s'empaler sur mon épée sans le vouloir ? Il y avait une certaine folie guerrière en elle et je trouvais ça fascinant. Sincèrement attirant. Lorsque mon dos heurte le sol, ma lame s'est glissée discrètement entre sa peau et son débardeur, arrêtant sa lame à quelques centimètres de mon visage.

« Je le reconnais. Tu es une excellente combattante. Tu sais manier ton épée. Tu te bats avec une bravoure prodigieuse mais … Tu laisses trop ta fierté entrer en ligne de compte, dicter tes réponses et tes agissements. Te jeter sur moi était dangereux, tu aurais pu t'empaler sur mon épée. »

Avec la vitesse de la chute, elle aurait sans doute été transpercée de part en part, jusqu'à la garde. J'admire son courage, je le trouve admirable mais il n'a pas sa place en cet instant. Craignant a suite, je préfère mettre un terme à l'affrontement, quitte à devoir appuyer où ça fait mal : sa fierté. Maintenant sa lame avec la mienne, ma tête se redresse subitement heurtant violemment son front. Je n'y suis pas allé de main morte et je l'ai visiblement surprise. Je profite de ce petit relâchement de sa part pour poser un pied sur son ventre et la pousser, la faisant rouler au-dessus de ma tête, s'écrasant sur le dos derrière moi. Tenant fermement mon épée qui se trouvait entre son débardeur et sa peau, ce dernier se déchire dans son mouvement soudain. J'entends son souffle douloureux à l'impact de son dos. Je me déplace au-dessus d'elle, plantant mon épée entre ses jambes, elle traverse son pantalon à chaque jambe sans toucher sa peau, l'épée s'enfonce profondément, immobilisant ses jambes. M'agenouillant en étant à hauteur de sa tête, un pied immobilise son bras alors que ma jambe se pose contre sa gorge, l'écrasant. D'une main je me saisis de sa main encore libre, l'immobilisant en pliant son poignet dans une position peu naturelle dont elle ne peut se soustraire qu'en se le foulant … ce que j'espère elle ne fera pas. Mon genou sur sa gorge ne fait pas juste de la figuration, il appuie réellement, elle cherche son souffle, en vain. Je reste ainsi de longues secondes, sans un mot, me contentant de la regarder dans les yeux d'un regard perçant qui la laisse comprendre que je pourrai la tuer. Ses lèvres commencent à se teindre de bleu quand je me redresse enfin, récupérant mon épée pour libérer ses jambes, je m'éloigne de deux pas. Lui faisant à nouveau face.

« Tu n'abandonnes jamais … Et bien, viens … Je t'attends. »

Je ne rigolais plus désormais. Sa façon de se mettre en danger m'avait déplu, ce geste téméraire presque un peu fou … sa bravoure l'empêchait de voir le danger, elle semblait une guerrière fière, qu'à cela ne tienne si je devais l'humilier pour lui apprendre l'humilité. Le pire dans tout ça est encore que je ne tire aucun bonheur à agir de la sorte, il n'y a aucun plaisir en réalité mais je voyais en elle le guerrier que j'ai été au début de ma carrière et je sais combien de fois un humain serait mort à ma place parce que j'étais comme elle : fière et brave. Or il s'avère que je ne veux pas qu'elle meurt. Pour une raison étrange, je l'apprécie énormément sans même la connaitre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Majordome de Damian Stanton
Messages : 134
Date d'inscription : 10/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden] Mar 18 Sep - 11:51

Entretien d'embauche  
Jayden & Damian




« Une cicatrice n'a de valeur que si elle est causée pour un vrai intérêt. Protéger son pays par exemple. Mais une cicatrice dans un combat d'entrainement est aussi valorisante que de se couper le doigt en dérapant dans son assiette. »

