AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Et paf ! Le loup ! ✦ Luny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Consultant
Messages : 161
Date d'inscription : 18/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny Sam 28 Juil - 16:01

« Waouh, supeeer ! »

Lukas lui renvoya une grimace contrite devant son air ironique. Néanmoins, ses yeux souriaient, de ce sourire dont il ne se départait pas en sa présence. Il n'avait même pas besoin de se forcer comme il aurait pu le faire avec d'autres personnes : il lui venait naturellement en observant la jeune femme.

« Ça je savais, merci. »


Visiblement, il enchaînait les plaisanteries vexantes. Valait mieux changer de sujet avant qu'elle ne commence à vouloir le fuir ou lui en foutre une, bien qu'elle risquait de se faire plus mal à elle même qu'au vampire. En changeant de sujet, Fanny semblait se détendre à nouveau et la conversation revenait sur des thèmes moins discordants, ce qui était plus prudent.

« Je suis plus jeune mais t'es quand même un bébé vampire. »

"En effet. Il faut bien commencer quelque part." répondit-il en haussant les épaules.

Son jeune âge ne lui avait jamais vraiment posé problème. Au mieux, il lui servait dans ses escroqueries à se donner une dimension naïve qui inspirait d'avantage la confiance puisqu'on se disait qu'il était inexpérimenté. Au pire, il ne l'indiquait simplement pas. C'était tout un art de disséminer suffisamment d'informations personnelles pour intéresser ou inspirer quelque chose de positif, et de les sélectionner pour ce qu'elles pouvaient apporter dépendant de la personne qu'on avait en face de nous. Avec Fanny, il avait décidé de rester relativement honnête et vague pour qu'elle puisse se faire son propre avis sur sa personne, tout en piquant sa curiosité.

« C'sûr que du coup, t'as le temps devant toi. T'es pas obligé de grandir tout de suite. »

"Ouais. Après, on est pas à l'abri d'un accident ou de se faire tuer, mais c'est relativement rare quand on ne cherche pas trop la merde. Même si entre les chasseurs et les dégénérés, le meurtre d'un vampire est pas si rare que ça, et est plutôt banalisé en général. Ce sont des choses qui arrivent."

C'était peut-être un point qui divergeait de la philosophie des humains qui estimaient que le meurtre était quelque chose de très grave, pour un humain bien sûr. La plupart n'avaient aucun problème à massacrer des animaux ou des vampires. Ce qu'il trouvait en somme toute assez hypocrite. Chez les vampires, du moins dans sa philosophie et celle des vampires qu'il avait pu côtoyer, un meurtre faisait partie de l'ordre naturel de la vie, ou plutôt de la mort. En quelques sortes, c'était la loi du plus fort, ou de celui qui survivra le mieux.

« Ça à l'air de bien te correspondre. »

"Tu penses ?" envoya-t-il, un petit sourire narquois collé aux lèvres pour la taquiner puisque malgré son refus de lui donner de l'attention, elle semblait quand même avoir pris le temps d'essayer de le cerner.

« Mais en général les conseiller sont plutôt des vieux messieurs non ? Puis ils ont fait des études dans le marketing ou des trucs comme ça, je me trompe ? »

Il rit, puisqu'elle n'avait pas totalement tort. Mais, en même temps, il était la preuve que ce cliché n'était parfois qu'un cliché. Ses talents de beau parleur avaient été aiguisés dès son plus jeune âge quand il faisait partie de la secte, et quelques années de théorie dans une école n'arriveraient jamais à la cheville d'une dizaine d'années d'expérience vécue. Après tout, il avait appris ces compétences dès son plus jeune âge.

"C'est sûrement le cas pour beaucoup de monde. Cependant, on ne peut pas tout apprendre à l'école ou dans les bouquins. C'est plus rapide d'apprendre directement sur le terrain."


Il resta volontairement vague, ne souhaitant pas s'épancher sur son enfance. Peut-être lui dirait-il un jour, mais il ne voyait pas l'intérêt alors que c'était la première fois qu'ils avaient une conversation civile.

« T'es allé à l'école ? J'veux dire, y a des écoles pour les vampires ? Ou vous étudiez tout seul chez vous ? »

Petit à petit, elle semblait avoir du mal à contenir sa curiosité sur sa personne, puisqu'elle commençait à lâcher des questions plus personnelles. Encore une petite victoire pour le vampire.

