AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 362
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Mar 19 Juin - 16:16

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & Gabriel

Sortant d’un entraînement, je m’habillais d’un jean et d’une chemise. Chaussures en cuir noir aux pieds, je me rendis au Heaven, enchaînant mes obligations. J’avais un doute sur l’emploi du temps, mais il me semblait que Malaki était au Palais. Et si ce n’était pas encore le cas, il se préparait certainement. J’arrivais à l’heure de l’ouverture, chose qui était extrêmement rare. J’aimais être là en avance pour contrôler la commande, mais Blair avait l’air d’avoir géré le truc. Je vérifiais quand même avec elle, même si elle était déjà sollicitée pour des cocktails. Il n’y avait aucune erreur, donc la tâche fut rapide. Je remerciais la barmaid, qui n’était pas censée faire ça, notant dans un coin de ma tête que je lui devais un service malgré tout. Je montais dans mon bureau, m’isolant de la musique qui résonnait entre les quatre murs de la boîte. Je soufflais un bon coup et commençais à faire un peu de paperasse. Malgré ma concentration, je me mis à bâiller, chose qui ne m’était pas arrivée depuis plus d’un siècle sûrement. Je ne savais pas pourquoi d’ailleurs, les vampires n’avaient pas besoin de dormir, mais j’avais un énorme coup de barre. Je quittais mon bureau, assez choqué de me rendre compte de cela et m’allongeais sur mon canapé, plaçant un bras derrière ma tête et l’autre sur mon ventre. En moins de temps qu’il ne fallait le dire, je fis une sieste.

Je me réveillais en sursaut, entendant des coups à la porte de mon bureau. Je me passais les mains sur le visage, afin de paraître réveillé et ouvris la porte de mon bureau. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis la belle @”Aiyana N. Swanson” ! Immédiatement, un sourire en coin apparut sur mon visage.

« Bonsoir belle sirène, dis-je avant d’attraper sa main doucement, l’entraînant à l’intérieur de la pièce pour refermer la porte. »

Nous nous décalâmes légèrement, glissant mes mains dans son dos pour la rapprocher de moi, rapprochant nos visages. Nos nez se touchèrent, un léger sourire sur les lèvres.

« Je te manquais ? Je suis touché que tu viennes me voir au travail. »

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !


Dernière édition par Gabriel Crowlley le Mar 3 Juil - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Chanteuse, musicienne, danseuse et parfois modèle pour des photos type boudoir.
Messages : 100
Date d'inscription : 08/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Sam 23 Juin - 13:24

Révélations
Gabriel & Aiyana & Malaki  
J'ai été pas mal occupé ces derniers temps après ma soirée avec Viktoriya. Des séances photos à n'en plus finir et bien que mon esprit reste concentré quand je suis sous le feu de l'action, il ne peut pas s'empêcher de vagabonder librement quand je n'ai plus rien à faire. Même, en faisant de la musique pour mon propre plaisir, la mélodie en est lente, rêveuse et assez unique. Gabriel a un effet étrange sur moi ces derniers temps, même moi, je me sens différente sans pouvoir véritablement l'expliquer. Ou bien est-ce ma discussion avec Viktoriya la dernière fois. Le fait de vouloir autre chose de ma vie au niveau personnel. En fait, je ne sais plus trop à quoi penser ni à quoi m'attendre de l'avenir, je me dis que cela ne sert à rien de réfléchir trop en avant et de prendre les choses comme elles viennent, mais c'est vrai que rester dans le mystère n'est pas toujours aussi excitant. Surtout pour une vampire qui a des siècles de vies à son compteur et le mystère, on s'en lasse parfois bien rapidement. On aime le concret et avoir des réponses plus ou moins rapidement ou bien une once d'idée. Mais on ne peut pas dire que ce soit chose courante ces derniers temps, même Mikhail a remarquer mon humeur vagabonde. Du sourire à la mélancolie, j'étais assez lunatique en fait ces derniers temps, je me renfermais un peu parce que mon état prenait un assaut méditatif assez conséquent par moment. En général, on le remarque quand je passe des heures derrière mon piano ou mon violon à jouer. Mélodies qui sont à mon image, même si je la souhaite plus joyeuse, elle se fait plus triste au fur et à mesure. Je sais que Mikhail a peur que je retombe dans cet état à cause de mes souvenirs d'autrefois, mais c'est loin d'être le cas. J'arrive juste à un stade de ma vie où je veux plus et en même temps, j'ai peur de demander autant. Ce n'est pas mon genre, je suis déjà bien heureuse d'avoir reçu autant de cadeaux.

Je crois que la compagnie de Gabriel me fera le plus grand bien autant physiquement que mentalement, c'est pour cela que ce soient mes pas me guident naturellement jusqu'au Heaven où je sais que je le trouverais. Il a toujours été très ponctuel à son travail, et même s'il arrive avec un peu de retard, il se plonge dans son travail avec sérieux. Je souris en l'imaginant derrière une montagne de papiers à noter et signer des documents, à passer des commandes ou encore à inspecter celles qui lui sont livrées. Le bâtiment s'offre à mes yeux et je n'ai pas vraiment besoin d'attendre pour y entrer, on me connaît suffisamment ici. J'aperçois une nouvelle videuse et je lui souris tout autant que je fais un petit signe de la main à la barmaid qui s'affaire déjà avec la clientèle. Un simple signe de tête, à l'image de Gabriel lorsqu'il est occupé. Je comprends pourquoi ces deux-là aiment se taquiner, ils se ressemblent un peu. Brute et sans détour. C'est une qualité plaisante par moment.

Je me dirige vers le bureau du vampire, un sourire léger sur les lèvres. Je ne pense pas que Malaki soit là, je l'aurais déjà vu sinon. À croire que ce dernier à une espèce de sixième sens pour savoir où je suis. Ce qui est assez amusant en somme et cela me fait toujours rire.

Arrivée devant la porte, je toque attendant simplement, même si je perçois du mouvement derrière, ce qui me confirme la présence du beau vampire de l'autre côté.

« Bonsoir belle sirène. »

Je n'ai guère le temps de répondre que ce dernier m'entraîne déjà l'intérieur refermant la porte derrière moi. À croire que je lui ai manqué. La réciproque est donc présente. Cela me fait sourire et instinctivement, je viens mordiller ma lèvre en scrutant son beau regard clair à la fois de lave et glace.

« Je te manquais ? Je suis touché que tu viennes me voir au travail. »

Son nez contre le mien, je ne quitte pas son regard. Comment le pourrais-je suis attiré comme un aimant. Électrique et déjà emplit de désir.

« Et bien... Il faut dire que ce soir-là au Hell, tu m'as laissé un peu sur ma faim beau vampire. » Fis-je en effleurant sa bouche de la mienne tandis que je l'enlace avec douceur me collant un peu plus contre lui. « Et je sais qu'en faisant ça, tu t'es également donné faim. » Dis-je amusée et ne lui laissant pas le temps de répondre que je finis par l'embrasser d'abord doucement puis plus profondément et langoureusement.

Je frissonne déjà d'un désir à peine contenue...



Dernière édition par Aiyana N. Swanson le Lun 30 Juil - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Jeu 28 Juin - 22:34

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & @Gabriel Crowlley

Tu soupires lourdement, t'massant la nuque de manière inutile, tandis qu'tu referme la porte de la salle de réunion du Palais. T'aime ton rôle de diplomate, tu peux pas l'nier, mais parfois c'est assez pesant pour te donner des semblants de migraines. Te tournant, tu remarque l'aime épuisé d'Araël, t'approchant de ton amant pour passer un bras sur ses épaules et effleurer ses joues. « Peut-être devrais-tu aller te reposer. » Déclare-tu avec un sourire en coin, l'attirant contre toi pour un baiser qui reste tendre et chaste - preuve que l'épuisement est installé, rendant l'Empereur vulnérable entre tes bras. C'est rapidement qu'tu lui fais regagner ses appartements, l'délestant de ses vêtements pour être certain qu'il dorme rapidement - depuis plusieurs jours tu sais qu'il va et vient entre les pièces, incapable de calmer l'agitation de son esprit. Tu l'sais - et l'inquiétude te rend nerveux aussi. Assez pour que ce soir, une fois que t'es assuré que ton Empereur ait rejoint les bras de Morphée, tu t'mette en route vers tes appartements pour t'préparer. La nuit est encore jeune - elle l'est toujours assez lorsqu'il s'agit d'venir au Heaven. T'as beau avoir revu ton emploi du temps pour t'assurer que Gabriel ait du temps pour lui, avec la nouvelle de l'existence de Ace, et les découvertes des attaques de dégénérés sur Astrée, t'as pas eut plus de temps que cela pour vraiment profiter. Tu t'souviens pas la dernière fois que t'as été dans ton paradis pour autre chose que signer des contrats, passer des commandes, ou trouver d'nouvelles serveuses. Tu t'souviens pas d'la dernière soirée où t'as juste pensé à t'amuser.
Ou plutôt tu t'en souviens, mais l'regard briser d'Zero te torture assez pour que tu tente pas d'agiter l'souvenir encore et encore derrière tes paupières closes. Tu l'as pas revu depuis - c'peut être pas si mal, faut dire que t'as tout fait pour t'tenir occuper pour être certain d'pas croiser son chemin. Lâche.

