AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

on the other side (serehnia & seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: on the other side (serehnia & seth) Lun 21 Mai - 1:20

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Un crash - encore - les éclaireurs l'ont repéré à la nuit tombée, et il s'trouve toujours un des premiers sur les lieux, c'est Seth. Il peut pas s'empêcher - faut y être sur place dans les premiers pour être certains d'avoir d'quoi s'amuser avec des nouvelles technologies. Avant qu'les vampires n'viennent s'en emparer justement, et qu'il lui reste qu'la carlingue pour pleurer. Alors il prend l'partie de suivre un groupe d'chasseurs pour rejoindre Haima - ils savent comment faire pour pas s'faire repérer, passant par les tunnels, et rejoignant d'petites embarcation pour arriver sur une plage plus reculées de l'île. Là, ils s'mettent à courir, ou marcher, à aller aussi vite qu'ils peuvent pour rejoindre l'coin où l'crash a été repéré.
« On t'laisse y foutre ton nez, Seth, on va tenter d'trouve du vampire à cramer. »  Il lève les yeux au ciel, avant d'partir seul vers la plage - laissant les autres s'exciter avec ses nouveaux jouets. Il s'arrête pas d'inventer d'nouvelles armes, ces derniers temps, l'désir de créer l'arme parfaite pour pouvoir rentrer dans Haima et retrouver Kaleb l'empêchant d'dormir s'il n'est pas épuisé.

Il doit avoir l'plus de matériel possible alors, c'pour ca qu'il s'trouve là. Il est pas long à trouver l'avion à moitié détruit, encore en flamme, où s'trouve plus d'humains autour. Pas qu'il soit étonné - sont pas longs à venir les chercher les suceurs d'sang. Il perd pas de temps à tergiverser, rentrant dans l'devant de l'appareil pour trouver du cuivre, des ordinateurs, ou d'quoi faire des talkie walkies. Il trouve d'quoi se rendre heureux, vraiment, et fourre l'tout dans le sac qu'il porte en bandoulière - avant qu'il n'entend un bruit derrière lui.
Il est rapide, Seth, et il manque pas d'confiance en ses réflexes - c'pour ca qu'il sait qu'peu de vampires peuvent l'atteindre, malgré leur vitesse, parce qu'il a presque un sixième sens face au danger. Face aux nouveaux arrivant aussi - sauf qu'là il doute qu'il s'agisse d'un humain. « Montrez vous ! »  Qu'il gueule, aussi intelligent qu'la blonde dans les films d'horreur. Il grogne d'sa stupidité, avant d'sortir de l'appareil pour marcher dans l'sable à nouveau, regardant autour d'nouvelles traces qui se trouvaient pas là avant - « Qui est là ? » Qu'il demande une fois encore - piqué au vif dans sa curiosité. Serrant son sac avec son butin qu'il compte bien ramener sur Astrée.

Puis y a cette silhouette, tout à coup. Pas si loin - mais indéniablement, il s'agit pas d'un vampire. L'visage est pas familier, mais il manque pas d'remarquer comme elle est jolie, l'humaine. « Bordel tu m'as fait flipper - je m'attendais pas à trouver quelqu'un ici. »  Qu'il dit finalement en s'approchant d'la demoiselle. « J'suis Seth - t'es une des passagères ? » 

_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Lun 21 Mai - 19:00

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Il était tard, la plupart des habitants se préparaient à aller dormir alors que moi, j'étais prête à aller bosser. Ce job, quoique parfait pour mon coté séducteur, ne comblait pas mes besoins d'évasion. Alors que j'étais en route pour prendre mon poste au Crépuscule, mes pieds me menèrent malgré moi vers la plage. Il est vrai que je n'avais le goût de rien ce soir. Assurément, je me ferai taper sur les doigts par le boss pour mon retard plus qu'important. Cependant, enfermée dans ma courte jupe noire en cuir et mon body en dentelle blanche, je déambulais sur le fin sable nacré d'Haima à la recherche d'un but, d'un objectif ou tout bonnement, en quête d'une certaine paix intérieure.

Mes escarpins  à la main, marchant au bord de l'eau, les vagues venaient caresser mes pieds nus. Je n'étais consciente que de l'odeur salé et de la fraicheur sur mes épaules et mes bras; la légère brise du soir me faisait frissonner mais je ne m'en préoccupais pas. Les yeux perdus vers l'horizon, je faillit ne pas remarquer la forme qui se profilait à quelques centaines de mètres de ma position. Curieuse par nature, je me dirigeais calmement et discrètement vers l'endroit que j'avais aperçu. Soudainement, j'entendis une voix d'homme qui semblait interpeller quelqu'un. Stupéfaite, je stoppais net mon avancée pour scruter les alentours. Il n'y avait personne d'autre que moi. Était-il possible qu'il s'adresse à moi ? Comment avait-il pu m'entendre ?

La voix m'avait semblé venir de l'amas de taules qui se présentait maintenant à une cinquantaine de pas devant moi. Les sens aux aguets, j'arrivais à hauteur de ce que j'avais identifié comme une carcasse d'avion dont quelques flammes s'en dégageaient encore. A voix basse, je me surpris à dire "J'espère qu'il n'y a pas eu de morts...", comme si, en règle générale, je me souciais des personnes qui ne me sont pas proches. C'est alors qu'il sortit de l'appareil et que je le vis. Il m'a parlé mais j'avais du mal à former les mots qui sortaient de ses lèvres rosés dans mon cerveau embrumé. Après quelques secondes de léthargies, je me repris et lui répondis avec une voix qui se voulait assurée "Désolée de t'avoir fait peur, j'ai partagé ce sentiment en fait. Non, je ne suis pas une passagère, pourquoi en serais-je une ?". Je décortiquais en détails l'homme devant moi en attendant qu'il me réponde. Il faut dire que c'était loin d'être désagréable de regarder un physique pareil. Il m'avait dis s'appeler Seth, est-ce que l'origine de son prénom reflète une certaine obscurité chez lui? Malgré son approche plutôt amicale, ne devrais-je pas prendre mes jambes à mon cou? Après une hésitation, je décide de vivre ma vie comme je l'ai toujours vécue c'est-à-dire sans me préoccuper de ce qu'il peut advenir. "Oh! j'ai oublié de me présenter. Enchantée, Serehnia" m'empressais-je d'ajouter en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Dim 27 Mai - 22:42

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

La vie sur Haima suit toujours l'même rythme - celui d'la survis, des combats, des feux d'joie qu'forment les chasseurs pour gueuler leur envie d'vivre encore. Il a jamais rien connu d'autres, s'verrait pas vivre une existence facile - une où il risquerait pas constamment sa vie, une où il aurait pas conscience qu'il s'trouve de terribles monstres dans l'ombre d'la lune. Il sait qu'ils y sont - ils sont nés sur l'île des chasseurs, comme son frère et sa soeur. Il est né comme chasseur, avec un don qui s'formait au creux d'son être. Un est plus rapide qu'les autres, des réflexes plus accrus - Doué pour la défense comme il évite les attaques des autres chasseurs plus vite qu'tout le monde. Kaleb - en duo - attaque plus rapidement, brisant l'air sans un bruit pour couper en deux leurs ennemis. Une paire - il existe pas sans son jumeau, il existe pas sans cette part d'lui. Il marche sans savoir où il s'rend, vivant d'habitude sans une vie d'chaos.
Il s'perd, en réalité, alors qu'il est en présence d'choses qui lui sont familières. Les outils informatiques, et les morceaux d'carcasse qui fument - il les découpe pour en trouver d'quoi d'intéressant, et pouvoir en faire armes et maisons. Il est doué pour cela - il est doué pour cela, et s'y raccroche pour pas devenir fou. Pour se contenir d'penser qu'il est bon à rien, comme pour sauver son frère il semble pas avancer. Il peut pas cesser d'y penser - cependant - il se trouve où Kaleb ? Est-ce qu'il va bien ? Est-ce qu'il souffre ? Est-ce qu'il va lui revenir ? Quand. Quand. Quand.