Pour moi, une cicatrice reste une cicatrice, on n'était pas à l'abri d'en éviter une, même pendant un simple entraînement. Ce ne serait pas la première et la dernière que j'aurais sur la peau. Ceci dit, il semble avoir à en redire comme à chaque fois que je dis quelque chose d'ailleurs. À croire, que Damian attend toujours plus mieux de moi. Honnêtement, il fait déjà preuve de ce qu'on les nobles. L'envie que la perfection transpire par les pores de la peau même de la part du petit personnel. Étant donné que j'ai passé, enfin selon moi, l'entretien haut les mains, il ne me reste plus qu'à finaliser ce petit intermède combatif comme signature de contrat. Façon de parler bien entendu, je veux le voir sous les yeux et le lire entièrement, on passe souvent à côté des petits caractères et honnêtement, je n'ai pas envie le moins du monde de me faire avoir par quelqu'un de la haute. Même si, j'en fais partie également de par mes ancêtres. Père n'a jamais eu à me déshériter, car même si je n'ai pas suivi le chemin qu'il souhaitait, j'ai fait preuve d'honneur au nom de la famille. C'était acceptable selon lui, pas la perfection désirée, mais supportable tout de même.

Quel hypocrite. Mon père en est le roi. J'ignore ce qui l'a fait devenir ainsi, ma sœur aînée m'a toujours dit qu'autrefois, il n'était pas ainsi. Alors, pourquoi l'est-il devenu ? J'ai toujours eu l'impression que la faute me revenait pour je ne sais quelle raison. Lydia a toujours su jouer les arbitres, celle qui voulait tout arranger et je dois avouer que cela me portait sur les nerfs tout autant que le comportement nonchalant et détachée de Victoria. J'avais l'impression d'être la seule de voir plus loin que le bout de mon nez. Mon éducation masculine n'a sans doute pas aidé à ce que je sois plus féminine, moins brute dans mes gestes et mes propos. Mais à qui la faute !

Cependant, je dois avouer que sans cela, il m'aurait été impossible de tenir tête à Damian. De ce fait, je reste mitigée sur bien des sujets. Je les garde pour moi bien entendu.

De ce fait, face à ces propos, je hausse les épaules de la manière la plus détachée qui soit et donc Victoria serait fière pour le coup, comme toute réponse. Puis, je tente le tout pour le tout en fonçant droit sur mon futur employeur afin de le prendre au dépourvu. J'essaie de tirer sur la ficelle de la sonnette de dame la chance. Et cela fonctionne !

« Je le reconnais. Tu es une excellente combattante. Tu sais manier ton épée. Tu te bats avec une bravoure prodigieuse mais … Tu laisses trop ta fierté entrer en ligne de compte, dicter tes réponses et tes agissements. Te jeter sur moi était dangereux, tu aurais pu t'empaler sur mon épée. »

J'arque un sourcil alors, qu'un petit sourire étire mes lèvres. Si d'autres venaient à nous surprendre, ces personnes nous prendraient pour un couple entrain de folâtrer. Mais dommage pour eux, ce n'est guère le cas. « Cela doit être mon côté égyptien. Mon côté sang chaud a plus parler que mon flegme britannique. » Fis-je amusée. J'avoue ne pas avoir réfléchi plus loin que le bout de mon nez, mais j'en avais plus qu'assez de tourner en bourrique à cause de lui. J'ai tenté ma chance en la prenant à pleine main durant son envol et me voici à califourchon sur mon futur patron.

Dis comme ça, ce n'est pas très professionnel de ma part. Je ne suis pas une adepte des promotions canapés. J'ai connu quelques filles au lycée qui ont su soudoyer des profs et un jury en passant sous la table. Une affaire qui a fait parler surtout dans une école privée, prestigieuse et onéreuse fréquentée par des gens riches et importants. Même si cela s'est réglé en privé, il n'en reste pas moins que ce fut un déshonneur complet. Ces filles ont été démuni de leur diplôme et interdites à vie d'en passer un autre. Dans tous les cas, elles ont perdu beaucoup plus que quelques heures de révisions qui auraient été d'un meilleur effet sur leur CV.