Tu exalte ton habit de lumière, portant une chemise blanche sertie d'arabesques dorées, et un pantalon qui t'sert d'partout pour t'rendre irrésistible. Tes yeux maquillés brillent d'mille feux, et t'as même prit l'partie d'un dorée sur les lèvres ce soir, et d'tes iris de chat pour remplacer tes orbes chocolats naturels. T'as envie d'te déguiser - plus encore t'as envie d'retrouver Gabriel, Aiyana peut être bien, et tout ceux qu'tu apprécie assez pour t'faire oublier tout. Arrivé au Heaven tu fais ton chemin dans l'enceinte de la boite, la musique pulsant dans tes oreilles, et t'prends le chemin des bureaux - tu doute pas d'y trouver Gabriel, plongé dans ses dossiers. Pensant fermement qu'il a l'éternité pour s'inquiéter d'ca - ton frère t'coeur te manque et - « OH MON DIEU ! »  sa langue enfoncé dans la bouche d'ta meilleure amie t'fige sur place. T'reste choqué, la bouche ouverte - autant qu'la porte du bureau qui était pas verrouillé. Sous tes yeux, une scène que tu aurais pas imaginé (ou plutôt si mais t'as rapidement trouvé inutile d'la partager avec les deux concernés, persuadé qu'ils seraient bien trop obtus pour reconnaitre ton génie romantique). Gabriel et Aiyana, si étroitement enlacés que tu douterais presque qu'ils portent l'moindre vêtement - ceux d'ton frère de coeur cachant pas l'effet d'la belle sur lui. Dans un mouvement sans doute idiot tu fais demi-tour, referme la porte, et compte jusqu'à trois.

Avant de l'ouvrir de nouveau, de les voir toujours là, et d'te dire que tu dois pas rêver. Alors, un air suspicieux sur le visage, tu ferme la porte derrière toi, et tu t'assures d'tourner la clé pour qu'vous soyez pas dérangé - c'bien trop important. « J'suis pas en train de rêver. »  Qu'tu déclare pour toi, plus qu'pour eux - eux ils savent qu'tout ca c'est réel. Sauf qu'toi, ca, t'sais pas ce que c'est, et ton esprit a pas trouvé le moyen de refonctionner. « J'crois qu'vous me devez une explication hm ? » qu'tu exige finalement en croisant les bras sur ta poitrine, dans l'parfait jeu d'acteur d'un parent mécontent - au moins t'as l'esprit distrait d'tout ce qui te torture d'habitude.


_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 362
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Mar 3 Juil - 9:48

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & Gabriel

Mes mains parcouraient son dos dans une caresse, mais restaient pour le moment sages. Ma fatigue était toujours un peu présente, mais je la dégageais à coup de balai. Cette femme ne cesserait donc jamais de me surprendre ? Je ricanais à sa remarque, acquiesçant.

« Je le reconnais, oui. Pardon de t’avoir suivi jusqu’au Hell d’ailleurs. »

Mon comportement pouvait être complètement déplacé, mais il n’y avait rien de méchant. Je n’étais que son amant, je le savais, tout comme elle n’était que mon amante. Il n’y avait rien d’autre entre nous, donc aucune raison de s’excuser normalement. Cependant, je pouvais concevoir que mon attitude était légèrement flippante. On me le disait parfois, lorsque je devais protéger quelqu’un.
Je ne pus rajouter quoique ce soit, nos lèvres se touchèrent, Aiyana initiant le baiser. J’y répondis avec joie, une main quittant son dos pour venir encadrer une partie de son visage, au niveau de sa mâchoire, le bout de mes doigts chatouillés par ses cheveux. Je resserrais notre étreinte, le désir se faisait doucement un chemin. Néanmoins, je n’avais pas l’air d’être le seul dans ce cas et le baiser ne fit que s’approfondir.

Soudain, la porte s’ouvrit et je rompis brutalement le baiser, ma tête se tournant vers la personne qui avait osé nous interrompre. Malaki. Le temps se figea. Pourquoi n’avait-il pas frappé ? En même temps, Malaki frappait-il à ma porte de bureau ? La réponse était non. Je ne savais pas quoi faire et j’avais l’impression d’être comme un gosse pris en flat grand délit. Mon meilleur ami se retourna, quittant le bureau. Intérieurement, je me dis qu’il avait l’impression de rêver et je me penchais dans le cou d’Aiyana, déposant un baiser avant que la porte ne s’ouvre de nouveau. Merde ! Je me tournais de nouveau vers mon meilleur ami, inspirant, retenant les phrases bateaux telles que “ ce n’est pas ce que tu crois “. Parce que c’était ce qu’il croyait, il venait de le voir, enfin non, pas complètement…
Je jurais intérieurement et me dégageais avec regret d’Aiyana. Je fis un signe à Malaki pour lui dire de s’asseoir sur le canapé. Doucement, j’attrapais le poignet de la belle chanteuse, l’invitant également à s’asseoir. Je ne voulais pas avoir cette conversation, mais je savais que Malaki n’allait certainement pas lâcher l’affaire.

« Vous voulez boire quelque chose ? demandai-je comme si j’étais un bon hôte. »

Je me servis un whisky (apportant les boissons commandées par Malaki et Aiyana s’ils désiraient quoi que ce soit) et m’assis également sur le canapé.

« On ne sort pas ensemble Malaki, avant que tu te fasses le moindre film. »

Ce qui était improbable. Connaissant mon meilleur ami, il y avait déjà plusieurs trilogies dans sa tête à notre sujet. C'était un peu brut de dire ça comme ça, mais ça restait la vérité.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Chanteuse, musicienne, danseuse et parfois modèle pour des photos type boudoir.
Messages : 100
Date d'inscription : 08/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Mer 11 Juil - 23:09

Révélations
Gabriel & Aiyana & Malaki  
« Je le reconnais, oui. Pardon de t’avoir suivi jusqu’au Hell d’ailleurs. »

« Ce n'est pas grave, cela m'a fait plaisir de te voir. » Qu'il ne s'excuse pas, je n'étais pas dans le meilleur des morales ce soir-là. Que ce soit de sa part ou de Viktoriya, j'ai pu oublier une partie de mon vague à l'âme. Mais, comme toute chose, ça vient et ça part et je dois avouer que cette envie ne s'éteint pas avec le temps. Je désire autant de fonder cette famille que de la fuir, j'ai peur de répéter des erreurs ou bien de ne pas savoir comment m'y prendre. Mais c'est plus fort que moi, je veux être mère et connaître ce petit bonheur de voir un être qui compte sur vous pour le guider dans la vie. Aurais-je ce droit un jour ?

Je l'ignore, alors, pour le moment, je préfère me fondre dans les bras de mon amant. De tout oublier même le monde qui tourne encore malgré le fait que nous ayons le pouvoir de le stopper en nous donnant l'un à l'autre. Je lui souris frottant mon nez au sien tandis que nos lèvres s'effleurent sans véritablement former un baiser. Le besoin de créer l'envie avant de l'assouvir. C'est une tentation délicieuse qui se forme au creux de mon ventre. C'est un sentiment fort qui me lit à ce vampire depuis quelques siècles à présent. Une amitié avec du sexe, sans prise de tête. Je dois avouer que cela a du bon, c'est vrai. Mais je suis à un stade où ma vie doit prendre un nouveau tournant et je ne suis même pas sûre si c'est ce que je souhaite vraiment. Crainte et désir se mélangent pour former l'hésitation.

Sa main sur mon visage alors, qu'il m'embrasse. Baiser auquel je réponds pendant que nos bassins se collent l'un à l'autre au souvenir de cette danse que nous avons pratiqué dans ma loge du Pandemonium.

« OH MON DIEU ! »

Malaki !? Là, je dois avouer que je ne l'avais pas senti venir ni même entendu. Trop prise par les bras et les baisers de Gabriel, plus enflammés les uns que les autres. Lorsque Malaki sort en fermant la porte, je soupire de soulagement, mais même si Gabriel dépose un baiser à mon cou, je sais que la magie de notre tête à tête à disparut. L'esprit trop dirigé vers cette porte que mon âme sœur à refermer dans le doute et l'hésitation que tout ceci soit vrai.

Le temps, finalement, défile à nouveau. Moi qui aime la façon dont Gabriel parvient à tout figer, ce qui me rassure, nous avons l'éternité, mais cette impression ne se fait que plus forte quand on est que tous les deux. C'est étrange et j'ai des envies que cela ne s'arrête pas, mais je me donne une claque mentale pour ne pas trop dévier dans des pensées qui n'ont pas le droit d'exister. Ce rôle d'amante me convient, je ne suis pas en droit de prétendre plus de sa part ou de cette histoire d'amitié avec un plus qui est non négligeable.

« J'suis pas en train de rêver. »

Gabriel doit comprendre ma déception que notre moment se finisse avec l'apparition d'un Malaki bien décidé à savoir ce qu'il se passe entre ces deux meilleurs amis. Franchement, nous avions réussi à éviter cette conversation gênante. Cela fait tellement longtemps que nous nous côtoyons ainsi qu'aujourd'hui, on se voit obliger de déballer une partie de notre relation à ce dernier. J'ai peur qu'il ne se fasse trop d'idées ou bien qu'il exprime ce que je voudrais et qui se cache au fond de moi.