"C'est un peu... compliqué d'aller à l'école pour nous, avec le soleil, tout ça. Généralement, on étudie chez nous, puisqu'il n'y a pas d'écoles pour les vampires. On est trop dispersés sur le territoire. Après, pour l'université, si on veut vraiment y aller... on peut réussir à s'arranger dans certains pays pour suivre les cours et passer les examens la nuit. Il y a certaines maladies humaines qui font que la personne ne supporte pas la lumière du jour. Généralement, on s'arrange pour leur vendre le truc comme ça, en s'aidant d'un peu d'hypnose pour éviter les problèmes administratifs."


Lui ne s'était pas embêté à aller à l'université, ni dans aucune autre école que ce soit. Il n'en avait jamais ressenti le besoin, puisque cela supposait de vouloir s'intégrer au monde des humains, chose qu'il ne souhaitait pas particulièrement faire.

L'atmosphère changea quand ils discutèrent de ce que Fanny devait faire pour Oksana. Ça ne semblait pas être un sujet très agréable pour la jeune femme, et pour cause. Néanmoins, il hocha de la tête pour confirmer que cela ne semblait pas si terrible que ça. Les esclaves prostituées devaient probablement subir d'autres châtiments moins agréables et moins... décents.

"Mais tu le fais parce que tu n'as pas le choix, pas parce que tu as envie." Il marqua une courte pause. "J'aimerais bien t'entendre chanter un jour. Mais seulement si tu en as envie."

Il avait bien compris que le maître mot pour la séduire était de jouer la carte du libre arbitre, et qu'elle y serait probablement sensible puisque peu de personnes devaient la traiter comme une simple humaine et pas une esclave. Ce n'était même pas vraiment de la manipulation, puisqu'esclave ou pas, il n'avait jamais forcé quelqu'un à faire quelque chose qu'il ne voulait pas. Ce n'était pas son genre. Le consentement mutuel était bien plus intéressant, et amenait beaucoup moins de problèmes. Et puis, la partie intéressante résidait justement en ce moment où il fallait convaincre son interlocuteur de donner son consentement. Un petit jeu auquel il jouait actuellement avec Fanny, et auquel elle se défendait plutôt bien jusque là. Ce qui était d'autant plus intéressant.

 

_________________
Night Triumphant- and the Stars Eternal
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 333
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny Dim 29 Juil - 19:18

Et paf ! Le loup !
  Le vampire noble est un prédateur, celui de l'esclave naïve
 

 
 
« En effet. Il faut bien commencer quelque part. » Plus un pour lui. Encore. Elle ne sait plus si c'est lui qui a trop de répondant ou si c'est elle qui envoie des stupides perches à celui qu'elle continue de considérer comme son adversaire. C'est sûrement que c'est plus facile ainsi. Détester tous les vampires en choisissant de n'en aimer aucun. Et quand il lui parle de la mort, elle reste quelques secondes surprises. « Chasseurs ? » Répète-t-elle après qu'il est terminé. « Tu veux dire que y a des gens, comme moi, qui sont au courant de votre existence et vous chassent ? Comme du gibier ? » Elle prend conscience que l'homme peut aussi devenir un prédateur pour le vampire mais aussi que le vampire n'est pas safe pour les siens non plus. « Banalisé ? Genre c'est normal ici si un vampire meurt ? » Fanny a quand même du mal à l'envisager. Elle n'imagine pas Oksana parfaitement neutre devant la mort de Milo ou de Cyal. « C'est... un peu triste... quand même. » Certainement pas autant que la mort d'un gosse causée par l'un des leurs. Mais voilà, y a plus joyeux comme perspective.