Puis un bruit, son coeur qui s'accélère d'la peur de voir sortir de l'ombre un vampire pour lui déchirer la gorge. Cependant il s'calme rapidement, en voyant plutôt une jeune fille sur la plage. Il la détaille un moment - elle est jolie, la gamine, bien qu'elle n'soit pas de son style. Comme l'seul qui lui ai fait tourner la tête c'est celui qu'il a justement perdu. Il manque pas de remarquer comme elle sourit, comme elle est habillée - séductrice, séduisante, ca l'fait marrer. « Désolée de t'avoir fait peur, j'ai partagé ce sentiment en fait. Non, je ne suis pas une passagère, pourquoi en serais-je une ? » Il hausse les épaules avant d'sauter de la carcasse pour s'avancer vers elle, son sac plein d'trucs à moitié morts pour en faire quelque chose d'nouveau plus tard. Pour l'moment il est épris d'curiosité devant cette jeune femme qui semble trouver ca plus qu'normal de ce promener à travers un lieu d'crash. « J'sais pas. C'pas habituel d'voir des gens s'promener à travers des avions crashés. » Qu'il répond avec un sourire en coin avant d'se présenter plus poliment. « Oh! j'ai oublié de me présenter. Enchantée, Serehnia » « Serehnia ? C'un vrai prénom ca ? »  Qu'il demande, l'trouvant étrange glissant sur sa langue - c'bien la première fois qu'il entend un nom pareil et peut pas s'empêcher d'parler comme il pense. « T'fais quoi dans l'coin Serehnia ? Tu profite d'la vue ? » Demande-t-il avec un sourire en coin d'nouveau, la lâchant pas du regard.

_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Mar 29 Mai - 2:01

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Je n'ai jamais été du genre à fuir devant les problèmes. Or, je pressentais qu'un gros problème était devant moi et pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que, si je restais plantée là à écouter cet inconnu, un fléau sans nom s'abattrait rapidement sur moi. Je devais fuir. Vite. Il me parlait et pendant ce temps là, je réfléchissais à la meilleure façon de m'esquiver. Première règle: Faire semblant que vous ne manigancez rien, bien évidemment. Donc il fallait que je lui répondisse comme si de rien n'était. Le futur nous dirait bien assez vite si ce stratagème fonctionnait. Il paraissait réellement surpris que je pute être là. C'était un peu déplacé de sa part de croire que lui avait tout à fait sa place sur cette plage, en plein milieu d'un avion crashé et je n'allais pas me gêner pour lui faire entendre: "Peut-être que je n'ai rien à faire ici... Mais toi, alors, penses-tu être mieux placé que moi pour que je te retrouve sortant de la carcasse de cet avion ?" Dis-je, condescendante. Mes paroles l'amusaient fortement à en croire son petit sourire en coin. En même temps, il l'avait bien cherché. Pour qui se prenait-il celui là à la fin ? Il osait me dire que je ne devrais pas être là, puis il critiquait mon prénom. "Ouaip, Serehnia. Comme: Serehnia va te botter le train si tu n'arrêtes pas de te foutre d'elle" ajoutais-je, oubliant mes plans d'évasion à cause de la colère qui bouillonnait en moi. Peut-être perçut-il qu'il m'avait énervée car ses paroles devinrent plus neutres bien que je doutasse que mes menaces en fussent la cause. « T'fais quoi dans l'coin Serehnia ? Tu profite d'la vue ? » m'avait-il lancé, l'air penaud en me fixant de son regard de feu. C'était à mon tour de hausser les épaules. Comme si j'allais lui raconter ma vie alors que lui n'en faisait rien. "Et toi alors? Que cherchais-tu dans la dépouille de l'avion ? Ton sac a l'air bien lourd" finissais-je en désignant sa besace d'un geste du menton. Ma question tomba juste car son sourire disparut l'espace d'une milliseconde, pouvant me faire croire que j'avais halluciné. Mes yeux étaient plantés dans les siens, pas question que je laissasse quelqu'un, un homme de surcroît, penser qu'il avait une quelconque influence sur moi; j'étais bien trop fière pour cela. A mon tour, je me mis à lui sourire de manière provocante afin de le mettre mal à l'aise. Ce n'était que justice après tout.


Après une bataille de regard d'une intensité implacable, je décidais de mettre mon plan à exécution. "Il faut que j'y aille, je suis en retard." dis-je calmement. Je tournais les talons sans lui laisser le temps de me répondre et après quelques pas dans le sable, je me mis à courir aussi vite que je le pouvais, direction la cité. Mais il faut dire que cette entreprise était très périlleuse. En effet, ma tenue, qui était composée d'une jupe moulante ultra courte et d'un bustier serré, laissait peu de place à d'amples mouvements. De dos, je devais bien avoir l'air d'une idiote à fuir ainsi; ma pochette en bandoulière se balançait sur ma hanche, j'avais mes chaussures à la main et ma jupe remontait ostensiblement vers le haut si bien qu'on allait finir par voir mes fesses. Je l'entendis m'interpeller mais je ne me retournais pas, bien trop occupée à essayer de ne pas tomber de manière ridicule. Des bruissements derrière moi parvinrent à mes oreilles mais, décidant qu'il valait mieux faire l'autruche jusqu'au bout, je continuais à filer droit devant moi.


Don't run away, just fight monsters
- Once upon a time, on a beach...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Mar 29 Mai - 21:27

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Il a jamais appris les bonnes manières, parce qu'il se trouvait pas de temps pour cela entre les chasses et les entrainements. C'le langage de la rue dans l'île des chasseurs. Ils apprennent pas à être des gentleman ou à avoir une tenue convenable. Ils parlent comme ils pensent et plus souvent ils s'laissent aller au coeur d'sang plutôt qu'à tourner leur lange dans leur bouche. Sauf quand il s'agit d'la rouler à deux, pour des baisers enflammer. Ils enflamment la vie des deux bouts - parce qu'ils savent qu'elle est plus souvent trop courte que l'inverse. Alors il prend pas la peine de faire les choses convenablement et rapidement il voit l'visage de la gamine en face de lui se barrer d'une grimace mécontente. Pas l'temps d'en être offusqué cela dit - il préfère s'en amuser. « Peut-être que je n'ai rien à faire ici... Mais toi, alors, penses-tu être mieux placé que moi pour que je te retrouve sortant de la carcasse de cet avion ? » Haussant les épaules, il en sort d'sa carcasse d'avion pour s'approcher de la gamine, avisant sa tenue qui n'a strictement rien à faire sur la plage - bien qu'elle tienne ses chaussures à la main plutôt que les avoir aux pieds. Pas qu'il soit un expert - il a plus l'habitude des filles qui s'tiennent comme des garçons, que celles qui portent des jupes. Son regard l'prouve comme il est pas capable de ne pas regarder encore et encore l'corps dévoilé de la jeune femme. « Ma tenue est peut être plus approprié pour se promener dans une carcasse d'avion. » L'commentaire est plat - sans doute - mais jete une fois d'plus des braises sur une étincelles qui manque pas de s'enflammer.
La moquerie - le rire discret mais bien présent - sur le nom ne fait qu'en réajouter, et soudainement elle se tient rougeoyante l'humaine. PAs que Seth ne sache comment c'est arrivé, il se tient plutôt avec curiosité devant elle. « Ouaip, Serehnia. Comme: Serehnia va te botter le train si tu n'arrêtes pas de te foutre d'elle » « Enchantée Serehnia va te botter le train - » Qu'il commente avec son sourire franc et joueur - il est pas doué pour n'pas énerver les filles, ou ne pas énerver quiconque. Parce qu'il en a rien à foutre - réellement. Il trace son chemin sans s'soucier de ceux qu'il croise la majorité du temps, sauf quand il s'agit de sa famille - de son fils, sa soeur, son frère. Son frère qui manque toujours laissant une absence trop grande dans sa poitrine. N'pas y penser. Il n'doit pas y penser. « Et toi alors? Que cherchais-tu dans la dépouille de l'avion ? Ton sac a l'air bien lourd » « Parce qu'il est plein d'bordel - p'tit génie. Y a plein d'trucs à prendre dans ces avions plutôt que les laisser s'décomposer sur la plage. » Qu'il énonce en montrant la plage c'un geste de main.