« J'crois qu'vous me devez une explication hm ? »

On ne te doit rien aurais-je voulu dire. Arrête, parce que j'ai peur que tu devines et qu'il le devine. Je suis tellement stupide, j'aurais voulu vivre mon utopie, celle qui s'est réveillée depuis que j'ai pris conscience que je souhaite plus que cette vie. J'aime ce que je fais professionnellement. C'est une partie du rêve que je souhaitais, mais sentimentalement, je suis toujours au même point.

« Vous voulez boire quelque chose ? »

« Comme d'habitude pour moi. » Je ne bois pas de l'alcool de coutume ou très peu, je préfère ce qui est fruité avec quelques gouttes de sangs. Mais là, j'ai un réel besoin d'un délice sucré pour combler la gêne et les craintes qui me submergent depuis quelque temps. Je dois tout oublier jusqu'à mes désirs secrets pour recommencer du bon pied cette vie que j'ai toujours mené.

Prenant mon poignet, Gabriel m'invite à m'asseoir sur le canapé, face à un Malaki curieux et tentant de deviner ce qui traverse mon être. C'est tellement facile pour lui de lire en moi. Il ne s'est jamais contenté de la couverture, mais également des mots qui débordent de mon âme comme une source qui continue de jaillir dans un désert ardent et stérile de prime abord.

« On ne sort pas ensemble Malaki, avant que tu te fasses le moindre film. »

« En tout cas, pas de la manière dont tu sembles le croire. » Fis-je tout de go pour ne pas trop penser aux paroles de Gabriel. Pourquoi ça me blesse ? J'en sais rien, c'est tellement stupide. Ce n'est pas moi, ni ce que je désire ressentir. « Nous des amis avec un plus c'est tout. » Je porte le verre à mes lèvres pour boire quelques gorgées de cette boisson salvatrice, mais au goût étrangement amer au vu de la situation. « Oh, arrête de me regarder comme ça Malaki... » Je suis gênée, triste aussi pour je ne sais quelle raison et je ne sais pas pourquoi cette mélancolie me revient. Là, j'ai juste envie de me retrouver dans un trou de souris pour m'y cacher.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Jeu 12 Juil - 23:52

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & @Gabriel Crowlley

Choc.
T'as vu assez de séries télévisées pour avoir un sentiment de déjà vu. T'es un de ces personnages qui découvrent ce qu'il ne devait pas savoir - ce qu'il attend cependant depuis longtemps. Tu les vois - l'image s'encre sous tes paupières, et tu sais que tu ne pourras jamais t'en défaire. De voir Gabriel et Aiyana si étroitement enlacés, leurs corps s'frottant sans pudeur, leurs bouches dansant l'une contre l'autre. T'ignore quoi en penser, l'excitation se mêlant à la stupeur, une boite de trahison te faisant revenir dans la pièce pour être certain de ne pas avoir rêvé ce spectacle - pourtant ils se tiennent toujours là, bien trop proches l'un de l'autre pour n'être que deux amis en pleine conversation.

Tu ignore pas leurs amitiés, depuis des années déjà, tu joue les ingénus en lançant piques et moqueries - c'est qu'ils feraient un couple sans nul doute adorable. Parfaits. Assez pour faire oublier le reste du monde - après tout ils étaient aussi magnifiques l'un que l'autre, et leur présence éclipser la beauté de quiconque d'autres. Les rendant fades et insignifiants. Tu ignorais cependant que tes discours en étaient venus à donner des idées de plus à ceux que tu considères comme ta famille. Alors tu veux savoir - tu veux comprendre. Au delà de ton gout pour les ragots et les potins, t'es presque certain que tu aurais le droit de gueuler à la trahison en apprenant qu'ils sont si intimes dans ton dos depuis longtemps. Pas que tu leur aurais donné des raisons de ne rien te dire. G. « Vous voulez boire quelque chose ? » T'arque un sourcil en fixant ton meilleur ami - ton faux frère - attendant presque qu'il se mette à rire en s'excusant d'être si détaché. Après tout, n'avait-il pas conscience de l'importance et du sérieux de cette situation ? Lorsque Aiyana se fit servir comme à son habitude te donnant plus de doute encore sur la régularité de ce genre de rencontre, tu fais un geste vers lui signifiant bien qu'il pouvait te servir ce qu'il désirait - il te connaissait assez bien pour savoir comment te combler, et tu trouves rapidement une place en face de ta meilleure amie. G. «  On ne sort pas ensemble Malaki, avant que tu te fasses le moindre film. » A. « En tout cas, pas de la manière dont tu sembles le croire. » Ouvrant la bouche, tu reste un moment perplexe, avant d'une grimace te détourner pour jouer avec le verre que Gabriel t'avait mis entre les mains. M. « Oh. Alors vous n'êtes pas le genre d'amis à vous sauter dessus à la moindre occasion dans le dos de leur meilleur ami ? »  Demandas-tu avec un air mesquin et moqueur - tu veux pas penser qu'ils ne sont que cela. Pas quand le regard de la belle vampire te fixe de la sorte, avec une lueur que tu ne sais interpréter - que tu devine lumineuse et émotive. A. « Nous sommes des amis avec un plus c'est tout. » Elle se met à boire, évite ton regard, parle avec ce quelque chose que tu saisis - sentant soudainement une colère gronder en toi qui n'a rien de salvatrice. Tu les vois, se tenir non loin l'un de l'autre - ensemble, sans l'être. Et tu la fixe elle, parce qu'il a toujours été plus simple de lire sur le visage de la jeune femme que dans l'air impassible de ton meilleur ami - le voir de la sorte ne te rassure pas plus cependant. A. « Oh, arrête de me regarder comme ça Malaki... » M. « Vous êtes des amis. Qui couchaient ensembles. Sans rien de plus ? » Résumes-tu finalement, fixant les réactions de la jeune femme avant de te tourner vers Gabriel et de pointer un doigt accusateur vers lui. M. « Elle est pas assez bien pour toi Gab ? » Qu'tu demandes avec un air mauvais sur le visage - prêt à prendre la défense de ta meilleure amie s'il le fallait.

En réalité, t'es pas certain de tout comprendre à cette situation, mais t'as le sentiment que quelque chose t'échapper. Inspirant profondément, tu finis ton vers cul sec, avant de le poser sur la table devant toi, te penchant en avant avec un air plus pensif sur le visage. M. « Pour n'pas m'avoir dit ? J'veux dire… » Une fois encore t'as du mal à trouver tes mots, te tournant vers eux, avec un air inquiet et scrutateur. « C'est parce que vous craignez que je prenne… Ca trop au sérieux ou parce que vous avez peur que ca le rende trop sérieux ? » Demandes-tu en essayant de lire une réponse - quelque chose. M. « Ca fait longtemps ? »

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 362
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Sam 21 Juil - 19:56

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & Gabriel

Je ne savais pas ce que je voulais le plus : remonter le temps pour revenir dans les bras d’Aiyana et me soustraire à cette conversation, ou revenir encore plus en arrière et me retrouver sur un champ de bataille. Je servis les verres après avoir bu un verre de whisky cul-sec, offrant un cocktail sans alcool pour la miss et un cocktail avec alcool pour mister. Et la première chose que je tenais à préciser, c’était qu’Aiyana et moi ne sortions pas ensemble. Ma tête se tourna vers elle lorsqu’elle enchérit, confirmant mes dires. Je préférais garder un masque de neutralité sur mon visage, c’était ma propre défense, mais je tiquais aux paroles de la belle chanteuse. Pourquoi avais-je l’impression qu’il y avait un truc qui n’allait pas ? Puis, sa voix qui se veut assurée ajouta l’évidence de notre relation : des amis avec un bonus. Je détournais les yeux, observant la réaction de Malaki. Je savais qu’il était en quelque sorte blessé par cette nouvelle, surtout après tant de boutades sur nous.
Mon masque se fissura en une grimace lorsque Malaki résuma la situation. Oui, nous étions tes meilleurs amis et nous couchions ensemble dans ton dos depuis des siècles... Je sentais le sentiment de trahison qui l’habitait et c’était entièrement ma faute. La culpabilité me serra le cœur, mais je n’en montrais rien. Il était mon meilleur ami, mon frère de cœur à défaut d’être mon frère de sang, mais je le considérais comme ma seule famille et je lui avais fait des cachotteries. Je sentais que je perdais de sa confiance et ça me faisait chier. Néanmoins, je ne pouvais pas répondre à sa demande. De mon point de vue, c’était à Aiyana de le lui dire, car j’étais son premier amant et c’était quelque chose que l’on gardait généralement pour soit. C’était à elle seule de prendre la décision de lui dire ou non.
Inutile d’acquiescer, Malaki voyait très justement la situation. Je levais les yeux au ciel à sa demande et détournais le regard. Pas assez bien pour moi ? Aiyana ? Celui qui osait dire ça était un aveugle et un sale con. La chanteuse était une femme d’une beauté incroyable, intérieure et extérieure, qui ferait une épouse et une mère merveilleuse. L’homme qui aurait son cœur serait le plus chanceux de l’univers. Cet homme, ce n’était pas moi. Je n’avais pas les épaules pour lui offrir cela, ni même le caractère, et même si j’avais son affection, elle n’était qu’amicale. Ma vie, c’était servir et protéger la famille Lightwood. La Couronne passait avant moi, avant mes désirs, avant mes besoins. Comment pouvais-je construire quelque chose avec quelqu’un si je n’arrivais pas à garder un semblant de vie personnelle ? Je me levai et me servis à nouveau un verre de whisky, sans glace, que je bus cul-sec une nouvelle fois. Fait chier ! Cette question m’emmerdait profondément et je n’avais vraiment pas envie d’y répondre.