« Tu penses ? » Elle hoche la tête pour affirmer alors qu'elle voit le petit sourire se former sur les lèvres biens dessinées du vampire. Elle commence à s'y habituer, à celui-ci. Mais s'il n'était pas apparu, elle aurait certainement fait un peu son éloge en lui contant qu'il sait comment mettre en confiance, qu'il a les bons mots et qu'il semble savoir où il va. Mais ce petit rictus vient la titiller un peu plus et lui rappeler que le vampire est un prédateur et qu'elle est l'agneau. Puis bon, évoquer ses qualités serait une perte de temps, d'énergie et de fierté personnelle. Alors elle se contenta d'hocher la tête à l'affirmative sans plus de cérémonie. « Et tu as eu un... maître ? Un professeur ? » Questionne-t-elle sans vraiment savoir quel est le bon terme pour désigner cette personne qui aurait pu lui apprendre. Il lui parle alors de l'école, du fait que c'est compliqué, que les vampires craignent trop le soleil. « Et y en a quand même qui tente de se la jouer à Vampire Diaries ou à la Twilight. » Soupire-t-elle un peu. Et pourtant, elle comprend aussi pourquoi. Elle aurait certainement tout donner pour avoir la chance d'aller à l'école si elle n'avait pas pu le faire. Et aujourd'hui encore, elle serait prête à beaucoup si ça pouvait lui donner l'opportunité d'aller à l'université, suivre des cours normaux, avoir une vie normale. « Et... » Y a encore tellement de questions qui lui trottent dans la tête mais il se fait déjà tard et l'heure pour elle d'aller se coucher est bien dépassée. Pas que ça l'inquiète outre-mesure. Elle se réveille toujours trop tôt de toutes manières et n'éprouve plus le besoin d'avoir ses dix heures de sommeil -elle se contente de peu à présent. Mais c'est vrai qu'elle commence à sentir la fatigue montée et que ses interrogations lui paraissaient bien trop abstraite pour être sagement posées. « Non rien, en fait. »

A elle à présent de compter un bout de son histoire. Pas grand chose de très réjouissant en vue toutefois. « Mais tu le fais parce que tu n'as pas le choix, pas parce que tu as envie. » Ça ressemble à une maigre consolation. "Hey, c'est vrai que par rapport à d'autre, tu souffres pas vraiment, mais bon, t'as pas la vie facile non plus." C'est le petite traduction qui se passe dans ça tête et ça lui arrache un léger sourire. « J'aime pas ça. Vraiment pas. » Elle se garde pourtant de lui révéler que c'était un peu sa hantise, avant, qu'on la surprenne en train de chanter, de danser ou pire, de se parler à elle-même. Petite chose timide et trop dans la lune. « J'aimerais bien t'entendre chanter un jour. Mais seulement si tu en as envie. » Elle est étonnée, un peu. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui fasse part de sa volonté d'entendre sa voix posée sur une mélodie. « C'est rien d'extraordinaire tu sais. J'arrive pas à la cheville d'Aiyana. » Fait-elle remarquer en se comparant à la star d'Haima. Puis bon, s'il veut l'entendre un jour, il va devoir faire en sorte qu'ils se rapprochent beaucoup. Beaucoup beaucoup même. Ce qui n'est pas gagné car ce n'est pas dans les plans de la demoiselle. Elle jette un coup d’œil à l'horloge. C'est le moment où les premiers clients partent en général tandis que de nombreux autres arrivent et pour le coup, si la pièce était encore calme jusqu'à maintenant c'est un vrai moulin à vent à présent. Dans la foule, elle distingue la petite prostituée à moitié folle, perdue au milieu des suceurs de sang. Elle surveille un peu que tout aille bien pour elle, puis regarde à nouveau l'heure défilée. « Faudrait que j'y aille. » Faudrait. Mais elle lui laisse l'opportunité éventuelle de la retenir encore un peu. Allez savoir pourquoi. Peut-être en récompense au fait qu'il a été sympa de répondre à toutes ses questions et ce patiemment.

Finalement, elle n'est pas bien sûr d'avoir entendu ce qu'il a dit par la suite car la seule chose qui a résonné dans ses oreilles, c'est le bruit de la monstrueuse claque assénée l'un des clients, sur la petite esclave un peu folle, Julia. Elle a le temps de tourner la tête pour voir celle de son homologue s'écraser contre le sol, dans un bruit plus horrible encore que le premier. Son sang ne fais qu'un tour et la terreur de voir l'humaine morte prend tout son corps, elle se lève d'un bond et court vers celle qui doit avoir son âge, tremblante, ne voyant même pas le regard mauvais que lui lance l'enfoiré qui a fait ça, l'air de dire de se mêler de ses affaires. Aveuglée par l'adrénaline. Prête à se jeter entre les loups et l'agneau.
 