Pas qu'il s'attendait à la suite des événements « Il faut que j'y aille, je suis en retard. » comme soudainement elle se met à courir dans le sens inverse. Il reste figé, à la regarder qui tente de prendre de l'élan dans le sable, s'y enfonce et manque de le manger la tête la première plus d'une fois. Et sans doute n'aurait-il rien fait - vraiment - si soudainement il aurait pas perçu l'ombre qui s'lancer vers elle. « SERENHIA !! » il gueule en même temps qu'il sort son arme - l'flingue se trouve à sa ceinture, toujours, et il vise rapidement la bête qui s'jette vers elle. Un coup. Elle grogne. Deux coups. Elle s'effondre dans l'sable, et il se met à courir à son tour - espérant qu'la jeune femme se soit pas faite écrasée par le loup géant qui l'a attaquée. « Sere ? T'es là ? t'vas bien ? »
-

_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Mer 30 Mai - 2:43

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Je ne m'en sortais pas si mal, malgré mon accoutrement. Cependant, je sentais que la chose qui me poursuivait se rapprocher et pire, cela semblait bien plus gros qu'un casse-pied de Seth au vu des bruits que la chose engendrait. Sa respiration frôlait mes jambes, entraînant l'apparition de myriades de frissons sur l'intégralité de mon corps. Je ne courais plus pour échapper à l'enquiquineur de Seth, mais bien pour sauver ma vie et je n'avais pas besoin de me retourner pour en être certaine. Soudainement, j'entendis une déflagration et le monstre derrière moi grogna, prouvant que ça n'avait rien d'humain, mais je le percevais, de plus en plus près. Puis une seconde détonation retentit. La bête dût tomber et rouler vers l'avant car l'instant d'après, sans trop savoir comment, je me retrouvais bloquée sous l'immense loup. Plus précisément, j'étais coincée jusqu'à mi-cuisses. Il pesait une tonne, je n'arrivais pas à me dégager. De plus, son sang me dégoulinait dessus depuis les trous qui se situaient au niveau de son flanc et de sa tête.

Une trentaine de secondes après, la voix de Seth me parvint. « Sere ? T'es là ? t'vas bien ? ». La poisse! Il fallait que ça soit ce chieur qui m'eusse sauvée la vie. "Putain, ne m'appelle pas comme ça! Mes vêtements sont morts, il va falloir que je les jette et que je me change avant de bosser ! Merde! T'attends quoi pour me sortir de là ? Tu ne vois pas que je suis bloquée?" m'énervais-je sur lui. Je tentais toujours de m'extirper en enfonçant mes paumes dans le sable et en essayant de faire levier en poussant avec mes avant-bras mais je ne bougeais pas d'un poil. "Tu vas rester planté là longtemps? Ça pue la mort en plus! Puis comment ça se fait qu'il y ait un loup ici, aussi gros, de surcroît ?" déblatérais-je sans m'arrêter. Une fois libérée, je me remis tant bien que mal sur mes pieds. "Merci." dis-je, m’écorchant la langue au passage tout en tentant de camoufler une grimace. "Merde!" pensais-je. Ma cheville droite me faisait un mal de chien, elle devait être foulée. Je baissais les yeux sur ma tenue. C'était pire que ce je pensais. Le sang poisseux et verdâtre du loup s'était répandu sur la majorité de mes vêtements, j'en avais même sur les jambes et les bras. Je devais également en avoir sur le visage car je sentais que ma peau tirait au niveau de ma joue. Essayant de limiter la catastrophe, j'ajustais ma jupe et frottais l'ensemble des parties de mon corps non recouvertes par le liquide gluant pour en enlever le sable; puis, je passais la main dans mes cheveux pour les remettre tant bien que mal en place.


Reportant mon attention sur Seth, je me rendis compte qu'il m'avait observée, un rictus moqueur aux lèvres. "Tu trouves toujours tout drôle?" Ne pus-je m'empêcher de demander, piquée dans mon orgueil. Sa réponse, bien que toujours moqueuse, semblait sonner fausse à mes oreille. Si je ne me trompais pas, il y avait alors bien des choses qui touchait cet emmerdeur de service, ce qui impliquait donc que sous cette carapace d'indifférence pour tout, il se cachait un cœur. Bon, je me devait d'admettre qu'il fallait bien creuser pour trouver une faille dans sa stratégie de défense par moquerie. N'empêche qu'elle était là! Une jeune hawaïenne dansait le Hula dans mon esprit quand je compris son petit manège. Finalement, j'allais peut-être pouvoir discuter avec lui sans m'énerver constamment. L'apprécier, c'était une autre affaire. Les bras ballants le long de mon buste afin de ne pas me salir plus encore mais les yeux bien ancrés dans les siens, je lui demandais "Non que je ne m'en plaigne, qu'est-ce que tu fous avec une arme?". Maintenant que tous ces évènements s'etaient produits, je ne comptais plus le lâcher tant que je n'aurais pas toutes les informations que je désirais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Lun 11 Juin - 21:04

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

La scène se déroule sous ses yeux sans qu'il perde son sourire - c'presque trop familier, la mort. Ca lui colle à la peau sans qu'il veuille l'virer. Il s'met plutôt à jouer avec, l'arme dans sa main chauffant sa baume et ses oreilles sifflant du bruit de la détonation. Il bouge pas, quant l'molosse tombe lourdement en soulevant un nuage d'sable autour de lui - y a l'corps de la gamine qui tombe avec, et il prend l'temps d'y aller - courant pour n'pas laisser son corps prendre racine, avant d'arriver sur les lieux de l'attaque. L'sang du loup dégouline de la plaie béante, mais il y porte peu attention. L'odeur l'fait pas grimacer, pas plus qu'elle lève son corps - elle est une habitude sans son existence d'chasseur, s'concentrant plutôt sur Serenhia. « Putain, ne m'appelle pas comme ça! Mes vêtements sont morts, il va falloir que je les jette et que je me change avant de bosser ! Merde! T'attends quoi pour me sortir de là ? Tu ne vois pas que je suis bloquée? » L'silence en réponse, il préfère lever les yeux et trouver l'moyen de la faire sortir d'là - restant à côté d'elle en cherchant autour d'ce pourrait les aider. Il est l'plus réfléchis, parmi les Owl-Wilson, prenant l'temps de penser avant d'se lancer contre le mur pour s'foutre la gueule en sang. « Tu vas rester planté là longtemps? Ça pue la mort en plus! Puis comment ça se fait qu'il y ait un loup ici, aussi gros, de surcroît  » « Pour t'faire râler. » Il répond comme il l'ferait avec Loli - parce qu'elle lui ressemble un peu, la gamine. Elle s'met à gueuler avant d'se rendre compte d'ce manque d'intérêt pour les cris. L'loup est mort, elle est vivante, et lui il trouve un levier avec un morceau d'carcasse qui est parfait pour faire contre poids. Soudainement il s'trouve à l'foutre sous l' loup, pour appuyer d'toutes ses forces et l'faire rouler loin de l'humaine. « Merci » « J'ten pries. » Qu'il répond avec un hochement d'tête désabusé, avant d'la voir qui s'met de nouveau à grogner, et s'frotter partout - pas que ca serve, comme elle l'a dit, ses vêtements sont foutus.

Mais lui s'tient là, à la regarder faire. Il a pas souvent vu des filles s'prendre autant la tête pour du sang et du sable - il en connait des tonnes par contre qui s'roule dedans pour passe-temps. Peut être qu'il passe trop d'temps avec les chasseurs, trop peu avec l'reste du monde. « Tu trouves toujours tout drôle? » « Non, t'es une exception. » Qu'il rétorque avec un haussement d'sourcil. « Puis tu chouine bien assez pour deux, j'vais pas m'y mettre aussi. » Il ajoute avec un sourire qui s'fait plus grand encore avant de laisser la carcasse, et de retourner vers l'avion - il sait qu'il s'trouve toujours des valises dans c'coin là, attendant pas vraiment qu'elle le suive ou pas. « Non que je ne m'en plaigne, qu'est-ce que tu fous avec une arme? » Il s'tourne pas quand il répond, remettant son arme dans l'derrière de son pantalon. « J'te sauve le cul d'un loup géant. » Qu'il répond avant d'venir trouver dans l'fond de cale des valises qu'il lance sur la plage dans sa direction - « Fouilles là, tu vas peut être trouvé d'quoi te changer pour être plus à l'aise. » Qu'il dit en montrant les dites-malles et croisant les bras sur sa poitrine. « Et toi, t'fais quoi en talon dans l'sable ? c'pas vraiment une tenue pour une promenade sur la plage. »


_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Mer 13 Juin - 21:15

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Ses réparties désabusées me laissaient quelque peu indifférente. Je n’avais pas pour habitude de me préoccuper de l’avis des autres, alors venant de ce zigoto là, encore moins. En fait, j’étais plus intéressée par mes vêtements que par ce qu’il pouvait faire. Je sais que cela peut paraître très superficiel, mais je pensais uniquement au fait que j’étais déjà pas mal en retard pour embaucher et que cela me mettait encore plus à la bourre. Julian savait se montrer conciliant lorsqu’on lui rapporter de la tune mais il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin. Et là, j’étais carrément dans un autre univers. Je pestais intérieurement, imaginant à l’avance comment j’allais me faire détruire par Julian et je ne pourrais que me taire, sachant par avance que m’excuser ne servirait strictement à rien.  Finalement, je le vis s’éloigner et retourner vers l’avion, fourrant son arme à l’arrière de son pantalon. Je soupirais mais ne bougeais pas, préférant rester à distance et parler un peu plus fort pour qu’il m’entendît sur le sujet qui avait attiré mon attention. Certes, il m’avait sûrement sauvée la vie mais on n’avait pas élevé les cochons ensemble non plus, je n’allais certainement pas baisser ma garde aussi facilement face à un inconnu, surtout vu l’expérience que j’avais faite quelques jours plus tôt. Des bruits me parvenaient depuis la carcasse, il fouillait et semblait chercher quelque chose. Que faisait-il ? Un haussement d’épaules me secoua, résultat de mon apathie. Entre temps, sa réponse m’était parvenue mais, au vu de la sériosité de ses mots, je ne répondis pas.

