AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mer 8 Aoû - 1:22

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Cela faisait plusieurs jours que Zero m'avait privé de mon bien le plus précieux. Plusieurs jours que je cavalais dans l'archipel pour les retrouver. Lorsque, enfin, je mis la main sur Zero, mon envie de l'éviscérer sur place avait faillit prendre le dessus sur ma raison. Ce traître de noble avait attiré Siobhan au Seven, ce nid à vipères. J'avais des sueurs froides rien qu'en imaginant le nombre de vampires qui lui était passé dessus, profitant de son intimité. Néanmoins, je laissais le traître partir, jugeant que je pourrais profiter du temps qu'il me faudrait pour récupérer mon humain pour peaufiner ma vengeance. Une vengeance sanglante.

Je n'étais jamais allé au Seven mais j'en connaissais la réputation grâce à mon emploi, à Hélios également. Mon sang semblait bouillonnait dans mes veines, j'avais envie de frapper sur tout ce qui passait à porter de poings. De savoir les mains d'un autre homme sur lui... Je préférais arrêter de penser à cela et me concentrer sur un plan d'action ou j'allais réellement mettre le feu à l'établissement. Avec les gens à l'intérieur. Ma folie était sans limite à cet instant. Si quelqu'un tentait de m'arrêter, il n'aurait sûrement plus de tête pour réfléchir dans la seconde suivante.

La totalité de mes muscles étaient contractés alors que je me dirigeais d'un pas pressé vers le Seven, devenant invisible pour tout ceux qui n'était pas de nature vampirique. Le trajet fut éclipsé en quelques minutes à cette vitesse mais cela me parut durer une éternité. J'arrivais en trombe dans la maison close, ne m'arrêtant que lorsqu'un esclave vînt à ma rencontre. "Je veux voir le patron ! De suite !" réclamais-je, ma voix claquant dans l'air telle un fouet, ne laissant pas de place aux doutes dans l'esprit de l’esclave. En effet, sans demander son reste, il tourna les talons et alla probablement annoncer mon arrivée car, l'instant d'après, je rencontrais Milo, le gérant.

Après une discussion houleuse, avec des bas et des hauts, dans son bureau, j'exigeais de rencontrer Siobhan. Je devais m'assurer qu'il était en un seul morceau, qu'il ne lui était rien arrivé, qu'ils ne l'avaient pas abîmé. C'était peut-être étrange dis comme cela mais... Il était à moi, c'était tout ce qu'il y avait à savoir.  Lorsque j'étais rentré après être parti à cause de cette affaire urgente pour laquelle j'avais été appelé et que j'avais retrouvé la pièce vide, j'avais instinctivement fouillé tout le manoir. Rapidement, j'avais compris qu'il ne se trouvait plus dans le manoir. Un grand désarroi m'avait alors envahi, cédant bien vite la place à une colère sans nom, sans frontière. J'avais brisé plusieurs de mes meubles d'époque, déchiré certaines toiles peintes il y avait plusieurs siècles par de grands artistes. Mais c'était Mike qui, frôlant la mort dans ma rage, m'avait appris que Zero avait emmené Siobhan.

Et pour la première fois, le désespoir me coupa littéralement le souffle et je m'effondrais sur place. J'avais congédié le majordome dans un grognement puis lentement, une larme ensanglanté était tombé sur le parquet en point de Hongrie véritable. Irrattrapable, ineffaçable. Cette tâche de sang resterait à jamais incrustée dans le bois, me rappelant mon moment de faiblesse. Ce n'était pas moi. Je n'étais pas ce genre de personne. Ce n'était pas dans mes habitudes de me laisser aller de la sorte. Cela n'était tout simplement jamais arrivé. Jamais. Même lorsque j'étais enfermé dans la cave de mon oncle, servant de tapin et de punching ball à tous les pourris de ce monde.

Soudainement, je revenais à l'instant présent. On me désigné une porte. Après avoir payé très cher Milo - ce que je trouvais risible puisque Siobhan était à moi - il avait accepté que je le rencontrasse. Mes pensées s'étaient égarées dans un passé plus ou moins lointain alors que je suivais mon guide dans les méandres de la maison close, à bout de nerf. Je me concentrais sur les battements si caractéristiques de son cœur dans le but d'apaiser la tension qui m'habitait. Mais ce fut l'inverse qui se produisit lorsque se rajouta son odeur au mélange alors qu'on m'ouvrit lentement la porte.

Sans quitter sa silhouette des yeux, je rentrais dans la pièce et refermais aussi promptement le battant derrière moi. Je voulais le frapper, le serrer dans mes bras, écraser mes lèvres sur les siennes ou mon poing sur son visage... Je ne savais plus. Un trop plein d'émotions déferla sur moi à ce moment précis. Cependant, trop fier pour avouer quoi que ce soit, je reprenais le même aspect froid que j'avais eu ce premier jour dans sa cellule. Il ne s'était pas retourné, comme s'il niait la présence de toute personne. Ou bien, m'avait-il reconnu, ne pus-je m'empêcher de penser. A cette idée, la colère monta en moi mais, lorsque je m'exprimai, rien ne transparaissait dans le ton de ma voix.

"Salut Siobhan... Je t'ai manqué ?" soufflais-je, un brin d'indifférence et de condescendance faisant vibrer mes cordes vocales. Pourtant, c'était bien l'espoir qui me faisait vibrer, moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 9 Aoû - 9:58

Les jours défilent et se ressemble en tout point... je me dois d'être impeccable et d'accueillir les clients pour les servir sexuellement. Fort heureusement, j'avais le privilège d'être médecin donc Milo avait fait un deal avec moi. Au moins, je n'étais pas obligé d'avoir beaucoup de personnes par jour. Et je pouvais toujours exercer en tant que médecin. Ça me permettait de ne pas péter totalement les plombs face à ma nouvelle situation sur l'île d'Haima. J'aurais aimé trouver un moyen de m'enfuir de cet endroit mais cela semblait compromis. Je faisais donc connaissance au fil des jours avec les autres esclaves du Seven. J'avais ainsi rencontré Fanny, la protégée d'Oksana. Je l'enviais un peu. Je m'entendais assez bien avec la jeune fille et cela me permettait de me changer les idées quand je n'étais pas occupé à devoir jouer les objets sexuel. D'ailleurs, ce matin fut un peu plus difficile. J'avais très mal dormi, revivant le jour de mon naufrage dans mes songes ainsi que la rencontre avec Sam. A croire que je savais ce qui allait se produire.

Je venais d'avaler mon café et de prendre une douche lorsqu'on frappa à la porte. J'avais déjà de la visite. Je soupirais alors que je regarde mon reflet dans le miroir et terminais de boutonner ma chemise tandis qu'une personne se trouvait dans mon dos. Sans doute un client. Le premier de la journée. Je me fige sur place alors que j'entends la voix de mon interlocuteur. « Salut Siobhan... Je t'ai manqué? » Je déglutis alors que je reste toujours immobile pendant quelques secondes supplémentaires me forçant à conserver mon calme. Je me mords la lèvre puis je finis par me retourner pour faire face au vampire dont j'avais déjà croisé la route. Je croisais les bras. « Tiens, t'es toujours en vie ?» rétorquais-je, alors que mon regard vient s'ancrer dans le sien. Pourquoi m'avait-il laissé en compagnie de Zéro ? Et pourquoi je suis content de le voir tout en sachant que je n'aime pas l'idée qu'il soit là. Tout est contradictoire dans mon esprit.

Je lui en voulais à mort de s'être absenté du manoir car désormais je servais d'objet à la guise des vampires. Un vampire sur le dos était déjà compliqué... Et en même temps, je n'étais pas trop mal traité si on omets ce que je dois faire avec mon corps. Sauf que se retrouver à devoir baiser sur commande, ce n'est pas ce dont j'aspirais. Je me frotte la nuque, signe évident de ma nervosité.« Tu as de drôles d'amis » ajoutais-je, en pensant à Zéro qui n'avait eu aucun scrupules pour me vendre au Seven. Depuis, je me retrouvais condamné à devoir servir Milo et Oksana pour payer la dette dont je n'étais pas responsable. « Que me vaut l'honneur de ta présence ? Je pensais que t'en avais rien à faire que je ne sois plus au manoir » En effet, il s'était écoulé plusieurs jours depuis mon arrivée au Seven. Je ne devais pas trop lui manquer... A moins qu'il ne sache ou je me trouve. Possible aussi. Peu importe, ça ne change rien à ma situation actuelle.

Je n'aime pas l'idée de me retrouver en face de Sam. Étant obligé de satisfaire les clients du Seven, et en l'occurrence Sam en était un à cet instant... je me devais de faire ce qu'il demande. Sauf que j'en ai pas forcément envie... encore moins qu'avec les autres vampires qui défilaient. Il m'avait tout de même kidnappé dès mon naufrage et même frapper, je n'allais pas l'oublier si facilement. Sam semblait être quelqu'un d'assez violent. Puis, je me rappelais ce que Milo m'avait dit. Je pouvais refuser certaines choses et je ne pouvais pas me faire amocher, je suis médecin et utile au Seven. Cela me réconforta un peu, mais est-ce que Sam le savait ? Au moins, on le mettrait à la porte s'il osait me toucher violemment. Et au fond de moi, j'étais tout de même content qu'il soit là. Finalement, je n'étais pas qu'un vulgaire esclave à ses yeux. Enfin, j'en sais trop rien. Mais, pourquoi était-il venu dans ce cas? Il ne se préoccuperait pas d'un simple esclave à ce que je sache.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 9 Aoû - 23:15

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Après plusieurs de recherches intenses, j'étais enfin parvenu à retrouver sa trace. Au Seven. Un entretien houleux avec Milo - et une somme conséquente - m'avaient finalement permis d'être mené à une chambre. Quelques coups à la porte puis j'entrais dans la pièce, hésitant sur la marche à suivre. Je refermais derrière moi, fixant son dos alors que, à travers le miroir, j'avais pu entrapercevoir son torse pendant qu'il boutonnait sa chemise, me perturbant un peu plus. Il continuait sa tâche, comme s'il n'avait pas remarqué ma présence... Ou qu'il s'en foutait, pensais-je avec écœurement. Reprenant un masque froid d'indifférence, j'entamais les hostilités. Hors de question qu'il sût le tourbillon d'émotions qui virevoltait dans mon esprit, ma présence prouvait bien assez de choses à mon avis.

Visiblement, il ne le partageait pas. Il me toisait, les bras croisés, m'interdisant presque de ne pas l'approcher par ce simple geste. Je retenais de justesse un soupir inutile. Son regard semblait vouloir me brûler sur place. Si seulement il savait... Si seulement il savait combien j'aurais préféré plutôt que de retrouver le manoir vide de sa présence plusieurs jours auparavant. Sa remarque me blessa plus que je ne voulais l'admettre. Je ne m'étais pas arrêté une seule fois, parcourant l'archipel de long en large, sans dormir et sans boire. Je m'en moquais éperdument en réalité, le vide qui s'était formé en moi lors de sa disparition avait annihilé tout autre sentiment, tout autre désir ou envie. Mais il ne pouvait le savoir. Il devait être loin de s'imaginer la vérité après tout ce que je lui avais fais subir et pourtant, je voulais recommencer. Je voulais autant le frapper que l'embrasser pour toutes les émotions qu'il faisait naître en moi. Mais je ne lui avouerais pas. Au contraire.

"Apparemment - dis-je, haussant les épaules avec une apparente décontraction.C'est le problème quand on est immortel." ajoutais-je sans vraiment en connaître la raison. Nous nous regardions en chien de faïence pendant plusieurs minutes jusqu'à ce qu'il rompît le silence, cherchant à me piquer une fois de plus. "Un ex-ami dont je m'occuperais quand tu repartiras avec moi." murmurais-je doucement, pensant à voix haute en fixant un point derrière Siobhan pour contrôler la rage que je ressentais vis à vis de Zéro. Les poings serrés, j'essayais de refluer le violent excès de colère qui m'avait submergé, mon désir de frapper dans quelque chose - ou quelqu'un - prenant le pas sur tout autre pensée.