_________________
I'm fearless
Fanny
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Consultant
Messages : 161
Date d'inscription : 18/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny Lun 30 Juil - 14:48

« Chasseurs ? »

"Oui."

Elle ne semblait pas renseignée sur la pratique, ce qu'il trouva bien naïf -sans penser à mal- étant donné que la jeune femme ne portait pas les vampires dans son coeur. C'était peut-être justement parce qu'elle n'allait pas dans ces extrémités là qu'elle n'avait jamais pensé à les chasser. Ou alors, elle ne savait pas que c'était quelque chose qui se faisait et elle comptait à présent les rejoindre maintenant qu'elle savait. Il rit intérieurement, doutant de cette dernière possibilité, puisque Fanny avait trop bon fond pour cela, du moins, il l'espérait.

« Tu veux dire que y a des gens, comme moi, qui sont au courant de votre existence et vous chassent ? Comme du gibier ? »

Comme du gibier. C'était le mot. Le propre de l'humain, c'était probablement de vouloir anéantir la moindre menace à leur règne avant même qu'elle ne commence à lui chercher des noises. Naturellement, certains humains voyant les vampires comme des monstres assoiffés de sang -ce qu'ils étaient, dans une certaine mesure- et ne faisaient aucune distinction quant à leurs victimes, que les vampires soient des meurtriers ou qu'ils n'aient jamais blessé un humain.

"C'est ça. La rancœur de certains humains est tenace. Même quand on est un vampire, on n'est pas à l'abri de tout."


Leur discussion les menait sur le sujet de la mort en général. Un thème bien sérieux et profond pour quelqu'un qui ne voulait pas passer de temps avec lui.

« Banalisé ? Genre c'est normal ici si un vampire meurt ? »


"C'est... difficile à expliquer. Tu sais, les vampires ont tendance à plus facilement accepter les choses de la vie. Quand un autre vampire meurt, on se dit que tant que c'est pas nous, c'est bon. Quand c'est quelqu'un qu'on connait... que l'on soit triste, que l'on souhaite se venger, tout ça... c'est naturel. On ne se pose pas autant de questions que vous, les humains."

Qui étaient les champions incontestés pour se triturer les ménages à propos de tout et n'importe quoi. Ils gagneraient à écouter leur instinct de temps en temps, au lieu de se créer des barrières de questionnements futiles.

« C'est... un peu triste... quand même. »

"C'est juste une façon différente de penser."

La jeune femme resta relativement stoïque face à sa taquinerie, comme depuis le début de la soirée. Néanmoins, elle semblait devenir de moins en moins agacée par le vampire, ce qu'il marqua mentalement comme une nouvelle victoire. Il gagnait du terrain, petit à petit...

« Et tu as eu un... maître ? Un professeur ? »

Question compliquée quand on ne voulait pas rentrer trop dans les détails.

"Hm... un professeur, oui, dans un sens. Un modèle à suivre également, ou à ne pas suivre, dépendant des circonstances."

Suffisant pour titiller sa curiosité, mais trop peu pour qu'elle puisse vraiment en tirer quelque chose. Aussi généreux et bienveillant qu'il pouvait être avec elle, parler de son passé était off limites.

« Et y en a quand même qui tente de se la jouer à Vampire Diaries ou à la Twilight. »


Il sourit un peu faussement, ne sachant pas vraiment quoi répondre puisqu'il n'avait pas vu les choses dont elle parlait. Il connaissait de nom, mais regarder des séries ou des films sur les vampires quand on en était un et que c'était crée par des humains qui n'y connaissaient pas grand chose aux vrais vampires, c'était un peu... fatiguant et sans intérêt. De plus, il n'était pas du genre à se poser devant un écran pour regarder un bon petit film ou pratiquer ce qu'on appelait aujourd'hui le binge watching. Il avait autre chose à faire, des choses plus intéressantes à vivre.

« J'aime pas ça. Vraiment pas. »


Il acquiesça sérieusement. Qui aimerait être forcé de quoi que ce soit ? Même si ce n'était pas les pires choses, être obligé de se soumettre à des ordres n'était jamais agréable.

"Un jour, tu n'auras plus besoin de le faire."