Mes pensées sont vite remplacées par l'action de mon adversaire. Et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, je me retrouve complètement bloqué, comme ma fierté au creux de ma gorge. Comme du bétail ficelé durant ces concours barbares, typiquement américain. S'il voulait me donner une leçon, j'avais l'impression que c'était vers une part de lui qu'il le faisait. Je reconnais ce regard qui dit que l'on est aussi passé par-là fut un temps et qu'on l'a chèrement payé. Ouais, je connais ce genre de regard. Je l'ai vu quand j'avais les idées noires après mon retour d'Irak. Après que la mort ait failli m'avoir et qu'elle nous laisse avec un tas de questions dans la tête. Pourquoi eux et pas moi. Pourquoi j'suis là. Je ne vaux pas grand chose. J'devrais crever et pas respirer demain.

Je ne peux pas dire que j'ai été épargné par l'épisode post-traumatique de ce genre de moment. C'est ainsi. Tout le monde en est victime d'une façon ou d'une autre. On ne s'en détache pas même si on le désire vraiment. Mais au moins, cela m'a permis de dépasser ce stade une fois atterri ici. Enfin, pas vraiment je dois dire, parce que ma vie d'avant me manque vachement et que cette façon d'agir me permet d'extérioriser toutes ces émotions que je suis obligée de bloquer au quotidien.

Je commence sérieusement à étouffer. Et mon regard ne perd pourtant pas de sa superbe quand celui de Damian s'ancre dans le mien comme s'il cherchait une reddition de ma part. Manque de chance, ce n'est absolument pas mon genre. Loin de là !

Alors, quand il me libère, je reprends de l'air à grande bouffée avant de me redresser en toussant presque mes poumons. D'ailleurs, si vous les voyez, faites-moi signe. Je me tiens la gorge d'une main, mais le reste de mon corps ressent une certaine souffrance. Ma veille blessure se réveille et j'écrase un juron entre mes lèvres. J'sais plus si c'était un putain ou bien fait chier. Ma tête est du genre dans le brouillard total et qu'est-ce que je fais ?

« Tu n'abandonnes jamais … Et bien, viens … Je t'attends. »

Je me relève. Maladroitement. Mais dignement quand même. Enfin de la façon qu'on peut surtout.

« Tu parle à qui. Moi ou bien ta version de toi dans le passé. »

Je vois plus loin qu'on peut le croire. Peut-être trop et ça m'a valu des confrontations que j'aurais pu très certainement éviter. Mais mon côté égyptien pied dans le plat me pousse toujours à entrer dans des sujets que je devrais grandement éviter.

« J'ai pas besoin d'un psy pour savoir que j'dois faire preuve d'humilité. Et c'est pas ça dont j'ai besoin aujourd'hui. Ma fierté et mon sang chaud me permettent de tenir dans ta putain d'île pendant que ma famille se fait un sang d'encre pour moi ou me croit vraiment morte durant une saloperie de vol d’essai. » Je laisse tomber l'épée au sol. « Ta psychanalyse, tu la mets au cul. J'ai déjà eu mon lot de psy avant et ici. Alors soit, tu m'embauches ou bien tu changes d'avis et je m'en vais. »

Non, je n'ai vraiment pas envie que l'on me fasse une liste de ce que je devrais être et mettre de côté. De comment, je dois agir et parler. Autant me dire comment et quand respirer aussi. Quand manger et boire. Pisser et chier aussi. Oui, ce n'est pas très féminin, mais je m'en carre l'oignon complètement. J'ai pas le temps de passer par cette case. J'ai besoin d'un travail pour recommencer une nouvelle vie, c'est tout ce que je demande.

Ça y est cette migraine me reprend. J'espère qu'elle sera plus supportable que la précédente. Y a des moments où les larmes coulent tellement c'est horrible. Instinctivement, ma main droit vient masser ma tempe dans l'espoir que ça m'apaise. C'est supportable, c'est déjà ça. Mais bon, je me sens tout de même étrange depuis quelque temps. C'est pas dans mes habitudes d'être malade. Disons même que je ne tombe presque jamais malade. C'est pas un loisir que je me permets et il faut que ça continue.

_________________
Per Ardua ad Astra.
À travers les embûches jusqu'aux étoiles.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [Jayden]

Revenir en haut Aller en bas

Entretien d'embauche [Jayden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La plage-