Soudainement, je vis un objet de taille moyen valdinguait dans les airs. Lorsqu’il atterrit au sol avec un bruit mat, je distinguai aisément qu’il s’agissait d’une valise grâce à sa forme caractéristique. Je relevais la tête juste à temps pour le voir sortir de l’antre de la bête. « Fouilles là, tu vas peut être trouvé d'quoi te changer pour être plus à l'aise. » m’avait-il conseillé avant de croiser les bras et de reprendre son air bad boy. Je n’étais même pas sûre qu’il le fît exprès ; c’était un peu comme si c’était son expression naturelle. Une nouvelle fois, je haussais les épaules, peu intéressée par une analyse approfondie de l’homme devant moi. « Cela ne va déranger personne ? » demandais-je, dubitative, en détaillant les bagages. Finalement, me rappelant mon état, je m’agenouillais devant la première valise et l’ouvrit. Entre les chemises extra larges aux motifs hawaïens et les bermudas flashy où trois personnes pouvaient rentrer dedans, j’étais servie. Je la refermais aussi sec et soupirais, pestant devant tant d’horreurs. Déjà que j’étais ultra dégoutée d’avoir fichu en l’air mon plus beau body, il fallait en plus que je visse des abominations pareilles. « Non, clairement, ça ne manquera à personne ces cochonneries. » Crachais-je, en froussant le nez comme si ces fringues puées. C’était alors qu’il avait repris la parole, me questionnant encore et toujours. Mais qu’est ce que ça pouvait bien lui foutre que je fusse là, en talon ou à poil d’ailleurs ? Je fis une petite moue puis je me retournais face au second bagage, je l’ouvris et découvris, surprise, des costards plutôt luxueux avec mocassins et chemises, le tout bien ordonné. J’allais peut-être pouvoir faire quelque chose avec ce que j’avais devant moi. Je choisis une chemise blanche, me relevais et commença à la déboutonner en entière puis à plier le col vers l’intérieur pour lui donner la forme que je désirais. Ensuite, je me mis dos à Seth ; je défis le plus élégamment possible les deux pressions qui retenait le body entre mes jambes puis je le passais au dessus de ma tête en essayant de ne pas me salir d’avantage.


Prise d’une inspiration subite, je mis mon bras sur ma poitrine et me retournais pour rouvrir la première valise. Mes souvenirs étaient bons, il y avait une serviette dans le tas de vêtements. Je ne prêtais même pas attention à Seth ; je n’étais pas pudique et me fichais complètement qu’il fût là ou à dix milles bornes. Le tissu éponge en main, je me remis dos à lui commença à enlever le sang qu’il restait sur moi. Une fois cela fait, je ramassai la chemise que j’avais abandonnée par terre, la secouai pour enlever le sable et  la plia correctement de nouveau. Ensuite, je fis passer les pans autour de moi puis reboutonna jusqu’à hauteur de poitrine, laissant mon décolleté libre. Finalement, je rabattis les manches devant moi et les attachai juste sous mes seins. Heureusement, ma jupe en cuir verni véritable était rattrapable. Il me fallait de l’eau, cependant. «J’avais besoin de prendre l’air avant d’aller bosser » lançais-je par-dessus mon épaule alors que je m’éloignais vers le rivage, la serviette à la main. Il n’était pas très loin, quelques dizaines de mètres tout au plus. Je revins à l’endroit où j’avais laissé mes talons. Ils étaient comme neufs. C’était très bien. « Qu’est-ce que t’en dis ? » demandais-je, en faisant un tour sur moi-même. Je baissais les yeux sur ma tenue, ne faisant même pas attention à s’il me répondait ou pas. « Mouais. Quelque chose cloche. » Pensais-je à voix haute. Finalement, je descendis la fermeture éclair de ma jupe qui tomba doucement à mes pieds. La chemise m’arrivait juste en haut des cuisses, cachant juste ce qu’il fallait. C’était beaucoup mieux. Je récupérai un baluchon dans une des malles et mis mes affaires dedans, mon sac à main étant trop petit. De toute manière, je ne voulais pas le salir lui aussi. « Il faut que j’y aille, je suis méga en retard… Tu restes ici ou… ? » Fis-je, en désignant vaguement l’endroit d’où je venais du bras, ne pensant pas sur le moment qu’il pouvait venir d’autre part. Finalement, je haussais les épaules et partit dans la direction que j’avais juste indiquée. 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Ven 15 Juin - 22:36

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Ca fait un bail qu'il a apprit à faire avec les accidents et les carcasses - dans l'camp de chasseurs, chacun joue son rôle, et l'sien c'est de savoir fouiller pour prendre d'quoi survivre, d'quoi se battre, d'quoi faire - d'quoi rendre la vie sur Astrée moins pénible, et quand on a une soeur qui s'trouve aussi dangereuse que coquette c'est certainement pas une mince affaire. Alors voler dans les valises qui n'appartiennent plus à personne c'une chose qu'il sait faire - c'une chose bénéfique, qu'il peut pas s'empêcher. Puis si c'pas eux qui mettent leur nez dedans, il doute pas que ce seront les vampires d'Haima. Autant qu'ce soit aux chasseurs d'en profiter - du coup. Comme il a grandit avec la certitude qu'si tu bouffais pas, tu t'faisais bouffer. « Cela ne va déranger personne ? » « Comme qui ? T'vois quelqu'un pour se plaindre à l'horizon ? » Qu'il demande en s'tournant autour deux - personne, pas qu'il s'y attendait à voir soudainement un type énorme arriver en courant pour leur gueuler après parce qu'ils ont pris ses chemises à fleurs.
Et pendant qu'elle s'sert, il sort de sa poche un paquet d'tabac, roulant une clope pour s'la foutre entre les lèvres. « Non, clairement, ça ne manquera à personne ces cochonneries. » Il la laisse faire, restant à l'écart pour la voir grogner et chercher - il a l'sentiment encore une fois d'voir Haru et Loli (son ex et sa soeur) quand il ramène une valise. Peut être qu'il devrait faire ca - d'ailleurs - pour leur faire plaisir.

Il s'étonne cependant de la tenue de la jeune femme devant lui - il était bien plus habitué aux filles avec d'gros talons compensés, plus stables pour s'battre ou courir. Ou alors les baskets, ou clairement pas d'mini-jupes. Pas qu'il y fut sensible cela dit - mais il avait abandonné l'idée d'se mettre à durcir à la vue d'une paire de jambes. «J’avais besoin de prendre l’air avant d’aller bosser » « C'plutôt réussi. » Qu'il commente en prenant une taff d'sa clope avant d'expérier une partie d'la fumée, laissant cette foutue addiction lui faire tourner la tête. Il peut pas s'empêcher - c'est d'la faute de Kaleb, mais là encore il refuse d'penser à son jumeau. Il s'trouve quelque part sur cette île, et il est pas capable de l'approcher. Pas capable de le sauver. « Qu’est-ce que t’en dis ? » Il s'tourne à nouveau pour la regarder - portant une tenue qu'il peut pas s'empêcher... d'pas commenter. Il est pas l'plus spécialisé en mode, parce qu'il a eut d'autres trucs à penser pour tout dire. « Mouais. Quelque chose cloche. » Levant les yeux au ciel il la laissa à ses tenues avant de retourner dans la malle trouver de quoi porter jusqu'à l'île des chasseurs sans trop de difficulté - en plus de son sac bandoulière avec tous le matos électroniques. Il manqua pas de retourner le chercher, d'ailleurs, tandis qu'elle fouillait encore son sac.