Autant parce qu'Oksana se lasserait probablement de jouer avec elle que parce que, pour le bien de son plan, la patronne devrait lui lâcher un peu la grappe pour qu'elle passe du temps en sa présence. Il n'en dit pas plus, ne souhaitant pas trop attiser ses rêves de liberté et ses espoirs. Il avait remarqué qu'il valait mieux jouer le juste milieu avec la jeune femme.

« C'est rien d'extraordinaire tu sais. J'arrive pas à la cheville d'Aiyana. » répondit-elle quand il lui dit qu'il aimerait bien l'entendre chanter.

"Mais ce n'est pas Aiyana que j'ai envie d'entendre."

Lukas vit le regard de la jeune femme se déplacer jusqu'à l'horloge puis lui annoncer qu'elle devrait y aller. Il ne s'en formalisa pas, puisqu'il avait déjà quelques petites victoires à son compteur pour ce soir, et qu'elle semblait déjà plus enclin à le revoir. Elle devait également probablement continuer ses devoirs d'esclave, et ce serait contre-productif de lui créer des problèmes si elle n'avait pas le temps d'effectuer ses tâches. Quelle plaie, cette condition d'esclave... mais c'était peut-être ce qui rendait la chose encore plus palpitante.

"Alors je vais te laisser..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase puisqu'un bruit tonitruant -pour ses oreilles de vampire- résonna dans la pièce. Un second bruit plus sinistre suivit le premier et il haussa un sourcil interrogateur. Un petit coup d'oeil lui permit de comprendre ce qu'il se passait : un client avait levé la main sur une petite esclave humaine. Ce n'était pas quelque chose de si rare que cela ici, mais ce n'était pas un spectacle qu'il appréciait voir. Généralement, il ne s'en mêlait pas, ne souhaitant pas contrarier les clients du Seven qui pouvaient potentiellement devenir ses clients à lui, mais quand il vit Fanny courir pour rejoindre la prostituée, ses instincts lui soufflèrent que s'il se détournait de la scène, la jeune femme ne le lui pardonnerait jamais. Mais il se mettrait probablement quelques personnes à dos... rien qu'il ne puisse pas arranger, mais cela demanderait quelques efforts en plus par la suite...

"Et merde..." se dit-il en se levant alors que le client s'approche de Fanny, sûrement pour la punir de s'en mêler et de défendre la petite esclave.

Arrivant derrière Fanny, il lui attrapa la taille du bras gauche pour la placer en retrait et empoigna la main du client qui comptait la baffer de sa main droite, arrêtant son geste. Quand le regard mauvais de l'homme croisa son regard et se transforma en rage, il lui broya les doigts, les cassant au passage. Il n'était peut-être qu'un "bébé vampire", mais il avait la force de la jeunesse et ses muscles n'étaient pas là juste pour faire joli. L'homme serra les dents sous la douleur, toujours agité par sa fureur. L'atmosphère dans la pièce changea alors que les autres clients, certains de ses compagnons, posèrent leur regard venimeux sur Lukas. Ils n'appréciaient pas forcément le geste du vampire, surtout pas pour défendre deux petites humaines. Les vampires d'ici n'étaient pas connus pour leur empathie envers des êtres qu'ils jugeaient inférieurs. Valait mieux couper court pour que la situation ne dégénère pas trop.

"Tu vas..." tenta de lancer le client. Lukas le coupa avant qu'il ne continue sa phrase. "Je suis pas sûr que les patrons apprécieront que tu abîmes leurs possessions. Tu ferais mieux de dégager avant que quelqu'un les prévienne."

Il n'était pas sûr que les dits patrons en aient vraiment quelque chose à faire, ni que cela ferait mouche, mais l'homme sembla hésiter puis se ravisa. En souriant, il lui lâcha la main, alors que l'homme se dirigeait vers la sortie en tenant son membre blessé. Après des regards foudroyants, deux de ses compagnons l'accompagnèrent, et les autres clients retrouvèrent rapidement le chemin de leurs occupations, comme si rien ne s'était passé.

Lukas soupira en relâchant Fanny. Il se frotta un instant la tempe, un peu dépité à l'avance d'avoir à réparer les pots cassés avec les autres clients pour continuer ses affaires. Plus important, son regard se posa ensuite sur la petite esclave au sol. Elle était complètement sonnée et sa respiration était saccadée et relativement faible. Avant que Fanny puisse la rejoindre au sol, il la poussa doucement et souleva la prostituée de ses deux bras. Son regard se posa ensuite sur Fanny, attendant qu'elle lui dise où la déposer pour qu'ils puissent s'occuper d'elle au calme.  