Heureusement, la voix de Siobhan changea imperceptiblement mon état d'esprit. "Tu penses mal." fusa entre mes lèvres sans que je ne puisse l'en empêcher. Il n'avait pas le droit d'avoir autant d'influence sur moi, sur mon état d'esprit, sur mes émotions. Je le regardais, furibond. Je détestais ne pas contrôler qui j'étais, ce que je faisais et, lorsque j'étais dans la même pièce que lui, c'était inévitable. Je le tenais pour responsable pour tous les bouleversements qui s'étaient opérés dans ma vie dernièrement. Lui et son odeur entêtante, familière, pouvaient bien aller se faire voir.

Foutaise. Je le savais bien. Je ne pouvais plus me le sortir de la tête. La larme sur mon parquet le prouvait bien assez comme cela car, d'aussi loin que je me souvienne, je n'avais jamais pleuré. Jamais. Même lorsque, enfant, je me faisais massacrer par mon oncle. Encore moins quand je m'étais fais violer et torturer. Alors pourquoi pour lui ? Et pourquoi ne pouvais-je tout simplement pas lui dire à quel point il me perturbait ? Encore une bonne question. Mais la réponse à celle-là était facile. C'était à cause de mon orgueil, de ma vie, des expériences qui m'avaient forgé et qui avaient fait de moi l'introverti psychopathe que j'étais. De toute manière, il était plus simple de rester l'homme violent qu'il connaissait. Du moins, c'était ce que je pensais jusqu'à ce moment précis.

Prenant une brève inspiration - plus pour me contenir et me donner du courage que par nécessité - je le fixais d'un regard incertain tandis que mon corps était raide, me faisant tenir droit comme un piquet. "Je veux te ramener à la maison Siobhan... Et vais te ramener à la maison. - assurais-je, même si ce n'était pas joué encore. Je n'ai pas réussi à me mettre d'accord avec Milo encore..." finissais-je, plus pour moi-même que pour lui mais évitant tout de même de mentionner l'aspect financier de la chose.

Mon regard s'était détourné, étudiant la chambre où nous étions. Mes yeux restèrent bloqués sur le lit, me faisant imaginer Siobhan allongé avec des vampires passant sur lui. Mes ongles se plantèrent dans la paume de ma main, les entaillant sans que je ne m'en rendisse compte. "Combien...? Combien Siobhan ? - demandais-je d'abord faiblement puis en criant, me laissant emporter par la colère, reportant mon regard haineux sur lui. Est-ce que tu as aimé ? Tu préfères être ici ?" ne pus-je m'empêcher de le questionner, laissant presque entrevoir à quel point l'idée m’écœurer, me blesser.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Ven 10 Aoû - 12:47

J'avais pris soin de terminer ce que j'étais en train de faire, à savoir, m'habiller. Je boutonnais ma chemise concentré sur ma tâche. Cela me permettait également de conserver mon calme. La voix je l'avais reconnu directement et je redoutais la suite des événements. Sam avait tendance à se laisser emporter et il m'avait frappé, limite étranglé, jeté de l'eau glacée à la figure. Bref, il était capable de tout et c'était cela qui me faisait peur. Je tente de ne pas montrer ce que je ressens à cet instant précis alors que je me tourne pour lui faire face et croiser son regard. Je lui fais la remarque sur le fait qu'il est toujours vivant.  Sans doute qu'il n'apprécierait pas ma remarque mais je m'en fiche« Apparemment. C'est le problème quand on est immortels. » Je hausse les épaules, histoire de dire que je m'en contre fiche à vrai dire qu'il soit vivant ou pas. Et je préfère enchaîner en évoquant Zéro. Cela me fait lever les yeux au ciel alors qu'il précisait que c'était un ex-ami dont il s'occuperait. Je me mords la lèvre alors qu'il précise quand je repartirais avec lui. Ai-je bien entendu ? Il faut dire qu'il avait parler dans un murmure. Je me fais sans doute des idées, non ?

Je lui fais part de mes pensées, je croyais qu'il se fichait pas mal que je ne sois plus au manoir et je suis quelque peu surpris alors qu'il réponds instinctivement « Tu penses mal. » Cela me perturbe énormément tout comme le fait qu'il veuille me ramener avec lui. Pourquoi ? Servir de défouloir ? Je songe à la gifle le premier jour, aux chaînes, à l'eau glacée. Je garde mes bras croisés, arquant un sourcil, ne cachant pas du tout le fait que j'étais peu enthousiaste à cette idée.« Pourquoi ? » fut la question qui fusa de ma bouche sans que je puisse me retenir tout comme ce qui suivit « Pour encore me maltraiter ? » Je ricane à l'évocation de Milo. « Je ne suis pas dupe, je sais qu'il s'agit encore d'argent.. à vos yeux, je ne suis qu'une marchandise qui rapporte. » Je déglutis. « Sauf que je dois rapporter plus au Seven et je doute que Milo accepte de me lâcher si facilement. » Et ayant peu d'expériences avec les hommes, je savais que j'attirais un bon nombre de clients. J'étais non seulement le petit nouveau, mais en plus, je ne connaissais pas grand chose avec la gente masculine.

Alors que Sam détourne son regard sur le mobilier décorant la chambre – ma chambre- je décidais d'aller me servir un verre d'eau ayant la bouche toute sèche. Je sursaute alors que Sam reprenait la parole faiblement pour finalement crier à travers la pièce. Je me mords l'intérieur de la joue. Je porte de nouveau mon regard sur lui. Je me frotte le bras mal à l'aise et nerveux. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, combien ? Et c'était déjà assez difficile à vivre, pourquoi m'infliger cela ? M'obliger à en parler. Le regard de Sam me fait froid dans le dos. Pourquoi était-il en colère ? Ah oui, parce que j'étais son jouet à la base qu'on avait enlevé sans son avis. Je baisse les yeux.« Qu'est-ce que ça peut te faire... ça ne te regarde pas. Et t'es venu pour ça ? M'enfoncer davantage ? Ça ne suffit pas déjà de devoir... jouer les objets sexuels. » Je me frotte la nuque.  Il me demande également si j'ai aimé et si je préférais être ici. Je le fusille du regard. «  ouais, c'est vrai que j'aspirais à devenir une prostituée, donc forcément , c'est le rêve » répondais-je, furieux contre lui. « Comment est-ce que tu peux croire que j'aime ma nouvelle situation... putain vous m'emmerdez sérieusement. Pourquoi a t-il fallut que je fasse naufrage sur cette maudite île. » Je fis valdinguer mon verre qui se brisa sur le sol. «  Quitte à choisir, je regrette de ne pas être mort noyé dans le naufrage »

Pourquoi voulait-il savoir cela ? Pourquoi j'avais l'impression qu'il avait mal rien qu'en posant ses questions ? Je me faisais des films. Sam se fiche pas mal de ce qui peut bien m'arriver. J'étais rien d'autre qu'un punching-ball sur lequel il avait passé ses nerfs lorsque j'étais captif chez lui. Alors dans le fond, la situation au Seven est humiliante, mais, je ne me fais pas frapper à mainte reprises sans réelle raison. Je soupire alors que je me dis qu'il va falloir que je ramasse le verre que je viens de briser. Aurait-il un semblant d'âme et de cœur ? Songeais-je soudainement. Ridicule ! Sam n'était qu'une brute épaisse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Ven 10 Aoû - 18:34

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Je devais le voir. Je devais... J'en savais foutre rien. Lui non plus apparemment alors que je lui signifiais l'évidence puisque j'étais en face de lui. J'avais beau ne pas avoir dormi, mangé, bu depuis plusieurs jours, cela n'atteignait pas ma condition d'immortel. Mais il ne savait pas tout ce qui s'était produit dans ma vie ces derniers jours, alors que je fouillais l'archipel à sa recherche. Son comportement m'agaçait. Finalement, c'était peut-être lui le monstre. Et si c'était cela que j'avais senti la première fois ? Cette odeur caractéristique du poison mêlé à une touche d'espoir et de rébellion. Nous nous complétions bien finalement. Je le blessais physiquement et lui moralement. Je secouais la tête à cette idée, hanté par son regard condescendant.

C'était la colère qui faisait vibrer mes synapses à cet instant alors qu'il lançait le sujet Zéro. Il était si facile de passer du désarroi à la peur puis à la colère. La peur ? Impossible, pensais-je alors même que ma réponse fusa involontairement, poussé par le ton miséricordieux de Siobhan. Cela me tuait qu'il pensât autant de mal de moi. Je l'avais sûrement cherché mais... Lui aussi, il fallait dire. Ce n'était pas comme si je ne l'avais pas prévenu, après tout. Mais par dessus tout, je détestais agir sans me contrôler par sa faute. Je ne disais rien, me maudissant intérieurement de me dévoiler aussi facilement à lui. Finalement, après une brève inspiration, je décidais de lui dire ce que je voulais: qu'il rentrât avec moi. Il était à moi. C'était normal que je le récupérasse et le ramenasse à la maison.

Mais lui aussi était désarçonné par ma présence et mes propos apparemment, et cela me rassura légèrement alors que je l'écoutais débiter ses questions sur un ton sarcastique. Très bien, comme il voulait. "Pourquoi ? Parce que t'es à moi. - dis-je sur le même ton comme si c'était évident. Toi ? Un gagne-pain ? Pour moi ? Bien au contraire. Il veut que je te rachète, à vrai dire. Je pourrais mais ça ne me semble pas juste. Comme je l'ai dis, tu m'appartiens." ajoutais-je de façon monotone, toujours aussi évident d'après moi. La vérité c'était que j'avais trop orgueil pour le racheter si chère alors même que le gérant n'avait aucun droit sur lui.

Cependant, lorsque mes yeux se posèrent sur le lit, je ne pus que me rappeler l'endroit où nous étions. Cette foutue maison close - et surtout la présence de Siobhan à l'intérieur de celle-ci - allaient détruire le semblant de raison qu'il me restait. Mes ongles se plantèrent dans mes paumes, les entaillant alors que je fulminais et explosais ma rage sur l'homme qui me faisait perdre tout jugement. Et alors qu'il perdait lui aussi son sang-froid, me jetant au visage la réalité, j'étais persuadé de blêmir et que, si cela n'était pas déjà le cas, mon cœur se serait arrêté à l'instant où il m'avoua être un jouet sexuel. Mais cela était plus fort que moi, je devais savoir s'il préférait être dans cet endroit horrible, s'il préférait ce traitement à celui que je lui avais infligé. J'avais besoin... qu'il me rassurât.

Et alors que l'impact de cette révélation s'imposait à moi, ses paroles me parvenaient du fond d'un abîme. Je ne m'offusquai même pas lorsqu'il lança le verre. Cela en était trop. Trop de peur. Trop de colère. Trop de dégoût de moi-même. Trop de tout. "Je t'interdis de dire cela!" m'énervais-je sans vraiment savoir ce qui me mettait le plus en colère dans ses paroles alors que mon poing vint s'écraser dans le mur le plus proche, le trouant au passage. Cela n'allait pas arranger ma relation avec Milo pour récupérer Siobhan mais il valait mieux le mur que l'humain. De toute manière, je m'en foutais de vexer Milo ou pas. Une fraction de seconde après, j'étais près de lui. Je fixais son visage, hésitant.