C'est pas trop tôt qu'elle se décida enfin à s'redresser, habillée et avec d'quoi s'habiller pour la prochaine décennie - ou qu'importe ce qu'elle avait dans son balluchon. « Il faut que j’y aille, je suis méga en retard… Tu restes ici ou… ? » Il arqua un sourcil avant d'la voir partir de nouveau seul, lâchant un rire avant d'la rattraper en quelques enjambés. « J'vais pas t'laisser partir seule. T'as l'air d'un aimant à emmerdements. » Qu'il dit en faisant signe vers la carcasse de loup pas si loin. « T'fais quoi comme boulot au fait ? »  Qu'il demande finalement en jetant c'qu'il reste d'sa clope dans l'sable avant d'lui emboiter l'pas à son rythme.


_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Sam 16 Juin - 19:41

On the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Je lui avais déjà tourné le dos et fais quelques pas, camouflant une grimace à chaque fois que ma cheville droite touchait le sol,  lorsque j’entendis son rire. Apparemment je l’amusais toujours. Tant mieux pour lui, dirais-je. Personnellement, je m’en moquais éperdument. J’avais besoin de tune pour vivre et ce n’était pas en perdant mon boulot que j’allais garder mon indépendance. Le bruit de ses pas derrière moi me parvint rapidement et bientôt, il fut à côté de moi ; ce ne fut pas très long, je ne marchais pas vite dans ce sable chargée comme je l’étais. « J'vais pas t'laisser partir seule. T'as l'air d'un aimant à emmerdements. » Ses paroles ne m’étonnèrent guère, je commençais à me faire à son ton cru et ses remarques moqueuses. Je haussais les épaules. « Tu n’as même pas idée » finissais-je par lâcher dans un souffle, en levant les yeux au ciel. « Je pense que c’est une prédisposition naturelle. » Dis-je, le plus sérieusement du monde. Et le voilà qui avait changé de sujet comme si ma vie l’intéressait tout en jetant son mégot par terre. Je me stoppais net, mettant mes points sur mes hanches, comme si j’engueulais un gosse : « Putain mais t’es dégueulasse, ramasse ça ! Si c’est moi qui le fait, je te le fais bouffer, tu as ma parole.» J’avais planté mon regard noir dans le sien, histoire qu’il comprît que j’étais plus que sérieuse. Je détestais les gens sales qui se croyaient tout permis. Cela avait le don de me mettre vraiment très en colère.  De plus, je n’avais qu’une parole et je comptais bien appliquer ma menace si jamais il ne la ramassait pas de lui-même.  J’aurais peut-être un peu de mal au vu de sa taille et de sa musculature comparées aux miennes mais je m’en moquais royalement. Je froisserais ma nouvelle tenue s’il le fallait.

Je ne bougeais plus, attendant de voir ce qu’il allait faire. Cependant, je décidais quand même de lui répondre. Ma politesse me perdra, c’est certain. « Je suis barmaid au Crépuscule. Et toi ? » Dis-je sobrement. Il ne fallait pas non plus s’attendre à ce que je fisse une dissertation sur ma vie alors que lui n’avait fais que prendre des détours lorsque je lui avais posé des questions. Sérieusement, que faisait-il avec une arme sur la plage d’Haima ? Il ne m’inspirait ni confiance, ni peur. Je ne savais pas trop comment me positionner par rapport à lui. Mon jugement était toujours réservé, mais ça pouvait changer très vite, notamment par rapport à son comportement. Je l’observais, passais au crible sa façon de se tenir, étudiais son regard empli de malice, son visage railleur. Quelque chose clochait, j’en étais persuadée. Je voyais passer beaucoup de personnes grâce –à cause ?- de mon métier. J’avais déjà remarqué des mecs, voire même des femmes, se comportaient comme des soi-disant rebelles ; mais là, c’était différent. « T’habites dans la cité ? Lâchais-je l’air de rien alors que ma curiosité était piquée. T’as quel âge au fait ? Parce qu’autant physiquement je te donnerais dans la vingtaine mais alors intellectuellement, pas plus de quinze. » Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais fortement envie de le charrier. Bon, j’avais la certitude que, tel Caïn, je prendrais le septuple dans la tronche, mais j’y étais préparée mentalement. Peut-être allait-il me surprendre ? A cette réflexion, j’eus un petit sourire en coin tout en levant les yeux au ciel, une nouvelle fois. Cela serait mon expression favorite pour communiquer avec Seth, j’en étais convaincue.

La même question me turlupinait toujours, notamment car cela pouvait m’apporter quelque chose. Et comme je parle souvent plus vite que je ne réfléchis, je me retrouvais à lui dire le fond de ma pensée : « Je ne comprends toujours pas pourquoi tu as une arme… ! Tu l’as dénichée où ? Tu pourrais m’apprendre ? ». J’avais pris un air faussement innocent, mes doigts jouant dans mes cheveux, les cils papillonnants, un faux sourire admiratif sur les lèvres. Comme il l’avait fais remarquer, j’étais un aimant à emmerdes. De plus, depuis quelques temps, j’avais l’impression que quelques trucs  ne s’assemblaient pas correctement dans ma tête, comme s’il me manquait une pièce du puzzle. Peut-être allait-il pouvoir m’aider à éclaircir certains points ? Ce n’était pas encore sûr mais mon instinct me disait que j’étais sur la bonne voie. Alors, même s’il n’était pas plus aimable des mecs, je ferais un effort pour en apprendre davantage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Lun 18 Juin - 22:45

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Il sait qu'la vie a rien d'simple, et si elle devait être un foutu longue fleuve tranquille , il restait persuadé qu'il aurait cherché à s'noyer - l'emmerdement l'rend débile, ou tant ennuyé qu'il cherche à faire des conneries. Juste pour ressentir c'feu qui tend chacun d'ses muscles pour lui donner l'sentiment d'être sur la corde raide. D'pouvoir clamser à chaque mouvement qui n'seraient pas calculé et parfait - d'pouvoir tenir qu'sur le fil, en équilibre. « Tu n’as même pas idée » Il s'met à rire de nouveau, suivant l'rythme de Serehnia dans l'sable - essayant d'rester à niveau bien qu'elle n'semble pas décidée à ralentir pour être certaine qu'il la suive - il appréciait c'genre de filles. L'genre qui en a rien à foutre. « Je pense que c’est une prédisposition naturelle. » « Un véritable talent. Sérieux - j'pas vu de Loup sur la plage depuis un foutu long moment. » Qu'il rétorque, l'sourire qui s'dégage pas de ses lèvres alors qu'il jette finalement l'mégot par terre - un geste trop souvent répété sans doute, qui soudainement l'fait arrêter en plein élan par l'regard foudroyant d'la jeune femme. Il s'y attend pas - s'sentant soudainement comme un gamin d'cinq ans pris sur l'fait d'sa première grosse connerie. « Putain mais t’es dégueulasse, ramasse ça ! Si c’est moi qui le fait, je te le fais bouffer, tu as ma parole.» Il faut qu'une seconde avant qu'il fasse demi-tour, s'disant que finalement elle ressemblait bien plus à son père qu'sa soeur - bien qu'Loli n'faisait pas rire dans ses moments d'purs folies colériques. Il fait demi-tour, alors, retrouvant rapidement l'mégot qu'il tarde pas à ramasser pour l'mettre dans une poche d'son sac qu'il tient toujours - pour l'jeter plus tard. « Pardon. Moment d'perdition, j'sais pas c'qui m'a pris. » Qu'il dit - la gueule penaude, comme l'gamin qui sait qu'il est en tord - avant d'reprendre son chemin en oubliant l'épisode.

Il fait la conversation, supportant assez mal l'silence - en vrai, ca l'ennuie, et l'ennuie rend toujours plus con. « Je suis barmaid au Crépuscule. Et toi ? » « Moi non. J'connais même pas l'Crépuscule. » Qu'il admet - bien qu'à Haima il connaisse pas grand chose, comme souvent c'est Kaleb et Loli qui s'font les missions suicides - c'eux qui ont l'courage pour cela. Assez pour qu'finalement son jumeau s'soit fait embarquer. « J'fabrique des trucs. C'pour ca que j'viens voler les carcasses d'avion. » Qu'il explique finalement en faisant un geste vers son dos où s'tiennent son sac à dos avec son mathos et la valise qu'il tient à la main avec les fringues pour les filles. Ou pour qui voudra bien - après tout. « T’habites dans la cité ? T’as quel âge au fait ? Parce qu’autant physiquement je te donnerais dans la vingtaine mais alors intellectuellement, pas plus de quinze. » Il reste un moment stupéfait - c'la voir faire preuve d'autant d'curiosité pour lui, choqué la bouche ouverte, avant d'se mettre à rire. « J'suis un vieux con - j'suis même papa. Puis j'vis sur Atlas, donc nope - j'suis un touriste dans l'coin. » Qu'il dit finalement, s'sachant pas, comme il trouve pas d'intérêt à cela. « Puis l'âge s'demande pas hm - ou devine plutôt. Ca passera l'temps. » Qu'il décrète, en s'tournant vers l'chemin pour être certain d'pas se prendre une branche dans l'pied et s'rétamer la gueule par taire.