 

_________________
Night Triumphant- and the Stars Eternal
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Emploi : T'en as pas -officiellement parlant puisqu't'es esclave à temps plein
Messages : 333
Date d'inscription : 05/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny Lun 30 Juil - 23:16

Et paf ! Le loup !
  Le vampire noble est un prédateur, celui de l'esclave naïve
 

 
 
« C'est ça. La rancœur de certains humains est tenace. Même quand on est un vampire, on n'est pas à l'abri de tout. » « En même temps, vous nous chassez aussi, d'une certaine manière. » Elle ne réfléchit plus vraiment à ce qu'elle raconte, elle laisse sa bouche faire toute seule -ce n'est pas comme si elle disait des énormités de toute façon. C'est sans doute plus la fatigue qui parle qu'autre chose -et Dieu sait qu'elle n'aurait jamais osé dire ce genre de phrase aussi réaliste soit-elle devant l'un d'eux si elle ne l'était pas. La conversation devient encore plus intéressante comme ils parlent philosophie de vie et de mort. Différences entre immortels et humains. Elle l'écoute comme elle écouterait un professeur mais reste toujours avec cette barrière imaginaire qu'elle s'est forgée -comme si ça pouvait l'empêcher de trop se rapprocher du jeune vampire. Jeune et séduisant. Et avec de la conversation. Mais elle ne peut s'ôter de la tête l'idée qu'il reste trop malhonnête et peu sérieux à son goût. Gentil et plus patient que les autres suceurs de sang ne signifient pas qu'il est sans danger. Puis il lui a bien fait comprendre. On a rien sans rien dans cette vie et elle a conscience que tout ce qu'il fera pour elle -ou presque- devra être rendu. Ça ressemble à un échange de bons procédés mais encore une fois, elle se sent un peu forcée et surtout, pas du tout maîtresse de la situation. Et c'est énervant.

« Hm... un professeur, oui, dans un sens. Un modèle à suivre également, ou à ne pas suivre, dépendant des circonstances. » Ça pique un peu plus sa curiosité mais elle n'en demande pas davantage. Ils ne se connaissent pas assez pour parler aussi personnellement d'eux -pas qu'elle souhaite une rapprochement. Et puis, elle lui a déjà beaucoup donné d'attention, non ? Le garçon devrait s'estimer heureux qu'elle ait daigné lui accorder autant de son précieux temps. Orgueilleuse, elle ? Pas du tout. Elle préfère le mot têtue -et accepte bornée aussi. Il ne relève pas quand elle évoque les séries et livres célèbres sur les vampires. Peut-être ne les connait-il pas ? Bah, tant mieux, il a pas raté grand chose. Y a beaucoup d’œuvres bien plus intéressantes que les histoires d'amour à l'eau de rose entre vampire et humain. Et plus réaliste. Elle se surprend à se demander quels genres de films et de livres Lukas aime et se donne trois gifles intérieurement. Bon, elle doit bien s'avouer que c'est toujours ainsi quand elle rencontre quelqu'un doté d'un minimum de réflexion. Elle ne peut jamais vraiment se retenir d'en savoir plus sur lui. Mais c'est différent là. Le garçon est un vampire. C'est donc par définition un danger.

« Un jour, tu n'auras plus besoin de le faire. » Elle trouve ça quelques instants absolument adorable qu'il tente plus ou moins de la rassurer. Puis la française se rappelle qu'il attend forcément quelque chose d'elle en échange.  Elle songe toutefois à ce jour dont il lui parle. Sera-t-elle déjà morte ? Non, elle va se battre pour retrouver cette liberté. Comment elle l'a fait jusqu'à maintenant. Elle n'a besoin de personne. « Mais ce n'est pas Aiyana que j'ai envie d'entendre. » Un peu plus et son cœur louperait un battement. C'est... si rare. Cette attention et cette presque douceur à son égard. Un sourire sur ses lèvres, elle regarde ailleurs comme pour se donner contenance. « Merci. » Merci pour lui avoir redonner un peu espoir et lui avoir fait oublier l'espace de quelques secondes son statut. Merci de lui accorder un peu d'importance alors qu'elle n'est qu'un battement de cil dans la vie d'un vampire. C'est sur cette note qu'elle veut partir -ou peut-être se faire encore un peu désirer, elle-même n'est pas sûr. Sauf que si jusqu'à présent l'ambiance est calme et apaisante, la situation dégénère et Fanny déchante. C'est Julia qui a à même le sol, étourdie et désarmée face à des enfoirés prêts à lui faire sa fête.