Ma main encore striée d'entailles se fit caressante alors qu'elle se posait sur la joue de Siobhan. J'étais complètement perdu, bouleversé. Je ne savais plus quoi dire de raisonnable, pour lui faire comprendre que je ne supportais pas de le voir ici. C'était invraisemblable, incongru. Il n'avait pas sa place dans la maison close. Comment lui faire comprendre ? Ce n'était sûrement ni le lieu ni le moment pour qu'il me prît au sérieux mais j'étais désespéré et, instinctivement, mes lèvres se posèrent sur les siennes, chastement, pudiquement. Quand je me rendis compte de ce que je faisais, je m'écartais en une fraction de seconde, mes bras retombant le long de mon corps, autant horrifié qu'énervé par ce moment de faiblesse. Je me retournais et passais mes mains sur mes yeux, ne pouvant plus supporter son regard.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Lun 10 Sep - 10:32

J'étais à mille lieux de me douter ce qui se tramait dans la tête du vampire en face de moi. J'étais loin de me douter qu'il m'ait cherché partout sur l'île, j'imaginais que s'il était en train de le faire, c'était uniquement parce que je devais lui manquer en tant que punching-ball. Comment ne pas penser différemment ? Il n'avait pas hésité à me frapper d'entrée de jeu. Je ne pensais pas qu'il puisse y avoir une autre raison pour qu'il veuille me retrouver. Et je pensais qu'il était venu au Seven dans le but de m'humilier davantage. Mais, je posais tout de même la question de sa présence. Je levais les yeux au ciel à sa réponse. Ça l'art de me foutre en rogne ce genre de réponses. « Je n'appartiens à personne » fulminais-je, hors de moi. « Vous avez décréter que c'était le cas, y a une grosse différence, mais, jamais je ne serais à quelqu'un. C'est quoi cette lubie et fâcheuse idée de s'approprier les gens comme des objets. Je suis un être vivant bordel, pas un objet qu'on traîne.  »

Les vampires avaient le don de m'énerver avec leur façon de faire. Peu importe que je sois humain et que je puisse me prendre des coups, si je venais à les vexer en affirmant ce que je pensais. Avec Sam, c'était comme jouer avec le feu... il n'avait vraisemblablement pas la patience ni la retenue lorsqu'il s'agissait de garder son calme et de ne pas porter de coups. Mais ça m'était bien égal. J'ai toujours été quelqu'un de franc et d'honnête et ce même si ça ne plaît pas toujours. Je ne vois pas l'intérêt de jouer les hypocrites. Et c'est avec franchise et colère que je lui réponds à ses interrogations. Comment peut-il penser une seule seconde que je puisse apprécier d'être au Seven ?
Certes, je n'étais pas effrayé à l'idée de me faire frapper car je devais être gardé en état pour
pratiquer mon métier en tant que médecin. J'étais utile. Heureusement que j'avais choisi cette voie.
Elle me sauvait la mise dans mon malheur. Mais, de là , à dire que j'aimais être ici, y a de la marge.

Non. En y songeant, je me disais que c'était peut-être regrettable que je ne sois pas mort noyé dans la naufrage. Et je sursautais en entendant Sam plein de colère rétorquer ''Je t'interdis de dire, cela ! ''
J'étais vraiment surpris par sa réaction. J'eus un autre sursaut alors que son poing s'écrasait contre le mur, laissant un trou béant à la place. Alors que mon cerveau peine à assimiler ce qui vient de se produire, Sam fut la seconde suivante, juste devant moi. Mon cœur avait accélérer sous le coup de la peur. Je ne m'étais pas attendu à une telle réaction de la part du vampire. Et ce qui suivit, je ne m'y attendais encore moins. Effectivement, Sam glissa sa main sur ma joue et alors que je croisais son regard me demandant toujours, pourquoi il réagissait de la sorte, le vampire fit quelque chose dont je n'imaginais pas que ça puisse arriver. Ses lèvres se posèrent sur les miennes et je n'ai même pas le temps de comprendre ce qui se passe qu'il s'était reculé et détourné me tournant le dos.

Je reste toujours immobile fixant le dos du vampire. Je peine à réaliser ce qui vient d'arriver. J'effleure mes lèvres du bout des doigts, l'espace d'une seconde, me demandant si je n'ai pas tout bonnement rêver tellement l'instant fut bref. Je me laisse finalement tomber sur le fauteuil près de la table ou j'avais pris un verre qui jonchait désormais le sol en plusieurs morceaux. Je suis complètement perturbé. Je ne pensais pas qu'un baiser de la part de Sam puisse me chambouler à ce point. La douceur et la tendresse n'étaient clairement pas des mots que j'aurais employé pour décrire Sam. Et pourtant, cela semblait être le cas

Sam était vraiment surprenant. Jamais, je n'aurais imaginé une telle situation avec lui. Je ne savais plus comment réagir, ce que je devais faire ou dire. Je déglutis et fait mine de rien alors que je lance: "t'es venu pour quelle raison? et Milo sait au moins que tu es présent? Je ne tiens à me faire punir sous prétexte que je n'ai pas fait mon travail à ses yeux." Je passe ma langue sur mes lèvres ne réalisant toujours pas ce qui venait de se produire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 2 Oct - 6:44

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Je restais impassible lorsqu'il me jeta à la figure ce qu'il pensait être la vérité sur son existence... Si seulement il assumait enfin qui il était, cela me simplifierait grandement la tâche. C'était sans compter sur le talent que Siobhan avait pour me mettre hors de moi. Néanmoins, heureusement pour lui, et sûrement pour mes rapports avec Milo, c'était le mur qui avait pris et pas l'insolent visage de l'esclave. Je n'avais pas eu le temps de réfléchir que mes lèvres s'étaient posées sur les siennes, comme pour m'assurer qu'il était toujours en vie, contrairement à ce qu'il désirait l'instant précédent. J'avais bien vu son regard à moitié apeuré, à moitié surpris. Et c'était peut-être lorsque j'en pris réellement conscience, une fraction de seconde plus tard, que je m'écartai de lui, rétablissant une distance bienfaitrice pour mes nerfs grâce à ma vitesse surnaturelle, lui tournant le dos pour reprendre mes esprits.

Je passais mes mains sur mon visage alors que je l'entendais s'affaler dans un quelconque fauteuil ou canapé; je n'avais que peu prêté attention au lieu, si ce n'était l'immense lit qui me révulsait toujours autant. Je me mis dans l'idée d'arranger ma tenue, lissant ma veste du plat de la main pour me calmer. En vain. Il ouvrit la bouche. J'hésitais encore entre lui montrer ce que j'avais en tête depuis que je l'avais trouvé dans la forêt ou faire ... Un effort. Il ne fallait pas non plus me demander la lune. Je choisis la troisième option. Ou plutôt, c'était elle qui m'avait choisi. Un rire jaune franchit mes lèvres sans que je pusse le contrôler alors que je lui faisais de nouveau face. "Je t'ai déjà dis ce que je voulais. Et tu sais très bien que je ne serais pas là si Milo n'était pas au courant... - commençais-je avec autant de dédain que d’exaspération dans la voix. Mais si tu voulais me sucer ou que je te baise, il suffisait de le dire." J'avais laissé tomber ma dernière phrase avec une tonalité qui contrastait avec mon regard empli de colère.

"Si désireux de bien faire son "travail"..." soulevais-je à voix haute, plus pour mettre des mots sur mes pensées que pour faire la conversation. Soit. Je m'approchais de lui, forçant sur mon attitude animale pour venir glisser mes pieds entre les siens. Je le surplombais de toute ma hauteur. Et quand bien même, il n'aurait pas pu m'échapper et j'essayais de lui faire comprendre cela par ma posture. Ma main s'empara de son poignet. Sans ménagement, je le relevais. "Puisque tu as peur de te faire punir par quelqu'un d'autre que moi... Je vais t'aider à avoir l'esprit tranquille." expliquais-je avec un ton de réprimande. Je le poussais facilement sur le lit, ne lui laissant pas le temps de réagir que mon corps était déjà au dessus du sien, mes genoux encadrant ses cuisses, mes doigts retenant aisément ses bras de sorte qu'il ne puisse pas s'échapper de mon emprise.

Il avait eu si peur par le passé de l'être plus animal qu'humain que je lui présentais à ce moment même s'il l'avait bien caché, je devais le reconnaître. "C'est cela que tu veux Siobhan ? C'est ça que tu attends de moi ?" lui demandais-je avant de venir caresser ses lèvres des miennes. Mais je ne pus m'empêcher de vouloir plus, de chercher à lui ravir plus que de simples effleurements. Je voulais dévorer sa bouche. Je voulais le posséder. Pire, je voulais qu'il me désire. Je grognai. "Bordel, qu'est-ce que tu veux de moi Siobhan ?"

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Ven 5 Oct - 12:13

"Je t'ai déjà dis ce que je voulais. Et tu sais très bien que je ne serais pas là si Milo n'était pas au courant... Mais si tu voulais me sucer ou que je te baise, il suffisait de le dire." "Dans ce cas, je n'ai pas bien saisi ce que tu voulais exactement Sam" , soulignais-je avant d'ajouter "Tu es vraiment un sale enfoiré. Ce n'est pas parce que je me retrouve enfermé au Seven que tu dois me traiter de prostitué. Si je suis ici, c'est entièrement ta faute alors ne viens pas me faire chier. Si tu n'avais pas été absent et si tu n'avais pas laissé Zéro s'occuper de moi, j'en serais pas là aujourd'hui." En attendant, je redoutais de me prendre des remontrances si je n'effectuais pas ce qu'on me demandait au sein du Seven. Pas que je me réjouis à l'idée de devoir satisfaire des clients… mais je n'ai pas le choix.


"Si désireux de bien faire son ''travail'' " J'ai envie de le baffer en entendant Sam prononcer ses mots. Et j'ai plus envie de vomir qu'autre chose… je le vois approcher bien trop près de ma personne et je me retrouve coincé sur le fauteuil alors qu'il me surplombe de toute sa hauteur. Je déglutis et me retrouve contraint de me lever alors qu'il m'attrape par le poignet avec fermeté. "Puisque tu as peur de te faire punir par quelqu'un d'autre que moi… Je vais t'aider à avoir l'esprit tranquille." Je n'ai le temps de répliquer que je me retrouve sur le lit en moins de deux avec Sam au-dessus de moi. Je ne peux pas m'éclipser puisqu'il me tient les bras  et que ses genoux encadrent mes cuisses. Je croise son regard ne sachant pas vraiment ce qu'il compte faire… me forcer à coucher avec lui? Je ne vois pas d'autres issues. "C'est cela que tu veux Siobhan? C'est ça que tu attends de moi?" J'arque un sourcil. "Tu peux me dire à quel moment je t'ai montré que je désirais me faire baiser par ta personne?" rétorquais-je.


Le pire c'est qu'il me fait de l'effet à se trouver si proche de moi… son baiser m'avait dérouté et mis dans un état que je n'aurais jamais pu imaginé avec lui… et sentir ses lèvres… limite j'espérais qu'il m'embrasse encore mais je ne veux pas l'avouer.  Je reviens à la réalité lorsqu'il annonce  "Bordel, qu'est-ce que tu veux de moi Siobhan?" Je ne comprends pas pourquoi il me demande cela. " J'ai sous entendu que je désirais quelque chose de toi?" demandais-je, quelque peu perplexe. "Ce que je veux…. que t'arrêtes de me prendre pour acquis et que tu me traites comme un vulgaire objet. J'en ai marre que tu passes également tes nerfs sur moi. Je ne comprends pas du tout pourquoi tu en as après moi. D'après ce que tu m'as dit, il ne faut pas qu'on te voit avec moi alors pourquoi tu me cours après? Car c'est clairement ce que tu fais en venant ici… et en essayant de négocier avec Milo à mon sujet. La question est plutôt… toi qu'est-ce que tu me veux? Pourquoi tu reviens…"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Lun 8 Oct - 9:15

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Je restais neutre face à son monologue. J'avais parfois l'impression qu'on ne suivait pas la même discussion. "Je ne t'ai jamais traité comme tel. Tu crois sincèrement que j'avais envie qu'il te touche, qu'il "s'occupe" de toi ?!" commençais-je à m'énerver. Il me défiait sans arrêt alors même qu'il savait l'incidence que cela avait sur moi. Alors pourquoi ?

Il m'inspirait tellement de sentiments, parfois même contradictoires. Une fois j'avais envie de le corriger, de le punir; un autre moment, j'avais envie de l'embrasser, goûter à sa peau; parfois tout en même temps. Ce qui était un peu le cas à ce moment-là et c'était sûrement pour ça qu'il était prisonnier entre le lit et mon corps, mes lèvres venant effleurer, taquiner les siennes tandis que mes mains maintenaient leur emprise sur ses poignets. J'aurais pu lui répondre mais alors qu'il était si près de moi, je n'avais pas pu m'en empêcher... Et, dans tous les cas, je préférais lui montrer. Même si je me brûlais les ailes au passage. Je grognais. Son corps trahissait pour lui ce que sa conscience ne voulait pas admettre et cela me rendait fou. Fou de rage, fou de chagrin, fou de lui. Je m'apprêtais à répondre à sa question quand la suite me vint. J'écoutais attentivement, surpris par tant de paroles alors qu'il disait la seconde d'avant ne rien attendre de moi.

Finalement, je soupirais, vaincu. Mes mains relâchèrent leur étreinte autour de ses poignets avant que mes avants-bras ne viennent encadrer sa tête; mon visage vint se perdre dans son cou. "Tu sens si bon... - dis-je en le reniflant doucement. Tu le sais déjà Siobhan, tu connais déjà la seule réponse à toutes tes questions..." commençais-je alors que les mots finirent par rester bloqués dans ma gorge. Je n'avais jamais été doué pour ça, je n'avais jamais appris, me contentant de baises sado-masochistes pour entretenir mon esprit et mon corps, eux-même trop habitués à... ce qui avait régi la plus grosse partie de mon premier siècle sur cette misérable planète. Misérable jusqu'à ce que je le trouve, lui.