Je me retournais et croisais les bras sur mon torse, m’adossant à l’un des murs de mon bureau, m’éloignant un peu d’eux. Je gardais mon masque de neutralité, préférant ne pas montrer à quel point Malaki et ses questions pointaient du doigt tout ce que j’avais mis de côté. Était-ce sérieux entre Aiyana et moi ? J’en doutais. Je ne devais pas être le seul homme avec qui elle couchait. De mon côté, j’ai eu des amants, des amantes, même si depuis quelques mois il n’y avait plus que la belle brune dans mon lit. Était-ce ce qu’elle désirait ? Que ça devienne sérieux entre nous, que l’on renomme notre relation de couple ? Pourquoi ne me l'aurait-elle caché ? Non, ça ne devait pas être cela. Même si le début de notre discussion me revient en mémoire ainsi que le voile de tristesse qui passa dans le regard de la sirène d’Haima. Non, je devais me faire des films. Elle voulait fonder une famille, mais pas avec moi, je n’étais qu’un ami, qu’un amant, rien de plus. C’était seulement le fait de mettre des mots sur notre relation qui avait dû la perturber. Nous avions jamais pris le temps de parler de cela et je n’étais pas non plus de ce genre. C’était d’ailleurs pour cette raison que je gardais le silence. Aucun son ne parvenait à sortir de ma bouche. J'avais comme oublié que je pouvais m’exprimer, mais le faire sur de telles choses n’était pas à ma portée. Je devais dire ce que je ressentais et ça, c’était très compliqué. J’étais un soldat et comme chaque situation qui me glissait entre mes mains, j’agissais comme tel. Je restais stoïque, plus ou moins droit en étant adossé à mon nouvel ami le mur, les bras croisés sur ma poitrine en signe de protection.
Malaki, comment arrivais-tu à trouver les bons mots ? Comment faisais-tu pour dire les mots qui décrivaient avec exactitude les faits ? Mon regard allait et venait entre mon meilleur ami et mon amante. Mon silence était peut-être pesant, mais j’étais persuadé qu’Aiyana se doutait que je ne trouvais pas les mots adéquats. Malaki aussi, mais ce dernier attendait tellement des explications que ça devait le gonfler que je ne prononce le moindre son.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Chanteuse, musicienne, danseuse et parfois modèle pour des photos type boudoir.
Messages : 100
Date d'inscription : 08/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Lun 30 Juil - 14:34

Révélations
Gabriel & Aiyana & Malaki  
Si seulement nous pouvions revenir un peu tôt dans le temps. Si j'avais su qu'on se retrouverait dans une telle situation peut-être me serais-je abstenue de rendre visite à Gabriel. Et pourtant, l'envie était trop grande pour la contenir. Il avait allumé un feu en moi en me surprenant lors de ma soirée avec Viktoriya et la conversation que j'ai eu avec mon amie n'avait pas arrangé les choses. Elle avait pointé du doigt une évidence que je refuse toujours. Pourquoi ? Sans doute par peur, la crainte de vivre et de vouloir quelque chose de plus fort et de le perdre instantanément. C'était trop compliqué à l'exprimer et le comprendre. Il y a des choses qui vous semblent impossibles à saisir justement parce qu'on ne se sent pas prêt pour l'exprimer justement parce qu'on a peur d'être prêt. C'était mon cas. Non seulement de faire face à Malaki qui découvrait une relation que Gabriel et moi tenions secrète seulement parce que je le voulais. Je souhaitais qu'il reste mon jardin secret, dans lequel j'aime me perdre quand je veux m'effacer de la face du monde pour y respirer un air qui ne m’étouffe pas. J'avais le droit à être égoïste alors, que l'on sait que je suis tout le contraire. De coutume, je fais passer les autres avant moi et Malaki me l'a déjà reproché de me mettre constamment en arrière même si je profite aujourd'hui de la vie. En profitais-je vraiment ou bien m'enfermais-je plus loin dans un mensonge ? Je ne sais plus où j'en suis et je sais encore moins quoi répondre à Malaki.

Ce n'est pas comme si nous l'avions trahi ou menti. On s'est contenté de garder ça pour nous, j'estimais que notre histoire devait rester entre Gabriel et moi. C'était moi la fautive, je voulais quelque chose qui n'appartenait qu'à nous. Sur le moment, je pensais que c'était une bonne idée, mais voir le comportement de Malaki me blessait justement parce qu'il l'était. Blessé d'avoir été mis de côté, mais je ne souhaitais pas qu'il se fasse justement de fausses idées. Sans doute, avais-je trouvé cette solution pour le protéger.

« Oh. Alors vous n'êtes pas le genre d'amis à vous sauter dessus à la moindre occasion dans le dos de leur meilleur ami ? »

Gabriel est aussi silencieux que moi. Je trouve refuge dans quelques gorgées de boisson, mais cela n'a pas l'air de me suffire. C'est comme si le sang devenait moins nutritif. J'en sais rien. J'ai l'estomac retourné et je me serais passé de ce genre de soirée. Tout ce que je voulais, c'était les bras de Gabriel. Mais c'est loupé.

J'ai beau dire une nouvelle fois à Malaki que l'amitié que nous avons Gabriel et moi comporte un plus. Nous couchions ensemble, ce n'est pas la peine d'en faire toute une histoire. Nous avons tous droit à notre jardin secret. Notre relation, c'était celle de Gabriel et moi. Je pousse un long soupire et me masse ma tempe de ma main. Cette conversation allait être longue et surtout tourné en rond. Le pire, c'est que Malaki peut mieux lire en moi que chez Gabriel et c'est sans nulle doute pour cela qu'il se concentre sur moi plutôt que son meilleur ami.

« Vous êtes des amis. Qui couchaient ensembles. Sans rien de plus ? »

« Malaki... » Soupirais-je dans un premier temps avant d'être coupé par ce dernier.

« Elle est pas assez bien pour toi Gab ? »

Me voilà surprise par ce doigt accusateur et ces paroles. Un nouveau soupire se fait entendre.

« Malaki ! » Je lève la voix pour qu'il m'entende cette fois-ci.

« Pour n'pas m'avoir dit ? J'veux dire… »« C'est parce que vous craignez que je prenne… Ça trop au sérieux ou parce que vous avez peur que ça le rende trop sérieux ? »

« Non ce n'est pas ça. » Mais arrête de pointer du doigt ce dont je ne veux pas penser. Et pourtant... non, je ne veux pas y penser. Cela risque de toute foutre en l'air.

« Ça fait longtemps ? »

« C'est de ma faute. » Fis-je dans un premier temps. « Gabriel n'est pas responsable de ça, c'est moi qui souhaitais que personne ne le sache. » Je ne voulais pas qu'il pointe plus longtemps son meilleur du doigt ou bien qu'il lui en veuille sur cette histoire. « Je voulais que ça reste mon jardin secret. Tu m'as tellement reproché de ne pas être un peu plus égoïste, en le gardant pour moi, sans le dire à personne, je faisais preuve d'égoïsme. Si tu dois pointer quelqu'un du doigt, c'est moi Malaki et pas Gabriel. »

Un instant, je me perds dans mon verre comme si je pouvais voir la solution dans la surface de ma boisson. C'est stupide, mais j'espère toujours trouver les mots de cette façon. Je mords ma lèvre comme à mon habitude, c'est un tic habituel chez moi.

« Gabriel est... » Puis-je le dire ? Il le faut bien pourtant. « Il est... » Je lève les yeux pour regarder mon amant cherchant un accord silencieux et je sais qu'il n'attend que ça que je m'exprime. C'est pour cela qu'il a fait silence, non seulement parce qu'il ne sait pas comment partager ce qu'il ressent. C'est moi qui arrive mieux à trouver les bons moments. Notre relation fonctionne parce que j'arrive à comprendre ces silences mieux que personne. Par moment, je n'ai pas besoin de lui poser de questions que j'en ai déjà les réponses. « Il a été mon premier amant. » Je regarde à nouveau Malaki surtout pour qu'il saisisse que son meilleur ami est celui qui m'a dépucelé. Ce n'est pas le genre de moment qu'on oublie. « Toi, tu m'as aidé psychologiquement à prendre conscience que j'avais le droit à ma place en ce monde malgré ma différence. Un jour, tu t'es rendu compte que j'avais littéralement changé. Ce jour-là, tu m'avais poussé un peu plus à m'exprimer pour me sentir bien... Un soir, j'ai vu Gabriel et une chose en entraînant une autre, il s'est produit qu'on a couché ensemble. Et crois-moi, ça m'a fait tellement de bien de savoir que je pouvais plaire à un homme, lire qu'on me désire et que je n'étais pas aussi monstrueuse que ce que j'ai pu entendre tout au long de ma vie m'a fait prendre conscience que tu avais raison. Gabriel ne souhaitait pas te le cacher, mais c'est moi qui le lui aie demandé, je voulais te protéger justement de ton envie de nous voir réellement ensemble. Je voulais au moins avoir ça pour moi. Mais je me rends compte que je t'ai plus blessé qu'autre chose, j'en suis désolée. Tu peux m'en vouloir à moi, mais pas à Gabriel, ça, je te l'interdis. »