Héroïne, la blonde se précipite à son chevet, faisant barrage de son corps mais un bras l'entoure et l'éloigne un peu de ce qui se confond avec un champ de bataille à ses yeux. Elle s'agite, remue, gigote, poings en avant, prête à en démordre malgré qu'elle sache pertinemment qu'elle n'a aucune chance. Se rendant compte que le bras appartient à Lukas, elle tente vainement de s'en dégager croyant qu'il la retient uniquement dans le but qu'elle ne se mêle pas des affaires des autres. Mais lorsque la main du client se fait arrêter par celle de son chevalier servant, elle comprend qu'il est là pour l'aider et que chacun de ses gestes la protège de sa possible mort. Elle ne bouge plus alors, se faisant même aussi petite qu'une souris. La pression est trop grande pour qu'elle puisse la supportée et elle est pour la première fois heureuse d'être retenue par le bras de Lukas. Tout se passe très vite et pourtant, elle a l'impression de connaître l'éternité à cet instant. Quand elle voit son protecteur brisé les doigts de l'autre vampire, elle reprend un peu de courage et de confiance et est de nouveau prête à frapper tout ce qui bouge. Les mots se perdent dans son esprit et c'est à nouveau l'amuseur qui prend la parole pour les sauver de l’embarras. Il la lâche alors que les autres partent. La tête encore tourbillonnante à cause de l'adrénaline, elle veut se jeter au chevet de son amie mais celle-ci est déjà dans les bras du garçon qui lui n'a pas perdu un seul instant son sang-froid.

Honteuse de n'avoir été utile à rien, même encore maintenant de ne réagir qu'avec un temps de retard, elle fait signe au noble de la suivre et l'amène donc jusqu'aux chambres des esclaves. Devant la porte de celle de la prostituée, elle se retourne et se permet de fouiller dans les poches de sa veste en laine pour en sortir une petite clé, maigre défense si jamais un vampire souhaite rentrer. Elle ouvre en grand la porte et installe le lit de manière à ce qu'il puisse accueillir confortablement sa propriétaire. Une fois dedans, Fanny s'en presse de constater les dégâts, allant jusqu'à prendre sa température. Le front bouillonnant, sans doute à cause de l'hématome qui se forme, la blonde cours jusque dans la salle de bain, mouille un gant et trouve une bassine dans laquelle est laisse couler l'eau avant de rejoindre son homologue et dans un premier temps de lui nettoyer de visage. « Est-ce que tu peux aller me chercher la trousse de premier secours ? Il va falloir suturer la plaie. » Dit-elle à l'attention du vampire tandis qu'elle éponge le sang s'échappant de l'arcade de la pauvre victime ainsi que le bleu autour et sur la joue opposée. La forme d'une main se dessine et Fanny enrage.

Quand elle se redresse, elle ne sent plus la fatigue, ni même son dos raidit à force d'avoir trop trainé dans la même position. Il n'y a plus que la colère et la rage d'être sans défense, voués à se plier aux moindres désirs et émotions de ces monstres. Comment peut-elle croire en la bonté de l'un d'eux. Même Lukas, charmant, qui les a pourtant sauvées, même lui, elle ne peut pas lui faire confiance. Plongeant ses yeux des ceux trop clairs du garçon, c'est la hargne qui prend possession de son corps. « Merci. » Sincère mais pourtant trop sec, elle est perdue entre sa reconnaissance et sa haine pour ses êtres plus terribles encore que ses congénères. « Tu peux y aller maintenant. Je vais rester avec elle cette nuit. » Son ton s'est radoucit mais reste neutre. Il peut rien faire d'autre d'toute manière. Julia n'a pas besoin de l'un d'eux à son chevet et il a pas le droit d'être là -elle croit comme elle a jamais vu aucun vampire excepté les patrons dans les chambres personnelles des prostitués. « Merci... pour aujourd'hui. » Elle est égarée avec ses propres émotions mais pas ingrate. Elle reconnait tout de même avoir passé un pas trop mauvais moment avec lui.
 