Il avait raison. Je ne le méritais pas. Mon comportement envers lui n'avait été que brutalité. Mais j'étais incapable de réagir autrement face à ces émotions que je ne parvenais pas - ou ne désirait pas ? - contrôler. Pourtant, malgré la véhémence de ses propos, il me semblait percevoir un certain espoir qu'il plaçait en moi. Ne serait-ce que pour quitter ce lieu horrible. Cela me rendait malade d'imaginer les mains d'autres personnes sur lui. Si j'agissais comme s'il m'appartenait, c'était que je voulais ardemment que cela fût le cas. Parce que de mon côté, je savais que je lui appartenais totalement. A partir du moment même où j'avais flairé son odeur dans les bois. Et cela me rendait fou. Moi qui m’enorgueillissait de n'agir que selon ma propre volonté depuis que javais tué mon oncle et quitté l'Australie.

Mon visage était toujours logé dans son cou. Je ne pus m'empêcher une fois encore de donner un petit coup de langue pour goûter sa peau. Mal m'en pris. Un courant électrique traversa mon être et un gémissement plaintif traversa mes lèvres sans que je ne puisse l'arrêter. "Tu me rends fou Siobhan..." murmurais-je presque comme un reproche. Ses paroles ayant faites leur chemin dans mon esprit, je le saisis brusquement et nous fis rouler pour le positionner au dessus de moi. Mon regard se perdit dans l'infini de ses yeux alors que je dis à voix basse : "C'est toi qui choisis maintenant..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Lun 8 Oct - 16:24

"Je ne t'ai jamais traité comme tel. Tu crois sincèrement que j'avais envie qu'il te touche, qu'il "s'occupe" de toi ?!" Ce qu'il dit me mets hors de moi et je peine à garder mon calme. "Dans ce cas, pourquoi est-ce qu'il était là? Et pourquoi est-ce que tu n'étais pas là? t'étais ou pendant qu'il ... pendant que ton soit-disant ami était avec moi... Et me dire les mots, je cite : "si tu voulais me sucer ou que je te baise, il suffisait de le dire" ne veulent pas dire que tu me traites de cette manière? Parce que c'est pas l'impression que ça donne pour moi en tout les cas." Peu de temps s'écoule et je me retrouve coincé sous le corps de Sam, allongé sur le lit. Je ne m'attends pas à ce que Sam soit tendre et doux envers moi. Je redoute plutôt de me prendre à nouveau des coups mais rien ne vient. A vrai dire, il me surprend lorsqu'il enfouit son visage dans mon cou. "Tu sens si bon.." J'eus un frisson le long du corps à son contact et me mordillait la lèvre alors qu'il ajoutait "Tu le sais déjà Siobhan, tu connais déjà la seule réponse à toutes tes questions..." Le silence s'installe entre nous et je fixe le plafond de la chambre incapable de répondre. Si mon sang attire tellement les vampires, je dois bien admettre que je suis plutôt surpris de ne pas me faire mordre davantage. En y repensant, Milo a interdit qu'on me morde, non?

Je ne sais plus ce que je dois faire, ce que je dois penser de Sam. Il est déroutant. Il me surprend par sa nouvelle façon d'agir avec moi. "Tu me rends fou Siobhan" l'entendais-je murmurer et je fermais les yeux l'espace d'un instant. Sentir sa langue dans mon cou m'avait frémir avec violence.
Entendre Sam gémir comme il venait de le faire m'excitait également et je me mordais la lèvre inférieur pour m'empêcher de gémir à mon tour. Cela m'avait fait autant d'effet qu'à lui du fait de sentir sa langue parcourir ma peau. Zone érogène qui trahit toujours ce qu'on pense... se faire ainsi trahir par son corps.Je sursaute légèrement alors qu'il me fait basculer et je me retrouvais à califourchon sur lui alors qu'il avait pris ma place sur le lit. Je fixe de nouveau mon regard dans le sien... et j’entrouvre la bouche mais aucun son ne sort. A vrai dire, je ne sais pas tellement ce que je peux répondre.

Je suis comme déconnecté de la réalité, hypnotisé par ses yeux. Mon regard glisse sur le reste de son visage, s'attarde sur sa bouche. Je déglutis alors que je me rends compte que je désire encore sentir ses lèvres contre les miennes. "C'est toi qui choisis maintenant..." ces mots raisonne encore dans mon esprit et je ne sais pas si je dois suivre mon envie ou m'éloigner le plus possible de Sam. Tout se bouscule dans ma tête. Je ne parviens jamais à réfléchir correctement en face des vampires et ça me perturbe qu'ils arrivent à me rendre dans cet état. Je passe ma langue sur ma lèvre alors que je suis incapable de me décider. Rester sur lui, l'embrasser, fuir à l'autre bout de la pièce, lui dire de partir. Dans le fond, je n'ai pas forcément envie de le voir s'en aller. Je sens la chaleur m'envahir et parcourir tout mon corps. Je suis presque sûr que je dois être rouge. "Que suis-je censé choisir?" soupirais-je.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 9 Oct - 1:05

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Nous étions tous les deux en colère. Son odeur m'excitait autant qu'elle me poussait encore plus à bout. Même si je refusais de l'avouer, il n'avait pas pour autant tort."Je t'ai déjà dis que j'ai un travail important, je ne pouvais pas me défiler - grondais-je, furieux envers Siobhan, envers Zéro et surtout envers moi-même. Quant à ce traître, il a outrepassé ses droits et le paiera. Pour le reste, si j'avais voulu te baiser et te traiter comme une putain, j'aurais pu il y a fort longtemps, tu ne crois pas ?" continuais-je sur le même ton malgré la nuance de mes propos. Cela en était trop. Le vase débordait. Et, la seconde suivante, son corps était recouvert du mien sur le lit.

Je ne savais plus quoi faire pour lui montrer, lui prouver ce que je pensais alors que j'étais incapable de mettre des mots dessus. Ou plutôt, incapable de les dire à voix haute. Pourtant, je lui avais déjà conté le fait que je l'avais cherché partout pendant des jours quand j'avais découvert sa disparition à mon retour, que je n'avais plus mangé - ou bu -, ni dormi ou autre. Mais rien ne semblait le convaincre. J'étais totalement désemparé... Et il sentait si bon à ce moment-là, nos corps se touchant à certains endroits me rendait fou. Ce que j'étais en mesure de lui dire pour le coup alors qu'un gémissement appuyé traversait mes lèvres après avoir léché son cou. Son artère pulsait si fortement à cause du désir qu'il ressentait bien qu'il ne l'avoua pas. Mes phalanges blanchirent à force de serrer la couverture du lit pour ne pas céder à l'appel de la soif. Merde! C'était tellement dur. Il fallait que je fisse diversion ou, ordre de Milo ou non, j'allais abuser de ma condition.

Et cela n'allait pas arranger le sentiment dont m'avait parlé Siobhan plus tôt. Alors je le saisis rapidement et le fit basculer au dessus de moi. Je n'étais pas sûr que c'était une meilleure idée. J'aurais juste dû me lever, m'écarter de lui. Mais je n'y arrivais plus. Je voulais régler cette situation. Je ne supportais plus de l'avoir loin de moi. Je ressentais cette foutue nécessité d'avoir son corps, sa peau contre moi, ses lèvres sur les miennes. Je me retins in extremis de reprendre le contrôle et de l'attirer à moi pour plonger ma langue dans sa bouche. C'était inhumain d'être aussi sexy! A l'inverse, je lui laissais la direction de l'échange par un quelconque miracle. Cette façon de me regarder, de fixer mes lèvres me rendait toujours plus fou. Avait-il seulement une idée de l'effet qu'il avait sur moi ? Je n'en étais pas certain. Je ne pus m'empêcher de suivre des yeux le mouvement de sa langue qui humidifiait ses lippes, totalement hypnotisé par sa présence contre moi.

Alors, lorsqu'il reprend la parole sans avoir bougé, je ne peux que jubiler intérieurement de cette mini victoire. Mais je ne fis même pas attention à sa question. "Hein ...? - dis-je bêtement dans un premier temps avant de faire rapidement travailler ma cervelle malgré les battements rapides du cœur de Siobhan. "Tout, je suppose." Bref soupir. Je passais ma main sur mon visage et pinçais finalement l'arête de mon nez entre mon pouce et mon index. Je fermais les yeux, incapable de l'affronter pour la suite de mes propos, trop apeuré de lire quelque chose qui serait en opposition avec mes désirs dans ses prunelles. "Je peux te laisser ici. Ou je peux te faire sortir. Et tu pourras alors choisir ce que tu veux faire de ta vie sur l'île, tu serais... libre. De choisir ton métier, ta résidence et... Une humaine pour partager tes jours..."

Étrangement, c'était encore plus dur d'imaginer cela, cela me rendait encore plus malade que de le savoir dans cette maison de putains. Et je savais que cela faisait de moi l'enfoiré qu'il voyait quand il me regardait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 9 Oct - 12:52

"Et ton cher ami accède à ta demeure comme bon lui semble pendant ton absence... étrange. Mais, peut-être qu'effectivement, il s'avère que Zéro est également un gros enfoiré. A croire que vous l'êtes tous par ici... fichu vampires", râlais-je, toujours énervé. Et je ne peux que reconnaître qu'il avait raison. Depuis le temps, il aurait très bien pu faire ce que bon lui semble; ma force ne pouvait rien contre eux. Cependant, ma colère ne dura pas vraiment. Me retrouver allongé sur le lit l'avait fait disparaître d'un seul coup alors que mon coeur s'était accéléré dans ma poitrine et que je me demandais comment allait bien finir cette entrevue. Je ne sais pas pourquoi mais je ne parviens pas à faire le rapprochement dans tout ce qu'il me conte. Le fait qu'il m'avait cherché partout et ce qu'il disait jusque-là en disant long... il n'était pas qu'une brute sans coeur aimant me brutaliser contrairement à ce que j'avais cru depuis le début et pourtant je ne voulais pas y croire. Penser qu'il puisse avoir des sentiments.

Et alors que mon regard glisse sur le visage de Sam et que je ne sais pas du tout ce que je suis censé choisir, que je ne sais plus ce que je dois faire ou bien même dire, Sam ajoute qu'il peut me laisser ici ou me faire sortir. "Milo ne me laissera pas partir aussi facilement" marmonnais-je, peu convaincu d'en finir avec le Seven. "Libre... je n'appelle pas vraiment cela être libre... on ne peut pas quitter l'île. Je serais prisonnier de façon différente mais toujours prisonnier." J'effleure sa joue de mes doigts un peu hésitant avant de retirer ma main et de soupirer une nouvelle fois. "Je ne crois pas que je pourrais vivre avec une personne qui ignore ce qui se trame ici." ajoutais-je dans un murmure.

Et je n'étais plus certain de vouloir une femme d'ailleurs. Depuis que j'avais couché avec Zéro et Milo, je me rendais compte que je m'étais trompé sur mon orientation sexuelle. ça ne me déplaisait pas de me retrouver en compagnie d'un homme, ni de coucher avec. J'avais autant apprécié avec l'un et l'autre."Je ne vois pas comment tu pourrais réussir à me faire sortir d'ici... pas que je doute de tes capacités mais Milo semble déterminé à me garder un certain temps. J'ignore le montant mais j'imagine qu'il est important." Zéro ce sale enfoiré c'était fait de la tune sur mon dos. Si je le croise... enfin je ne pourrais pas rivaliser mais je lui dirais tout de même ma façon de penser. Je n'étais pas une marchandise. Quant ce que je voulais vraiment... qu'on me laisse tranquille serait déjà une bonne chose. Mais, il y a autre chose qui me hantait l'esprit depuis tout à l'heure et j'hésitais à suivre mes pulsions. Je n'étais pas certain que ce soit une bonne idée... je sens à nouveau la chaleur m'envahir.