« Je ne comprends toujours pas pourquoi tu as une arme… ! Tu l’as dénichée où ? Tu pourrais m’apprendre ? » « Pour t'sauver l'cul - je te l'ai d'jà dit. » Qu'il répond avec l'sourire en coin triomphale de celui qui sait plus qu'il l'dit. « Puis j'l'ai pas trouvée, je l'ai construite. C'est ce que j'fais - j'fais des armes. » Qu'il dit finalement - avant d'arquer un sourcil perplexe dans la direction d'l'humaine. « Pourquoi t'veux apprendre à t'battre ? Un coup d'talent dans les bourses et n'importe quel mec t'laisserait tranquille. C'est armes d'destruction ces trucs. »



_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Mer 20 Juin - 13:54

On the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Ce n'était qu'une observation. Il ne m'arrivait que des péripéties trépidantes, souvent dangereuses mais qui se finissaient toujours bien malgré cela. Allez savoir pourquoi. J'étais la femme la plus malchanceuse et chanceuse à la fois. Je m'y étais habituée même si je me devais de remarquer que le nombre d'accidents, si je puis dire, avait considérablement augmenté depuis que je vivais seule. Cela le faisait rire, et je haussais les épaules, continuant ma traversée du désert. Bon j'exagère, c'est juste une plage. Je fronçais les sourcils à sa remarque. Personnellement, je n'avais jamais vu de loup, à part en photo bien sûr; grand bien lui fasse s'il en avait déjà rencontré et qu'il pouvait me parler quand même. "Bah voilà, les compteurs sont remis à zéro grâce à moi. Je t'en prie." dis-je, autant blasée qu'amusée. Mais bien rapidement, c'était la colère qui avait pris le dessus et je me mis à le rouspéter comme un gosse. Apparemment, je faisais de l'effet puisqu'il tourna les talons et alla ramasser le mégot qu'il venait de balancer dans le sable. Tant mieux parce que je ne me sentais pas de me battre avec lui alors que j'étais en plein combat psychologique pour ne pas montrer que j'étais en train de souffrir le martyre à chaque pas dans le sable. Mais je l'aurais fais s'il n'avais pas cédé, il n'y avait pas une once de doute dans mon esprit. Il s'excusait avec cette moue trop mignonne sur les lèvres et les yeux brillants. Je repris rapidement la route pour ne pas qu'il remarquât le sourire qui était apparu l'espace d'un instant sur mon visage. 

Cependant, il m'avait rattrapée aisément et il me faisait la causette comme s'il s'ennuyait à mourir. A dire vrai, j'allais pas tarder à engager la conversation, juste par curiosité. Lorsqu'il me répondit qu'il ne connaissait pas le Crépuscule, je fronçais les sourcils. Le club n'était pas ouvert depuis longtemps, c'était juste mais il avait rapidement pris sa place parmi les endroits les plus en vogues de l'île. « J'fabrique des trucs. C'pour ca que j'viens voler les carcasses d'avion. »  ajouta-t-il finalement en montrant son sac. Je regardais du coin de l’œil puis reportais bien vite mon regard vers l'horizon. "Hmmm..." laissais-je échapper simplement, ne sachant pas tellement quoi dire. Pourtant, peu après, je le mitraillais de questions, désireuse de satisfaire mon côté curieuse. Je fixais son visage, détaillant sa réaction. Je ne fus pas déçue quand je vis le choc se peindre sur ses traits avant qu'il ne rit. Alors qu'il me répondit n'être qu'un « un vieux con » , c'était à mon tour de laisser échapper un gloussement tandis que j'affirmais par un mouvement de la tête. Cependant, l'incompréhension et la stupéfaction s'installa dans mon esprit. Père ?... Astrée? Cette île n'était pas censée être inhabitée ? Je n'eus pas le temps de lui faire part de ma réflexion qu'il avait déjà rouvert la bouche pour débiter des âneries"Toi ? Père ? C'est plus ton gosse qui te garde que l'inverse, non ? - dis-je, sarcastique avant de reprendre. Astrée? Je ne savais pas qu'il y avait des gens sur cette île... Tu n'y es pas seul avec ton môme tout de même ? - formulais-je de manière à en apprendre plus sans trop éveiller sa méfiance. T'es con, sérieux! C'est aux femmes que ça ne se demande pas! - m'exclamais-je avant de lever les yeux au ciel. Néanmoins, je dirais 24 ou 25, non ?" finissais-je finalement avant de continuer sur un sujet encore plus intéressant.


Je soupirais lorsqu'il se moqua de moi, une fois encore avec son sourire fier remontant jusqu'à ses oreilles. Bon, certes, c'était vrai, il avait sauvé mes fesses; ce n'était pas une raison pour me rabâcher les oreilles avec cela pendant une décennie. Quoique, maintenant que j'y pensais, cela devait être exactement dans son style. Il finit tout de même par m'expliquer que c'était une fabrication artisanale de sa production. Je clignais des yeux, peu certaine d'avoir bien entendu. Mais si. "Aaaah... Je comprends mieux" dis-je bêtement. Je ne voulais pas m'étendre plus que cela sur le sujet, toujours pour ne pas éveiller les soupçons. Mais, apparemment, cela était trop tard puisqu'il me demanda pourquoi cela m'intéressait tant. "Tu l'as dis toi-même, je suis un aimant à emmerdes donc ça ne serait pas plus mal que je sache me défendre un peu non ?" clamais-je, l'air faussement innocent, en regardant droit devant moi. Il n'avait pas besoin de me dire qu'un coup dans les bourses d'un homme était une arme plutôt destructrice mais je commençais à croire que les hommes n'étaient pas les seuls à être une potentielle menace. Mon esprit était de plus en plus en ébullition au fur et à mesure des jours qui passaient, observant les gens avec moins en moins de confiance. J'étais plongée dans mes pensée lorsque je remarquai finalement que nous avions quasi rejoint l'entrée de la plage. "Si tu n'habites pas dans la cité, tu vas où maintenant ?" demandais-je, portant mon regard sur son visage, vraiment intéressée par sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Ven 29 Juin - 0:28

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Il veut pas s'en retourner à Astrée pour l'moment - trop d'souvenirs qui ternissent son humeur, lui rappellent constamment qu'il se trouve loin d'son jumeau et incapable de le sauver. Les autres l'incitant à la prudence et à la patience, comme si deux semaines n'étaient pas déjà trop. Trop d'moments loin de Kaleb, à s'dire qu'il a peut être crevé son jumeau qu'personne ne le sait. Se répétant qu'il devrait le sentir si jamais la meilleure partie d'lui venait à mourir soudainement. Mais c'est d'la foutaise d'bonne femme, d'ces romantiques qui pensent qu'deux coeurs se mettent à battre la même cadence, liant les âme par c'genre de liens magiques qui ne s'ébranle qu'à la mort. Il sait qu'la mort se trouve partout sur l'île - il crève d'savoir si son jumeau a été sa victime. Il crève d'savoir s'il sera la prochaine, s'rattachant au peu d'choses qui l'tiennent loin d'ces sombres penser. Serehnia est pas une si mauvaise distraction, l'faisant sourire et l'amusant assez pour qu'il se décide à mettre en stand by ses humeurs pour discuter avec elle - s'retrouvant comme il est au fond : joueur, impertinent et casse pied. « Toi ? Père ? C'est plus ton gosse qui te garde que l'inverse, non ? » « T'sais ce qu'on dit : les chiens font pas des chats - j'pas certain qu'il soit un véritable exemple. Tout comme j'en suis pas forcément un. » Qu'il répond, l'sourire de la jeune femme se faisant soudainement entendre dans ses taquineries, donnant envie à Seth d'pas s'éloigner. Elle est - il sait pas ce qu'elle est, cherche pas tant à le savoir, comme il tient juste à profiter du moment présent. Là, maintenant - depuis longtemps déjà il a appris que c'tait tout ce qui comptait vraiment. « Astrée? Je ne savais pas qu'il y avait des gens sur cette île... Tu n'y es pas seul avec ton môme tout de même ?» Il reste un moment perplexe, arquant un sourcil comme si c'tait la chose la plus étrange au monde d'penser cela. Pour lui sans doute - comme y a rien qu'il connaisse mieux qu'la vie à Astrée. « Et l'gamin je l'aurais fait tout seul alors ? » Qu'il demande, bien que l'idée l'fasse lâcher un rire - encore et encore - « On est une floppé à Astrée, tu serais sans doute étonné. Où t'as entendu qu'il s'y trouvait personne ? » Cette fois il cache pas sa curiosité.
C'trop rare, après tout, qu'il parle vraiment avec des habitants humains d'la citée - en règle générale lors d'ses patrouilles il trouve personne. « T'es con, sérieux! C'est aux femmes que ça ne se demande pas! » Pas qu'il lui donne son âge malgré tout, s'contentant d'attendre qu'elle joue l'jeu - et il est pas déçu, parce qu'elle met pas longtemps à taper dans l'mille. « Néanmoins, je dirais 24 ou 25, non ? » « Fuck ! T'es plutôt douée pour c'genre de jeu en vrai. 25 ans, en effet ! J'te fais deviner l'âge d'mon gamin aussi ou ? »  Ou - il sait pas, s'amuser comme un môme qui vient de découvrir une nouvelle chose totalement excitante - c'trop rare de voir des gens capables d'vraiment deviner l'âge des autres. Surtout sur un visage marqué par les années d'entrainement pour buter du vampires.