Je lève la tête pour regarder Gabriel. J'avais envie de laisser couler mes larmes, mais je me retenais. « Je suis désolée de t'avoir demandé ça Gabriel. » Je baisse la tête posant le verre à table. Je n'avais plus envie d'avaler quoi que ce soit. Malaki avait pointé du doigt, tout comme Viktoriya un fait que j'évitais depuis un certain temps. Est-ce que j'ai peur que ça devienne trop sérieux entre nous ? Sans doute. Mais si je venais à avouer cela, ça briserait bien trop de chose entre Gabriel et moi et si je venais à perdre mon amant, je ne crois pas que je le vivrais bien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Ven 3 Aoû - 18:17

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & @Gabriel Crowlley

A - « C'est de ma faute. » T'reste figé, l'regard se baissant vers ta meilleure amie. Ca fait des siècles que tu la connais Aiyana, elle est si proche de toi qu'parfois tu la considères comme une soeur. Une cadette que t'as pris en affection dés votre premier regard, que t'as toujours trouvé magnifique bien que l'reste du monde la déteste. T'as jamais compris les raisons d'cette colère envers elle - d'raisons de la détester t'en connais pas, et si t'avais pu aimer les femmes comme les autres hommes, alors t'es certains que t'aurais mis un genou à terre depuis longtemps pour elle. T'es un romantique - la vision d'ta belle en robe blanche est presque suffisante pour vouloir faire l'geste d'ultime épris mais tu la veux heureuse, pas enfermée dans l'rêve que tu fais pour elle. Tu la veux heureuse - tu la vu s'épanouir pour devenir la sirène de l'île, faire vriller les coeurs et rendre jaloux ceux qui la dénigraient. Aujourd'hui elle a enfin la reconnaissance qu'elle a toujours mérité, et tu n'peux que profiter d'la voir briller sur scène dés que t'en as l'occasion. Tu veux la voir sourire pourtant à ce moment précis tu ne récolte que son regard suppliant qui t'étreint la poitrine. Tu baisse ton doigt accusateur, ignorant l'silence berné de ton frère de coeur, pour observer la jeune femme. A - « Gabriel n'est pas responsable de ça, c'est moi qui souhaitais que personne ne le sache. » Fronçant les sourcils t'essaie de comprendre - t'sais pas pourquoi tu t'sens si mal qu'ils t'aient rien dit. Peut être parce que t'as l'impression d'avoir été trahit et moqué - que dans ton dos ils se retrouvaient pour être eux-mêmes, jouant les innocents quand tu étais présent, en te tenant au secret. Agissant comme si tu étais un enfant - ou quelque chose d'aussi humiliant qui t'fait plus mal que tu veux le montrer. A - « Je voulais que ça reste mon jardin secret. Tu m'as tellement reproché de ne pas être un peu plus égoïste, en le gardant pour moi, sans le dire à personne, je faisais preuve d'égoïsme. Si tu dois pointer quelqu'un du doigt, c'est moi Malaki et pas Gabriel. » C'est un coup que tu prends en pleine poitrine - t'es pas capable de resté immobile, à t'voir mis hors de l'intimité de ta meilleure amie t'as besoin de - de prendre du recul, physiquement. Alors tu te lève, prends des pas en arrière pour être loin d'elle. Loin d'eux, les bras croisés sur sa poitrine. M « Désolé de … M'imposer. » Dis-tu avec la mine boudeuse - t'sentant ridicule sans pouvoir l'empêcher. Tu devrais peut être partir - finalement.
Tu devrais peut être laissé tout cela derrière toi. Mais une fois n'va pas si bien - tu les vois loin, sans pouvoir s'empêcher de se juger du regard, de se tourner l'un vers l'autre, de se questionner sans mots. Tu peux pas cessé de te demander depuis quand - comme une maitresse trompée tu cherches à savoir depuis quand - depuis quand t'es si décevant qu'tu mérite plus l'aveugle confiance des deux êtres que tu considères comme ta nouvelle famille.

A - « Gabriel est... » Elle hésite - ca t'fait gonfler l'coeur de rancune et d'regret. Tu te tais, attendant juste qu'elle lâcha la couleuvre avant de te mettre à gueuler. Tu vas pas aimer la suite - tu le sais déjà - mais tu t'attendais pas à ce qu'elle te fout dans les bras. A - « Il a été mon premier amant. » T'reste figé. Tu n'doutais pas de l'innocence d'Aiyana - une femme comme elle fait tomber les hommes - et la gente féminine n'est pas en reste - mais tu ne les pensais pas si proche. T'as l'impression de les re-découvrir tous les deux, et tu cherches Gabriel du regard pour comprendre. Tu l'connais bien - le pensais-tu - et tu sais qu'il est pas d'ces garçons à utiliser les femmes à leur profit. Pas Aiyana - pas alors qu'vous êtes si proches. Il l'aurait pas fait pour l'utiliser, et - et si à présent ils sont là encore, cela signifie que ce n'est pas quelque chose de nouveau. T'as la tête qui tourne, de pensés incohérentes qui s'fracassent contre ton crâne et tu dois les saisir - tu crois comprendre avant de devenir fou et de laisser tes émotions prendre le dessus sur ta raison. Tu ne veux pas hurler comme un enfant - pourtant l'envie de faire impérieuse et illogique. A - « Toi, tu m'as aidé psychologiquement à prendre conscience que j'avais le droit à ma place en ce monde malgré ma différence. Un jour, tu t'es rendu compte que j'avais littéralement changé. […] Gabriel ne souhaitait pas te le cacher, mais c'est moi qui le lui aie demandé, je voulais te protéger justement de ton envie de nous voir réellement ensemble. Je voulais au moins avoir ça pour moi. Mais je me rends compte que je t'ai plus blessé qu'autre chose, j'en suis désolée. Tu peux m'en vouloir à moi, mais pas à Gabriel, ça, je te l'interdis. » Tu t'sens mieux de savoir que ton meilleur ami voulait te le dire - qu'il a assez respecté l'choix d'Aiyana pour ne rien en faire finalement. Mais la raison est idiote : « Je ne suis plus un enfant Aiyana. Je n'ai pas besoin que tu me tiennes écarté de ta vie pour - pour une idée, un possible, ou juste une fantaisie. » Dis-tu avec plus de reproche dans la voix que tu ne l'aurais souhaité. Tu t'sens mal dans ta peau - une chose qui n'est jamais arrivé auparavant. Pas devant eux - tu trouve plus ta place, te disant qu'tu devrais peut être t'en retourner. A - « Je suis désolée de t'avoir demandé ça Gabriel. » Tu t'tourne vers ton meilleur ami - une fois encore t'apprends qu'il voulait t'être loyal. T'es rassuré de savoir qu'Gabriel sera toujours une constante - tu respirer mieux bien que cela te soit inutile. Tu oses un sourire vers lui - avant de t'approcher pour mettre ta main sur son épaule. En une seconde t'es pas loin d'ton frère de coeur, et tu savoures c'simple contacte.
Tu comprends qu'il ait rien dit - tant qu'il en avait l'intention ca t'convient. Quant à Aiyana - t'peux pas garder rancoeur contre elle, t'veux juste comprendre. « Des siècles alors ? Vous jouez à cela depuis des siècles dans mon dos. » Qu'tu résume pour répondre à ta question, parce que Aiyana n'a pas été claire sur la question.

Tu soupires, tu détournes d'Gabriel et cherche plutôt ton verre qu'tu tourne dans ta main pour observer l'hémoglobine mêlée de sang. « Tant qu'aucun d'vous ne souffrent de la situation, j'imagine que je n'ai rien à en dire. Mais vous pouvez tous les deux m'regarder dans les yeux et m'assurer que cette histoire vous convient parfaitement ainsi ? »  Qu'tu demandes finalement en t'redressant - parce que t'es là pour cela - vraiment. « J'vous veux simplement heureux l'un et l'autre. Et ce genre… d'aventure, est excitante jusqu'à ce qu'un coeur s'emballe un peu trop. »  Tu le sais - t'as relation avec Zéro n'a pas été tenue secrète parce que vous viviez hors du monde, et il était aisé d'être à lui, d'se perdre dans sa volupté, dans sa passion - jusqu'à ce qu'il donne trop, et qu'tu puisse pas en accepter autant. T'as usé ton amitié jusqu'à risquer de le perdre, et aujourd'hui tu te bats avec les lambeaux de ce qu'il vous reste. Tu veux pas les voir faire la même erreur - mais après des siècles à s'embrasser avec ardeur, tu doutes qu'ils aient pas déjà été trop loin.