Je sens mon envie de l'embrasser revenir à l'assaut de mon esprit et cela me perturbe. Pourquoi désirais-je autant qu'il recommence alors qu'il m'avait si malmené depuis notre rencontre. Les vampires avaient-ils un pouvoir d'attraction? Sinon pourquoi étais-je si attiré? A vrai dire, Sam m'attirait bien davantage que les autres. Je finis par me pencher sur lui et la seconde suivante mes lèvres se posèrent sur les siennes. J'avais finis par céder à mon envie. Pas certain que ce soit une brillante idée mais je ne parvenais pas à lutter. Je voulais encore sentir ses lèvres, goûter ses lèvres car le baiser donné par Sam auparavant n'avait duré qu'une fraction de seconde et je n'avais pas pleinement réalisé et je voulais juste être certain dans un sens que je ne rêvais pas. Stupide comme raison, me direz-vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse [Sio/Sam] Mar 9 Oct - 17:14

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Les évènements qui nous avaient menés là ne me paraissaient plus très certains. La colère, le désir, la peur et autres sentiments similaires s'étaient insidieusement mêlés pour, grâce ou à cause de mon impulsivité, son corps se retrouve tout d'abord sous le mien. Cela me rendait fou. Cette proximité que j'avais perdu depuis, il me semblait, une éternité. Je me retenais difficilement d'aller plus loin qu'un baiser, qu'un léger coup de langue dans son cou. Mon dieu, la saveur de sa peau était pire que son odeur. Comment ne pouvait-il pas comprendre, reconnaitre l'évidence ? Que fallait-il que je fisse pour qu'il l'acceptât enfin ?

Pousser par ce désir autant que le besoin de me priver de la vision de son artère palpitante, de l'odeur vibrante de sa peau, je le fis passer au dessus de moi. Je n'étais que peu de certain que cela était mieux. Il n'était que plus présent contre mon intimité et le voir ainsi me surplomber me donner tellement d'idées. C'était si ardu de ne pas perdre le contrôle une fois de plus avec lui, de l'attirer de nouveau à moi pour goûter à la chaleur de ses lèvres. Ma mâchoire était crispée, mon corps entièrement tendu par l'effort que je fournissais pour le laisser réellement choisir ce qu'il voulait. Mais il ne m'aidait vraiment pas en me demandant de me justifier, d'éclaircir mes propos. J'utilisais les dernières onces de self-control qui me restait pour lui expliquer, me cachant derrière mes paupières pour éviter son regard déroutant. C'était sans compter sur ses répliques et pire, ses doigts qui vinrent errafler ma joue. Je rouvris instantanément les yeux face à ce contact inattendu. Mais me gardais bien de préciser qu'il était possible de quitter l'île... Avec un vampire. C'était égoïste mais je n'étais pas prêt à risquer qu'il me "choissît" pour cette unique raison. Mince, qu'est-ce qui clochait avec moi ?

"Homme de si peu de foi... - ponctuais-je finalement ses propos, sarcastique. Milo, j'en fais mon affaire. Tu ne t'imagines même à quel point c'est facile d'amasser de l'argent en 8 siècles... Et c'est tout ce qu'il désire, il est plutôt jeune et impatient. Et j'ai des relations qu'il préférerait ne pas voir impliqué dans son petit business, si jamais l'argent ne le convaint pas suffisamment... - argumentais-je, autant pour le rassurer que pour me rassurer. Je suis prêt à tout pour te récup... te faire sortir" avouais-je dans un murmure, me rattrapant de justesse. Il ne semblait pas pour autant prendre mes paroles comme acquises. Ou... Merde, je n'arrivais pas à savoir ce qu'il pensait. Cela me perturbait.

Jusqu'à ce que je le vis se pencher au dessus de moi. Qu'était-il en train de faire ? Paniqué, j'arrêtais de respirer par réflexe. Je n'osais plus bouger. Allait-il réellement faire ce que je pensais qu'il allait faire ? Le moment me parut vraiment très long avant que ses lèvres ne se posassent finalement sur les miennes. C'était timide et presque maladroit mais paradoxalement, cela me rendait totalement fou. Si bien que, ne résistant plus à mes propres désirs, ma main vint fouiller sa chevelure, tant pour le garder contre moi que pour approfondir notre  baiser. Je le relâchais seulement quelques secondes, le temps de le laisser reprendre son souffle et de murmurer contre sa bouche, les yeux fermés, gémissant: "Siobhan... Tu rends fou... Dis que tu veux rentrer avec moi..." Je ne lui laissais pas plus de temps pour répondre, avide de ses lèvres, de son odeur, de son goût. Je n'arrivais pas à croire que c'était lui qui avait initié ce baiser alors que je tentais par tous les moyens de coller encore plus nos corps, frusté de me trouver dans ce lieu de malheur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 9 Oct - 20:10

Me retrouver si proche de Sam me perturbait totalement. Et je peinais à conserver une attitude détaché et non intéressé par sa personne. Sauf que mon corps et ma façon de le regarder trahissait complètement mes pensées. Je ne pouvais plus réfléchir correctement. Je doute malgré tout de sa capacité à me sortir de là. Pourquoi Milo accepterait-il de me laisser partir ? J'étais plus lucide que Sam à ce sujet. Visiblement, il aurait de quoi le faire plier mais était ce vrai? Ou était ce du bluff ? Aucune idée. Sam semble déterminé à me faire sortir. Je ne peux pas me réjouir, je ne préfère pas. Ce serait d'autant plus difficile s'il s'avère qu'il échoue dans son entreprise.  Et je rapportais au Seven depuis mon arrivée. J'attirais les clients, les habitués. Donc pourquoi Milo accepterait t-il de faire un deal et de me laisser partir ? Avais-je vraiment envie de le suivre? Était ce une bonne idée ? Pouvais-je lui faire confiance ?

Incapable. J'étais tout bonnement incapable de réfléchir davantage car mon regard se perd puis tout s'enchaîne... Je finis par céder et l'embrasse un peu hésitant au départ mais Sam approfondi le baiser et je me laisse faire et étonnement je savoure l'instant, ma langue glissant contre la sienne. Sentir ses doigts dans mes cheveux me donne des frissons. Je peine à reprendre mon souffle et j'ai à peine le temps de comprendre ses paroles qu'il revenait à la charge. Ce n'était pas pour me déplaire, je dois bien l'admettre. Ma langue danse à nouveau un balai contre sa langue alors que mes doigts glissent à leur tour dans la chevelure du vampire. Jamais je n'aurais pu croire que je puisse en arriver à ce stade avec Sam. Que je veuille l'embrasser et éprouver autant de désir à son encontre. Mon corps est en ébullition. Sam me mets dans tous mes états et je suis surpris d'en vouloir davantage avec lui. L'excitation parcourt mon corps et je suis bien content d'être en train de l'embrasser car j'aurais sans doute lâcher un gémissement alors que Sam collait un peu plus ensemble nos deux corps.

Il me faut reprendre de l'air et je me recule donc la respiration saccadée, le coeur battant à tout rompre dans ma cage thoracique. Je suis persuadé que mes joues sont rouges et je me mords la lèvre réalisant que j'étais complètement excité et que j'avais une érection. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée de suivre mon envie mais je ne voulais pas non plus rompre le contact. Cependant, je ne peux m'empêcher de songer à ce qui s'était produit chez lui. "Si tu me fais sortir... tu comptes encore me séquestrer dans ta pièce lugubre?" Non parce que très peu pour moi, l'idée de retourner là-bas ou de me retrouver attaché comme un vulgaire animal. "Je ne dis pas que je suis forcément bien ici mais au moins je n'ai pas été enfermé en permanence. Je ne tiens pas à ce que tu m'obliges à rester enfermé car de ce que je me souviens, tu n'es pas censé me ramener chez toi... cela t'attirerait des ennuis, pas vrai?" Je préférais encore être ici pour éviter l'enfermement.

Soudainement, je songe au fait que si je n'étais pas mordu, c'était uniquement parce que c'était à moi de décider. Maintenant que j'y repense, Milo avait précisé que j'étais à même de décider si j'acceptais ou non d'être mordu puis je croise le regard de Sam et sans vraiment me réaliser l'impact de mes paroles, je disais " T'as envie de me mordre, n'est-ce pas? ou je me trompe? Si tu veux le faire, va-y." Je n'étais pas contre l'idée. Je ne sais pas vraiment l'effet que ça produit. Zéro m'avait mordu mais je ne m'en étais pas rendu compte étant pris par mon propre orgasme et j'avais réalisé au moment ou il avait léché ma peau pour refermer les petites plaies. D'ailleurs, je ne sais plus si j'ai encore la marque dans le cou. Et j'ai un mouvement de recul car je n'ose imaginer la réaction de Sam s'il se rendait compte que son traître d'ami m'avait également mordu.

Je me lève sans attendre et me dirige vers le miroir de la salle de bain dans la pièce d'à côté et jette un oeil à mon reflet. Mon départ soudain ne collait clairement pas avec ce que je venais de lui dire mais j'avais besoin de vérifier et de savoir ce qu'il en était. Mais, je ne voyais rien. C'était semble t-il effacé comme si ça n'avait jamais eu lieu. Je fais alors couler de l'eau du robinet et prend de l'eau entre mes mains afin d'en mettre sur mon visage pour m'éclaircir les idées et me refroidir. Bon sang, j'avais tellement chaud! Sam m'avait mis dans un tel état. Je finis par couper l'eau et me redresse et sursaute en voyant le vampire alors que je venais de me retourner. "Tu ne pourrais pas faire du bruit pour prévenir de ta présence. Je vais finir par avoir une crise cardiaque" dis-je, sur un ton de reproche. Bien que mes yeux sont plus traversé par une lueur d'excitation. Je perdais vraiment mes moyens devant lui.

C'était troublant et même déroutant de me rendre compte qu'il avait autant d'effets sur moi. Je ne l'avouais pas mais j'étais content qu'il soit là. J'étais plutôt touché également de voir qu'il était énervé de me savoir au Seven et d'apprendre qu'il m'avait cherché partout. Au départ, je m'étais senti soulagé d'être éloigné. Mais, plus je réfléchis et plus je me dis qu'il était plus respectueux que je ne le pensais. Qu'il n'était pas totalement mauvais... sinon il m'aurait tué ou déjà torturé voir violé comme l'avait sous-entendu Zéro. Apparemment en tant qu'esclave, c'était mon destin. Sauf que Sam ne m'avait jamais vraiment touché. Certes, il m'avait frappé... ma respiration s'accélère alors que je songe à tout cela et que je réalise que j'avais autant d'effets sur lui qu'il en avait sur moi. Ou je me faisais des idées... mais je suis quasiment certain d'avoir raison. Sinon, pourquoi se casserait-il la tête à me chercher et à vouloir me faire sortir si je n'étais rien de plus qu'un esclave?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 11 Oct - 0:25

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

En plus de 800 ans d'existence, je n'avais tout simplement jamais connu cela. J'avais su qu'il était spécial à l'instant même où son odeur m'était parvenu, me privant instantanément de toute lucidité. Mais alors qu'il me faisait de lui-même goûter à ses lèvres, plus rien n'existait. Je voulais tellement plus. Je voulais tout. Je rapprochais encore plus nos corps lorsque, poussé par l'intensité de nos baisers, sa main s'aventura dans mes cheveux. Cet humain, cet homme, me faisait perdre tout contrôle. Je ne peux m'empêcher de grogner alors que je le sentais s'écarter de moi. Mais bien vite, je compris son besoin au son frénétique de son pauvre cœur.

Mon regard envieux devint perplexe au fur et à mesure que je l'écoutasse parler. Je haussais un sourcil. "D'une, si tu rentres à la maison, c'est dans ma chambre que je vais te séquestrer pendant des jours pour... - commençais-je, mes yeux se baissant sur nos érections alors que ma main se refermait sur son membre à travers son pantalon. Secondement, si tu viens de ton plein gré, je ne risque rien du tout. Enfin... Je te rappelle que tu es sorti déjà." Que pouvait-il bien se passer dans sa tête ? Je me le demandais bien. Il était un mystère pour moi. Heureusement qu'il était franc et direct ou je deviendrais fou.

Silence. J'étais totalement abasourdi par ses propos. Le mordre ? Mon dieu, oui j'en avais envie, il sentait tellement bon. Mais d'où sortait-il cela ? Nature traîtresse. Son autorisation avait fais sortir mes canines. Je fermais les yeux et m'obligeais à respirer pour refluer la vague d'envie qui menaçait de me consumer. C'était pire. Son odeur emplit mes poumons. Je poussais un grognement qui était plus animal qu'humain. Je me collais de nouveau contre lui, ma tête venant se nicher dans son cou. J'embrassais sa peau, la léchais remontant jusqu'à son lobe d'oreille que je mordillais. "Ne me dis pas ça Siobhan... J'en ai tellement envie mais je n'en ai pas besoin, je ne veux pas... Ce n'était qu'un murmure rauque. Il me rendait réellement dingue.