_________________
I'm fearless
Fanny
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang noble est un accident de la fortune.

Le sang noble est un accident de la fortune.


Emploi : Consultant
Messages : 161
Date d'inscription : 18/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny Lun 30 Juil - 23:47

« En même temps, vous nous chassez aussi, d'une certaine manière. »

Ce n'était pas faux. Toutefois, les vampires ne tuaient que rarement, et ceux qui tuaient étaient au final comme les meurtriers humains. Les chasseurs, eux, ne faisaient aucune distinction. Qu'est ce qui était mieux, qu'est ce qui était mal ? Peu lui importait, tant qu'on ne touchait pas à ce qui lui appartenait, y compris lui-même.

"C'est vrai. Chacun son prédateur." répondit-il en haussant les épaules.

La conversation passa et les sujets s'amenuisèrent à mesure que l'heure tournait. La jeune femme commençait visiblement à fatiguer. Elle regagna néanmoins un peu d'entrain quand il lui glissa que c'était elle qu'il voulait entendre chanter. Il copia son sourire, attendri, alors qu'elle le remerciait, gênée. Elle lui faisait penser à une petite souris intimidée devant un chat affamé. Pas qu'il était affamé, mais il était un vampire et elle une humaine, et elle ne portait pas les vampires dans son cœur. Il aimait néanmoins bien l'image.

Lukas suivit Fanny, la jeune prostituée dans ses bras, jusqu'à la chambre de cette dernière. Il la déposa délicatement dans le lit quand elle termina de le préparer. Il la laissa faire quand elle examina sa patiente, ne souhaitant pas intervenir dans son inspection méticuleuse. Elle n'avait rien pu faire et il pouvait aisément deviner qu'elle voulait se rendre utile. Néanmoins, il aurait pu directement lui dire où elle était blessée, mais il laissa couler.

Il la regarda s'activer avant qu'elle ne lui demande de ramener la trousse de secours. Où était-il censé trouver un truc pareil ? Les vampires n'avaient pas besoin de ça. Il se décida à fouiller dans la salle de bain, là où elle avait trouvé le gant de toilette et la bassine. En cherchant un peu dans le placard à côté du miroir, il trouva une petite mallette qui ressemblait à l'image qu'il se faisait d'une "trousse de secours" et la déposa à côté de Fanny. Encore une fois, il aurait tout simplement pu soigner les blessures de la jeune prostituée en quelques secondes, mais il la laissa faire. Les vampires n'étaient pas particulièrement friands d'utiliser leur sang sur des créatures que beaucoup jugeaient inférieurs, mais il s'en foutait un peu. Le seul problème, c'était qu'elle aurait plané le restant de la nuit. Bon, elle était de toute façon inconsciente, ça n'aurait pas changé grand chose, mais bon.

Patiemment, il la regarda recoudre la jeune prostituée, à moitié parce qu'il n'avait pas envie de partir, et à moitié parce qu'il était curieux de voir les gestes sûrs de la jeune femme. Quand elle eut fini, elle se redressa, fatiguée. C'était le moment de partir, et elle le lui confirma en le remerciant sèchement et en le congédiant. Il ne lui en tint pas rigueur, jugeant que c'était la fatigue et l'adrénaline de la scène précédente qui retombait. Néanmoins, elle le remercia d'une façon plus douce alors qu'il se dirigeait déjà vers la sortie.

"Pas de problème. Repose-toi bien, je repasserai bientôt."
promit-il en quittant la pièce.

Après ces quelques moments passés en compagnie de Fanny, il décida qu'il avait encore toute la nuit devant lui pour fêter les petites victoires de cette soirée. Mais pas ici. Un sourire aux lèvres, ses pas le menèrent vers la sortie pour continuer sa nuit de folies.

 

_________________
Night Triumphant- and the Stars Eternal
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et paf ! Le loup ! ✦ Luny

Revenir en haut Aller en bas

Et paf ! Le loup ! ✦ Luny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Seven Deadly Sins-