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 362
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Jeu 30 Aoû - 22:59

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & Gabriel

Pour la première fois depuis des siècles, je ne savais pas quoi faire. D’un côté, mon meilleur ami, mon frère, brisé et déçu d’avoir été trahi, mis à l'écart d’un secret qui durait depuis plusieurs siècles. D’un autre, mon amante, la seule et l’unique depuis quelques mois maintenant, qui parlait, expliquait, se justifiait et justifiait mes actes. Je le sentais mal, mais je ne pourrais rien. J’avais honte de moi, de ma lâcheté, de ma malhonnêteté. Je ne méritais ni Malaki, ni Aiyana. Elle, la courageuse, lui l’ami lumineux. Quel piètre homme faisais-je !
Résultat, Aiyana se faisait remonter les bretelles par Malaki et moi, j’étais toujours silencieux alors que les torts étaient partagés. Les mots me manquaient. C'était scandaleux ! Mes yeux se poseront sur Aiyana lorsque j’entendis mon prénom. Ses yeux brillants me firent serrer les poings sur mes biceps, mes bras refusant de délier mon torse. Comment osai-je te faire subir ? Comment pouvais-je laisser les choses se faire ? Une colère s’alluma en moi, mais elle brûlait les mots, me coupant dans l’expression de mes sentiments, mes émotions, mes ressentis. Mon masque de neutralité cachait le combat intérieur, mais je savais que la chanteuse se rendait compte que je n’arrivais pas à dire le moindre mot. J’étais un soldat. Un homme d’acte. Un homme d’action. Seulement, là, c’étaient les paroles qui devaient aider à améliorer les choses.
Une main sur mon épaule me fit rompre le contact visuel avec mon amante et ma tête se tourna vers mon frère de cœur. Je voyais tellement de choses dans son regard que mes lèvres s’ouvrirent, comme si ma mâchoire s’était un peu desserrée sans le vouloir. Je ne répondis pas à sa question, il savait déjà la réponse, c’était juste une simple affirmation. Ça faisait des siècles qu’il connaissait Aiyana et ça faisait des siècles qu’elle était devenue la femme qu'elle est aujourd'hui. Il était inutile de répondre. Alors, mes bras quittèrent mon torse et j’attrapais mon meilleur ami, le serrant contre moi, mon visage dans son cou, sa tête cachant la mienne. Mes yeux se fermèrent et j’inspirais bruyamment, comme si c’était le signal pour dire que j’étais encore parmi eux. Je soupirai et d’un murmure, je prononçais quelques mots d’une voix rauque.

« Je suis désolé. »

Je l’étais sincèrement. De ce que j’avais fait, de ce que j'avais caché, de tout. La morsure du regret me comprima le cœur. Je posais mes lèvres sur la tempe de Malaki, claquant un baiser avant de m'écarter. Je sentais que mes yeux étaient plus humides sans pour autant que l’on croit que j’étais à deux doigts de pleurer - chose que je n’avais fait qu'une fois dans toute ma vie - mais mon regard plongea dans celui de Malaki, lui adressant mes sincères excuses et mon profond regret. J’espérais vraiment ne pas perdre sa confiance et son amitié, j’espérais vraiment qu’il me pardonne.
Et ce fût à ce moment-là que je compris, que je le compris réellement. Zero. Cette histoire avec ce connard. Même si prononcer ce prénom dans ma tête me contrariait, je venais de comprendre mon meilleur ami pour cette relation étrange. Aiyana n’était pas toxique, mais notre relation avait l’air aussi semblable que celle des deux nobles. Fais chier. Je venais de prendre conscience de quelque chose et ça ouvrait la réflexion à d'autres interrogations.
Puis, je me détournais, observant la jolie vampire toujours dans le fauteuil. Je devais me faire pardonner aussi. Je ne savais pas ce qu'il y avait entre nous. Nous étions des amis et des amants, mais nous n’avions jamais parlé d'autre chose. C’était faux, je le savais désormais. Notre relation allait au-delà sans que nous nous en rendions compte. J’étais devenu fidèle à cette femme, je ne couchais qu'avec elle, plus aucune autre ne m'intéressait et si les plaisirs de la chair étaient trop forts, je faisais tout pour que ça soit aussi l’envie de la vampire. Je m’approchais doucement, me mettant à genoux - les deux - au sol. Mes yeux ancrés dans les siens, j'attrapais délicatement sa main, lentement, pour être sûr qu'elle me laisse la toucher malgré ma lâcheté, malgré mon laxisme. J’avais honte et je la sentais tellement plus noble que moi. Je portais ses doigts à ma bouche, les embrassant et serrais un peu plus sa main, baissant la tête. J’avais dit une fois de vive voix que j’étais désolé, je n’étais pas capable de répéter une seconde fois cette phrase - Malaki devait déjà se demander si je n’étais pas malade. Pourtant, Aiyana les méritait cent fois. J’étais vraiment un con.
Soudain, les questionnements de mon frère me revinrent en tête, comme si mon esprit les avait gardés de côté en attendant que je me reprenne. Comme si j'avais retiré le mode “pilote automatique”. Je me relevai, lâchant finalement la main de la belle chanteuse.

« Je ne sais pas, dis-je doucement en jetant un coup d’œil à Malaki. Je n’y ai jamais réfléchi… et nous n'avons jamais abordé le sujet, ajoutai-je en toisant Aiyana cette fois-ci. »

Je ne pouvais pas ajouter autre chose. J’avais déjà l’impression d’être sur un terrain inconnu et je ne supportais pas ça. J’avais tergiversé quelques minutes sur la question, mais il y avait certainement d’autres choses à approfondir. Si mon cœur battait encore, il devait sûrement être en tachycardie avancée. Pourquoi ce sujet était-il si épineux ?

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Chanteuse, musicienne, danseuse et parfois modèle pour des photos type boudoir.
Messages : 100
Date d'inscription : 08/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Mar 11 Sep - 20:38

Révélations
Gabriel & Aiyana & Malaki  
« Désolé de … M'imposer. »

J'entends aisément la déception dans sa voix comme je peux la lire sur son visage. Malaki a toujours fait parti de ma vie, c'est le premier à m'avoir offert une véritable amitié. Lui cacher cela a été un crève-cœur, mais je voulais garder égoïstement ce secret pour moi au détriment de ce qu'aurait préféré Gabriel. Je me sens bête d'avoir imposé cela sans même prendre en compte les sentiments de chacun et le comportement qu'aurait mon entourage face à ça. Mais avouons-le, c'est dur de dire qu'entre nous et Gabriel, ce n'est que du sexe et non pas une relation commune à toute autre. Je suis la fille de l'empereur, de ce fait, ma vie est suffisamment passé au crible. Même si notre lien n'est qu'adoption, on me considère toujours comme la fille d'Araël. J'ai donc un rôle et une tenue à avoir. Le protocole, l'étiquette. Cela m'a tenu éloigné et m'a étouffé du monde et ne parlons pas du chemin des Nobles auquel j'ai dû me plier, m'oublier même jusqu'à devenir une personne que je ne pensais jamais être sauf dans mes pires cauchemars. Pourtant, je l'ai fait, et même si j'accepte ce pan de ma vie que j'ai oublié doucement, mais pas effacé, il ne reste pas moins que je suis craintive de cette Ombre Dansante et sanglante.

Je tente de minimiser le rôle de Gabriel dans cette affaire. Rien ne doit pâlir l'amitié pure qu'entretiennent les deux hommes. Ils sont comme des frères depuis tellement longtemps que je m'en voudrais d'être coupable d'une mésentente, je m'en voudrais terriblement, plus encore que je ne le suis en ce moment-même. Je voudrais soupirer, mais j'évite de peur que cela soit mal prit.

Malaki qui me tourne le dos et Gabriel qui se fond dans le silence. Non pas parce qu'il s'en moque, mais plutôt parce qu'il ne sait pas quoi dire ni comment agir. Ce n'est pas un vampire qui se laisse aller à l'émotion ni même à l'extériorisation de ces derniers par des mots. J'ai appris à comprendre les mots qui ne passent pas la frontière de ces lèvres tout autant que je profite de ces derniers lorsqu'il se laisse aller à une petite confession. Ce qui rend notre lien si fort entre Gabriel et moi, c'est que ce dernier n'a pas besoin de véritablement s'exprimer pour que je le comprenne. Mon empathie et mon côté artiste suffisent à ce tour de main féroce. Et croyez-moi, il est dur de comprendre Gabriel, en tout cas pour un être lambda, mais pas pour moi.

« Je ne suis plus un enfant Aiyana. Je n'ai pas besoin que tu me tiennes écarté de ta vie pour - pour une idée, un possible, ou juste une fantaisie. »

« Je sais... J'ai eu tort. Mais je n'arrive pas à m'en empêcher. Je t'aime et je veux te protéger, c'est plus fort que moi. » C'est mon âme-sœur depuis que notre amitié a éclos dans ce chaos qu'a été ma vie. Malaki est une magie à lui seul, il est capable de tout même de l'impossible.

« Des siècles alors ? Vous jouez à cela depuis des siècles dans mon dos. »

Je hoche positivement de la tête dans un geste lent. Oui, cela fait longtemps que nous gardons cela secret. Que nous nous offrons une amitié bonus sans pour autant nous couper l'envie de voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Mais au final, nous revenons l'un vers l'autre. Attiré comme un aimant parce qu'au final, on est bien et que l'on se sent bien. Il n'y a pas de prise de tête ni l'obligation de pousser à se connaître par des mots parce que nos regards suffisent amplement.

« Tant qu'aucun d'vous ne souffrent de la situation, j'imagine que je n'ai rien à en dire. Mais vous pouvez tous les deux m'regarder dans les yeux et m'assurer que cette histoire vous convient parfaitement ainsi ? »

D'abord Viktoriya et maintenant lui. Je ne peux rien dire de plus surtout avec Gabriel dans la pièce. Si je dois discuter de quelque chose de plus profond, ce serait seul à seul avec Malaki. « Cela me convient. » Fis-je en levant les yeux non sans faire comprendre sans m'en rendre compte que ce n'est pas une discussion dans laquelle je veux me plonger davantage. Si Malaki me connaît suffisamment, ce que je ne doute pas, il le comprendra certainement.