Puis soudain, la douche froide. Il s'écarta puis quitta le lit pour s'éloigner de moi. J'étais choqué par sa réaction mais instinctivement, je le suivis. Il avait été loin de moi pendant trop longtemps déjà. Je restais tout de même dans l'encadrement de la porte, les mains dans les poches pour m'obliger à ne pas le rejoindre et le toucher. Je l'observais, intrigué puis soupçonneux. Néanmoins, mes doutes s'effacèrent lorsqu'il se pencha au dessus du lavabo. Il était vraiment trop sexy. J'avais envie de me coller à son petit cul si parfait. Je m'étais rapproché de lui sans m'en rendre compte.

Un "Désolé" sans une once de remord franchit mes lèvres lorsqu'il me rouspétât dessus. C'était encore plus sexy. Inhumain. Je m'avançais de nouveau vers lui. Mes mains quittèrent mes poches pour se poser sur ses hanches afin de le mettre dos à moi. Son corps se retrouva rapidement de nouveau bloqué entre le mien et le lavabo. "T'es vraiment trop bandant Siobhan... Mais qu'est-ce que tu regardais dans le miroir ?" l'interrogeais-je, en fixant son regard dans l'étain, mes mains se posant alors sur le rebord en marbre pour l'encercler.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 11 Oct - 4:39

Alors que je me retrouve sur le vampire, je perds mes moyens et j'ai beaucoup de mal de rester lucide. Cependant, je songe tout de même à ce qui s'était produit chez lui et je ne tiens pas à me retrouver enfermé dans cette fameuse pièce dans sa cave, ce à quoi Sam rétorque  que c'est dans sa chambre d'abord qu'il me séquestrera. Je suis sûr que mes joues sont devenues toutes rouges alors que je vois son regard glisser sur nous et il n'a pas besoin de préciser davantage pour savoir ce qui se passerait dans cette fameuse chambre. Surtout qu'il referma sa main sur mon sexe tendu à travers mon pantalon ce qui me fit gémir sans que je puisse me contrôler.

Il me précisa également que si je décidais moi même de venir, il ne risquait rien sans oublier de souligner que j'étais déjà sorti. Certes... Mais, comment pouvais-je deviner que cela changeait tout si c'était moi qui prenait la décision de venir chez lui. Puis, le silence s'installa. Je venais visiblement de le prendre de cours en évoquant le fait que je n'étais pas contre l'idée qu'il me morde. Sam pousse un grognement animal alors qu'il loge sa tête dans le creux de mon cou et je m'attend presque à ce qu'il cède et qu'il plante ses crocs dans ma chair. Je frémis alors qu'il m'embrasse dans le cou et j'ai des frissons lorsque sa langue prend le relais. Sauf qu'il ne veut pas le faire, il me dit ne pas en avoir besoin. Pourtant, il en a envie.

Je ne dis rien parce qu'au même moment, je me rappelle que Zéro m'avait mordu lorsque j'avais couché avec lui et je ne tiens pas forcément à ce que Sam le sache. Et au lieu de répondre au vampire, je m’éclipsais dans la salle de bain pour vérifier qu'il n'y avait pas de marque voyante. Je me passe de l'eau pour me rafraîchir et me retourne. Je ne m'étais pas tellement attendu à ce que Sam me suive. Heureusement que je ne suis pas cardiaque. Je ne peux m'empêcher de lui faire la remarque et il s'excusa dans la foulée. Sam s'avança de nouveau près de moi. Je suivais du regard sa progression voyant ses mains bouger pour finalement se poser sur mes hanches. Je me retrouvais la seconde suivante, dos à lui.

Coincé entre le lavabo et Sam, je sens mon cœur s'emballer dans ma cage thoracique. Il me mets dans un tel état et mon jean semble davantage étroit. Mon érection commence à me gêner sérieusement. Je me mors la lèvre alors que j'entends Sam me dire que j'étais trop bandant. Sauf qu'il ajoute "Mais qu'est-ce que tu regardais dans le miroir?" Je déglutis alors que mon cerveau réfléchit à ce que je vais bien pouvoir répondre à cette soudaine interrogation. Je croise son regard quelque peu gêné mais je fais en sorte de ne pas le montrer. "Rien d'important" dis-je finalement, ce qui était plutôt vrai. "Et pourquoi ne pas vouloir me mordre?" Ajoutais-je de but en blanc.


Dernière édition par Siobhan Smith le Jeu 11 Oct - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 11 Oct - 8:28

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Il était presque mignon avec ses réactions gênées. Je pourrais presque en sourire s'il ne me forçait pas à être circonspect à chaque fois qu'il rouvrait la bouche. Il n'avait pas confiance en moi... Je pouvais le comprendre mais cela me blessait. Hors de question de lui avouer cela en revanche. J'avais été plutôt clair sur mes envies et intentions jusque là, mais il ne semblait toujours pas décider à vouloir rentrer avec moi malgré tout. Je sentais son désir évident, j'entendais son cœur battre à tout rompre. Mais lui, si franc d'ordinaire, me cachait quelque chose. Pourquoi ? Il ne semblait pas inquiet de ma réaction chaque fois qu'il me poussait à bout. J'avais beau le punir, il revenait toujours à la charge.

Son corps pressé contre le mien me permettait de décrypter la plupart de ses émotions. C'était bien pratique puisqu'il ne voulait plus jouer cartes sur table. Si cela était encore possible, mon torse vint appuyer un peu plus contre son dos. J'étais prêt à répliquer mais il fut plus rapide. Qu'avait-il à vouloir tant que je le mordisse ? Mon regard ne quittait pas le sien à travers le miroir. J'essayais de percer les mystères de ses pensées. Sans succès. Mes doigts se resserrèrent autour du marbre. Je soupirais longuement, lassé par ces petits jeux. Je voulais qu'il rentrât avec moi. J'étais épuisé des derniers jours, je n'avais plus l'âge pour ce genre de bouleversements dans ma vie.

"Parce que tu sens extrêmement bon, que cela fait des siècles que je n'ai pas mordu directement un humain et que je serais capable de te tuer." J'avais lancé mes vérités de façon laconique, mon regard toujours accroché au sien. "Vas-tu également me dire la vérité à propos de notre présence dans la salle de bain ? Ou faut-il que je devine ? De plus, quand vas-tu te décider à m'avouer que tu veux que je te fasse sortir de cette maison de catins ?" Je n'étais pas de nature très patiente, il avait dû le comprendre depuis son ... arrivée. Alors pourquoi s'évertuait-il à me faire tourner en bourrique ?

"Essayes-tu de me rendre fou ? Parce que, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, je suis pratiquement sûr que c'est déjà le cas." J'avais formulé involontairement mes pensées à voix haute. Je n'étais pas certain que cela joua en ma faveur. Je commençais à me dire que, s'il ne m'avait pas encore donné de réponse, c'était qu'il ne voulait pas rentrer avec moi. Ni une ni deux, mon regard se voila, ma mâchoire se contracta.Soudainement, un bruit mat. Un morceau de marbre se trouvait dans ma main. La pression croissante que j'avais exercée l'avait brisé. C'était tout bonnement impossible que cela se produisît, qu'il me laissât, juste comme ça. Je lui avais dis qu'il avait le choix. Mais j'avais bien été incapable de le laisser s'éloigner de moi une seconde alors pour le restant de ses jours ... C'était peine perdue. J'avais besoin qu'il fût à moi, c'était viscéral. Tout comme ce premier jour dans la forêt. Rien n'avait forcément changé pour moi depuis cet instant. Mais pour lui ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 11 Oct - 11:08

Je ne peux pas me défiler étant bloqué entre le lavabo et contre le corps de Sam qui se presse davantage à chaque seconde contre moi et cela me donne de violents frissons alors que mon coeur bats à un rythme effréné. Ma respiration était également plus rapide et je devais me sortir de ce mauvais pas. Forcément que Sam devait se demander pourquoi je m'étais vite rendu dans la salle de bains. Et cela se confirma lorsqu'il me demanda ce que je regardais dans le miroir après m'avoir expliqué les raisons de son refus de me mordre. Au moins, j'étais dans un sens, rassuré. Quant à ma réponse, ça ne lui suffisait pas. Je soupirais également en me frottant un instant les yeux alors que Sam insistait pour savoir et qu'il me demandait quand est-ce que je lui avouerais vouloir sortir de cet endroit. Je me sens tellement piégé. Je fixe de nouveau mon regard sur lui. "Dans le genre chiant... t'es habitué à avoir tout ce que tu veux, non? Et pourquoi je t'avouerais ça..." ça lui ferait trop plaisir. Reconnaître que finalement je préférais être en sa présence... je n'ai pas envie. Et il va s'enflammer aussi en le sachant. "J'imagine que j'ai un côté un peu trop fier pour te le dire..." Je ne veux pas admettre que je veux être avec lui en fin de compte. Pourquoi? Parce que je ne me trouve pas normal de vouloir être avec lui après ce qu'il m'avait fait endurer. Je devrais vouloir le fuir logiquement.

"Essayes-tu de me rendre fou ? Parce que, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, je suis pratiquement sûr que c'est déjà le cas." Je hausse les épaules. "Peut-être bien... qui sait" dis-je, un poil taquin. Je perds vite mon sourire en entendant le bruit sourd et en réalisant qu'il venait d'arracher un morceau de marbre. " t'es vraiment flippant quand tu t'y mets" marmonnais-je, peu rassuré par la tournure des événements. "Comment veux-tu que je sois serein quand je vois ta façon d'agir..." Faut être suicidaire pour vouloir aller volontairement chez lui, non? Et pourtant, je n'étais pas contre l'idée. Très peu envieux de voir Sam en colère car je savais ce que ça pouvait donner, j'ajoutais "Très bien, j'avoue que ça aurait pu être drôle de te voir chercher la raison qui fait que je suis venu dans la salle de bains mais étant donné la raison et te connaissant tu ne vas pas trop aimer donc on va éviter le jeu qui n'en serait pas un pour toi d'ailleurs. Je suis juste venu voir si j'avais une marque dans le cou, satisfait?" Mon regard ne quitta pas celui de Sam alors que je lui disais la vérité. " Et donc comme je le disais, rien d'important en somme."

"Et j'imagine que t'es tellement plein aux as que péter un bout de marbre ne te semble pas du tout onéreux pour le faire remplacer.... mais, tu n'étais pas obligé de dégrader le matériel. Tu as vraiment un sérieux problème de contrôle. Donc oui, finalement, ne me mords pas... je ne tiens pas à mourir enfin sauf si tu veux ma mort." Je devrais vraiment songer à me taire par moment mais c'est plus fort que moi. "J'ai besoin d'une douche" murmurais-je plus pour moi-même. Je suis tellement perdu... je ne sais plus si je dois plaquer Sam contre le mur et l'embrasser avec fougue et me laisser guider par mes pulsions ou si je dois le repousser. J'ai tellement chaud que je ne parviens plus à raisonner correctement. Et mon jean me fait vraiment mal. Je finis par déboutonner mon bouton pour me sentir un peu moins à l'étroit. Je pousse un peu Sam pour me retourner et me retrouver en face de lui et mon regard se plante dans le sien. "Et maintenant que fait-on ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Jeu 11 Oct - 20:23

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

"En effet. Toujours. Et parce que plus tu mets de temps, plus tard je vais commencer les démarches pour te faire sortir." Je lui avais expliqué l'évidence en soupirant. Il était pire que moi ! Depuis quand j'étais devenu celui qui était le plus sensé des deux ? C'était incompréhensible pour moi. Comment pouvait-il préférer être fier avec moi plutôt que sortir de la maison close ? Cela ne faisait que confirmait qu'il était une énigme pour moi. Et cela me rendait plus fou encore que je ne l'étais déjà. Et, comme depuis que j'étais arrivé dans cette chambre, mes pensées furent mises à nues avant même que je ne songeasse à ce que j'étais en train de dire.