Pas qu'il soit prêt vraiment à entrainer quelqu'un d'autres. Pas qu'il l'ait fait - il est pas doué pour l'combat, c'est Kaleb celui qui s'bat à main nu. Seth c'le protecteur - il a d'foutu bon réflexes, trop bons pour pouvoir être facilement attrapé ou toucher - il esquive mieux qu'personne, mais apprendre à n'pas donner les coups l'premier. Il préfère ses gadgets, ses armes qui l'fascinent depuis qu'il est môme. « Tu l'as dis toi-même, je suis un aimant à emmerdes donc ça ne serait pas plus mal que je sache me défendre un peu non ? » « Ouais c'pas faux. Mais j'suis pas certain que tu sois pas plus en danger avec une arme à la main. Pas pour les autres - mais pour toi même. » Qu'il répond finalement avec un air moqueur qu'il prend plus la peine de cacher. Il est pas certain d'pouvoir aimer une native - il est pas certain d'le vouloir. Mais elle a un truc Sere qui l'fait sourire - et c'trop rare ces derniers temps pour qu'il veille juste qu'ce soit une fois comme ca. « Si tu n'habites pas dans la cité, tu vas où maintenant ? » Ils arrivent en vue de la citée, et il inspire profondément - c'rarement qu'il y est rentré, et la dernière fois Kaleb en est pas ressorti. « Je t'accompagne jusqu'à ton taff - ou qu'importe où tu t'rends. Histoire d'être sûr que tu y arrives en un seul morceau. »  Qu'il propose finalement, haussant les épaules d'un air nonchalant, et peut être qu'il pourrait en profiter en vrai - « Et peut être... peut être j'essayerai d'retrouver mon frère. » Qu'il admet finalement d'une voix qui souffre des trémolos d'ses émotions.



_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Ven 29 Juin - 22:04

On the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

Nous marchions depuis un bout de temps, la douleur dans ma cheville devenant plus crue à mesure que je m'enfonçais dans le sable. Mais la présence aussi rassurante qu'agaçante de Seth me permettait de penser à autre chose qu'à cette souffrance, qu'à ses doutes qui envahissaient mon esprit. Alors je ne me privais pas pour le taquiner autant qu'il pouvait le faire avec moi, profitant de ces quelques instants de paix autant qu'il en était possible. La conversation dévia sur son fils et je ne pus m'empêcher de garder l'ambiance joueuse qui régnait. "S'il te ressemble, ça doit réellement être un petit démon derrière un visage d'ange" lançais-je en riant, sortant la première bêtise qui me venait. Mais bien vite, c'était une autre information qui me revint en mémoire et qui m'intrigua. Depuis toujours, j'avais toujours entendu dire qu'Astrée était une île vierge de toute civilisation alors je lui en fis part, essayant d'en découvrir plus par simple curiosité.

Sa réponse, d'abord une plaisanterie devint sérieuse et je l'écoutais alors avec attention, fronçant les sourcils devant des informations aussi cruciales. "Étonnée, oui, à n'en pas douter... Surtout que j'ai toujours entendu dire que cette île était hostile à toute forme de vie humaine..." réfléchissais-je à voix haute avant de détourner la conversation pour revenir sur un sujet moins sérieux, c'est-à-dire son âge. Alors qu'il voulut que je le devine, je tapais directement dans le mille, à sa plus grande stupéfaction. Ce n'est pas bien difficile, avec un bon coup d’œil et un peu de réflexion. Apparemment, ce jeu lui plaisait puisqu'il souhaitait que je devinasse celui de son fils. "Si tu veux... - commençais-je en riant. Hum, voyons voir, tu as 25 ans et vu comment tu en as parles... Il doit avoir entre 3 et 6 ans, je dirais." Finissais-je, expliquant mon raisonnement, comme si cela pouvait lui servir. Ou alors, j'avais juste de la chance. Ou probablement un mixte des deux. Qu'importe.

L'ambiance était plus détendue à ce moment alors il était temps de rentrer dans le vif du sujet. Mon intérêt passerait peut-être plus facilement... Ou pas, d'ailleurs. Mettant ma curiosité sur ma malchance, je tentais de ne pas éveiller ses soupçons. Cela fonctionna certainement car sa réponse se fit joueuse; le soulagement m'envahit aussitôt et je respirais à nouveau normalement. Je lui tirai la langue, incapable d'avoir un comportement plus mature face à sa remarque et au poids qui venait de quitter mes épaules. Cela faisait du bien de retourner quelques années plus tôt, où je faisais tout ce qui me plaisait sans me poser de questions. Mais surtout, cela était agréable de rencontrer quelqu'un avec qui parlait de tout et de rien sans avoir à faire attention à ses mots ou même à jouer un rôle. J'avais l'impression d'être juste moi-même et cela avait l'air de lui convenir, ce qui m'apaisait d'autant plus.

Cependant, nous arrivions à hauteur de cité et il ne semblait pas s'en être aperçu. Je le lui fis remarquer, espérant qu'il n'allait pas prendre un autre chemin malgré son caractère. Le regardant, je remarquais parfaitement qu'il n'était pas à l'aise avec le fait d'entrer dans la cité. "Bizarre!" pensais-je, même si mes pensées furent rapidement dévier par sa voix. Il se voulait flegmatique, détaché mais je voyais bien que son attitude était différente, moins joueuse, moins guillerette. J'étais prête à intervenir lorsque ses mots me parvinrent, bas, tristes, remplis de sens. Je posais délicatement ma main sur son bras pour qu'il s'arrêtât en même temps que moi. Je remis une mèche de cheveux en place et plongeai mon regard dans le sien. "Je suis désolée pour la disparition de ton frère et cela ne me regarde peut-être pas, mais je vois passer beaucoup de personnes au Crépuscule, je peux probablement t'aider." laissais-je couler entre nous telle une rivière d'espoir, avec plus de conviction que de peine dans mon intonation. J'étais persuadée que ce n'était pas de ma pitié qu'il avait besoin, je n'en avais pas réellement à lui en donner de toute manière, mais plus une aide sur qui comptait, s'appuyait. Peut-être était-ce la raison de notre rencontre ce soir là ? 

Je ne me permis pas plus que ce geste, cette accolade, cette caresse délicate de la main sur la peau de son bras. Nous ne nous connaissions pas tant que cela même si je l'appréciais, ne serait-ce qu'un peu. Finalement, je repris la direction du Crépuscule. Je n'avais pas le temps pour passer me changer ou poser toutes mes affaires chez moi. "Viens, si tu arrives à poser les bonnes questions de la bonne manière, tu pourras certainement en apprendre plus au bar!" lançais-je par dessus mon épaule en lui faisant signe de me rejoindre avec un geste de la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.

Le chasseur solitaire connait le prix que lui a coûté son gibier.