« J'vous veux simplement heureux l'un et l'autre. Et ce genre… d'aventure, est excitante jusqu'à ce qu'un cœur s'emballe un peu trop. »

Il a raison. Mon cœur ne s'emballe pas, mais je voudrais plus de ma vie que de simples relations désormais. Je m'accroche à Gabriel parce que nos instants me sont précieux et cela me sauve de ces moments de solitude que je souhaite chasser.

« Je suis désolé. »

Mon regard se lève. Clairement surpris par la voix de Gabriel qui fend l'air. Ce n'est pas son genre, mais il l'a fait pour Malaki. Je souris, attendris par cette scène qui se déroule sous monde regard.

Bien sûr, le voir venir vers moi, genoux à terre afin de prendre délicatement la main, ce que je laissais faire, Gabriel apposa ces lèvres et je souris. Je sais ce qu'il me dit sans même qu'il ait à ouvrir sa bouche. « Tu n'as rien à te faire pardonner avec moi Gabriel. Tu ne savais pas quoi dire c'est tout. » Fis-je simplement. Oui, je le comprends, peut-être mieux que quiconque.

« Je ne sais pas. Je n’y ai jamais réfléchi… et nous n'avons jamais abordé le sujet. »

À nouveau, je hoche doucement de la tête, positivement pour avérer les dires de Gabriel. « Parce que ce n'était pas le moment de le faire c'est tout. Cette situation nous a toujours convenus comme elle était. » Je pose mon regard sur Malaki. « En fait, quand Gabriel et moi, on se retrouve, c'est pour nous couper du monde et nous centrer sur nous-mêmes. Outre le... Le sexe. » Je ne peux m'empêcher de rougir. « On se laisse aller à quelques impressions et confessions sur tout et rien. »

Mais la situation lui convient-elle toujours maintenant que Malaki a mis le doigt dessus ? Va-t-il vouloir en discuter un jour ? Continuer ? Arrêter ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Gérant du "Heaven" & Ambassadeur des Lightwood dans les royaumes étrangers.
Messages : 996
Date d'inscription : 13/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Sam 22 Sep - 21:22

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & @Gabriel Crowlley

Tu n'voudrais pas être à ce point sensible - sans doute que tout adulte aurait simplement levé les yeux au ciel, ravalant sa fierté pour voir les choses sous l'prisme de la logique. Mais la réalité, c'est que depuis longtemps maintenant t'as laissé ton coeur au commande d'tes réactions. Et plus souvent qu'autrement, tu laisse tes sentiments te dicter tes expressions. Tu laisse la déception t'envahir comme un serpent cruel - il t'fait penser que les deux personnes qui t'sont le plus proches t'voit comme un enfant immature qu'il faut protéger d'ses propres désirs. Il t'fait penser un temps que t'es pas digne d'la confiance aveugle d'Aiyana et d'Gabriel alors qu'tu foutrais ta vie entre leurs mains. Gabriel la tient - c'est vrai que t'as pas tout confié à ta meilleure amie mais c'plus par égard pour Araël qu'par désire d'la garder au silence. Tu pensais pas qu'ca te ferait si mal d'apprendre qu'elle t'voue le même traitement. Tu pensais pas que t'agirait comme un enfant pourtant tu t'trouve presque à la bouder en demandant réparation. a - « Je sais... J'ai eu tort. Mais je n'arrive pas à m'en empêcher. Je t'aime et je veux te protéger, c'est plus fort que moi. » T'peux pas lui en vouloir. Tu t'adoucie dés que tu croise son regard, parce que tu sais qu'elle a jamais voulu t'faire de tord. Tu ravales ta fierté brisée d'mâle, pour juste t'laisser envahir par une vague de tendresse pour ta meilleure amie. Tu lui offres un sourire d'paix - tu veux pas qu'elle s'en veuille de vouloir ton bien, et si elle est encore maladroite, tu peux pas lui en vouloir non plus. C'que vous êtes immortels, cela ne signifie pas parfaits, et des erreurs vous en faites. Tu t'raccroches à l'idée qu'elle a jamais voulu que tu souffres de son mensonge par omission.
De même que Gabriel. Tu partages tout avec lui - même ton aventure avec l'Empereur qui t'cause autant d'joie et d'inquiétude à la fois. Il sait tout de toi, t'vois en transparence là où d'autres perçoivent un brin de mystère. T'as pas de secret pour Gabriel, il est le gardien des tiens. De tes angoisses, de tes colères, de tes peurs pour l'avenir - de tout. Tu t'laisse à être parfaitement vulnérable à ses côtés, qu'importe qu'il t'réponde avec sarcasme ou avec colère parfois; Il sait tout de Zéro, d'Araël, d'Elysium - il sait comme t'es fragile souvent même si tu laisse rien paraitre. Et tu pensais l'connaitre de même - quand il vient vers toi et t'prends contre lui t'soufflant trois mots qui t'font retrouver ton sourire, tu sais que rien n'a changé. Vous êtes toujours des frères. g - « Je suis désolé. » T'opines, accepte l'baiser qu'il te pause sur le front avant qu'il fasse son chemin vers la belle vampire.

Tu t'sens soudainement de trop mais tu quittes pas la pièce. T'es témoin d'ce que tu pensais impossible, laissant aucune de leurs réactions t'échapper. Tu l'vois s'mettre à genoux, quémander le pardon d'sa maitresse comme il l'a fait avec toi. a - « Tu n'as rien à te faire pardonner avec moi Gabriel. Tu ne savais pas quoi dire c'est tout. » Tu fronces les sourcils, retrouve un verre plein d'alcool qu'tu portes à tes lèvres, et refait ton chemin vers un siège qui s'trouve pas loin. Tu sens qu'cette conversation prend trop d'émotions et t'es pas prêt à les supporter debout. Tu préfère t'mettre à l'aise et les observer - quémander qu'ils s'fassent pas de mal l'un à l'autre, comme tu pourrais pas le supporter. g - « Je ne sais pas. Je n’y ai jamais réfléchi… et nous n'avons jamais abordé le sujet. » « Vous étiez trop occupés à autre chose, hum. »  Qu'tu glisses avec un brin d'amusement dans la voix, n'souhaitant pas rendre l'ambiance plus lourde d'non-dits encore. a - « Parce que ce n'était pas le moment de le faire c'est tout. Cette situation nous a toujours convenus comme elle était. » Tu restes à observer la jeune femme - tu lis plus facilement les expressions d'Aiyana parce qu'elle est plus transparente pour toi. Gabriel sait porter son masque d'impassibilité - mais elle, elle a toujours été trop honnête pour l'réussir. a - « En fait, quand Gabriel et moi, on se retrouve, c'est pour nous couper du monde et nous centrer sur nous-mêmes. Outre le... Le sexe. » T'arques un sourcil mais manque rien d'ses réactions. Ca t'fait étrange de parler du sexe qu'ils partagent tous les deux - t'es pas certain d'pouvoir en parler d'ailleurs. Ca t'fait bien trop - c'est comme parler du sexe d'son frère et sa soeur, et ca n'a rien d'agréable en réalité. a - « On se laisse aller à quelques impressions et confessions sur tout et rien. » Ca tu t'y attendais pas. Ca t'fait -ca t'fait perdre la face, t'rend surpris et tu l'cache pas. Alors tu réalises que ca n'a rien d'juste une relation basée sur le sexe. Tu réalises qu'ils partagent c'qu'ils partagent avec personne, des choses qui leurs appartiennent et qu'ils voulaient garder pour eux. Des choses qu'tu vas leur voler si tu continuer d'faire ton curieux. « Vous avez besoin l'un de l'autre. » Qu'tu conclus. « J'avais pas réalisé que c'tait si... profond, important... » Tu continue, regardant vers Gabriel pour tenter d'croiser son regard. Il t'as toujours semblé fermé au monde - l'voir à genoux et si tendre aurait dû t'mettre sur la voie. Qu'Aiyana a réussi à voir l'coeur de ton gardien, un coeur qu'tu pensais avoir été l'seul à percevoir. « Tant qu'vous êtes heureux l'un avec l'autre... parce que sincèrement je saurais pas auquel de vous deux offrir l'discours du grand frère protecteur genre si tu l'fais souffrir je te tue. Alors me faites jamais choisir ok ? »

_________________


we always find our way back to eachother


this is love :love: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.

Les secrets ne sont bien cachés que s'ils ont un seul gardien.


Emploi : Gardien - Espion à la solde de l'Empereur - Mouchard errant
Messages : 362
Date d'inscription : 14/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Sam 6 Oct - 17:48

Révélations
@H. Malaki Hiroaki & @Aiyana N. Swanson & Gabriel

Malaki - « Vous étiez trop occupés à autre chose, hum. »

Mon regard se leva vers mon meilleur ami et je lui adressais un sourire en coin. Ca aurait pu être mal pris et peut-être que dans un sens, c’étaient les derniers restes de rancœur - ou peut-être qu’il intériorisait tout cela ? Je m’en voulais, une fois de plus. Qu’est-ce que je faisais subir à mon frère de cœur ?
Oui, c’était exactement cela. La situation nous convenait, pourquoi se poser des questions ? Pourquoi s’interroger avec des “si” ? Pourquoi ? Tout allait bien en fait. Nous étions pleinement conscients de la situation et elle nous convenait, pourquoi se prendre la tête ? Je fermais les yeux quelques secondes, revenant à l’instant présent.