C'était sans compter sur la volonté de Siobhan de tester mes limites. Un craquement sinistre. Un morceau de marbre se retrouvait coincer dans ma main, séparé du reste du lavabo. "Tu as un talent naturel pour me mettre hors de moi." Même si c'était plus de la souffrance que de la colère; les deux étaient intimement liées dans tous les cas. Je me moquais royalement d'avoir brisé ce fichu meuble de toute façon. Tant que Siobhan n'avait pas une nouvelle marque due à mon impulsivité... L'odeur de mon propre sang m'était parvenue durant une seconde mais, mêlée à celle de Siobhan, cela avait suffit pour qu'une démangeaison habituelle traversa mes gencives. Je ne voulais pas qu'il me vit ainsi alors je fus soulagé qu'il commençât une longue tirade. Jusqu'à que... Une marque ? Mon regard se fit mi-interrogateur, mi-suspicieux à travers le miroir tandis qu'il me grondait comme un enfant. Mais j'étais resté bloqué sur le premier sujet. Et je finis par comprendre.

"Qui t'a mordu Siobhan ? - m'énervais-je complètement, dévoilant ma réelle nature dans son ensemble. Ne change pas de sujet! Rien d'important ? Qui Siobhan ? Des clients ? Milo ? Zero ? - je le questionnais d'une traite sans lui laisser le temps de répondre. C'est Zero, hein ? Pourquoi tu veux le protéger ? Mon dieu, je vais le tuer !" Cela en était trop pour moi. Trop d'émotions contradictoires et puissantes se mélangeaient, je n'arrivais plus à me contrôler. Il fallait que je m'éloignât de lui ou j'allais retourner vers mes vieilles habitudes. Mais ses paroles, que j'avais d'abord occultées, me revinrent en mémoire au même moment, ma rage atteignant alors son paroxysme.

"Vouloir ta mort ? C'est toi qui a un problème ! Il faut que t'arrêtes avec ça !" Mes yeux lançaient des éclairs et sur l'instant, même Siobhan ne pouvait m'aider à faire redescendre ma colère. Notamment parce qu'elle était construite autour de lui. Je le laissais me pousser légèrement pour qu'il se tournât. Mais plus ne comptait dorénavant. Il n'y avait plus que ce ciel noir qui enveloppait mon esprit. "Va à la douche." J'avais répondu sèchement à sa demande puis, sans un autre mot, j'avais quitté la salle de bain refermant la porte derrière moi. La seconde suivante, j'étais assis à même le sol, dos à cette dernière, appuyé contre le cadran du lit. Les jambes pliées, les genoux ramenés contre mon torse, je me pris la tête entre les mains. Je fulminais. J'étais ... Blessé et attristé, en fin de compte. J'avais de plus en plus l'impression qu'il se jouait de moi. Alors que, dans l'ordre logique des choses, cela devait être le contraire.

Mon regard se posa sur la porte de la chambre. Pourquoi étais-je encore là alors qu'il ne voulait rien avoir à faire avec moi ? Au lieu de ça, je pris son oreiller et le serrais contre moi. Il avait la même odeur que lui... J'appuyais ma tête dessus, appréciant son moelleux, les yeux fermés. Une seconde larme de sang roula sur ma joue.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Ven 12 Oct - 15:24

"Parce que tu vas attendre mon aval pour entamer les démarches peut-être... j'en doute fort."Le morceau de marbre entre ses doigts m'avait finalement conduit à lui dire la vérité sur ma venue dans la salle de bains bien que je regrettais déjà d'avoir prononcé les mots. En y réfléchissant, ça aurait sûrement été pire si je n'avais pas répondu vu ce qui venait de se passer à l'instant. Je tâche de noyer le poisson de ne pas m'attarder sur le sujet pour éviter qu'il gamberge ou ne comprenne ou je voulais vraiment en venir mais c'était un échec total. Sa colère éclata. "Qui t'a mordu Siobhan? Ne change pas de sujet! Rien d'important? Qui Siobhan? Des clients? Milo? Zero?" Je n'ai guère le temps de répondre qu'il poursuit "C'est Zero, hein ? Pourquoi tu veux le protéger ? Mon dieu, je vais le tuer !" "Techniquement il est déjà mort" rétorquais-je. D'accord, blague de merde, je vous l'accorde et certainement pas le moment mais je voulais détendre un peu l'atmosphère. "Et on s'en fout pas mal de qui a fait quoi... ça ne change rien. Tu vas massacrer aussi les clients qui auront le malheur de me mordre? Parce que ça risque de faire du monde à la longue, tu ne crois pas? Et c'est tellement inutile. Et je ne protège personne." Zero est bien assez grand pour se débrouiller ce sale enfoiré!

"Ouais, j'arrêterais quand j'en aurais envie... et en attendant, navré de te décevoir en évoquant la possibilité que ça me dérangerait pas de me faire tuer... parce que chaque jour qui passe me fait ressentir le fait que je le suis déjà et un peu plus chaque jour." dis-je en le fusillant du regard et j'ai envie de le frapper lorsqu'il me dit d'aller à la douche. "Arrête de me donner des ordres bordel! Je suis pas ta chose, putain de vampire!" râlais-je. Et j'étais bien content qu'il dégage de la pièce. Je suis hors de moi et toutes les émotions se bousculent également dans ma tête et mon corps. Je fais couler l'eau de la douche en moins de deux et vire mes vêtements et me fout sous le jet d'eau froide. Je me fichais d'avoir froid, j'en avais besoin afin de me calmer et de retrouver les idées claires. Je garde la tête longuement sous l'eau les yeux fermés. La colère est toujours présente et je n'arrive pas à me calmer. Je finis par me relaver vu que je l'avais fais juste avant son arrivée. Je coupe l'eau et emmitoufle dans une serviette bien chaude. Je me frotte le visage un instant puis observe l'endroit ou manquait le bout de marbre. Je soupirais avant de finir par me décider à sortir de la salle de bain.

La douche ne m'a pas tellement calmé et j'ai besoin de prendre l'air sauf que je n'ai pas encore vraiment reçu de clients et Milo n'allait pas apprécier la nouvelle. Et je suis censé faire comment avec Sam... lui dire de dégager car je dois me faire sauter? Personnellement, ça m'allait bien une pause. Mais, je devais respecter les règles pour ne pas avoir d'ennuis. Je m'attend à trouver Sam juste derrière la porte mais il était contre le lit. Je jette un œil sur lui puis je manque presque de tomber au passage. "Pardon" dis-je alors que je bouscule le vampire, je me redresse et je l'enjambe. J'allais vers l'armoire afin de prendre d'autres vêtements. Un simple t-shirt ferait l'affaire ainsi qu'un pantalon noir. Je fixe les habits dans les voir, perdu dans mes pensées. "Fais-moi sortir" murmurais-je. J'avais beau ne pas être maltraité au Seven et avoir des privilèges, je ne tenais pas à servir de sex-toy indéfiniment, et même si c'était plaisant dans un sens, je ne tenais pas à avoir ce mode de vie. Je ne me reconnais plus à la longue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Sam 13 Oct - 2:22

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde


Dans une chambre du Seven...

J'étais déjà lasse de faire des efforts qu'il ne semblait même pas remarqué si l'on exceptait le baiser. Dans tous les cas, j'étais presque sûr que ce n'était que le résultat d'une pulsion sexuelle pour lui. "Je t'ai déjà dis que je te laissais choisir."Puis le sujet revint à la morsure. Cette fois, j'étais persuadé qu'il m'en avait parlé en repensant à ce qui c'était produit avec un autre auparavant. Cela m'avait mis en rage presque autant que le fait qu'il s'était fait mordre. Par Zero, à tous les coups en plus. Je ne savais pas pourquoi je lui en voulais autant de l'avoir laissé faire même si... sa venue était totalement ma faute. Peut-être qu'un petit sentiment de culpabilité alimentait ma rage mais c'était bien cela dont il était question à ce moment.

C'était reparti pour une dispute. Pourquoi n'arrivait-on pas à parler normalement ? Aucune idée. Mais ce la ne me plaisait plus d'être sans arrêt en colère contre lui, contrairement au début. Peut-être en grande partie parce que j'essayais de ne plus le punir, je devais l'avouer. Sa réplique ne fit qu'exacerber mon désir de vengeance, ma rage. Mon regard semblait vouloir lancer des éclairs. "Ne me parle pas comme si tu allais rester ici, Siobhan. Mais s'il faut, oui, je torturerais, démembrerais et tuerais tous les vampires qui auraient le malheur de ne serait-ce que te toucher!" Merde ! Voilà que je redevenais celui qui se moquait des désirs de Siobhan. Il avait raison... J'étais incapable de le laisser au Seven. J'étais incapable de laisser quiconque le toucher encore. J'étais incapable de l'avoir loin de moi plus longtemps.

Jusqu'à ce qu'il abordât une nouvelle fois le sujet de sa mort... Par mes propres mains. C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Il poussait le bouchon trop loin. C'en était tel que l'idée me parut plaisante durant une fraction de seconde. Mon regard se fit plus colérique encore, ma mâchoire me faisait mal tellement elle était contractée. J'étais presque étonné de ne pas détruire plus encore le mobilier avec la pression que j'exerçais sur le marbre pour m'empêcher de corriger Siobhan. Ses yeux semblaient vouloir me foudroyer également, mais cela me passait par dessus la tête. Je n'avais que rarement ressentis une telle violence prendre possession de mon esprit. Il fallait que je m'éloignasse de lui ou cela allait très mal finir. Alors, quand l'occasion se présenta, je lui ordonnais d'aller se doucher puisqu'il en avait tant besoin. Il me le fit remarquer en m'insultant alors que je quittais la salle de bain sans répondre, claquant la porte derrière mon passage.

Je n'avais pas prêté attention à ses agissements, absorbé par ma détresse. J'étais totalement blessé et frustré. Je ne réagissais pas plus lorsqu'il me marcha presque dessus et faillit s'effondrer par terre. Ses excuses automatiques ne m'atteignirent pas plus. Ma tête sur son oreiller me paraissait lourde. J'étais complètement épuisé par notre relation qui ne faisait que tourner en rond. Je m'en étais rendu malade. Littéralement. Ce qui était incroyable pour un vampire. Mes yeux fermés fixaient un point invisible sur mes paupières. Je me sentais... Nauséeux. Enfin, j'imaginais car je ne savais pas ce que cela représentait réellement comme sensation.

Sa demande claqua dans le silence. Je n'étais plus capable de dire si cela me faisait plaisir ou non. Bien que son odeur si proche me rappelait que j'avais instinctivement saisi son oreiller pour me réconforter et diminuer ma colère. "Je te déteste Siobhan..." Cela n'avait été qu'un murmure. Je n'étais même pas certain de l'avoir dit à voix haute. Mais je n'avais toujours pas bouger. Finalement, je me décidais à l'affronter une dernière fois. Je relevais ma tête et ouvris les yeux.

"Pourquoi tu me traites comme cela ? Tu te comportes comme si j'étais un monstre, puis tu m'embrasses et me fait croire qu'il serait possible que tu rentres avec moi, puis tu agis de nouveau avec moi comme si j'étais une gène dans ta vie... Et finalement, tu me demandes ça ?? Comme si je ne t'avais pas déjà offert cette possibilité et même plus, plusieurs dizaines de minutes auparavant ?" Je n'avais pas pris la peine de m'arrêter puisque je n'avais pas besoin de respirer. Il fallait que je vidasse mon sac et je poursuivais rapidement sur ma lancée. "Je crois que tu es celui de nous deux qui as fait le plus de mal à l'autre, dans cette histoire, Siobhan. J'ai fais tous les efforts possibles pour toi, parce que j'ai ces... sentiments inconnus que je n'arrive pas à contrôler. Et je te déteste aussi pour ça. Et car j'ai l'impression que tu te joues de moi..." Je ne préférais pas m'attarder sur ce que j'avais dis. Je n'étais pas prêt à prendre conscience de mes paroles.