Emploi : armurier pour les chasseurs
Messages : 37
Date d'inscription : 14/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth) Ven 13 Juil - 0:01

on the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson

« Étonnée, oui, à n'en pas douter... Surtout que j'ai toujours entendu dire que cette île était hostile à toute forme de vie humaine... »  Hostile - le terme est familier, roulant dans on esprit comme des milliers de souvenirs d'entrainement et de remontrances de parents terrifiés. Inquiets de voir une progéniture s'aventurer trop loin dans la forêt, vers les falaises et l'île en face où naissent les monstres. Ceux qui se cachent dans l'ombre, aimant la lune comme une éternelle allié, dents acérés aux crocs venimeux - il a vu sa mère en devenir une, avant que son père ne l'assassine. Parce qu'il le fallait. Hostile - elle était devenue une dégénérée, perdant la raison pour l'appel constant de l'hémoglobine, oubliant qu'elle avait sous les yeux les gamins qu'elle avait adopté ou porté dans son ventre. Elle n'était rien - l'âme crevée dans un corps plié par les passions. Emportant sa raison - et par la même l'amour encré dans le coeur des Owl-Wilson. Ils avaient implosé, comme cette mère en poussière quand le feu l'avait emportée. Lui, il avait toujours cru que le monde hostile était de l'autre côté - ici sur ces plages, foulant le sable à de vives cadences, attendant dans l'ombre pour crever les coeurs d'un coup de crocs.

Il s'y retrouve - c'est rarement qu'il passe les portes de Haima. C'est rare, parce qu'il sait qu'il a toujours ce risque de pas en réchapper, comme son frère. De resté bloqué entre les murs clos de la citée hanté et antique. Il a souvent fait ce rêve où il reste pantois en découvrant la magnificence des architectures et l'animation qui règne dans les rues. Il reste sans voix - cherchant à se souvenir pourquoi il hait cette endroit. Puis un corps trop froid le frôle, lui fait revenir sur terre, son coeur battant follement. Il se souvient pourquoi il doit pas marcher en plein cauchemars - car de celui-ci il n'est pas sûr de se réveiller.
Le cauchemars constant de la disparition de Kaleb - il en parle sans savoir pourquoi, les mots lui échappant sans qu'il puisse en être le maitre - et soudainement Sere n'est plus loin, mais contre lui, à fondre un regard compatissant dans les orbes chocolats de Seth. « Je suis désolée pour la disparition de ton frère et cela ne me regarde peut-être pas, mais je vois passer beaucoup de personnes au Crépuscule, je peux probablement t'aider. »  Il le ressent - l'émotion qui enflamme sa poitrine, l'aide à trouver son souffle contenu prisonnier depuis bientôt deux semaines. Il sourit - un vrai sourire qui touche son regard, et lui donne envie d'entourer ses bras autour de la jeune femme. Et parce qu'il n'se refuse jamais rien, il le fait, l'enlaçant de manière étrange, une seconde en lui glissant dans un souffle - « Merci, fuck, merci. » Il sent qu'il trépigne - oubliant la peur d'son cauchemars pour se tourner vers la citée, la suivant dedans pour la découvrir rayonnante et terrifiante à la fois. Sur le qui-vive, ayant apprit de ses rêves et des remontrances de son père.
De la mort tragique de sa génitrice. Il inspire profondément, avant de suivre Serehnia, assurant qu'elle ne risque rien - elle non plus - comme elle est un aimant à problèmes. « Viens, si tu arrives à poser les bonnes questions de la bonne manière, tu pourras certainement en apprendre plus au bar! »  Il opine, la suivant dans les rues jusqu'au dit-bar, qu'il découvre sans pour autant l'apprécier. Dés le premier regard il se sent déjà tendu, comme une proie devant la tanière de son plus vil prédateur. Il inspire cependant, sentant son arme dans sa poche, et le poids du sac qu'il tient toujours contre lui aussi - ils sont encombrés, vraiment. « Hum. T'as pas… Un endroit où foutre tout cela avant d'entrer là-dedans ? A moins qu'on puisse s'défaire de nos bagages à l'intérieur ? J'sais pas, mais il me semble que c'est pas très recommandée de se promener avec des valises dans un bar. » Propose-t-il avec un sourire gêné. C'est pas qu'il a eut souvent l'occasion de s'y rendre dans les bars - ce sont des terrains de chasse, pour les vampires. DE même que pour les chasseurs - alors ils les connaissent par stratégie - le plaisir se trouve dans la forêt, de l'autre côté d'la mer. « Puis - j'dois faire quoi pour avoir les réponses ? Genre faire mon gros dur ou faire l'type perdu ? » Demanda-t-il, s'mordant la lèvre avec le coeur battant de celui qui sent arriver la fin de l'histoire.



_________________
I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Homme libre, toujours tu chériras la mer !


Emploi : Barmaid au crépuscule.
Messages : 176
Date d'inscription : 04/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: On the other side (Serehnia & Seth) Ven 13 Juil - 20:12

On the other side
@Serehnia K. Duyên & @Seth Owl-Wilson  


J'avais appris de sa bouche la disparition de son frère. Prise de court, peu habituée à réconforter qui que ce soit, je fis de mon mieux pour lui remonter le moral tout en gardant une certaine distance, ne me semblant pas assez proche de lui pour le prendre dans mes bras. Mais apparemment, nous l'étions, assez proche, puisqu'il me serra finalement contre lui, d'une manière un peu cocasse. Stoïque, je le laissais faire quelques instants, son émotion se ressentant à travers ses remerciements. Pourtant, peu après, je m'écartais doucement de lui avant de repartir tranquillement vers le Crépuscule, sans un mot. Cependant, je finis par l'interpeller pour être certaine qu'il me suivait et qu'il ne perdait pas de vue son nouvel objectif.

Nous avions marché plusieurs minutes dans les rues pavées de la cité. Le silence était plutôt agréable, je me sentais à l'aise à côté de cet homme bourru, brut de décoffrage et franc. L'agacement des premiers instants laissait peu à peu place à une sincère cordialité. Même si je n'irais pas jusqu'à dire que nous étions amis, je l'appréciais et espérais bien l'aider dans sa quête. Puis qui sait, peut-être pourrait-il m'aider plus tard à son tour ! J'avais de nouveau chaussé mes talons. Il y avait quelques passants qui nous regardaient avec circonspection à cause de nos bagages mais Seth semblait dans ses pensées. Un regard foudroyant et les curieux baissaient les yeux sur leurs pieds. Finalement, nous arrivions devant le bar.

Je me tournais vers mon camarade de route lorsque sa voix m'interpella. Il semblait vraiment anxieux et je ne pus m'empêcher de sourire doucement face à ses inquiétudes. De nouveau, je posais ma main sur son bras. "Hey, détends toi ! On n'a pas le temps de passer chez moi... On va poser tout ça dans mon casier. Je ne l'utilise jamais, je ne sais même pas sa taille." dis-je en rigolant, les yeux pétillants de malice. Néanmoins, je voyais bien que ma ruse ne fonctionnait pas. Il regardait l'entrée du Crépuscule comme s'il s'agissait de son pire cauchemar. Il reprit la parole, ses interrogations venant en flux inconstant et disparate. Je plantais mes yeux dans les siens, essayant de lui transmettre un brin de sérénité.

"Écoute, il faut que tu respires, ça va bien se passer. Prends un air cool, comme tout à l'heure, avec un verre à la main, ça va couler tout seul- lui assurais-je avec calme. Mais... évites de mettre les pieds direct dans le plat pour ne pas les faire fuir" lui conseillais-je finalement, fouillant son regard pour tenter de voir s'il comprenait ce que je disais. Je me détournais de lui et partis en direction de l'entrée de service, lui faisant de nouveau signe par dessus mon épaule pour qu'il me suivît. J'entrais et ouvris mon casier. Je soupirais en détaillant la place qu'il offrait. Je n'étais pas convaincue que tout pouvait bien passer. Il n'y avait plus qu'à essayer pour en être sûr.

Il posa ses affaires, les miennes pouvant m'accompagner sous le bar si jamais il manquait de place. Finalement, ancrée sur mes talons dans ma tenue de fortune, je passais derrière le comptoir pour commencer à servir les clients qui attendaient depuis un moment, espérant ne pas me faire engueuler par le patron au passage. A tort. Dès que j'arrivais, une main se posa fermement sur mon bras, des lèvres se collèrent à mon oreille, une voix familière se frayant un passage jusqu'à mon cerveau. Je hochais vaguement la tête, muette comme une carpe. Il valait mieux pour moi laisser la tempête se calmer, avouer qu'un loup avait faillit me dévorer jouerait à coup sûr en ma défaveur. J'assurais finalement que cela ne reproduirait pas dans un murmure et partis aussitôt travailler.

Je servis enfin les clients qui attendaient depuis un moment, me faisant pardonner d'un sourire enjôleur. Lorsque cela se calma, je retournai auprès de l'homme que j'avais abandonné un peu plus tôt. "Désolée pour l'attente. Je te sers quoi ? - demandais-je en souriant. C'est mieux pour se fondre dans la masse." finissais-je par ajouter à voix basse.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: on the other side (serehnia & seth)

Revenir en haut Aller en bas

on the other side (serehnia & seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La plage-