Malaki - « Vous avez besoin l'un de l'autre. »

Je sentis immédiatement la détresse dans cette phrase. Observant Malaki, je brisais une partie de mon masque d’impassibilité et tentais de lui montrer que, non, j’avais besoin de lui. Je m’éloignais d’Aiyana d’un mouvement de jambes, restant au sol, posant une main sur la jambe de mon meilleur ami. Dans mon regard, j’espérais lui transmettre toute l’amitié, la fraternité, la fidélité que j’avais pour lui. Je ne pouvais dire ces paroles, mais il pouvait très clairement les lire dans mon regard : si je devais choisir, même si j’aimais Aiyana, je le choisirais. Il était mon frère de cœur, ma famille. Cependant, mieux valait laisser que mes pensées restent pour moi.

« Ne me fais jamais choisir non plus. »

J’attrapais sa main et la serrais avant de me pencher et de le prendre une nouvelle fois dans mes bras. Par cette étreinte, je voulais lui montrer à quel point je l’aimais également, même s’il le savait, mais je n’avais pas suffisamment d’expérience pour m’exprimer aussi clairement. Certains arrivaient à le faire sans problème et moi, j’étais comme un con à ne pas aligner deux mots, alors que je réfléchissais comme si je jouais constamment une partie d’échecs. Je m’écartais de Malaki, mon regard plongé dans le sien, l’air sérieux et mon masque de nouveau en place.

« Je te promets de faire des efforts pour plus te parler. »

Jamais je ne faisais de promesses en l’air. Je n’avais qu’une parole, j’étais un homme de parole même, il en avait conscience. La belle chanteuse également. D’ailleurs, je me tournais vers cette dernière, mon regard s’ancrant quelques secondes dans les siens, gardant la même expression. Néanmoins, aucun mot ne vint. Je ne savais pas quoi lui promettre, parce qu’on n’était pas réellement ensemble, parce que je ne savais pas ce qu’elle voulait, parce qu’on ne s’était jamais rien promis. J’avais fait les choses égoïstement, n’ayant que des relations charnelles avec elle, mais je ne lui en avais rien dit. De son côté, elle faisait bien ce qu’elle voulait aussi. Nous étions amis, oui. Nous étions amants, oui. Mais nous n’étions rien de plus.

_________________

What do you want to me ?

As a child, you would wait, And watch from far away, But you always knew that you'll be the one that work while they all play, And you, you lay, Awake at night and scheme, Of all the things you that would change but it was just a dream !

Here we are, don't turn away now, We are the warriors that built this town !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Chanteuse, musicienne, danseuse et parfois modèle pour des photos type boudoir.
Messages : 100
Date d'inscription : 08/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel] Lun 15 Oct - 17:42

Révélations
Gabriel & Aiyana & Malaki  
Même si Malaki semble commencer à nous pardonner, ce n'est pas mon cas. Je l'avais fait pour garder ce monde au creux de moi, un secret qui me fait à la fois sourire et me rend triste sans que je n'en sache la réelle raison. Sans doute suis-je lasse de cette relation charnelle, que je désire plus avec cet homme, mais Gabriel est un esprit libre et indomptable et je ne souhaite pas l'ancrer dans un désir qu'il ne partage peut-être pas. Bien sûr que nous tenions l'un à l'autre, c'est évident quand je le regarde. Cette démonstration de respect et de douceur que j'y lis ne font que me confirmer cela, mais outre cela. Cette amitié qui nous lie si fort l'un à l'autre, peut-elle aller plus loin encore ? Suis-je en droit d'être heureuse après tout le mal que j'ai pu faire au cours de ma vie. Ce passé qui est le mien et dont j'ai accepté le poids. Prenant la décision de ne plus tenir de lame, mais simplement un micro pour exprimer ce qui borde l'immense océan qu'est mon cœur. Un océan de mots et d'émotions que j'ai besoin d'exprimer. En fait, c'est plus ce que je lis dans les autres que ce qui me concerne réellement. J'ai peur de me dévoiler, et même si avec Gabriel je montre une partie de moi-même, je laisse cependant l'autre moitié au silence. Je n'ai pas envie de le faire fuir par mes envies et mes désirs.

Malaki se permet de plaisanter pour alléger cette atmosphère devenue trop lourde et trop sérieuse sans doute. Chacun de nous avons eu nos torts, moi peut-être plus que Gabriel et Malaki. Après tout, c'était moi qui avais demandé à Gabriel de faire silence pour nous. Je pensais que ce serait bien mieux ainsi et j'avais raison. Le secret rendait cette relation plus palpitante encore. Jouer avec la peur de nous faire surprendre. C'était amusant, mais pas aussi éternel que nous l'aurions cru de prime abord.

« Vous avez besoin l'un de l'autre. »

Mon regard se pose sur Malaki et il confirme ce que je ressens depuis quelque temps. Mais est-ce que Gabriel le pense également ? Je n'en sais rien, il a toujours été plus doué pour cacher ce qu'il ne veut pas qu'on découvre. J'ai fait avec au fil du temps. Après tout, nous avons tous le droit à notre jardin secret n'est-il pas ?

« J'avais pas réalisé que c'tait si... profond, important... »

Si seulement tu savais Malaki. Si nous étions seuls, sans doute, me serais-je laissé aller à quelque confession, mais en cet instant, cela m'est tout bonnement impossible. J'ai peur de parler et de rendre plus vrai encore mes sentiments. J'ai peur de désirer tout ça. Alors, je joue et je rejette balayant tout ceci d'un simple geste de la main.

Mais en voyant Gabriel se dirigeait vers Malaki, j'ai compris. Saisissant pleinement que ce dernier avait déjà choisi. Après tout, nous nous sommes rien promis. Nous avons fermé la porte à ce qui pourrait arriver. Même si je m'en suis fait la promesse, ce piège des sentiments s'est refermé sur moi sans même que je m'en sois rendue vraiment compte.

« Tant qu'vous êtes heureux l'un avec l'autre... parce que sincèrement je saurais pas auquel de vous deux offrir l'discours du grand frère protecteur genre si tu l'fais souffrir je te tue. Alors me faites jamais choisir ok ? »

J'esquisse un sourire même si en moi, je sais déjà que jamais personne ne me choisira. Gabriel et Malaki tiennent énormément l'un à l'autre et parfois, je me sens de trop. Comme maintenant. Mais je dissimule tout ça comme à mon habitude, je sais jouer à tel point qu'on ne remarque rien. C'est ce que j'ai appris à faire avec le temps quand on médisait dans mon sillage, qu'on se moquait de mon apparence qui est loin d'être celle qu'on attend d'une noble. Autrefois, je me haïssais de faire honte à Arël. Mais maintenant, je suis immunisais contre tout cela. J'y suis obligée si je ne veux pas laisser le chagrin me tuer à petit feu comme ce le fut autrefois.

« Ne me fais jamais choisir non plus. »

Sans doute parce que tu sais déjà Gabriel.

Quand je finis par croiser le regard de Gabriel, je compris. N'ayant jamais discuté d'un possible nous, il ne savait pas quoi me promettre comme il a pu le faire avec Malaki. C'était tellement plus simple entre eux, tandis que moi, je ne suis qu'un puits de contradiction.

Mes pensées sont beaucoup trop sombres pour rester ici. Je crois que Gabriel et Malaki ont besoin d'être seuls. À moins que je ressente l'impression d'être trop dans cette pièce soudainement.

« Je vais vous laisser. » Fis-je simplement en me levant. J'offrais un sourire. De façade sans doute, mais tellement bien peaufiné au fil de ma vie qu'il était bien compliqué de savoir s'il était vrai ou non. Crois au bonheur et peut-être que tu finiras par te sentir heureuse. C'est un sort que je me répète depuis tellement longtemps. Parfois, il fonctionne, d'autre fois non. Mais c'est ainsi. Je ne sais pas quoi dire. L'envie de mentir ne me tentait pas et même pas par omission.

Je me sentais simplement fatiguée et plus à ma place ici. J'ai l'impression d'étouffer. J'ai besoin de réfléchir, de retrouver ma solitude. Peut-être que le silence m'aidera à comprendre certaines choses même si j'ignore encore quoi. Je pose mon regard sur Malaki puis Gabriel, mon regard est triste malgré ce sourire qui se dessine facilement sur mes lèvres.

« Je vous dis à bientôt les garçons. »

Laissez-moi partir, c'est tout ce que je veux. Que personne ne me retienne, je n'ai plus envie de parler ni de dire ce qui pèse sur mon cœur.

Je suis lasse comme je ne l'ai plus été depuis tellement longtemps.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel]

Revenir en haut Aller en bas

Révélations [Malaki/Aiyana/Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 20200308 - 04h00 = Le treizième coup de minuit, avec Gabriel Deschenes
» Saint Gabriel
» OH GOSH! I THINK I'M FLOATING! | GABRIEL
» Album photo de Gabriel@bg
» [.:Sherlock:55.-gabriel@bg]Raid a la C.I.A

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Le Heaven-