"Laisse tomber." Je me levais et, après l'avoir trituré quelques secondes, posais l'oreiller sur le lit. Je fis quelques pas vers la porte, m'arrêta un instant et dis sans me retourner: "Je vais te faire sortir... J'ai payé pour les douze prochaines heures, donc tu devrais être tranquille jusqu'à ce que je revienne. Je me mis de nouveau à avancer vers la porte pour sortir de cette maudite chambre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Sam 13 Oct - 12:58

"Je prend en compte toutes les possibilités Sam donc je préfère ne pas m'emballer trop vite et me dire que je vais rester ici... En tout cas pour un moment. Je n'ai pas envie d'être déçu au bout du compte. Tu sembles sûr de toi pour ma sortie mais j'emets des réserves, j'ai le droit. Quant aux potentiels clients, ils n'ont pas le droit de me mordre sans mon consentement donc je ne crois pas que ça va arriver souvent." Bon je viens littéralement d'avouer pour le coup que lui par contre il avait le droit puisque je l'avais mentionné auparavant. Mais, bien entendu, fallait que ce soit le seul qui refuse bien que je comprenais ses raisons. Et c'était avant tout par curiosité parce que je n'avais pas réalisé avec Zéro. J'étais tellement surpris que Sam soit si énervé à l'idée qu'on puisse me toucher. Je ne pensais pas que je puisse l'intéresser à ce point.

Il a l'art de me mettre hors de moi et c'est furieux que j'avais fini sous la douche. Mais, ça n'avait pas vraiment arrangé la situation. Alors que je prenais des affaires dans l'armoire je l'entend murmurer " je te déteste Siobhan". Je fixe un point devant moi le laissant continuer. Je ne dis pas un mot alors que ses paroles me dire font avoir diverses émotions et je ne sais clairement plus où j'en suis... Je passe une main sur mon visage. Je peine à réaliser les mots que venait de prononcer Sam. Je réagis seulement quand je le vois se lever et se diriger vers la porte. Je ne sais pas si je suis soulagé d'apprendre qu'il a payé pour une durée assez longue. Je ne veux pas qu'il parte en fin de compte. Tout se bouscule dans mon esprit. "Ne pars pas, s'il te plaît..." Murmurais-je.

"Tu es incroyablement stupide... Tu crois que c'est si facile pour moi. Mets toi un peu à ma place. Comment suis-je censé réagir avec toi et face à tout ce qui m'arrive ? Je me protège comme je peux parce que je ne sais pas moi-même où j'en suis. Tu me perturbe plus que je ne pensais et ça me déroute et me déstabilise et je réagis maladroitement parce que je ne comprends pas bien ce qui m'arrive. Enfin si... Mais, j'imagine que je ne  veux pas l'admettre tout comme toi visiblement." J'avais parlé d'une traite mais j'étais loin d'avoir terminé. "Si tu veux tout savoir... Oui j'ai envie de quitter cet endroit parce que je ne me reconnais pas. Je ne pensais pas du tout que je pourrais avoir des relations avec des hommes encore moins que j'apprécierais. Peu importe que soit ton nouvel ennemi... Là n'est pas la question. Et d'ailleurs, cette attirance pour vous je ne sais plus si c'est réel, naturel ou si c'est simplement parce que vous êtes des vampires. Serais-je attiré sans votre nature, j'en sais fichtre rien. Mais réaliser que je me suis trompé sur ma propre sexualité, ça fait beaucoup de chamboulement, et je ne le gère pas encore. Alors oui, je m'y prends mal avec toi. Et tout simplement parce que tu me perturbe grandement et je ne comprends pas comment c'est possible vue ce que tu m'as fait endurer. Et bizarrement, je n'ai pas envie de te voir partir alors qu'à ton arrivée, je désirais l'inverse." Je me laisse choir sur le lit en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 16 Oct - 5:08

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde


Dans une chambre du Seven...

J'étais perdu. Et blessé. Et paniqué. Et assis comme un con par terre à attendre je ne savais pas quoi.Siobhan me bouscula et je finis par me décider à lui dire par le fond de ma pensée. Je reste surpris qu'il m'écoutât sans rien dire ou se retourner. Il était temps que je fasse ce qu'il voulait. Je me levais et me dirigeais vers la porte. Mais je fus stopper après quelques pas par la demande de Siobhan. Mon regard restait désespérément fixé sur la porte, les bras le long de mon corps. J'attendais la suite et elle ne fut pas longue à venir. Je serrais les points. Pauvre petit humain. Je l'écoutais mais bouillonnais de plus en plus à l'intérieur au fur et à mesure qu'il parlait. Je l'entendis soupirer et les ressorts du lit se mouvoir.

"Je suis sûrement stupide en effet." Malgré l'aveu, mon ton cachait avec peine mon énervement. Je me retournais finalement et le pointais du doigt, ce qui révélait clairement mon état. "As-tu seulement écouté ce que je t'ai dis, bordel ?! j'ai tout fais pour me mettre à ta place! Je t'ai laissé le choix par rapport à ta sortie, à ce que tu voulais faire après... Qu'est-ce que tu veux que je dise ou fasse de plus ? Que je te réponde que tu me perturbes aussi ? Que tu me rends fou ? Parce que je suis pratiquement sûr que c'est déjà fait. Tu veux que j'assume, hein ? Que je te dise que je suis totalement amoureux de toi ?" Je m'arrêtais soudainement en réalisant ce que je venais de dire. Je tournais les talons et quittais immédiatement la chambre, laissant la porte claquer derrière moi.

Je m'appuyais au mur dès que l'écho de la porte s’éteignit. Qu'est-ce qu'il venait de se passer ? Avais-je réellement dis à voix haute ce que je pensais avoir dis ? Peut-être penserait-il que ce n'était qu'une question, pas le reflet de la réalité. Je soupirais. Il fallait que je réglasse cette situation. Je ne supportais plus d'être dans cet endroit sordide. Ou de savoir que Siobhan y était enfermé. Merde ! Il fallait que j'arrêtasse de penser à lui et que je me concentrasse. Je devais rejoindre Milo. Et le ramener à la maison... Rah, je me détestais !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.

L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.


Messages : 257
Date d'inscription : 04/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Mar 16 Oct - 16:13

Je me retrouve allongé sur le lit à fixer le plafond alors que je ne sais plus du tout comment me comporter envers Sam. Je ne sais plus ce que je dois faire ou dire. Je ne sais plus si je suis simplement attiré par sa nature ou si c'est autre chose… pas qu'une simple attirance. Sam me perturbe beaucoup trop. Je ne supporte pas qu'il puisse avoir autant d'effets envers moi. Je me mords la lèvre alors que je m'attends à ce qu'il s'en aille sauf que ce n'est pas tout à fait le cas. Non à la place, il s'emporte...encore… à croire qu'il ne sait pas rester calmer plus de trente secondes. Je me redresse pour m'asseoir et l'écoute.  "As-tu seulement écouté ce que je t'ai dis, bordel ?! j'ai tout fais pour me mettre à ta place! Je t'ai laissé le choix par rapport à ta sortie, à ce que tu voulais faire après… Qu'est-ce que tu veux que je dise ou fasse de plus ? Que je te réponde que tu me perturbes aussi ? Que tu me rends fou ? Parce que je suis pratiquement sûr que c'est déjà fait. Tu veux que j'assume, hein ? Que je te dise que je suis totalement amoureux de toi ?" Je reste scotché sur place. Sam avait bien prononcé ces mots? Je n'ai pas le temps de réaliser et de répondre qu'il avait déguerpi en claquant la porte. Génial!


Je soupire une seconde fois et enfile mes vêtements en pestant " Quel courage! vraiment!" Pfff, tu parles d'un courageux. Je fermais les yeux une seconde alors que je me laisse tomber sur le lit. Qu'allais-je faire en attendant? Sam avait payé pour plusieurs heures et cogiter ne me plaisait pas. Au moins avec les clients, pas le temps de ruminer. Je me fais des idées… il n'avait pas vraiment avoué avoir des sentiments à mon égard, si? Je me mords la lèvre. Je ne sais plus du tout ou j'en suis et ça m'agace de me retrouver dans cet état. Comment était-ce possible? Etais-je moi-même amoureux du vampire? Je ne sais pas… mais il y a quelque chose qui se produit avec Sam. Quelque chose d'incompréhensible, d'incomparable. Zéro et Milo étaient également attirant mais Sam me perturbait bien davantage contrairement aux deux autres vampires ou aux clients que j'avais reçu ici. Ne supportant plus le fait de rester enfermé, je décidais d'aller faire un tour.
Je claquais la porte derrière moi mais je sursautais en apercevant Sam un peu plus loin dans le couloir."Je croyais que tu devais partir" marmonnais-je. Puis, je décidais de ne pas m'attarder. Pourquoi lui donner de l'importance alors qu'il avait décidé de couper court à notre conversation. Je continuais mon chemin sans rien ajouter et l'ignorant alors que je passais à proximité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?

Le sang qui vient de se répandre, est-il donc si pur ?


Emploi : Haut-juge
Messages : 228
Date d'inscription : 24/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam| Sam 20 Oct - 9:43

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse
@Siobhan Smith & @Sam Hyde  


Dans une chambre du Seven...

Je me retrouvais comme un con, les paumes de mes mains appuyées contre le mur. Je peinais à retrouver un souffle dont je n'avais pas besoin. J'étais dépassé, totalement paniqué par ses sentiments que je ne parvenais pas à gérer. J'avais l'impression de devenir l'adolescent que je n'avais jamais pu être. C'était tellement perturbant. Malgré la porte, je n'eus aucun mal à entendre le reproche de Siobhan. Se rendait-il compte à quel point il était blessant ? Quelle emprise il avait sur moi ? J'avais beau lui avoir dit, cela ne semblait pas l'avoir atteint. Je ne m'étais pas senti aussi monstrueusement sale en huit siècles d'existence, même avec ce que mon oncle avait fait de moi.

Il ne fallut pas longtemps avant que l'odeur oppressante de Siobhan ne se répandisse dans tout l'espace lorsqu'il sortît de sa chambre. C'était tellement dur d'être si près et si loin de lui en même temps. Une fois de plus, il ne put s'empêcher de me lancer une pique lorsqu'il s'approcha de moi. C'était trop. Ma main se resserra instinctivement autour de son poignet et l'instant d'après, il était de nouveau contre moi, bloqué par le mur. "Mon dieu, Siobhan..." avais-je à peine eu le temps de murmurer avant que je n'écrasasse avec désespoir mes lèvres sur les siennes, son visage en coupe entre mes mains. Un goût métallique habituel s’immisça dans le baiser que je lui donnais mais je ne m'arrêtais que lorsque il me semblait nécessaire que Siobhan respirât.

"Pas courageux, hm ? Tu penses ça de moi alors que je t'ai dis ce que je ressentais ? Que je suis là alors que je pourrais me faire enfermer voire exécuter pour trahison pour toi ? Que je te laisses le choix de ta vie même si cela me tuerait que tu t'éloignes de moi ? Cela me rend fou que je sois une misérable personne pour toi, Siobhan. Je suis mort quand t'es loin de moi, je n'arrive plus à réfléchir quand t'es près de moi... Mes lèvres cherchèrent de nouveau les siennes. J'avais tellement besoin de lui que cela m'effrayait. "Siobhan... Qu'est-ce que tu m'as fait ? geignis-je, en plongeant mon visage dans son cou. "Est-ce que tu pourras un jour m'accepter comme je suis ..? Me pardonner d'être le monstre que j'ai été et que je suis ?"

C'était plus des supplications que des questions. Je soupirais doucement et, à contrecœur, je le relâchais. Je reculais de quelques pas, jusqu'à m'adosser à l'autre paroi du couloir. Je passais mes mains sur mon visage, tentant de recouvrir mes esprits. Sans grand succès. "Je vais parler à Milo... Je reviens rapidement." Il allait sûrement penser que je fuyais une fois de plus mais je voulais juste partir de cet endroit, le faire sortir d'ici... Alors je tournais les talons et me dirigeais rapidement vers le bureau du dégénéré.

La discussion - ou plutôt les négociations - n'avaient pas été faciles. Foutu vampire. Mais j'en étais parvenu à un arrangement qui devrait convenir à Siobhan... Néanmoins, j'avais prévenu Milo qu'il aurait rien tant que je n'aurais pas le consentement de Siobhan. Même si ça me faisait sacrément chier d'imaginer qu'il eût pu dire non après le mal que je m'étais donné pour lui. J'étais de retour devant sa chambre. J'espérais qu'il y était. Je pris une grande respiration, je toquais et rentrais dans la chambre.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam|

Revenir en haut Aller en bas

Stealing a human is bad, stealing a vampire, it's worse |Sio/Sam|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vampire en avril
» Je recherche Vampire L'âge des ténèbres
» Crypte du Vampire Dupyr [2.0]
» Tournoi de cartes -Vampire- à Montauban le 30 mars
» [Résolu] Stealing shroud creatures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glory and Blood :: HAIMA :: La citée :: Seven Deadly Sins-